Navigation – Plan du site

Emmanuelle Poulain-Gautret, La Tradition littéraire d’Ogier le Danois après le XIIIe siècle. Permanence et renouvellement du genre épique médiéval

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Emmanuelle Poulain-Gautret, La Tradition littéraire d’Ogier le Danois après le XIIIe siècle. Permanence et renouvellement du genre épique médiéval, Paris, Champion (« Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 72), 2005, 412 p.

Texte intégral

1Maurice Wilmotte pensait que, en dépit de l’effacement du genre épique en France après le Moyen Âge, le Français avait « la tête épique ». De fait, si la grande production médiévale de la chanson de geste s’essouffle à la fin du Moyen Âge, elle ne meurt pas pour la longue durée, bien au contraire. Quiconque parcourt les titres de la Bibliothèque bleue par exemple sera peut-être surpris de constater que les grands héros des romans populaires qui ont irrigué la France jusqu’au XIXe siècle inclus ne sont pas Arthur, Lancelot ou Perceval, mais plutôt Renaut de Montauban, Huon de Bordeaux, Valentin et Orson et… Ogier le Danois. De fait donc, la chanson de geste, qui est animée d’une constante évolution durant tout le Moyen Âge, depuis Roland ou Gormont et Isembart jusqu’à des ‘romans épiques’ comme Mabrien, abandonne, en dépit de quelques tentatives comme celles de Ronsard ou de Voltaire, le terrain de ladite ‘grande littérature’ pour dynamiser celui de ladite ‘littérature populaire’. Emmanuelle Poulain-Gautret propose en son ouvrage une étude de La Chevalerie Ogier et des ses réécritures, essentiellement médiévales, en se penchant sur la réception de l’œuvre aux XIVe et XVe siècles, tout en introduisant quelques remarques sur les reprises postérieures, la réception d’un ‘groupe’ de chansons de geste (il faut bien l’appeler ainsi au vu de la complexité de la tradition médiévale) qui établit la célébrité du héros carolingien Ogier le Danois étant bien fournie. Ce personnage en effet connaît un succès particulièrement important du XIIIe siècle à l’aube du XXe siècle. La Chevalerie Ogier offre donc l’exemple rare d’un texte constamment réécrit, exploité et réapproprié pendant sept siècles. À travers cet exemple est donc posée la question de la survie de la chanson de geste en France.

2En premier lieu, je dois dire que le titre de l’ouvrage, comme les plus longs développements de son introduction, peuvent prêter à confusion. Le titre en effet laisse à penser que l’ouvrage d’Emmanuelle Poulain-Gautret est une étude de la réception du personnage d’Ogier le Danois. Impression confirmée par la suite qui rappelle la longue durée de la légende d’Ogier. En effet, l’histoire d’Ogier, qui connaît un nombre particulièrement important de continuations, s’inscrit dans un véritable ‘champ’ (on pourrait parler, en paraphrasant quelque peu E.R. Jauss, de « famille historique ») qui permet de mesurer toutes les étapes de l’évolution du genre : depuis une première chanson du XIIIe siècle, on enregistre en effet une première continuation en vers décasyllabes datant du début du XIVe siècle. Vers le milieu du XIVe siècle apparaît un remaniement en alexandrins. Ces deux versions tardives découlent évidemment d’une première version originale de La Chevalerie Ogier, mais elles utilisent des sources différentes pour la première partie du texte. À la fin du Moyen Âge, une mise en prose du texte en alexandrins est effectuée, qui connaît un fort succès d’édition (Vérard, Lotrian-Janot, Bonfons), avant de poursuivre sa carrière dans la Bibliothèque bleue, la dernière version identifiable de cette version (Baudot) nous amenant en 1863. À côté de ce ‘tronc’ de la vie de la légende, on peut enregistrer de multiples ramifications, tant médiévales que modernes : Adenet le Roi vers 1275, Jean d’Outremeuse dans son prolifique Myreur des histors à la fin du XIVe siècle. En 1542, François Habert publie ses Visions d’Ogier le Dannoys au royaulme de Fairie et, en 1613, Pierre de Face fait paraître un récit à caractère hagiographique autour du personnage. Citons dans cette liste non exhaustive les Infortunes d’Ogier le Danois, par Marie Butts, qui figurent, de 1913 à 1950, dans Les Contes héroïques de douce France chez Larousse. Une belle formule d’EPG montre bien combien l’étude de la réception de la chanson de geste est importante : « au lieu de constater que l’épopée ne peut plus naître, on remarque que la chanson de geste ne peut pas disparaître ». La postérité des aventures de Renaut de Montauban, de Huon de Bordeaux et d’Ogier le Danois atteste bien de la pertinence de la sentence. Cependant, si EPG revendique elle-même des références à Jauss, son ouvrage propose essentiellement une étude de l’Ogier médiéval, dans une réception de la première Chevalerie Ogier essentiellement limitée aux XIVe et XVe siècles, en éliminant du centre de l’étude, comme l’auteur le dit très clairement, les « ramifications ». Même si, au cours des analyses thématiques, la comparaison est faite avec des versions postérieures. Toujours dans une optique ‘jaussienne’, EPG rappelle l’importance du lien unissant réception et genre. C’est pourquoi, à la fin de l’introduction, elle propose quelques rappels sur les définitions génériques de la chanson de geste et du roman. Il me semble que ces paragraphes ne sont pas très utiles ni opérationnels pour l’entreprise ici menée : soit ils sont trop brefs et insatisfaisants par rapport à la question du genre, soit trop longs parce que simplement appendices. Comme Paul Zumthor l’avait déjà remarqué dans son Essai de poétique médiévale, la notion de genre est particulièrement délicate pour l’époque, car échappant a priori à la mentalité médiévale, alors que, comme les manuscrits cycliques des chansons de geste l’attestent par exemple, une notion de genre se construit ‘historiquement’ ; l’on revient alors à la « famille historique » défendue par Jauss. Or, pour la chanson de geste, EPG énumère finalement quelques définitions, sans véritablement les recadrer avec ces notions. Elle aurait alors pu se contenter d’une approche minimale (récit découpés en unités sémantiques, les laisses). On pourrait dire de même pour le roman, avec des couches supplémentaires, au vu de la difficulté encore plus élevée à définir un genre romanesque médiéval qui plus est dans la longue durée. Tout ceci fausse un peu la perspective générale, car EPG se livre essentiellement à une analyse thématique littéraire de l’œuvre qu’elle tente de rattacher, à mon avis de façon un peu artificielle, à une étude de genre : le titre de la deuxième partie, « La thématique comme marqueur de genre ? », ressemblant un peu à une pirouette.

