Navigation – Plan du site

Bernard Ribémont, La « Renaissance » du XIIe siècle et l’Encyclopédisme

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Bernard Ribémont, La « Renaissance » du XIIe siècle et l’Encyclopédisme, Paris, Honoré Champion (« Essais sur le Moyen Âge » 27), 2002, 218 p. 15,5 x 22,5 cm, index
ISBN 2-7453-0623-5

Texte intégral

  • 1  Bernard Ribémont, De natura rerum. Études sur les encyclopédies médiévales, Orléans, Paradigme, 19 (...)
  • 2  Michel de Boüard, « Réflexions sur l’encyclopédisme médiéval », dans Annie Becq (ed.), L’encyclopé (...)

1Bernard Ribémont poursuit la recherche qu’il a commencée il y a une quinzaine d’années sur les encyclopédies médiévales et qu’il a déjà illustrée par trois ouvrages1. Dans le livre sous examen, il s’oppose avec nuance à l’affirmation un peu trop péremptoire de Michel de Boüard : « … entre le milieu du IXe siècle (Raban Maur) et le dernier quart du XIIe (Alexandre Neckam), aucune nouvelle encyclopédie n’a été composée (p. 66). »2 Sa démonstration s’organise en trois étapes, qui forment autant de chapitres.

2Dans le premier chapitre, Nature et mentalités, Ribémont établit, à partir du modèle isidorien, les trois impératifs auxquels un texte médiéval répond dès lors qu’il appartient au genre encyclopédique : il présente un système du monde ; il intègre à ses développements les arts libéraux et une classification des sciences ; il se préoccupe de la nature. Or les incontournables apports arabes du XIIe siècle modifient la conception latine de la ratio et de son antithèse culturelle, l’auctoritas. Ils enrichissent l’intelligence de la natura et dévoilent, sur ce terrain, les limites de l’encyclopédisme isidorien. Ayant ainsi posé le modèle haut médiéval et son affaiblissement à un moment clé du Moyen Âge, l’auteur examine dans le chapitre II, Les encyclopédies du XIIe siècle, les textes de la période qui tiennent compte, peu ou prou, de ces richesses importées, sans trop s’écarter des trois dispositions fondatrices du genre. La récolte est copieuse, même si elle réunit des œuvres peu homogènes. Cette forte hétérogénéité à l’intérieur d’un genre est le signe des transformations culturelles dont le XIIe siècle est le siège. L’auteur adapte donc son analyse aux ouvrages qu’il a retenus afin de respecter leurs particularités sans s’écarter de son fil directeur. Il examine tour à tour le Liber floridus de Lambert de Saint-Omer, l’Imago mundi d’Honorius Augustodunensis, le Didascalicon de Hugues de Saint-Victor, le De bestiis et aliis du pseudo-Hugues (qui lui permet d’introduire la notion d’encyclopédie de spécialité), la Philosophia mundi et le Dragmaticon de Guillaume de Conches, les Questiones naturales d’Adélard de Bath (qui lui permettent d’introduire cette fois la notion d’encyclopédie dialoguée), la Physica de Hildegarde de Bingen, et, pour finir, la Topographia Hibernia de Giraud de Barri. Un thème, celui de la terre trouée, lui permet de passer ponctuellement d’une suite de monographies consacrées à l’œuvre d’un seul auteur à une comparaison entre les œuvres de plusieurs auteurs. À lui seul, ce chapitre occupe près de la moitié du volume. Enfin, dans le troisième et dernier, La transition : Alexandre Neckam, Ribémont montre comment, sans s’affranchir totalement des contraintes isidoriennes, le De naturis rerum du chanoine de Cirencester intègre les nouveaux savoirs et prépare les monuments du XIIIe siècle - de cet âge d’or de l’encyclopédie médiévale avec Barthélemy l’Anglais, Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais, Gossuin de Metz, Brunetto Latini et les anonymes Placides et Timéo et le Livre de Sidrach.

  • 3  Sylvain Auroux, La sémiotique des encyclopédies, Paris, Payot, 1979.

3Pour médiéviste qu’il est, le recenseur n’en est pas moins historien et, le thème aidant, il aurait souhaité que les encyclopédies médiévales sortent un instant de leur ghetto et soient confrontées au modèle d’encyclopédies qui s’élabore avec la science classique. Pour d’Alembert et Diderot, le genre en question se fonde sur un postulat : la totalité des connaissances disponibles peut être réunie par un procédé qui rend celles-ci aisément accessibles3. À ce niveau de généralité, l’auteur, en tant que tel, des Etymologiae rerum sive origines partage la foi de ceux de l’Encyclopédie : les connaissances forment une unité maîtrisable. L’encyclopédie médiévale devient ainsi l’espèce d’un genre, tandis que les arts libéraux et la classification des sciences jouent le rôle de différence spécifique - encore que le Tableau figuré des connaissances humaines placé en tête de l’Encyclopédie témoigne d’une parenté, ténue mais réelle, avec le trivium et le quadrivium. Le souhait de cet élargissement émerge du texte même de Ribémont. Il prouve que l’auteur a réalisé le but qu’il s’était fixé : il a démontré que le XIIe siècle n’a pas manqué de répondre à l’appétit de l’encyclopédisme, même si ses réalisations n’ont pas la pertinence et l’ampleur de celles apportées par le siècle suivant.

Notes

1  Bernard Ribémont, De natura rerum. Études sur les encyclopédies médiévales, Orléans, Paradigme, 1995; Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au XIVe siècle. Introduction, mise en français moderne et notes par Bernard Ribémont, Paris, Stock/ Moyen Âge, 1999;  et Bernard Ribémont, D’Isidore de Séville aux Carolingiens. Les origines des encyclopédies médiévales, Paris, Honoré Champion Éditeur, 2001.

2  Michel de Boüard, « Réflexions sur l’encyclopédisme médiéval », dans Annie Becq (ed.), L’encyclopédisme. Actes du Colloque de Caen, 12-165 janvier 1987, Paris, Éditions aux Amateurs de Livres/ Éditions Klincksiek, 1991, pp. 281-290 (285).

3  Sylvain Auroux, La sémiotique des encyclopédies, Paris, Payot, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Bernard Ribémont, La « Renaissance » du XIIe siècle et l’Encyclopédisme », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/277

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org