Navigation – Plan du site

Frédéric Attal, Jean Garrigues, Thierry Kouamé, Jean-Pierre Vittu (dir.), Les Universités en Europe, du XIIIe siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions

Camille Poiret
Référence(s) :

Les universités en Europe du XIIIe siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions, actes du colloque international d'Orléans, 16 et 17 octobre 2003, édités par Frédéric Attal, Jean Garrigues, Thierry Kouamé, Jean-Pierre Vittu, Paris, Publications de la Sorbonne (« Homme et société », 31), 2005, 294 p.

Texte intégral

1L’histoire de l’institution universitaire est nécessairement une histoire de temps long, fragmentée et continue, large et spécifique à la fois. Récurrences et continuités sont en effet une des caractéristiques de cette institution dont l’histoire est esquissée au fil des actes de ce colloque. Quatre thématiques organisent la réflexion des participants, privilégiant la transpériodicité plutôt qu’une approche chronologique. La première de ces thématiques s’intéresse à la place des universitaires dans la société, la deuxième aux rapports entretenus par les universitaires avec les pouvoirs, la troisième concerne les modèles et contre-modèles, et enfin la dernière touche à l’espace des universitaires. Ce colloque s’est donc concentré sur l’histoire des hommes qui font l’institution plutôt que sur l’institution en elle-même, contrairement à ce que le titre donne à penser. Comme le rappelle fort bien Jacques Verger dans son introduction, la transpériodicité n’empêche pas que chacun des travaux proposés ici inscrive son objet d’études dans un contexte fermement établi. L’idée n’est en aucun cas d’étudier l’Université d’une façon « désincarnée », comme une « institution coupée du monde » (p. 9), mais bien de l’inscrire dans son époque.

2Il ressort clairement de ce colloque une impression de permanences et de continuités. En effet, si certaines interventions (F. Attal, « Le modèle universitaire américain en Europe dans l’après-guerre : le cas de l’Italie » ; J. Mirloup, « Fonction universitaire et théorie centre-périphérie : la double problématique des villes périmétropolitaines françaises ») mettent résolument en valeur des innovations plutôt que des traditions, les continuités sont tout de même fort nombreuses. Le vocabulaire, en premier lieu, n’a guère changé. Les diplômes continuent d’être la licence, la maîtrise, le doctorat, pour ne citer que cet exemple-ci. Dès sa naissance, l’Université joue un important rôle face aux pouvoirs de l’État et de l’Église. En effet, celle-ci contribue à former des élites tant politiques que religieuses. En premier lieu, les maîtres de l’Université sont majoritairement des clercs jusqu’à la fin de l’époque moderne, et durant tout le Moyen Âge ils servent souvent la royauté ou la papauté lorsqu’ils ne restent pas comme maîtres en théologie au sein de l’Université. Le rôle des universitaires auprès des pouvoirs est notamment présenté dans les communications de C. Vulliez, qui offre un point tout à fait bienvenu sur le véritable rôle des maîtres orléanais à la fin du Moyen Âge, ainsi que celles d’E. Lalou et de P. Gilli, qui se penchent sur les étudiants en droit du Moyen Âge.

3Les communications des deux premières parties mettent également largement en avant le rôle contestataire, voire subversif, joué par les étudiants du XIIIe siècle à l’époque contemporaine ; ainsi, les communications de J.-C. Caron, de D. Fischer et de J. Guarrigues confirment cet engagement, politique ou non, récurrent de l’étudiant et sa place très particulière dans la société française.

4Une autre thématique d’une grande constance se dégage de ce colloque : l’importance croissante pour la renommée d’une université de posséder une bibliothèque richement fournie. Plus largement, les universités dans leur ensemble et à toute époque réfléchissent à des moyens d’attirer les étudiants. Dès le Moyen Âge, on observe un phénomène de migration des étudiants à travers l’Europe, ce que prouve la communication d’E. Mornet. Les universités de Paris et d’Oxford étant alors les seules dispensant des cours en théologie, leur force centrifuge est évidemment importante.

5La question des modèles universitaires est elle aussi abordée à travers les communications de T. Kouamé, G. Laudin, F. Attal et A. Saada. Depuis la translatio studii chère aux hommes du Moyen Âge jusqu’au modèle américain qui tente de s’implanter en Europe après la deuxième guerre mondiale, plusieurs possibilités sont exposées, plusieurs concepts, à travers plusieurs époques. Il est bien montré que constamment l’Université se cherche un modèle, des racines, tente de se créer un mythe, quels que soient les choix retenus. L’ancienneté, l’enracinement est un gage universel de qualité, idée qui se retrouve dans la communication de J. Mirloup qui montre que les modèles universitaires ayant finalement le mieux réussi (au moins dans l’imaginaire collectif) de l’après-guerre à nos jours sont ceux qui ont fait le choix d’une implantation en centre-ville ancien, plutôt que sur un campus neuf (exemple de Tours face à Orléans) ; ou dans la communication de S. Roux sur l’espace universitaire parisien médiéval qui laisse entrevoir un éclatement géographique toujours d’actualité.

6Bien entendu, les organisateurs du colloque ont pensé à poser la question des savoirs dans cette institution de l’université : qu’y enseignait-on ? comment ? quelle était la possibilité d’innovation face à la censure des autorités ? W. Frijhoff, G. Laudin et S. Van Damme proposent quelques réponses sur des points précis : l’histoire de l’université à l’époque moderne, l’enseignement de l’histoire dans le Saint-Empire et enfin la diffusion du cartésianisme en Europe. On déplorera l’absence de communications à propos des querelles des maîtres universitaires caractéristiques du Moyen Âge ou sur la réforme souhaitée en Mai 68 par les étudiants, mais il est vrai que ce colloque propose un panorama déjà fort riche de l’institution universitaire avec ses mouvements et ses fondements.

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Poiret, « Frédéric Attal, Jean Garrigues, Thierry Kouamé, Jean-Pierre Vittu (dir.), Les Universités en Europe, du XIIIe siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/2761

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org