Navigation – Plan du site

H. L. L. Busard (éd.), Johannes de Tinemue’s redaction of Euclid's Elements, the so-called Adelard III version

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Johannes de Tinemue’s Redaction of Euclid’s Elements, the so-called Adelard III Version, H. L. L. Busard (éd.), Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Boethius, 45, 1+2), 2001, 17x24, vol. I, p. 1-406, vol. II, p.407-632,
ISBN 3-515-07975-0

Texte intégral

1Avec une remarquable persévérance, Hubert L. L. Busard enrichit les études historiques d’éditions critiques des versions arabo-latines médiévales des Éléments d’Euclide. Le bilan est à ce jour impressionnant. Il inclut les trois traductions connues, soit, selon la chronologie de leur rédaction médiévale: Adélard de Bath (Toronto, 1983), Hermann de Carinthie (Leyde-Amsterdam, 1967-1977) et Gérard de Crémone (Leyde, 1984). Il s’étend aux principales adaptations: Robert de Chester (Bâle-Boston-Berlin, 1992 en collaboration avec Menso Folkerts), l’adaptateur anonyme de Robert de Chester (Munich, 1996) et, aujourd’hui, Johannes de Tinimue/ John of Tynemouth. Encore convient-il de ne pas oublier que Busard a également édité, pour s’en tenir à l’œuvre mathématique d’Euclide, l’unique version gréco-latine médiévale des Éléments (Stuttgart, 1987), les Quaestiones super Geometriam Euclidis de Nicole Oresme (Leyde, 1961) et un commentaire des Éléments dû peut-être à Roger Bacon (dans les Archives internationales d’histoire des sciences de 1974), et qu’il a enfin rédigé une bonne dizaine d’articles sur la tradition euclidienne médiévale, tous basés sur une fréquentation assidue des manuscrits. L’historien des sciences est comblé par cette somme de travail accomplie en moins de quarante ans par le même chercheur.

2La formule d’édition suivie par Busard dans son Johannes de Tinemue est parfaitement rodée. Elle est toute classique. Une Introduction (pp.7-19) rappelle le travail des traducteurs arabo-latins et de leurs descendants immédiats sur les Eléments,en insistant sur celui qui fait l’objet de l’édition. Suivent une Description des manuscrits (ici: 9 manuscrits; le plus ancien est daté de la fin du XIIesiècle, Oxford, Balliol College, MS257, et sert de manuscrit de base) et des Remarques éditoriales (pp.19-28). L’Apparat critique est réuni dans un deuxième tome, qui contient aussi des addenda (ils sont au nombre de 50 et se rapportent tous à des ajouts propres à 3 des 9 manuscrits).

3Comme l’indique Busard, le travail de Jean de Tinemue a consisté pour l’essentiel à s’assurer de la validité des démonstrations apportées aux propositions euclidiennes. Un esprit d’inspiration logicienne est à l’œuvre, qui tire le contenu mathématique des Éléments vers une sorte de métamathématique. On aurait souhaité que des index sélectifs permettent de recenser commodément les caractéristiques lexicales du texte (mots d’origine arabes et mots empruntés à la logique notamment). Quoiqu’il en soit, une activité d’assimilation est en train de se dérouler, qui témoigne de l’importance d’Euclide auprès des enseignants préuniversitaires. Elle prépare la synthèse de Campanus de Novare, qui, de fait, s’est construite en dehors des grands centres universitaires du XIIIe siècle.

  • 1  Wilbur R. Knorr, « John of Tynemouth alias John of London: emerging portrait of a singular medieva (...)
  • 2  Guy Beaujouan, « Le quadrivium et la Faculté des arts », dans Olga Weijers et Louis Holtz (eds.), (...)

4Busard mentionne rapidement (p. 12, note 14) le rôle joué par Wilbur R. Knorr dans l’attribution de cette rédaction des Éléments à Jean de Tinemue1. Il critique par la suite (p.14, note 30) la datation basse que ce même Knorr a proposé du manuscrit du Balliol College indiqué plus haut. On regrette que Busard ne soit pas plus complet sur ce point. C’est effectivement Knorr qui a, le premier, attribué cette rédaction des Éléments à Jean de Tinemue, alors connu seulement pour son traité d’inspiration archimédienne, De curvis superficiebus. Il l’a fait au cours de l’étude de 1990 citée en note, une étude si riche en documentation et en hypothèses qu’elle prend parfois l’allure d’un conte fantastique. Or Knorr est revenu par la suite sur ce travail insolite, en démêlant l’une des raisons de ses erreurs: la confusion de deux Jean de Londres, l’un, l’astronome du deuxième quart du XIIIe siècle; l’autre, un étudiant du tournant des XIIIe- XIVesiècles, bientôt moine à l’abbaye de Saint Augustin de Canterbury, à laquelle il fit don d’un manuscrit exceptionnellement riche en œuvres scientifiques (l’actuel Oxford, Bodleian Library, Digby 174). Sa mort prématurée n’a pas permis à Knorr de mettre en forme cette décantation ultérieure. Elle ne survit aujourd’hui qu’à travers le témoignage d’un de ses correspondants2. Elle rend inutile la critique directe de certaines hypothèses de l’étude de 1990, que l’auteur lui-même avait abandonnées. Il ne reste qu’à rendre au chercheur trop tôt disparu l’hommage qui lui revient, ce dont Busard finalement s’acquitte en donnant au nom de Jean de Tinemue un éclat sans pareil: il est intégré à l’édition contemporaine d’une rédaction des Élements qui jusqu’à la fin des années 1980 était attribuée abusivement à Adélard de Bath.

Notes

1  Wilbur R. Knorr, « John of Tynemouth alias John of London: emerging portrait of a singular medieval mathematician », British Journal for the History of Science, 23 (1990), pp. 293-330.

2  Guy Beaujouan, « Le quadrivium et la Faculté des arts », dans Olga Weijers et Louis Holtz (eds.), L’enseignement des disciplines à la Faculté des arts (Paris et Oxford, XIIIe-XVe siècles). Actes du Colloque international, Paris, 18-20 mai 1995, Turnhout, Brepols (Studia artistarium, 4), 1997, pp. 185-194 (187-188).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « H. L. L. Busard (éd.), Johannes de Tinemue’s redaction of Euclid's Elements, the so-called Adelard III version », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2001, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/288

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org