Navigation – Plan du site

Christophe Grellard (dir.), Méthodes et statut des sciences à la fin du Moyen Âge

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Christophe Grellard (dir.), Méthodes et statut des sciences à la fin du Moyen Âge, Presses universitaires du Septentrion, Lille, 2004

Texte intégral

1Ce recueil réunit les communications présentées en 2000 à Tours et à Lyon en 2001 lors de deux tables rondes visant à faire le point sur les développements scientifiques et les réflexions théoriques accompagnant ces derniers à la fin du Moyen Âge et au-delà. Les contributions portent sur trois grands domaines de recherche, chacun présidant à une partie du recueil : 1) l’autonomisation des sciences ; 2) la réforme des méthodes et des outils de connaissance ; 3) le statut des mathématiques (c’est sur cette dernière partie que portera mon commentaire).

2Les contributions sont les suivantes : D. Ottaviani, « La méthode scientifique dans le Conciliator de Pietro d’Abano » ; J. Biard, « L’organisation des sciences spéculatives selon Jean Buridan » ; D. Bouillon, « L’insubordination de la philosophie naturelle à la Métaphysique, d’après les textes de Jacques Zabarella le philosophe » ; E. Perini-Santos, « Le dédoublement de la cause, la théorie ockhamienne de l’assentiment à la conclusion d’une démonstration » ; S. Caroti, « Configuratio, ymaginatio, atomisme et modi rerum dans quelques écrits de Nicole Oresme » ; S. Rommevaux, « Les prologues aux éditions des Éléments d’Euclide au Moyen Âge et à la Renaissance » ; M. Lejbowicz, « Présentation de Jean de Murs, ‘observateur et calculateur sagace et laborieux’ » ; Ch. Grellard, « Les présupposés méthodologiques de l’atomisme : la théorie du continu de Nicolas d’Autrécourt et Nicolas Bonet » ; J. Celeyrette, « L’argumentation mathématique dans la physique d’Oresme ».

