Navigation – Plan du site

Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éds), Le Formulaire d’Odart Morchesne dans la version du ms. BnF fr. 5024

Gérard Giordanengo
Référence(s) :

Le formulaire d'Odart Morchesne dans la version du ms BnF fr. 5024, édité par Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan, avec le concours des étudiants de l'École nationale des chartes et la collaboration d'Eduard Frunzeanu, Paris, École des chartes (« Mémoires et documents de l'École des chartes », 80), 2005, 479 p.

Texte intégral

1Des formulaires de la chancellerie royale, celui d’Odart Morchesne est le plus connu et celui qui a eu le plus d’influence sur les autres formulaires jusqu’au début du XVIe siècle. Il n’est cependant pas le premier, Jean de Caux en avait rédigé un, perdu, en 1286, qui renfermait environ 550 formules et Odart a utilisé quelques autres formulaires antérieurs. Son œuvre est cependant originale et, parmi les formulaires de la chancellerie, c’est évidemment celui qu’il fallait éditer.

2Odart Morchaine, originaire d’Orléans, devient notaire et secrétaire du roi lorsque l’administration royale se regroupe à Poitiers ; il doit cette charge à Martin Gouge, dont il était le secrétaire, peut-être avant même que celui-ci soit désigné comme chancelier (février 1422). Son activité de secrétaire est peu documentée, Odart signe une série de lettres d’hommages en août 1424-août 1425, on le rencontre aussi en sous-ordre dans quelques missions diplomatiques ; il est entraîné dans la disgrâce de son protecteur en 1418.

3C’est donc à son formulaire qu’il doit sa notoriété. Rédigée sous la pression de la nécessité, faite en hâte au moment où le Parlement s’installe à Poitiers, c’est pourtant une œuvre bien structurée en 17 chapitres renfermant 274 formules (en fait 268, car il y a des doublons) en français (177) et en latin (91) et quelques annexes : notes diverses, liste des archevêchés et évêchés (France, Savoie, Dauphiné, Provence, Angleterre, Écosse), de pays et provinces, éphémérides de 1407 à 1424.

4L’intérêt des actes est fortement augmenté par les « nota » qui les suivent : ils rendent en effet compte d’un certain nombre de points échappant à l’historien qui les remarque à peine alors qu’ils sont nécessaires à une compréhension de ces actes de chancellerie fortement codés.

5L’introduction est à ce point de vue un modèle de présentation et permet précisément de saisir d’emblée tout l’intérêt d’une série de détails (par exemple emploi du latin ou du français) qui offrent la possibilité d’utiliser à plein cette édition pour comprendre les documents issus de la chancellerie, dont la rédaction ne doit rien au hasard. De plus, comme seules les lettres à portée perpétuelle (donc moins de 2 % des actes rédigés en chancellerie) étaient transcrites dans les registres, le formulaire permet de saisir l’activité réelle de cet organisme. Ce qui montre aussi que la chancellerie de minimis curat, ces petits riens n’étant pas gratuits, loin de là ; on peut même estimer que seul le côté profitable explique l’intérêt de réserver à la chancellerie certains types de lettres, comme celles qui concernaient des étapes de la procédure parfaitement rodées et qui n’avaient donc besoin d’une sanction royale qu’en raison de la ponction financière qui lui était annexée. Bref, un bel apport au fonctionnement de l’État à la fin du Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Giordanengo, « Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éds), Le Formulaire d’Odart Morchesne dans la version du ms. BnF fr. 5024 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/2754

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org