Navigation – Plan du site

Adrian Tudor, Tales of Vice and Virtue. The First Old French « Vie des Pères »

Laurent Brun
Référence(s) :

Adrian Tudor, Tales of Vice and Virtue. The First Old French « Vie des Pères », Amsterdam-New York, Rodopi (« Faux Titre », 253), 2005

Texte intégral

1Bien qu’elle soit depuis quelques années entièrement accessible dans l’édition de Félix Lecoy (Société des anciens textes français, 3 t., 1987-1999), la Vie des Pères (VdP) demeure très méconnue et n’a suscité que très peu de travaux, l’un des rares chercheurs qui s’y soit intéressé récemment étant Adrian P. Tudor, qui, en plus d’une dizaine d’articles abordant ce texte sous différents angles, y a également consacré sa thèse de doctorat, soutenue à l’Université de Hull en 1999. C’est donc de cette thèse que découle l’ouvrage en question.

2Comme de nombreux autres recueils de récits brefs (contes, fables, exempla, etc.) du Moyen Âge, les récits pieux de la VdP se retrouvent dans plus d’une cinquantaine de manuscrits, chacun présentant le texte sous une forme plus ou moins variable, à l’égard du nombre et de l’ordonnancement des récits, par rapport à la version publiée par F. Lecoy. Bien que la plupart des contes se réclament de la tradition des Vitae Patrum, c’est-à-dire de la vie des Pères du Désert (tout en en n’étant pas des traductions), « they are in fact very much the product of the thirteenth century, often set in towns and played out by borjois » (p. 17). AT souligne à très juste titre le rapport étroit que ces récits entretiennent avec les fabliaux, autres produits de la même époque ; autant la piété et la moralisation des contes de la VdP s’oppose-t-elle au comique et à l’amoralité des fabliaux, autant les deux genres se retrouvent-ils dans l’économie du récit, ce qui amène AT à qualifier les contes de la VdP d’« anti-fabliaux » (« counter-fabliaux »).

3La VdP se présente aujourd’hui sous une forme tripartite : au premier noyau rédigé vers 1215-1230 se grefferont ensuite une seconde et une troisième parties. En plus d’être plus tardives et d’auteurs différents, celles-ci sont de nature assez différente de la première, ce qui amène, à juste titre, AT à ne pas inclure les 32 contes qui les composent et de ne tenir compte que des 41 qui forment la première vie. Comme AT fait le choix d’analyser chaque conte séparément, l’ouvrage prend vite la forme d’une suite d’analyses sans lien très serré entre elles, si ce n’est que les contes sont regroupés de façon assez lâche autour des dix commandements puis des sept péchés capitaux et sept vertus cardinales. Chaque récit se voit ainsi consacré une véritable petite monographie offrant essentiellement une lecture suivie assortie d’une analyse dont la profondeur varie en fonction de l’intérêt du texte étudié. Afin de faciliter l’accès au texte, AT a eu la judicieuse idée d’inclure au début de chaque chapitre un résumé des contes qui seront étudiés.

4Bien qu’il avoue modestement ne vouloir que fournir une introduction à la VdP, il est évident que la contribution d’AT apporte bien plus à notre connaissance. Il est en tout cas certain que cette analyse en inspirera d’autres et fournira des bases solides à quiconque s’intéressant à la VdP et aux expressions littéraires de la piété religieuse au Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Brun, « Adrian Tudor, Tales of Vice and Virtue. The First Old French « Vie des Pères » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/2759

Haut de page

Auteur

Laurent Brun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org