Navigation – Plan du site

Emmanuelle Poulain-Gautret, Jean-Pierre Martin, Jean-Pierre Arrignon, Stéphane Curveiller (dir.), Le Nord de la France entre épopée et chronique

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Le Nord de la France entre épopée et chronique, actes du colloque international de la Société Rencesvals (Section française), Arras, les 17-19 octobre 2002, études réunies par Emmanuelle Poulain-Gautret, Jean-Pierre Martin, Jean-Pierre Arrignon et Stéphane Curveiller, Arras, Artois Presses Université, 2005, 359 p.

Texte intégral

1Ce volume réunit les contributions présentées lors de l’Assemblée générale de la branche française de la société Rencesvals qui s’est tenue à Azincourt et à Arras en octobre 2002. Comme son titre l’indique, il s’agit de confronter deux genres qui, tous deux, prétendent énoncer la vérité. Trois questions principales orientent ici le travail : (1) celle des rapports littéraires pouvant exister entre chanson de geste et chronique (« Quand la chronique revisite l’épopée ») ; (2) celle du traitement de grandes figures historiques et épiques (« Figures historiques, figures épiques ») ; (3) celle enfin du texte comme lieu de mémoire (« Construction de la mémoire »).

2(1) Cl. Thiry, « Jean d’Outremeuse entre épopée et chronique : quelques histoires liégeoises » ; L. Mathey-Maille, « Dudon de Saint-Quentin entre chronique et épopée » ; A. Kostka, « La Chronique du Pseudo-Turpin : réception nordique, perception épique » ; J.-P. Martin, « Quand la chronique latine démarque la chanson de geste : la Chronique de Waulsort et Raoul de Cambrai » ; B. Finet van der Schaaf, « L’Histoire de la Reine Sebille : la chanson, les chroniques et le(s) roman(s) en prose » ; B. Guidot, « Épopée ou chronique ? L’exemple du siège de Vienne dans les Croniques et Conquestes de Charlemaine » ; C. Bouillot, « L’Influence des chansons de geste sur l’art de conter de David Aubert dans les Croniques et Conquestes de Charlemaine » ; V. Croquez-Guyen, « L’effet-personnage dans les Croniques et Conquestes de Charlemaine de David Aubert, texte du XVe siècle : de la chronique à l’épopée ? ».

3(2) P.-G. Girault, « E fist la chartre el muster de Loüm. De Laon à Saint-Denis, traditions littéraires relatives à la localisation de la messe de saint Gilles, du Roland d’Oxford à Jean d’Outremeuse » ; R. Rech, « Entre mémoire et oubli : le règne de Charlemagne chez les historiens provinciaux de l’Ouest de la France au début du XVIe siècle » ; J.-P. Arrignon, « Godefroy de Bouillon, héros d’épopée des chroniques du Nord ? » ; A. Winkler, « La terre sainte : prolongement épique de la France du nord ? L’espace picard, flamand et lorrain dans le cycle de la croisade » ; M. Ott, « Wistasse le Moine, aux marges du réel » ; M. Bubenicek, « De l’image des femmes de pouvoir chez quelques chroniqueurs de France du Nord au XIVe siècle » ; Ch. Balouzat, « L’Iconographie dans les chroniques médiévales : quelle source pour l’histoire ? ».

4(3) J.-Ch. Herbin, « L’Histoire otage des chansons de geste ou l’inverse ? Le cas d’Anseÿs de Gascogne et de la Vengeance Fromondin » ; V. Naudet, « Le Tremble et le château. Étude de l’espace dans la version bourguignonne de Guerin le Loherain » ; È.-M. Halba, « Le ‘forjurement’ dans les épopées et les chroniques du Nord. Étude d’une ancienne pratique judiciaire » ; F. Da Rocha-Carneiro, « La Bataille de Cassel dans les récits des chroniques » ; D. Courtemanche et M. Chopin-Pagotto, « Littérature et Histoire : la construction de la mémoire urbaine à partir de deux chroniques de ville » ; J. Lemaire, « Poésie politique et histoire : La Complainte d’Arras ».