3En premier lieu, je noterai la qualité scientifique de ce recueil présentant des contributions fort intéressantes et de très bon niveau : nouveautés, mises au point, pistes de réflexion caractérisent un volume particulièrement stimulant pour l’historien des sciences ou pour le médiéviste non spécialiste mais s’intéressant aux questions scientifiques du temps, catégorie à laquelle appartient le présent recenseur. C’est donc du point de vue de l’‘amateur’ que je présenterai ici l’ouvrage publié sous la direction de Christophe Grellard. En premier lieu, l’excellente mise au point de Max Lejbowicz sur Jean de Murs retiendra l’attention ; notons au passage que, probablement enthousiasmé par cette synthèse, l’éditeur a assimilé le prénom de l’historien à celui du mathématicien médiéval et Max est devenu Jean dans la table des matières : bel hommage dans la coquille ! Plus sérieusement parlant, on ne peut que saluer l’heureuse initiative de M.L. qui, en préambule, remarque bien les lacunes de l’historiographie et de la bibliographie, y compris dans des dictionnaires très récents, et donc l’injustice faite à Jean de Murs, un des esprits scientifiques les plus brillants du Moyen Âge, digne sans doute d’être comparé à Nicole Oresme. M.L. rétablit donc les choses, rappelant la biographie de Jean et précisant les apports et les recherches de l’astronome-mathématicien, soulignant également, à juste titre, son intervention dans le cadre de la Musica. Un véritable maître du quadrivium, dans le sens le plus fort de l’expression. M.L. montre bien, en particulier en considérant l’œuvre de Jean de Sacrobosco – lui aussi trop négligé ou trop sommairement traité –  qu’il existe aussi un courant ‘marginal’ (par rapport aux théologiens) authentiquement artien, auquel se rattache Jean de Murs. Sous le titre « un siècle de travaux quadriviaux », M.L. souligne l’importance d’un groupe de penseurs qui ont donné la priorité à un certain pragmatisme scientifique, dans le cadre duquel « chaque science trouve sa validité dans l’acte même de sa réalisation » (p. 172). Une salutaire bibliographie des œuvres de Jean de Murs termine une fort belle et utile présentation. Un regret toutefois : il est dommage que M.L. n’ait pas, à la suite de cette bibliographie consacrée au corpus des œuvres de Jean de Murs, établi une liste des travaux portant sur le mathématicien (bien que certains figurent à l’occasion de telle ou telle œuvre). Sabine Rommevaux s’intéresse pour sa part aux prologues des Éléments d’Euclide : la direction de son travail porte plus particulièrement sur la réception du commentaire de Proclus (on pourra regretter que le titre de l’article ne soit pas assez explicite à ce sujet). Avant « Adélard III », les éditions médiévales ne comportent pas de prolégomènes s’intéressant au statut des mathématiques ou des objets mathématiques. En revanche, le prologue de Jean de Tinemue pose un certain nombre de questions concernant le statut des mathématiques, en particulier sur la classification des sciences et sur la place de la géométrie. S.R. indique des sources très traditionnelles et rappelle que le propos n’a rien d’original, reprenant des indications se trouvant chez Hugues de Saint-Victor ou Gundissalinus. S.R. renvoie pour cela à Clagett, mais il aurait sans doute été préférable de donner davantage de précisions, car on ne peut décemment mettre sur le même plan le Didascalicon, ouvrage pédagogique de vulgarisation, et la réflexion philosophique de Gundissalinus. En fait, le corps de l’article porte véritablement sur les éditions de Federico Commandino et de Clavius. Ici encore, on pourra regretter le caractère trop général du titre de l’article et quelques propos, également trop généraux, sur la tradition médiévale. Il fallait rappeler l’importance du commentaire de Proclus et passer à l’étude de sa réception chez les deux auteurs de la Renaissance. La question, fort intéressante, qui est ici traitée peut finalement être résumée en un débat entre une position platonicienne et la dépendance aux idées d’Aristote. En d’autres termes, quel statut l’objet mathématique a-t-il par rapport au réel ? Cette question d’ailleurs revient dans plusieurs articles de ce recueil et en forme un des fils rouges. En effet les questions de la suppositio ou du raisonnement secundum imaginationem rejoignent bien les préoccupations de Proclus dans son commentaire ou celles de Commandino et Clavius. Si Proclus, après un raisonnement fouillé, que met bien en lumière S.R., en arrive en bon néoplatonicien à réfuter la position d’Aristote selon qui les objets mathématiques naissent à partir d’une abstraction du sensible, Commandino demeure plus ambigu : si les objets mathématiques sont séparés de la matière, il est toutefois nécessaire de les replonger dans le sensible, afin qu’ils soient appréhensibles à l’esprit humain. On en revient donc finalement à Aristote ! Clavius pour sa part s’intéresse assez peu au statut des objets mathématiques, étant davantage préoccupé par la hiérarchie des disciplines, dans le cadre de laquelle il défend, avec vivacité même (voir citation p. 153 – plus loin, S.R. parle même de « propos militants »), la suprématie des mathématiques, prenant même appui sur le Philèbe, ou oubliant au passage que Platon donne la primauté à la dialectique. On remarquera que cette défense des mathématiques possède un caractère important du point de vue de la réalité pédagogique d’une part si l’on songe au rôle de l’édition de Clavius et d’autre part de l’intervention de Clavius dans l’organisation de l’enseignement dans les collèges jésuites. Cet aspect essentiel des mathématiques est en outre justifié par la position intermédiaire de son objet qui tend d’un côté vers la métaphysique, de l’autre vers la physique. On pourra regretter que, dans une certaine mesure, S.R. soit restée un peu prisonnière du découpage de son article. Il me semble en effet que la position de Clavius sur la géométrie aurait davantage pu être mise en relation avec ses propres propos sur les objets mathématiques et avec ceux de Commandino : considérer en effet la position intermédiaire de la géométrie, entre métaphysique et physique, n’est-il pas une autre façon de poser le débat entre Platon et Aristote sur les objets mathématiques ? En conclusion, S.R. introduit l’idée, fort intéressante, que les débats contenus dans les Prolegomenia de Clavius ou de Commandino peuvent être considérés dans l’histoire du travail des éditeurs des Éléments, dans le sens de la summa, vers le « modèle parfait de la science discursive décrit par Proclus » (p. 158). Idée à développer…

