Navigation – Plan du site

Emmanuèle Baumgartner (dir.), Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, dir. Emmanuèle Baumgartner, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002, 256 p.

Texte intégral

1Dix contributions de plus à ajouter à la liste déjà importante, comme en témoignent les « éléments de bibliographie », au demeurant fort utiles, qui referment ce recueil collectif, des études consacrées aux prologues, et plus largement au paratexte dans la littérature médiévale ? Mais qui s’en plaindrait, eu égard à la richesse et à la variété de l’ensemble, et surtout, au-delà de certain effet de mode, à la pertinence de la problématique générale du « seuil » dans cette littérature, à même, pour filer la métaphore, d’en ouvrir bien des portes. La question a en effet une importance particulière dans le cadre médiéval. Non seulement parce que la présence d’un texte d’ouverture est si fréquente que son absence même peut devenir, comme le montre l’étude d’A. Combes sur le Lancelot en prose, significative. Non seulement parce que le développement, en même temps que le statut incertain du texte paratextuel apparaît comme un phénomène propre à une littérature du manuscrit, mais aussi de la voix. Mais surtout parce que le prologue, d’ailleurs conçu comme tel, est un accès privilégié à une œuvre, à sa poétique, à son auteur enfin, qui n’est pas si absent qu’on a voulu parfois le dire, comme le rappelle à juste titre E. Baumgartner dans son très éclairant texte de présentation.

2De fait, comme ce recueil en présente la parfaite illustration, il est peu de genres ou d’époques qui ne gagnent à être abordés dans cette perspective, depuis l’historiographie, le roman en vers ou en prose, les fabliaux, jusqu’aux récits de voyages, de Marco Polo ou de Jean de Mandeville ou aux dits de Jean Froissart. En outre la succession des contributions, classées dans un ordre à peu près chronologique, permet de dessiner une évolution, depuis les romanciers et historiographes du XIIe siècle jusqu’aux recueils imprimés d’Antoine Vérard, au début du XVIe siècle. Ce qui semble s’affirmer ainsi jusqu’à la fin du Moyen Âge, c’est le rôle non pas forcément croissant, mais toujours important dévolu aux textes d’accompagnement, sans que l’imprimerie implique d’ailleurs de véritable rupture dans ces pratiques. Enfin on sera reconnaissant aux contributeurs d’avoir privilégié certains auteurs ou problèmes un peu négligés, d’avoir parlé de Hue de Rotelande plutôt que de Chrétien de Troyes, ou encore de la question des titres dans les fabliaux.

3Étant donné la qualité de ces études, et en dépit d’un second volume annoncé, on n’exprimera qu’un seul regret, c’est que l’entreprise n’ait pas été plus ambitieuse, et n’ait pas tenté de réaliser un ouvrage de synthèse sur le paratexte littéraire au Moyen Âge, qui fait toujours cruellement défaut aux chercheurs.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Emmanuèle Baumgartner (dir.), Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/280

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org