5Je ne pourrai ici traiter de tous les articles de ce volume, mais je dois en premier lieu noter l’intérêt de l’ensemble. Si la question des rapports entre l’épopée et l’histoire, corrélativement aussi de la mémoire et de la vérité, n’est pas nouvelle et a déjà fait l’objet de nombreux travaux, les chercheurs sont encore loin d’avoir épuisé le sujet. L’angle d’attaque qui consiste à mettre en parallèle chansons de gestes et chroniques, non simplement du point de vue de la Quellenforschung – tant de fois mise en œuvre – mais de la composition littéraire, offre une perspective, sinon nouvelle, du moins riche de pistes de travail. Il reste en outre à comprendre de façon approfondie ce qu’est la construction de la mémoire, si même il y a véritablement construction, pour le Moyen Âge : la notion de lieu de mémoire a-t-elle un sens (selon Pierre Nora ou autre) ? Dans quelles ‘marches’ se situent les références à la mise en mémoire : rhétorique, conscience de l’histoire, affirmation du statut de l’auteur, etc ? Assiste-t-on à une évolution du rapport à l’histoire et à la fiction au cours du Moyen Âge ? Que véhicule exactement la figure historique, entre invariants génériques ou pseudo-génériques, modèle ou contre-modèle (politique, éthique, religieux…), ou simple esthétique du personnage, fonction littéraire, « effet-personnage », pour reprendre l’expression de Valérie Croquez ? Peut-on évaluer le degré de conscience de la vérité historique pour les auteurs médiévaux ? Dans ce registre, quelle est la part de la reprise d’une écriture s’inscrivant dans une tradition d’autorité ou de genre ou simplement de réception et de la vérité, de ce que l’on écrit et à quoi on ne croit pas ou plus (exemple du Pseudo-Turpin, auquel Aurélie Kotska consacre son article) ? Si toutes ces questions (et d’autres) ne trouvent pas de réponse dans ce recueil, les études ici réunies contribuent à une approche solide de ces problèmes. En particulier, David Aubert et Jean d’Outremeuse se taillant la part du lion, le regard porte beaucoup sur des textes tardifs, dont l’étude, en dépit d’excellents travaux depuis Doutrepont, reste encore largement ouverte.

  • 1  « Musec, metau : le langage mosaïstique du Girart de Roussillon et son origine savante », Bull. So (...)

