Navigation – Plan du site

Anna Fontes Baratto, Marina Marietti et Claude Perrus (dir.), La Poésie politique dans l’Italie médiévale

Bernard Ribémont
Référence(s) :

La Poésie politique dans l’Italie médiévale, études réunies et présentées par Anna Fontes Baratto, Marina Marietti et Claude Perrus, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, Arzanà. Cahiers de littérature médiévale italienne, 11, 2005, 381 p.

Texte intégral

1La poésie politique italienne est assez peu traitée ; les études ne manquent pas sur l’écriture du politique (Brunetto Latini par ex.), sur l’influence des idées politiques sur les grands auteurs italiens comme Dante. L’on a souvent trop tendance à penser qu’il n’y a pas de véritable pensée politique avant Machiavel, ce qui explique le vide des études sur cette « poésie politique » italienne médiévale. Cette poésie ne constitue pas véritablement un genre, mais doit se comprendre plus comme un ensemble, parfois flou, de textes qui sont « réactifs » à l’actualité politique, par exemple aux luttes entre guelfes et gibelins, avec les événements qui les accompagnent (bataille de Montaperti par ex.). L’ensemble des contributions à ce volume, recueil d’articles et anthologie de textes, offre un très bon panorama de cette poésie en rapport avec les événements du temps.

