Navigation – Plan du site

Alain Corbellari, La Voix des clercs. Littérature et savoir universitaire autour des dits du XIIIe siècle

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Alain Corbellari, La Voix des clercs. Littérature et savoir universitaire autour des dits du XIIIe siècle, Genève, Droz (« Publications romanes et françaises », 236), 2005

Texte intégral

1Comme l’explique l’auteur dans son introduction, le présent ouvrage veut répondre à une double ambition : d’abord fournir une mise en contexte et un commentaire aux quatre dits encore tout récemment attribués à Henri d’Andeli (La Bataille des vins, La Bataille des sept arts, le Lai d’Aristote – dont à présent la paternité doit plutôt revenir, suivant les conclusions de F. Zufferey, à Henri de Valenciennes – et le Dit du Chancelier Philippe), dits dont le même AC a fourni en 2003 une édition et une traduction aux éditions Champion ; mais aussi, plus largement, décrire l’émergence d’une nouvelle parole littéraire, en l’occurrence cléricale, étroitement liée dans son développement aux milieux urbains (plus spécialement, parisiens) et universitaires.

2Le premier chapitre présente un état des lieux littéraire au début du XIIIe siècle, avant l’épanouissement de l’esprit clérical et d’une « poétique du contraste et de la diversité » (p. 32), en partant de la fameuse tripartition des matières opérée par Jean Bodel, ce qui amène d’emblée AC à rappeler le lien privilégié qu’entretiennent le clerc et la matière antique. Puis, autour du Lai d’Aristote, joliment défini comme « surgeon humoristique du Roman d’Alexandre, pochade anti-aristotélicienne à l’heure où l’Université parisienne adopte massivement les thèses du Stagirite, revendication paradoxale des droits du clerc, éloge de la toute-puissance de l’amour » (p. 77), les trois chapitres suivants interrogent essentiellement la relation entre le clerc et la femme, convoquant notamment dans le Chapitre II diverses incarnations de l’intellectuel ridicule, victime favorite de la perversité féminine (Nectanébo, Virgile, Hippocrate, Abélard, enfin Merlin et Aristote, entre lesquels AC propose un intéressant parallèle), ou analysant dans le Chapitre IV l’apparition d’une « nouvelle misogynie » (p. 101-110) spécifiquement cléricale. Passant à La Bataille des vins, le Chapitre V entend montrer – alors que « grâce aux goliards le vin est devenu l’un des termes clés de la poésie cléricale » (p. 122) – l’ambivalence du symbolisme attaché à cette boisson et comment « la littérature cléricale joue constamment l’un contre l’autre les deux extrêmes de la condamnation et de la sanctification du vin » (p. 124) ; et c’est l’occasion bienvenue d’explorer, outre celui d’Henri d’Andeli, quelques textes méconnus à thème œnologique, parmi ceux autrefois édités par A. Henry dans sa Contribution à l’étude du langage œnologique en langue d’oïl. Henri d’Andeli étant par ailleurs, comme le rappelle AC, le premier auteur vernaculaire identifiable avec certitude comme parisien, on ne s’étonnera pas que le Chapitre VI soit consacré à Paris, « le creuset et la clé de la littérature cléricale au XIIIe siècle » (p. 138), et à la gestation d’une vision mythique de cette ville, AC envisageant tour à tour « le Paris des origines », « le Paris épique » et le « Paris des clercs », tel qu’il apparaît, plus ou moins discrètement, dans La Bataille des sept arts d’Henri d’Andeli, chez Rutebeuf ou Jean de Meun (on relèvera au passage une curieuse contradiction concernant l’évaluation du travail de M. Corti, la p. 142 disant l’inverse de la p. 152). Plus étroitement centré sur La Bataille des sept arts et quelques textes similaires, le Chapitre VII est « dédié aux amours de l’allégorie et de la scolastique » (p. 200), pour reprendre une autre formule d’AC ; tandis que le Chapitre VIII s’intéresse encore aux relations entre poésie et université en considérant le dernier texte composé par Henri d’Andeli, le Dit du Chancelier Philippe, complainte funèbre en l’honneur d’une figure importante de la scolastique naissante, avec laquelle le poète entretenait probablement une relation à la fois amicale et artistique, peut-être comparable, comme le suggère AC, à celle de Rutebeuf avec Guillaume de Saint-Amour. Enfin le Chapitre IX revient sur le Miracle de Théophile et propose une nouvelle lecture de cette pièce, en rapport avec la querelle universitaire, qui tend à lui conférer le rôle d’un « mythe de légitimation » du clerc, en insistant sur ses résonances faustiennes.

3Finalement on pourra peut-être regretter que le projet initial d’AC – fournir un commentaire aux œuvres d’Henri d’Andeli – reste trop prégnant dans l’ouvrage, ce qui tend parfois à conférer à son exposé une allure trop peu suivie, certaines questions (par exemple celle des relations entre le clerc et la cour aristocratique, p. 114) ou certains auteurs ou textes (Hélinand de Froidmont, p. 210 ; les Débats du clerc et du chevalier, p. 85-86 ; les dits de métier, p. 172-174, certains d’entre eux d’ailleurs fort opportunément réédités en appendice) n’étant qu’à peine évoqués, ce qu’AC déplore d’ailleurs lui-même dans sa conclusion (p. 259). Certes il ne s’agissait pas ici de faire une étude globale – énorme, inévitablement – sur la place des clercs (dont manque peut-être d’ailleurs, en introduction, une véritable définition et une mise en relation avec des figures comme celles du moine ou du jongleur) dans la littérature, mais on peut déplorer d’autant plus, étant donné l’intérêt des questions soulevées dans cet ouvrage et le plaisir qu’on trouve à le lire, qu’il n’ait pas repoussé un peu plus loin les limites de ses investigations.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Alain Corbellari, La Voix des clercs. Littérature et savoir universitaire autour des dits du XIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/2753

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org