4Deux articles se rapportent à la question, fort importante et qui demande encore à être étudiée, de l’atomisme au Moyen Âge : celui de Stefano Caroti qui traite, avec l’atomisme, de la configuratio, de l’ymaginatio et des modi rerum chez Oresme, et celui de Christophe Grellard consacré à l’atomisme chez Nicolas d’Autrécourt et chez Nicolas Bonet. C.G. reprend ici le dossier des mathématiques chez les atomistes, ces derniers souvent considérés comme de bien piètres mathématiciens ; C.G. analyse en détail quelques exemples de contradictions faites aux atomistes qu’il étudie et les réponses que ces derniers proposent ; parmi ces exemples, est repris le célèbre argument de la diagonale du carré. Si la réponse de Bonet est, disons, dérisoire, il me semble que celle de Nicolas d’Autrécourt est plus intéressante. Je ne rejoins pas complètement ici les conclusions de C.G., arguant que l’atomiste refuse le raisonnement par l’absurde (p. 186). En effet, Nicolas indique bien qu’il réfute la version arabe de la contradiction par le fait que l’exemple du carré choisi est celui d’un nombre fini de points et que donc, cela ne peut constituer un contre-raisonnement pour un problème de continu qui touche l’infini : et il a donc raison (par exemple, on ne peut inférer du fait qu’un ensemble fini ne peut être équipotent à l’une de ses parties que c’est faux pour R, qui possède la puissance du continu). On ne peut donc accepter, il me semble, la remarque de C.G. sur ce point ; ce qui n’enlève au demeurant rien aux considérations générales portées sur le statut mathématique chez les atomistes, que C.G., avec pertinence, entend comprendre, en remarquant, par comparaison avec Buridan, en quoi consiste l’« erreur catégorielle ». On notera au passage la place importante occupée par Buridan dans ce recueil, même si seul l’article de Joël Biard lui est consacré : il est en effet un auteur de référence par excellence, en particulier avec ses conceptions sur la suppositio, qui permet d’éclairer bien des théories et raisonnements, de Nicole Oresme en particulier, comme le propose Jean Celeyrette dans sa belle contribution sur le rôle de l’argumentation mathématique dans la physique oresmienne. Les atomistes, cherchant de fait à trouver la structure ontologique du réel, n’ont que très peu faire des mathématiques (ce en quoi ils se trompent effectivement, ignorant la modélisation mathématique) et se placent au-delà du réel, ce qui les éloigne aussi de la physique. Il y a pourtant un certain paradoxe dans le raisonnement de Nicolas d’Autrécourt qui, curieusement rejoint Buridan (ce que ne souligne pas suffisamment, me semble-t-il, C.G. p. 192). Pour en effet justifier les indivisibles, Nicolas s’attaque au concept de divisibilité, considéré comme une « relation » ; or toute relation suppose l’existence de ses relata : donc, les parties que l’on divise doivent préexister à la division, preuve que le continu est un ensemble de parties existant en acte. De fait, l’atome a une nature métaphysique que Bonet et d’Autrécourt considèrent d’une façon assez complexe : l’atome est « une entité absolue qui a son propre mode d’être » (p. 193). Ainsi, dans l’approche de la grandeur, l’atome apparaît-il non comme le continu, mais comme un élément du continu qui permet à la grandeur d’être. Cet atome occupe un lieu (situs) et le continu n’est qu’un ensemble discret fait de juxtapositions, sans que le problème du contact, tel que l’avait envisagé Aristote, se pose. Une telle position débouche sur des considérations sur l’infini et Nicolas d’Autrécourt défend l’existence de l’infini en acte et on appréciera la présentation de C.G. sur ce sujet qui complète, en particulier, les travaux de Tony Lévy. Pour revenir rapidement à la physique d’Oresme, Jean Celeyrette revient sur les Questions sur la Physique et sur les Questions sur la Géométrie d’Euclide pour montrer combien Oresme et les oresmiens se détachent de Buridan dans leur application, que l’on peut qualifier de moderne, du raisonnement mathématique aux questions de physique. Article riche et dense, s’interrogeant en particulier sur le concept difficile de complexe significabilia, qui complète l’article devenu classique de Henri Hugonnard-Roche sur les raisonnements secundum ymaginationem (voir à ce sujet, dans le recueil, le bel article de Stefano Caroti).

5Ce petit aperçu, parcellaire et forcément très superficiel (comment recenser en peu de place un recueil d’articles ?) entend montrer modestement quelques aspects de la richesse de ce recueil, dont je recommande la lecture à tous ceux que les sciences médiévales intéressent (il faudrait souhaiter que ce soit le cas de tout médiéviste !). Je dois hélas exprimer un regret en finale : la qualité scientifique de ce recueil aurait mérité une meilleure qualité d’exécution de l’ouvrage ; dès la première lecture, attentive il est vrai, le livre part en feuilles détachées !

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Christophe Grellard (dir.), Méthodes et statut des sciences à la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/2764

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org