6Le Myreur des Histors mérite que l’on y consacre encore bien des travaux ; certes, son immensité a de quoi freiner les enthousiasmes (plus de 2000 pages dans l’édition Borgnet), mais le texte pose de nombreux problèmes qu’une recherche suivie pourrait éclaircir. Claude Thiry retient ici de faire porter son propos sur deux épisodes centrés sur Liège et Saint-Trond et de s’interroger sur les rapports entre chronique et épopée, en mettant en perspective du Myreur la Geste de Liège qui, comme le Myreur, intègre une geste d’Ogier. C.T. se penche sur deux conflits rapportés par Jean, le premier opposant, à partir de 1114, Alexandre et Frédéric, tous deux élus évêques de Liège. Le second conflit concerne le même Alexandre et le comte de Duras, après 1130. C.T. se livre alors à un examen extrêmement minutieux des épisodes rapportés dans les deux textes et montre de façon particulièrement convaincante comment sont construits les alexandrins utilisés par Jean d’Outremeuse dans le Myreur, en comparaison avec sa Geste. Sur quatorze alexandrins du Myreur, huit sont communs aux deux œuvres ; mais Jean travaille aussi par hémistiches, en reprenant dans la Geste et en complétant. La question de la composition par le poète d’un Ogier apparaît donc comme plus complexe qu’il n’a paru, à A. Goosse par exemple. C.T. montre donc qu’il existe entre les deux textes une symbiose, tant idéologique que sur le plan de l’écriture. Mais il apparaît bien difficile de savoir dans quel sens Jean d’Outremeuse a travaillé : de la geste à la chronique ou vice-versa ? La prose en effet peut présenter des formulations épiques absentes des vers, tout en ayant tendance à réduire l’information donnée par les vers. En fait, le travail de Jean pose deux questions importantes, formulées par C.T. : la première concerne la présence éventuelle de vers épiques dans les portions du Myreur n’ayant pas de correspondant dans la Geste. Cette question est évidemment liée à celle du dérimage. La seconde porte sur la raison d’être de la présence des vers dans la chronique. C.T. émet l’hypothèse que le Myreur ne doit pas être considéré comme un dérimage, mais qu’il est porté par une écriture épique. Jean d’Outremeuse revient à propos de la Reine Sebile, avec la contribution de Baukje Finet Van der Schaaf (B.F.). Dans le Myreur des Histors en effet est contée une part des aventures qui seront développées dans le roman en prose. Rappelons, avec B.F., la tradition par laquelle nous connaissons ce récit : trois fragments en alexandrins, datés du XIIIe siècle, qui pourraient remonter à une Chanson de Sebile de la fin du XIIe siècle ; deux chroniques, le Myreur de Jean d’Outremeuse (XIVe s.) et, dans la première moitié du XIIIe siècle, la Chronica d’Albéric des Trois-Fontaines ; au XVe siècle, le récit est inséré dans la mise en prose de Garin de Monglane et certaines aventures de Sebile se trouvent dans Macaire. B.F. se propose de comparer ce qu’il nomme le « roman en prose » avec les fragments et les chroniques. En fait, le « roman en prose » est la partie de Garin qui traite des aventures de Sebile. L’ambiguïté est regrettable, pouvant faire penser au lecteur non spécialiste de Sebile qu’il existe un roman en prose de ses aventures. Cet article déçoit : certes, la comparaison est faite, mais on en reste à un seul niveau descriptif, du type ‘quel épisode, quel personnage, figure ou ne figure pas’. La conclusion, sur la prolixité du prosateur, ne va très loin et les questions fondamentales ne sont pas abordées : rôle de l’inscription épique dans la chronique, pourquoi insérer un ‘roman de Sebile’ dans le Garin en prose, avec quelles fonctions littéraires, esthétiques, épiques, etc. ? Laurence Mathey-Maille propose un regard sur Dudon de Saint-Quentin et son originale histoire des mœurs et des actions des premiers ducs de Normandie ; texte étrange et complexe, utilisant le prosimètre – sans doute le premier à le faire dans le cadre d’une écriture à visée historique. L.M.-M. s’interroge, en choisissant le livre consacré à Guillaume Longue Épée, sur l’articulation entre historia et vita, deux termes utilisés par Dudon dans une introduction composée d’une préface en vers, d’une ‘prière’ et d’un prologue en prose. On remarquera que le terme gesta intervient également (cf. p. 35) et il est dommage que L.M.-M. n’ait pas relevé dès le départ cette articulation entre historia, vita et gesta. La mise en perspective d’historia et vita montre que le récit possède un double ancrage qui, comme l’annonce l’auteur de l’article, « sous-tend une construction épique » (p. 37). Dans le paragraphe suivant, Gesta Willelmi, L.M.-M. se penche sur cette construction, en définissant ce qu’elle entend par ‘geste’ (p. 37) ; on voit ici combien il est dommage de n’avoir pas, dès le paragraphe précédent, souligné l’emploi de gesta par Dudon. Finalement, le qualificatif d’‘historico-épique’ est appliqué au Livre III du De moribus. L’auteur parle ainsi d’une « écriture de l’histoire en cours d’élaboration ». On peut placer cette approche dans un cadre plus général me semble-t-il, qui est celui de la prégnance (quasi absolue, ai-je envie de dire) des modèles épiques sur l’écriture de l’histoire dès qu’il s’agit de personnages ou de comportements chevaleresques. Petite anecdote sur l’image du potier employée par Dudon, que relève L.M.