  • 1  Ogier le Danois dans les littératures européennes, Munskgaard, 1969.

3Si l’on passe sur ce que j’appellerais des ‘erreurs d’annonce’, en lisant l’ouvrage d’EPG dans la perspective d’une étude du ‘groupe médiéval’ d’Ogier, le lecteur trouvera un bon outil de travail sur la tradition épique d’Ogier. Certes, nous n’avons pas là la première étude sur Ogier et l’on pense en premier lieu à celle de Tokeby qui a fait date1. Mais l’ouvrage d’EPG apporte un regard nouveau par son étude, suivie et minutieuse, des procédés littéraires et des ‘espaces sémantiques’ de l’œuvre : temps, religieux, merveilleux, etc. Les chapitres de l’ouvrage reprennent ainsi des questions essentielles de la chanson de geste, en portant le regard aigu sur la tradition d’Ogier : la guerre, le lignage, le merveilleux, le pouvoir, etc. Je m’attacherai ici plus particulièrement à ce dernier aspect. Comme beaucoup de chansons du ‘Cycle des barons révoltés’, la légende d’Ogier s’interroge sur les liens sociaux qu’elle propose de redéfinir. À cette dimension politique se superpose un souci narratif qui implique en particulier la mise en lumière plus détaillée des personnages et de leurs comportements, voire de leur psychologie. En premier chef, c’est Charlemagne qui occupe le centre du faisceau, avec une nouvelle approche du personnage. On sait que l’empereur revêt souvent un caractère ambigu, voire négatif, dans les chansons de geste. Un bon exemple en est donné par Girart de Vienne, où l’empereur est tour à tour mesquin et magnanime. Dans Huon de Bordeaux ou Renaut de Montauban, il n’est guère reluisant en général. Ici, l’image est plus nuancée : dansles Enfances, Charlemagne est un souverain positif. S’il peut apparaître comme négatif du point de vue d’Ogier, il est aussi, objectivement, un régulateur de conflits, car il refuse la faide qu’Ogier voudrait imposer. En ce sens, il apparaît donc comme un souverain moderne, et de manière générale, l’empereur incarne la justice, comme il le prouve dans l’épisode du jugement divin du traître Berart, dans La Chevalerie. Pour EPG, la chanson manifeste un souci de rendre Charlemagne plus humain. On peut bien entendu accepter cette évaluation, qui correspond bien à une évolution des chansons de geste en général. Et la mise en perspective que l’auteur fait avec d’autres personnages, comme Charlot, le montre bien. Mais ne faut-il pas insister davantage sur le message politique qui révèle que le roi est souverain en matière de justice, message à comprendre dans le sens d’un idéal du prince dans un contexte d’avancée vers un état monarchique absolu ? Comme dans chacune des études thématiques, un regard, fort intéressant, est proposé sur des versions non médiévales. Ainsi François Habert utilise la légende dans une perspective de ‘Miroir du Prince’, en insistant sur les idéaux chrétiens. Il me semble cependant que le lecteur a parfois un peu de mal à suivre les articulations de la démonstration : on attend en effet un discours sur la représentation du pouvoir ; celui-ci est bien présent, mais entrecoupé d’analyses purement littéraires (par ex. la redéfinition de l’épopée à la Renaissance, imaginaire féérique…) qui nuisent à la logique du propos.

4Pour finir, même si je regrette un certain manque de clarté dans l’organisation, un certain flou dans l’annonce de quelques rubriques, je soulignerai l’intérêt de cet ouvrage pour ceux qu’intéresse la légende d’Ogier et, plus généralement, la réception des épopées médiévales dans l’Histoire, chantier qui s’ouvre de plus en plus, mais laisse encore beaucoup de points d’interrogation.

Notes

1  Ogier le Danois dans les littératures européennes, Munskgaard, 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Emmanuelle Poulain-Gautret, La Tradition littéraire d’Ogier le Danois après le XIIIe siècle. Permanence et renouvellement du genre épique médiéval », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/2758

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org