Navigation – Plan du site

Jean Wauquelin, La Belle Hélène de Constantinople. Mise en prose d’une chanson de geste

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Jean Wauquelin, La Belle Hélène de Constantinople. Mise en prose d’une chanson de geste, édition critique par Marie-Claude de Crécy, Genève, Droz, (« Textes Littéraires français » 547), 2002
ISBN 2-600-00650-8

Texte intégral

  • 1  Éd. C. Roussel, gen`ve, Droz, 1995. Ce texte est étudié par id., Conter de geste au XIVe siècle. I (...)

1Le texte de Jean Wauquelin est la mise en prose, faite, selon le prologue de l’auteur, en 1448 d’une chanson en vers1 du XIVe siècle racontant les aventures tumultueuses de la mère de saint Martin. Ce texte se caractérise par son incroyable mélange de genres et de motifs, tenant de la chanson de geste, du roman, del ‘hgiographie et du folklore (avec, entre autres le motif des jumeaux et celui de la main coupée – Wauquelin est d’ailleurs aussi l’auteur d’une mise en prose de La Manekine). Dificile de résumer une telle abondance qui conduit la fille del’empereur de Constantinople en Angleterre en passant par la Flandre ; de là, suite à la haine de la reine mère d’Angleterre, elle ne cessera de parcourir le monde, un bras en moins, d’aventures en aventures, avant de retrouver Henri, son mari. Cette femme, victime de son extraordinaire beauté qui attire le désir de tous les hommes (y compris son père) est heureusement protégée par sa foi ; ses prières la sauvent toujour in extremis, surtout sauve sa vertu. Une tempête miraculeuse par exemple l’empêche de subir les derniers affronts de pirates sans scrupules. Un tel ‘roman’ aurait sans doute fait se récrier un Crébillon qui se plaignait de l’abondance de souterrains et de pirates dans la préface de ses Égarements. Wauquelin se contente cependant d’adapter sa source, en agissant de façon à « retrenchier et sincopet les prolongacions et motz inutiles qui souvent sont mis et boutez en telles rimes ». Le problème pour le critique moderne est que cette source demeure non identifiée. M.-Cl. de Crécy rappelle els manuscrits qui apparaissent dans les différents inventaires de la librairie du duc de Bourgogne, mais on n’en connaît pas le texte. La chanson éditée par C. Roussel est celle du manuscrit d’Arras, postérieur au travail de Wauquelin. Cependant, de nombreuses ressemblances permettent d’établir quelaues ‘raisonnables’ comparaisons, ce que fait l’éditrice avec minutie. Wauquelin abrège effectivement, parfois trop, ce qui introduit un certain nombre d’incohérences relevées par l’éditrice du texte. Mais, comme tous les traducteurs ou dérimeurs de ce temps, il ajoute aussi, bien qu’ayant annoncé vouloir faire bref. Là encore, certaine digressions cassent le fil du récit ou les effets que le texte en rime construisait, introduisant des maladresses. Avant le texte, M.-Claude de Crécy propose donc, après avoir résumé les différents épisodes du récit (ce qui est indispensable au vu de la complexité et de la multiplicité des aventures et des personnages) une étude littéraire qui s’appuie sur la comparaison avec la chanson du ms. d’Arras. Cette étude met bien en valeur le rôle du dérimeur ainsi que ces interventions. Le but essentiel du texte demeure moral et fait ressortir les qualités de chrétien des personnages principaux. Wauquelin atténue l’épique de sa source ; on pourra regretter que l’éditrice soit passé très rapidement sur cette question qui a son importance, par rapport à la mise en prose des chansons de geste. Dans le chapitre des regrets (mineurs !9, on notera quelques redites entre la partie « auteur » et la partie « étude littéraire » (par ex. XXXV et LI sur la Manekine). M.-Cl. de Crécy parle aussi d’une esthétique nouvelle (LVII-VIII) que révèle un prologue détournant le topos d’humilité en conscience de la qualité du travail de l’auteur. Il me semble exagérer, au tournant du XVe siècle, de parler de nouveauté. Presque tous les traducteurs du XIVe siècle agissent ainsi (cf. les travaux de S. Lusignan) et, bien avant Wauquelin, Christine de Pizan usait et abusait du procédé. L’étude linguistique et ample et précise ; on y sent l’éditrice beaucoup plus à l’aise que dans l’étude littéraire. La méthode utilisée pour cette édition à partir d’un seul ms est détaillée, ce qui était nécessaire, les choix étant parfois difficiles. M.-Cl. de Crécy a choisi de suivre le ms au plus près, ne corrigeant que très peu, en usant parfois du texte en vers. Elle a choisi de conserver un certain nombre de graphies qui peuvent passer pour des ‘fautes’ (ex : id demanda) mais correspondent à des habitudes linguistiques. On ne peut qu’être d’accord avec cette attitude. Le texte est bien édité ; on pourrait discuter certains détails de ponctuation, mais cela n’aurait guère d’intérêt ici ; il y a bien des façons de ponctuer un texte médiéval et nul ne peut prétendre détenir la vérité en ce domaine. On pourra par contre être surpris de la disposition de la bibliographie ; pourquoi commencer par des ouvrages généraux, alors que l’on attendrait d’abord les sources, les travaux sur le Belle Hélène et sur Wauquelin ? Cette parution en tout cas complète avec bonheur la connaissance que l’on a de Wauquelin, un auteur important, surtout dans le cadre de l’espace littéraire de la cour de Bourgogne. De plus, après l’édition de la chanson, cette nouvelle édition de la mise en prose, édition de qualité, permettra d’approfondir les recherches sur cette légende ainsi que sur les mises en prose tardives.

Notes

1  Éd. C. Roussel, gen`ve, Droz, 1995. Ce texte est étudié par id., Conter de geste au XIVe siècle. Inspiration folklorique et écriture épique dans La Belle Hélène de Constantinople, Genève, Droz, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Jean Wauquelin, La Belle Hélène de Constantinople. Mise en prose d’une chanson de geste », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/285

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org