-M. à la fin de son article : ne rappelle-t-elle pas celle utilisée par Isidore de Séville (Étymologies, 20, 4, 2) ? Aurélie Kotska analyse l’influence du Pseudo-Turpin (rappelons qu’il s’agit là de l’œuvre d’un faussaire ayant composé une autobiographie de l’évêque Turpin qui s’insère dans les Libri sancti Jacobi, la chronique ayant connu un immense succès si l’on en juge seulement par le nombre de manuscrits, de l’ordre de 300) sur la littérature bourguignonne, dont on connaît bien le goût marqué pour l’histoire et pour l’épopée. Plus particulièrement, A.K. s’intéresse aux relations entre le Pseudo-Turpin (à sa traduction) et des textes fictionnels épiques comme Fierabras ou les Enfances Garin de Monglane qu’elle suppose d’origine bourguignonne (p. 42 – on aurait aimé plus de précision sur cette ‘supposition’, au moins le renvoi à la thèse de l’auteur de l’article, thèse d’ailleurs citée p. 47, n. 13). La Chronique du Pseudo-Turpin figure, rappelons-le, dans l’inventaire de la bibliothèque des Ducs de Bourgogne (inventaire de 1467 dans la rubrique hystoires ou livres de gestes). A.K. rappelle quels textes figurent sous cette rubrique et en conclut que le Pseudo-Turpin pourrait avoir été reçu au XVe siècle comme un texte épique. Il semble finalement que, en dépit du peu de succès supposé par A.K du Pseudo-Turpin à la Cour de Bourgogne à la fin du Moyen Âge (que je n’aime pas l’expression « basse époque » utilisée p. 46 !), le texte ait gardé la caution de prestige de Turpin, même ramené à un statut non historique et la Chronique « devient matière à la création à l’instar d’une fiction » (p. 54). Jean-Pierre Martin se penche sur les rapports entre Raoul de Cambrai et la Chronique de Waulsort, rapports déjà considérés par D. Misonne et L. Harf et E. Baumgartner. Je commencerai par un petit point de désaccord : J.-P.M. considère en effet (p. 58) que le caractère savant de la chronique l’éloigne a priori de la chanson de geste. On ne peut cependant nier que nos épopées peuvent aussi intégrer des caractères savants, des ‘insertions savantes’, comme moi-même ait pu le montrer avec le regretté Alain Labbé1. Point de détail, qui n’enlève rien à l’intérêt de l’article. Je soulignerai surtout la mise en lumière de l’emploi fréquent par l’auteur de la chronique de la figura etymologica. De fait, le moine de la Chronique utilise la chanson de geste, tout en se livrant à une adaptation stylistique qui tire son récit vers la vérité historique et tend à l’effacement de toute source vulgaire. Ce travail permet en outre d’asseoir idéologiquement la chronique, avec la mise en valeur du personnage de Eilbert, lié à la fondation de l’abbaye. Bernard Guidot, en se penchant plus particulièrement sur l’épisode du siège de Vienne dans les Chroniques et conquestes de Charlemaine de David Aubert, se livre à une réhabilitation de l’auteur par rapport au jugement quelque peu sévère qu’avait pu porter Robert Guiette sur sa manière. David Aubert, somme toute bon connaisseur de la matière épique, est un adaptateur qui inscrit dans son écriture les nouvelles tendances de la fin du Moyen Âge en matière de réception de l’épopée. Mais le texte épique travaille en profondeur un texte qui, par son style, s’apparente parfois plus à la chronique. B.G. le montre bien, nous sommes vraiment dans ce que j’appellerais volontiers une ‘marche’ : dans un espace flou où travaillent et une conscience de l’Histoire, au moins une volonté de mettre en scène la ou une vérité historique, et un substrat épique toujours efficace. Remercions Muriel Ott de présenter une contribution sur ce texte bien oublié qu’est Wistasse le moine, héros ‘historico-épique’ dont les aventures ont soutenu la production d’un texte particulièrement original (au point même d’avoir été qualifié, non sans raison d’ailleurs, de « picaresque » par Philippe Ménard !). Œuvre de tonalité à la fois épique et fabliesque, il est bien difficile de cerner les intentions de son auteur : la thèse de M.O. est que ces éléments sont parfaitement liés ; c’est la perturbation de l’ordre qui impose un comportement biaisé, allant vers le monde à l’envers. On aboutit à une notion qui me paraît très pertinente, celle d’« instabilité des modèles littéraires » (p. 204), et c’est sans doute dans ce sens qu’il faudrait reprendre la question du Pelerinage de Charlemagne ou de chansons dites « parodiques » comme, par exemple, Audigier. Danielle Courtemanche et Myriam Chopin Pagotto traitent de deux chroniques en regard de la construction de la mémoire urbaine : la Chronique bien connue de Philippe de Vigneulles et celle, moins connue des médiévistes, d’Étienne Médicis sur le Puy-en-Velay. Après une étude des sources (on pourra s’interroger sur quelle traduction de Vincent de Beauvais utilise Philippe), D.C. et M.C.P. considèrent les mythes de fondation des deux villes pour voir comment les auteurs organisent leurs sources et leur récit pour relier l’histoire de leur ville à celle du royaume : Philippe va jusqu’à réécrire l’Évangile de Mathieu pour faire se dérouler la Passion à Metz ! Comme le notent fort justement les auteurs en conclusion, « les chroniques sont des filtres indispensables pour saisir un milieu urbain dans sa capacité à circonscrire un patrimoine de mémoire ». J’ai envie d’ajouter, en relation avec le sujet du recueil, que l’épopée joue aussi un rôle non négligeable dans les systèmes de représentation d’une telle mémoire : l’idée d’une « ville qui renaît constamment de ses cendres, toujours victorieuse » (p. 336) a aussi quelque chose d’épique, au sens médiéval du terme. Je terminerai cette recension, en regrettant bien évidemment de n’avoir pas traité de tous les articles, par le fort stimulant travail d’Ève-Marie Halba sur le « forjurement ». Il est un champ de recherche bien trop négligé par les historiens de la littérature médiévale, celui des rapports entre le Droit et la fiction. Dans ce très bel article, È.-M.H. se penche sur la question d’une pratique judiciaire coutumière des chansons de geste, le « forjurement », dans ses deux acceptions : le « forjurement » qui s’applique à un individu, le condamnant à être coupé de son lignage, à l’infâmie en quelque sorte ; et le « forjurement » du pays, qui permet au « forjuré » d’échapper à la peine de mort par le bannissement auquel il s’engage lui-même devant l’autorité. Cette pratique est attestée dans le nord et dans l’ouest de la France. Mettant en parallèle texte épique (Renaut de Montauban) et textes juridiques (Coutumes du Beauvaisis, Livre Roison), È.-M.H. montre bien comment le droit réel peut travailler dans le texte épique. Un beau ‘chantier’ à développer…

Notes

1  « Musec, metau : le langage mosaïstique du Girart de Roussillon et son origine savante », Bull. Soc. Fouilles Archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne, 8, 1991, p. 11-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Emmanuelle Poulain-Gautret, Jean-Pierre Martin, Jean-Pierre Arrignon, Stéphane Curveiller (dir.), Le Nord de la France entre épopée et chronique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/2757

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org