Navigation – Plan du site

Henri Estienne, L’Introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes ou Traité preparatif à l’Apologie pour Herodote

Bruno Méniel
Référence(s) :

Henri Estienne, L’Introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes ou Traité preparatif à l’Apologie pour Herodote, éd. critique par Bénédicte Boudou,Genève, Droz (Textes Littéraires Français), 2007, 2 volumes de 648 et 546 p.

ISBN pour les deux tomes 978-2-600-01136-5.

Texte intégral

1Henri II Estienne (1531-1598), imprimeur, philologue, écrivain, est un esprit très représentatif du XVIe siècle : il est à la fois un immense érudit, qui, à vingt-trois ans, donne l’édition princeps d’Anacréon, qu’il accompagne d’une traduction latine d’une impeccable précision, et un polémiste protestant, qui pourfend avec verve les « philomesses » et les « papicoles ». Son deuxième ouvrage en français, paru en 1566, L’Apologie pour Hérodote, est désormais accessible dans une édition critique due à Bénédicte Boudou, qui l’assortit d’une introduction passionnante.

2L’entreprise d’Henri Estienne n’est pas simple à appréhender, car elle résulte de la conjonction de deux projets, défendre Hérodote que l’on accusait d’avoir composé une histoire fabuleuse, et dénoncer les vices de l’époque, en particulier ceux des catholiques. Le constat des incroyables sottises ou turpitudes contemporaines devrait rendre concevables les faits racontés par l’historien grec. Si le terme d’« apologie » renvoie d’abord à l’argumentation en faveur d’Hérodote, il est aussi fréquemment utilisé au XVIe siècle, en particulier par Érasme, dans les titres de pamphlets religieux. Le long titre de l’ouvrage traduit une hésitation entre discours judiciaire, discours philosophique et discours éristique. Dans l’« Avertissement », Estienne rattache son ouvrage au genre historique.

3Il semble s’être peu à peu écarté de son projet initial. Il évoque dans les quatre premiers chapitres, l’antiquité, en remontant jusqu’à l’âge d’or. Il s’intéresse, au cours des sept chapitres suivants, au XVe siècle. Il évoque ensuite les vices de son propre siècle, en consacrant les chapitres XII à XIX au débordement des laïcs et les chapitres XX à XXV à ceux des clercs. Dans la deuxième partie, il traite de l’évolution des connaissances, et il accuse les clercs d’avoir falsifié le sens de l’Écriture « par ignorance ou par malice », inventé des légendes, encouragé l’idolâtrie, suscité des questions absconses, créé des cultes propres à satisfaire leur cupidité. Ainsi, Estienne s’est peu à peu éloigné de l’antiquité grecque pour se concentrer sur les mœurs de son époque ; les abus de l’Église, qui devaient servir seulement de point de comparaison pour évoquer le passé, sont devenus le cœur même du livre.

4Estienne accumule les dictons populaires, les comparaisons, les facéties, les anecdotes et les récits de faits divers, certains rapportés par ouï-dire, d’autres collectés au fil des lectures. Affirmant une certaine liberté à l’intérieur des codes rhétoriques, il cultive l’ordo neglectus, fondé sur l’association d’idée, la surprise et la digression, et il pare ainsi L’Apologie pour Hérodote des qualités que les hommes de la Renaissance apprécient le plus dans un texte, la variété et l’abondance. Le scripteur est parfois interrompu par un interlocuteur fictif, qui lui fait des objections, ce qui l’oblige à préciser ses arguments et relance le discours. Comme le lecteur peut se reconnaître dans ce contradicteur, il éprouve le sentiment intense de participer à la recherche d’une vérité.

5L’analogie, qui est au principe même de l’ouvrage, fondé sur la comparaison entre deux époques, est une méthode d’argumentation. Or elle est tout autant méditation sur la dissemblance que pensée de la similitude. Estienne débusque l’insolite et l’étrange, pour étonner son lecteur, mais aussi pour l’inviter à se déprendre de ses habitudes mentales. Ce qui est le plus proche de nous n’est pas le moins surprenant. Estienne entreprend de démystifier les miracles que relatent les hagiographes préoccupés d’exemplarité. Il décharge l’historiographie de la mission d’offrir des modèles, il lui assigne simplement celle de décrire et d’informer. Ce faisant, il élabore une anthropologie morale du XVIe siècle. Il fait pénétrer son lecteur dans un théâtre de la sottise, mais aussi de la bizarrerie, de la cruauté et de l’horreur. On ne peut s’empêcher de noter la fascination que le crime exerce sur Estienne. Il rappelle qu’à Sparte, le vol était autorisé, à condition qu’on ne se laisse pas prendre. Il met en valeur l’habileté des larrons, mais aussi leur grandeur d’âme : l’« humour de gibet » confère aux condamnés une incontestable dignité.

6La première édition de L’Apologie pour Hérodote a été retirée de la vente à la demande du Conseil de Genève et n’a pas été lue par les contemporains et la postérité immédiate. C’est donc sur la deuxième que Bénédicte Boudou a choisi d’établir son édition critique. La première édition fait néanmoins partie des six éditions parues du vivant de l’auteur qui ont été retenues pour les variantes.

7L’introduction et les notes sont remarquablement éclairantes et documentées, ce qui a requis un ample savoir, en histoire, en droit, en théologie. L’utilisation de l’ouvrage est facilitée non seulement par la table alphabétique des matières qui figurait dans les éditions de l’époque, mais par les instruments de travail que propose l’éditeur moderne : aux index nominum, locorum et rerum s’ajoute une liste des proverbes. Autant de portes d’entrées pour pénétrer dans une œuvre capitale, que devraient parcourir en tout sens ceux qui veulent mieux comprendre la Renaissance.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Henri Estienne, L’Introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes ou Traité preparatif à l’Apologie pour Herodote », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 26 juin 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/2810

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org