Navigation – Plan du site

Danièle James-Raoul et Claude Thomasset (dir.), Dans l’eau, sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Danièle James-Raoul et Claude Thomasset (dir.), Dans l’eau, sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge,  Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (« Cultures et civilisations médiévales » XXV), 2002, 432 p., 16x24cm, index nominum et index rerum
ISBN 2-84050-216-X

Texte intégral

1L’ouvrage réunit seize études qui ont été présentées durant l’année universitaire 1999-2000 au séminaire que Claude Thomasset anime à Paris IV. Il les répartit sous trois rubriques, L’eau comme élément et comme milieu, Poissons et autres créatures aquatiques et L’homme immergé, qu’encadrent une Introduction et une Conclusion, chacune étant due à un des deux maîtres d’œuvre. À cette tripartition thématique, je préfère substituer, pour ce compte rendu, une bipartition méthodologique. Certaines études, qui privilégient les encyclopédies, les bestiaires et les textes littéraires, insistent sur les rêveries, les plongées dans l’inconscient, les mythes d’origines, etc. que, sous ses diverses formes, l’eau favoriserait. Je n’en dirai rien, si ce n’est que ce mode d’interprétation passe-partout assimile la recherche au délassement répétitif du pêcheur du dimanche : elle lui emprunte son individualisme indifférent aux enjeux collectifs et peu préoccupé d’efficacité pratique, hors l’entretien d’une image de marque flatteuse pour le qu’en-dira-t-on. Plus fécondes me paraissent les études, qui peuvent à l’occasion recourir également aux encyclopédies et aux bestiaires, mais qui, loin des ronrons d’une certaine érudition, les rattachent à la grande aventure technique dont le Moyen Âge a été le lieu et l’agent et dont la vulgate moderniste voudrait le déposséder. Remarquables sont à ce titre les cinq contributions ci-après.

2Stephan Schuler, « Les rives médiévales du savoir aquatique dans les compilations d’histoire naturelle et l’encyclopédie universelle du bas Moyen âge » tient plus que son titre le laisse entendre. Il suit le traitement et le statut de l’eau depuis Isidore de Séville jusqu’à Vincent de Beauvais, auquel il réserve la part du lion, non sans insister sur Raban Maur, Herrad de Sainte-Odile, Bernard Silvestre, Barthélemy l’Anglais, Alexandre Neckam et Thomas de Cantimpré. Une pareille coupe chronologique en dit long sur les forces qui ont travaillé en profondeur le millénaire médiéval. Philippe Selosse, « La connaissance des algues à la fin de la Renaissance » expose, à la faveur d’un thème particulier, les problèmes de taxonomie que Caspar Bauhin rencontre dans son Histoire de toutes les plantes : le Pinax du théâtre botanique, 1623. Paul Benoît, « La carpe dans l’Occident médiéval » donne toutes les précisions utiles sur le premier exemple d’aquaculture européenne. Isabelle Vedrenne, « L’homme sous la mer. La figure du plongeur dans le monde gréco-romain et l’Occident médiéval » est riche d’informations sur les techniques de plongée sous-marine depuis l’Antiquité jusqu’au XIVe siècle. La maîtrise technique ne parvient pas à évincer les peurs, comme le montre également Heidi Toelle, « Des pêcheurs de perles aux ğinn sous-marins ».

3Claude Thomasset, « De la Bible à Albert le Grand » insiste sur les deux matrices de la pensée médiévale, la Bible donc et, par la suite, Aristote. On peut regretter qu’aucune contribution ne parle de la place que Thierry de Chartres réserve à l’eau et, au-delà, aux quatre éléments, dans son commentaire de « l’œuvre des six jours ». Avant la diffusion massive d’Aristote, la réflexion médiévale sur la Bible avait ébauché une cosmogenèse à base de cinématique qui la préparait excellemment à accueillir une approche physique de l’univers, dont Aristote a été un temps le modèle avant d’en devenir le repoussoir. Il est dommage de voir des médiévistes s’obstiner à de ne pas remarquer que les commentaires bibliques médiévaux, et la théologie qu’ils alimentent, ont été de puissants facteurs de rationalisation du monde.

4L’ouvrage contient un certain nombre d’illustrations. Elles sont toutes dépourvues de références : l’absence d’indication des sources s’adjoint à l’absence de commentaires et à l’absence d’une table récapitulative. Cette triple lacune est d’autant plus étonnante que plusieurs études insistent sur l’apport des images à l’analyse des textes et à l’intelligence des problèmes (pp. 17 n. 5, 5-17, 26-27, 81 n. 10, 120 n. 3). Elle donne au volume un aspect inabouti, que compensent heureusement un Index nominum et un Index rerum.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Danièle James-Raoul et Claude Thomasset (dir.), Dans l’eau, sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/281

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org