Navigation – Plan du site

Michel Zimmermann (dir.), Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Actes du colloque tenu à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 14-16 juin 1999, réunis sous la dir. de Michel Zimmermann, Paris, École des Chartes (« Mémoires et documents de l'École des chartes » 59), 2001, 592 p.
ISBN 2-900791-41-3

Texte intégral

1Parmi ces 31 études, réunies en 7 sections, se dessine un ordre, qui n’a rien de très contraignant, à la fois thématique et chronologique, retraçant, comme le suggère M. Zimmermann, un « itinéraire ‘de l’œuvre à l’auteur’ », ou, pourrait-on dire aussi, de l’auctoritas à l’auctor, sans qu’il s’agisse pour autant de réduire la complexité d’une telle problématique à une progressive affirmation de l’auteur qui atteindrait son apogée dans les siècles pré-renaissants.

2Dans la première section, dévolue aux « lieux de l’écriture », la part belle est faite aux actes, inscriptions et cartulaires, introduisant aux diverses pratiques scripturales du haut Moyen Âge. Précieuse au non spécialiste, cette section permet une très utile mise au point sur les études diplomatiques ou l’épigraphie artistique, et s’achève sur une intervention de L. Morelle illustrant spécifiquement l’intérêt d’une approche interdisciplinaire, consacrée à l’utilisation des actes diplomatiques dans l’historiographie.

3Du droit à l’hagiographie, en passant par l’encyclopédisme, il s’agit dans la seconde section de rendre compte du « bon usage des autorités », contre une recherche, ou un déni, trompeurs de « l’originalité » médiévale, à preuve la communication de P. Gautier Dalché consacrée à la « géographie » médiévale. Entreprise poursuivie dans la troisième section, s’attachant à montrer que les auteurs médiévaux ne cessent de « faire du neuf avec de l’ancien », en abordant encore d’autres domaines, celui de la glose, de l’exégèse biblique ou de la scolastique.

4La quatrième section, « de la créativité en diplomatique », effectue en quelque sorte le passage de l’auctoritas à l’auteur, et annonce la cinquième, « en quête d’auteurs » dans le domaine plus spécifiquement littéraire, diversement abordé dans l’ensemble du colloque : outre les romanciers en vers ou en prose des XIIe et XIIIe siècles (F. Mora et E. Baumgartner), il est encore question de littérature occitane (F. Viellard et L. Kendrick) et des poètes de la fin du Moyen Âge (J. Cerquiglini-Toulet et S. Lefèvre). On suit enfin dans les dernières sections « les voies de l’attribution », où la question de la signature occupe une place particulière, et « les voies de la revendication » qui nous conduisent à la fin du Moyen Âge, en Italie et en Angleterre.

5Il est évidemment illusoire de vouloir rendre compte de l’ensemble de ces études dans le cadre d’un bref compte rendu, et nous espérons que les auteurs que nous avons omis de citer voudrons bien nous en pardonner. On retiendra au total un vaste panorama, qui séduit par sa richesse et son ampleur et où tout médiéviste, diplomatiste, historien ou littéraire, trouvera à n’en pas douter son bonheur.

Annexe

On ne saurait assez dire les qualités de cette belle collection de 31 communications réunies à l’occasion d’un colloque tenu à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines en juin 1999. Loin de l’éparpillement que pourrait laisser craindre une approche qui se veut résolument pluridisciplinaire, cet ensemble, ainsi qu’en témoignent à la fois le texte liminaire de M. Zimmermann et la table ronde conclusive, où interviennent successivement J. Dalarun, R. Chartier, M. Zink et A. Compagnon, révèle au contraire une forte cohérence. Comme le souligne R. Chartier, le pari était pourtant risqué de vouloir « articuler le documentaire et le littéraire », de montrer la labilité des frontières séparant, de façon quelque peu articificielle, les différents domaines de l’écrit au Moyen Âge, de rassembler enfin autour d’une problématique commune diplomatistes, épigraphistes, historiens et littéraires. Risqué, mais tenu, car il s’avère que des questions telles que l’auteur, anonyme, individuel ou collectif, sa relation complexe à l’auctoritas, ses multiples façons de s’effacer ou de s’inscrire dans son texte, que toutes ces questions concernent, au-delà des frontières disciplinaires, la totalité des études médiévales. S’il fallait les ramener toutes à une seule, ce serait peut-être, comme le propose R. Chartier, celle de la situation de l’auteur dans la « culture graphique » d’une époque donnée, de sa construction dans et par l’écriture, entendue à la fois comme acte et comme son résultat matériel - au détriment peut-être, et c’est le seul reproche que l’on se permettra de formuler, de la place à concéder à l’oralité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Michel Zimmermann (dir.), Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2001, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/286

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org