Navigation – Plan du site

Raymond L. Lee, Jr. & Alistair B. Fraser, The Rainbow Bridge. Rainbows in Art, Myth, and Science

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Raymond L. Lee, Jr. & Alistair B. Fraser, The Rainbow Bridge. Rainbows in Art, Myth, and Science, University Park (PA), Pennsylvania State University Press/Bellingham (WA), Society of Photo-optical Instrumentation Engineers, 2001, XIV-394 p., 22 x 28,5 cm, appendice, bibliographie, index, nombreux schémas et figures numérotés par chapitre,  2001
ISBN 0-271-01977-8

Texte intégral

1Pour le médiéviste qui s’est initié à l’histoire des couleurs sous la conduite d’Ignace Meyerson et de Michel Pastoureau, le livre sous examen est déconcertant. Raymond L. Lee et Alistair B. Fraser enseignent dans les sections scientifiques d’établissements supérieurs américains. Selon la bibliographie qui termine leur ouvrage, ils ont jusqu’ici publié dans des revues d’optique des travaux qui illustrent des secteurs spécialisés de la physique ; et, dans les remerciements qui l’ouvrent, ils reconnaissent leur dette à l’égard d’une latiniste et italianisante. Tout indique qu’ils s’en sont tenus à leur formation initiale pour écrire The Rainbow Bridge et remplir le programme que le sous-titre annonce : examiner trois grands domaines de l’activité humaine où l’arc-en-ciel a été présent, ou l’est toujours – l’art, le mythe et la science. Ils mettent en œuvre leur projet avec un bel appétit, en parcourant les civilisations les plus variées, depuis la lointaine Babylone et les non moins lointains aborigènes jusqu’à l’époque contemporaine. Chemin faisant, ils obligent leur lecteur à se rendre à l’évidence : le résultat n’est pas à la hauteur de leur coup d’audace.

  • 1  Carl Boyer, The Rainbow from Myth to Mathematics, New York, 1959 (2e éd. revue, Princeton, 1987) e (...)
  • 2  Suzanne Rother, Der Regenbogen. Eine malereigeschichtliche Studie, Cologne, 1992 ; Michel Blay, Le (...)

2Une bonne partie de la documentation présentée dans l’ouvrage est puisée dans deux classiques, dont il est toujours bon de donner les références1. Lee et Fraser négligent les apports de livres de qualité consacrés au même sujet, mais qui n’ont pas été rédigés en anglais2. Ils auraient trouvé dans ces ouvrages écrits par « la vieille Europe » une documentation qui, sur bien des points, complète celle puisée dans Boyer et Kemp ; et de surcroît, ils auraient été confrontés à de saines applications de méthodologie historique.

3Lee et Fraser ont la fâcheuse habitude de citer le plus souvent les textes fondateurs de l’optique, non d’après l’original, même traduit en anglais, mais d’après des études de seconde main. Ils n’ont pas lu directement Hermann von Helmholtz ni James Clerk Maxwell, mais les citations que Paul Shermann en fait. Le haut Moyen Âge est victime du même travers : ils n’ont pas lu les Etymologies d’Isidore de Séville mais Edward Grant, A Source Book in Medieval Science ; ni le De arcu coelesti de Raban Maur, mais Carl Boyer déjà cité. Ils ignorent l’un des plus grands délices du métier d’historien : se colleter aux originaux pour déceler et extraire l’élément pertinent qui avait été jusqu’ici négligé ou oublié, et qui permet d’enrichir ou de nuancer le savoir reconnu, ou même de le modifier.

4Leur connaissance de cette planche de salut que la littérature secondaire leur offre n’est pourtant pas à jour. Ils parlent de la fameuse Genèse de Vienne (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. theol. gr. 31) à partir des études d’Emmy Wellesz, 1960, de Kurt Weitzmann, 1970 et de Horst W. Janson, 1977, en ignorant celles d’Otto Mazal, 1986 et de Reiner Sörries, 1993. La reproduction du folio 3r de ce manuscrit affiche dans leur livre, p. 37, une dominante verte ; elle en a une bleue dans celui d’Andreas Fingernagel et Christian Gastgeber, Au commencement était le Verbe, 2003, p. 46 (le seul ouvrage sur le sujet que j’ai pu consulter pendant la rédaction de ce compte rendu). Quelle version doit-on choisir ? Dans le même ordre d’idée mais dans un autre secteur, ils éludent l’analyse lexicale de la dénomination des couleurs dans les diverses aires culturelles qu’ils parcourent à grands pas. Dès lors que le recours systématique aux originaux, textes et images,  n’est pas pratiqué, à quoi bon se livrer à de savantes exégèses sur les couleurs de l’arc-en-ciel à travers l’histoire ? Il faut bien en faire le constat : les problèmes que la fidélité des couleurs initiales pose ne sont pas examinés dans un livre qui se consacre à l’une des plus étonnantes manifestations colorées. L’objet même de l’étude se dissout dans le brouillard.

Annexe

L’ouvrage de Raymond L. Lee et Alistair B. Fraser relève plus, dans sa partie historique, de la promenade journalistique que de l’analyse en bonne et due forme. Il accède toutefois à un niveau supérieur à deux occasions : quand il réduit l’arc-en-ciel à un phénomène proprement physique passible d’une analyse scientifique ; et quand il recense les manipulations de l’arc-en-ciel auxquelles les publicitaires contemporains se livrent. Autrement dit, dans les deux cas : quand il aborde l’arc-en-ciel comme s’il était dépourvu d’enracinements historiques et qu’à la glorieuse objectivité des phénomènes il n’y avait plus qu’à opposer la perversion du désir.

Haut de page

Notes

1  Carl Boyer, The Rainbow from Myth to Mathematics, New York, 1959 (2e éd. revue, Princeton, 1987) et Martin Kemp, The Science of Art Optical Themes, New Haven / Londres, 1990.

2  Suzanne Rother, Der Regenbogen. Eine malereigeschichtliche Studie, Cologne, 1992 ; Michel Blay, Les figures de l’arc-en-ciel, Paris, 1995 ; et Françoise Suagher et Jean-Paul Parisot, Jeux de lumière : les phénomènes lumineux du ciel, Besançon, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Raymond L. Lee, Jr. & Alistair B. Fraser, The Rainbow Bridge. Rainbows in Art, Myth, and Science », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2001, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/289

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org