2Cécile Le Lay se penche sur la poésie de Guittone d’Arezzo, qu’elle étudie dans le contexte historique de la bataille de Montaperti (4 sept. 1260) qui vit la victoire des gibelins. Cette bataille s’inscrit dans le contexte des rivalités entre Sienne et Florence, mais en déborde largement le cadre et doit être envisagée dans le contexte de la politique offensive de Manfred, roi de Sicile, désireux de consolider et agrandir le pouvoir Hohenstaufen en Italie. Les guelfes régnaient en maîtres à Florence depuis la mort de Frédéric II (1250) et avaient associé la haute bourgeoisie aux affaires politiques. Florence battait, depuis 1252, le fameux florin d’or, signe de sa prospérité et usurpait ainsi un privilège impérial. Orgueilleuse, fière de sa richesse, Florence montre avec ostentation les signes de sa puissance et de son détachement du pouvoir impérial : c’est pourquoi la défaite cuisante de Montaperti fut reçue comme un véritable désastre, que Dante relate au chant X de l’Inferno. Guittone va donc jouer sur différents effets poétiques et stylistiques pour rendre la lamentation des Florentins, procédés analysés en détail par C.L.L., qui donne en outre le texte, avec sa traduction, en annexe : cette analyse révèle combien Guittone, décrié par Dante, manipule l’éloquence à des fins civiles. Anne Robin présente un ensemble de tensons florentines du XIIIe siècle, conservées dans le manuscrit Vaticano 3793, qui sont révélatrices des aléas des luttes guelfes et gibelins, entre espoirs de victoires, défaites, rumeurs diverses animant un camp comme l’autre : bataille de Bénévent, qui suit la mort de Manfred et voit la victoire de Charles d’Anjou suscitant l’espoir des guelfes, nouvelle venue d’héritiers impériaux, défaite de Tagliacozzo, etc. Ce sont en fait surtout des rumeurs qui vont animer la création poétique en la matière. A.R. montre bien comment s’organisent ces tensons et comment elles ont des caractéristiques communes, ignorant en particulier l’argumentation, préférant la virtuosité métrique. A.R. offre une édition de ces tensons, avec leur traduction. Johannes Bartuschat repart de l’article de Luciano Rossi, « Brunetto, Bondie, Dante et il tema dell’esilio », dans lequel le critique montre que c’est plus en termes politiques, liés à l’exil de Brunetto après Montaperti, qu’il faut interpréter la chanson S’eo son distretto qu’en considérations érotiques, comme l’avait fait D.S. Avalle. J.B. reprend l’argumentaire de Rossi, en considérant de près l’architecture du ms. Vat. lat. 3793 et propose ici quelques compléments, qui vont dans le sens de l’interprétation de Rossi. Il se penche pour ce faire sur le regroupement de textes de minores florentins, tous guelfes et exilés, regroupement établi par le manuscrit : il note l’influence de la poésie sicilienne, mais aussi celle des troubadours, le sirventes, allant bien dans le sens d’une prise de position politique. Mais, surtout, J.B. remarque combien les poèmes de ces minores peuvent être lus selon un double langage, celui de l’amour et celui de la politique, celle-ci considérée dans le cadre de l’exil et de la perte de la ville aimée. Des rapprochements avec d’autres textes, appartenant à différentes sections du ms. sont également opérés pour montrer l’importance du thème du bannissement. Cet article offre ainsi une ouverture intéressante sur les minores guelfes de Florence. On regrette seulement que, finalement, Brunetto demeure effacé, l’introduction de l’article ayant laissé attendre quelques nouveaux détails sur sa poésie, détails pour lesquels le lecteur reste sur sa faim. La très guelfe Florence entre en conflit avec la Papauté, occasion d’une guerre qui dura de 1375 à 1378 et fut nommée, par dérision, la « Guerre des huit saints », en référence aux huit magistrats chargés de la gestion du conflit. Celui-ci mit aux prises le pape Grégoire XI, alors en Avignon, et la ville de Florence, reprochant à la Papauté d’étendre par trop son pouvoir en Italie, au détriment de « la Fleur ». Florence, gênée idéologiquement et moralement par ce conflit, mit tous ses efforts du côté de la propagande, afin de justifier son attitude belliqueuse vis-à-vis de l’Italie, mais aussi de l’ensemble de ses clients. C’est pourquoi elle se prétendit défenseur de la Libertas, sa devise lors du conflit, qu’elle fit même, pour la circonstance, inscrire de blanc sur un gonfalon à fond rouge, à l’image donc de celui du pape. Ce conflit, Marina Gagliano nous le présente à travers le Libro delle rime de Sachetti, qui joua un rôle de poète officiel de la magistrature de guerre. Les poèmes de Sachetti furent écrits après que le pape eut prononcé l’interdit sur Florence, le 31 mars 1376 et ils comportent ainsi une large mise en cause du pape, critique qui entre en écho de celle de Colucio Salutati dansses Épîtres. Il s’avère cependant que cet engagement apparaît surtout conjoncturel et que la poésie de Sachetti évoluera, dès 1378, vers des positions beaucoup plus moralistes et générales l’éloignant des humanistes florentins. Ces derniers en effet – Salutati en premier lieu –, à l’occasion de la Guerre des huit saints, élaborent une nouvelle image de Florence en empruntant beaucoup à Pétrarque, en particulier en revivifiant les mythes fondateurs. Je terminerai ce rapide panorama, ce butinage parmi les prés, avec l’article de Donatella Bisconti, « Tyrannie et liberté chez Simone Serdini », qui est centré sur une question essentielle dans l’Italie des condottieri du XIVe siècle, celle de la justification du tyran, c’est-à-dire de celui qui prend le pouvoir en usurpateur selon la loi. Il s’agit ici de la personne si marquante, même en France, de Giangaleazzo Visconti et de son irrésistible ascension vers le pouvoir, seulement arrêtée par la peste, alors que, après avoir mis la main sur Bologne, la dernière alliée de Florence, le comte de Vertus s’apprêtait à faire tomber sa plus puissante ennemie. L’article rappelle les événements et la façon d’agir du Visconti, plus apte à ‘laisser mûrir un fruit’ qu’au conflit violent et immédiat. Après avoir présenté l’itinéraire personnel et tourmenté de Serdini, D.B. montre comment ce dernier, s’appuyant largement sur Pétrarque, sans oublier Dante à qui il entend rendre hommage, construit son éloge du Visconti et surtout, comment il tente ainsi d’asseoir son autorité, allant en contre en particulier du De tyranno de Salutati. Le personnage de Jules César joue ici un rôle premier, que D.B. met bien en valeur.

3Il me reste pour finir à recommander la lecture, ou du moins la consultation de ce recueil, dont je n’ai donné qu’un trop rapide aperçu, recueil qui soulève de passionnantes questions tournant autour de ce que l’on pourrait appeler une ‘intertextualité poético-politique’, dans une Italie médiévale particulièrement agitée.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Anna Fontes Baratto, Marina Marietti et Claude Perrus (dir.), La Poésie politique dans l’Italie médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/2755

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org