Navigation – Plan du site

Patricia Victorin, Ysaïe le triste. Une esthétique de la confluence : tours, tombeaux, vergers et fontaines

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Patricia Victorin, Ysaïe le triste. Une esthétique de la confluence : tours, tombeaux, vergers et fontaines, Paris, Champion (« Bibliothèque du XVe s. » 63), 2002, 501 p.
ISBN 2-7453-0616-2

Texte intégral

1Ce volume est la version remaniée de la thèse de P. Victorin, sous la direction d’E. Baumgartner, soutenue à Paris III en 1999. A feuilleter la Bibliographie de Klapp, on mesure combien la critique s’est peu intéressée aux romans du Moyen Âge tardif : Ysaïe le triste n’échappe pas à la règle et, même après l’édition, puis la traduction en français moderne d’A. Giacchetti, il a suscité bien peu de vocations. On ne peut donc que se réjouir de voir paraître une thèse sur le sujet. IL faut en effet le grand intérêt qu’il y a à étudier cette littérature chevaleresque tardive. À la fin du Moyen Âge, période on le sait particulièrement troublée, il est évident pour chacun que les codes de courtoisie, d’honneur et de largesse ne fonctionnent plus : après la faillite de la chevalerie française à Poitiers, puis le désaste bourguignon de Nicopolis, les luttes sanglantes et fratricides que connaît le royaume, les multiples trahisons et meurtres politiques, toute illusion est tombée. Cependant, la plupart des moralistes et des écrivains politiques, aux XIVe et XVe siècles, rappellent inlassablement les valeurs du passé, les valeurs de la chevalerie chrétienne et les valeurs de la croisade. Par ailleurs, la fin du Moyen Âge voit le renouveau d’une « chevalerie de salon », avec en particulier la création de multiples ordres de chevalerie (Rose, Toison d’or, etc.), dans lesquels on tente de réactiver, au moins pour le décor, une esthétique véhiculée par les anciens romans : ne voit-on pas des enfants de la noblesse baptisés du prénom de Perceval, de Gauvain ou de Lancelot ? La littérature chevaleresque tardive est donc au cœur de ce mouvement et la négliger au nom d’une « décadence » de la matière arthurienne ou épique est une grave erreur. Et même si certains romans de cette prériode ne manifestent pas une originalité de premier ordre, leur désir et leur façon de réexploiter thèmes et motifs des textes antérieurs sont en eux mêmes signifiants et dignes d’étude. Le roman d’Ysaïe est à situer dans la perspective de Guiron le courtois et de Perceforest (ces derniers textes un peu plus étudiés il est vrai), chacun apportant des réponses différentes à la reprise de la matière du Lancelot et du Tristan. L’auteur d’Ysaïe a choisi une ‘continuation’ du Tristan, démarrant son récit sur une fin qui correspond à la grossesse d’Iseut : le roman racontera les aventures du fils de Tristan et d’Iseut. Cette entreprise s’inscrit donc dans un temps linéaire par rapport aux sources, étant une prolongation chronologique, ce qui paraît devoir être la seule solution possible. Mais, en dépit d’une apparente simplicité, le projet est complexe, car il vient se greffer sur des cycles clos : comment ‘redémarrer’ après la fin du monde arthurien et la clôture du Tristan ? Comme le remarque justement P. Victorin, il existe une tension particulière (qui peut-être féconde ou mortelle) entre la tentative de continuer la geste arthurienne et le constat qu’elle est achevée (p. 29). La première partie de l’étude P. Victorin propose une mise en perspective de la matière précédente, celle sur laquelle se greffe la « petite histoire » d’Ysaïe. Il me semble que cette partie est trop longue et qu’elle sent un peu l’exercice appliqué de la thèse. On y a bien entendu une étude sur l’espace, puis sur le temps et même, partiellement, les personnages. Pourquoi consacrer près de 140 pages à des choses tellement connues et si largement étidiées ? L’auteur d’Ysaïe reprend des élements et des techniques d’écriture à sa matière source ; il me paraît inutile de développer à nouveau ce qui est si connu sur la matière source. Fallait-il reparler des forêts, de la quête, de l’Autre-monde, etc. ?Était-il bien nécessaire de redéfinir la technique d’entrelacement, la rhétorique des prologues ? Dans la thèse certes, mais dans ce volume, peut-être pas, car la problématique en est diluée. Ainsi, la fin de cette partie, « du roman arthurien au roman épique » est bien plus importante et manque justement de développement. P. Victorin, à la différence de M. Skilknik qui a déjà traité de cette question d’un point de vue esthétique, s’engage sur une voie narratologique, qui, dans cette première partie, demeure seulement esquissée et qui aurait mérité d’être, d’entrée de jeu, plus précise. Il est vrai que la suite du travail de P. Victorin va préciser cet aspect, à mon sens un des plus intéressants de ce roman. Je ferai certes encore quelques remarques sur le jargon genettien un peu trop largement employé par endroits, alors que cela n’apporte guère plus –à part le plaisir (??) de jargonner – à la compréhension du texte. Mais laissons-là ces petits agacements, qui n’altèrent pas fondamentalement l’intérêt du travail de P. Victorin. Après un démarrage un peu lent, l’analyse se développe et convainc sur bien des points : Par exemple, l’approche d’un roman « omivore » et « polyphonique » est séduisante, ainsi que l’approche de l’esthétique du « médaillon ». Je ne partagerai par contre pas l’appellation de « roman somme ». Il faut bien penser que ce terme a un sens précis au Moyen Âge qui, en particulier, implique un mode d’organisation logique que n epossède pas Ysaïe qui est surtout, comme il est noté avec justesse (par. ex. p. 383) un mélanges de multiples discours littéraires. Par ailleurs, P. Victorin a bien compris l’importance de ce personnage omniprésent, véritable tramage du texte, le nain Tronc, au sujet duquel elle fournit de fines analyses. Très intéressante également, la partie consacrée au livre de Marthe, qui ouvre de plus des perspectives de recherche fécondes (en particulier, à l’occasion de quelques points de comparaison avec Christine de Pizan). Pour conclure, je dirai que P. Victorin nous propose un travail novateur, sur un sujet qui méritait effectivement un traitement d’ampleur. Si l’on peut trouver par moment un caractère un peu trop appliqué, conventionnel du discours et de la méthode, on sera toutefois convaincu de la richesse de ce travail littéraire qui, je l’espère encouragera les médiévistes à porter plus d’attention aux textes tardifs.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Patricia Victorin, Ysaïe le triste. Une esthétique de la confluence : tours, tombeaux, vergers et fontaines », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/284

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org