Navigation – Plan du site

Alexandre Winkler, Le Tropisme de Jérusalem dans la prose et la poésie (XIIe-XIVe siècle). Essai sur la littérature des croisades

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Alexandre Winkler, Le Tropisme de Jérusalem dans la prose et la poésie (XIIe-XIVe siècle). Essai sur la littérature des croisades, Paris, Champion (« Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 77), 2006, 608 p.

Texte intégral

1Après D.A. Trotter (Medieval French Literature and the Crusades (1100-1300), Droz, 1988), AW revient sur un sujet proche, en s’intéressant non pas exactement à la « littérature des croisades », mais à ce qu’il appelle la « matière » ou encore le « tropisme de Jérusalem », soit le « mélange d’attirance et de fascination porté à la Ville sainte, qui trouve sa manifestation dans un déplacement vers elle » (p. 14), ainsi que dans une abondante production littéraire.

2L’étude, dont le plan manque parfois un peu de lisibilité, s’organise à la fois de façon logique, une première partie se chargeant de poser les limites du corpus étudié dans les deux parties suivantes ; de façon chronologique, avec une dernière partie consacrée, en dépit d’une histoire proche-orientale de moins en moins favorable aux Chrétiens, à la persistance et aux évolutions littéraires du tropisme (avec le développement d’éléments courtois et amoureux, exotiques ou merveilleux) jusqu’à la fin du XIIIe siècle et même au-delà (voir les pages consacrées aux Vœux du faisan à la cour de Bourgogne en 1454) ; enfin de façon en quelque sorte thématique, puisqu’il s’agit d’aborder de façon résolument transversale des genres littéraires variés (essentiellement des textes historiques, latins et français, des chansons de geste et des chansons de croisade) en cherchant à dégager, au-delà de leurs spécificités génériques, l’ensemble des motifs narratifs ou rhétoriques (pour reprendre la terminologie de J.-P. Martin) qui les caractérisent : on va ainsi, dans une perspective alternativement micro et macro-structurale, d’analyses de détail comme celle consacrée au « cri de Jérusalem » à des développements sur les lieux de mémoire ou les motifs de la croisade, sur la représentation des Sarrasins et de leurs dieux, ou bien sur l’espace et le temps où s’inscrit la Terre Sainte, etc.

3En embrassant ainsi une somme complexe de textes, ce qui n’est pas un mince mérite, l’intérêt de cette étude réside notamment dans les rapprochements qu’elle autorise entre genres divers, et particulièrement entre chanson de geste et historiographie, rapprochements qui permettent d’ailleurs de conclure au caractère surtout épique du tropisme (où de fait la chanson de geste, à laquelle cet ouvrage consacre nombre de pages, occupe la première place) ; ou bien sur des problématiques comme les liens entre littérature et histoire : suivant les différents points de fixation ou les différentes phases de développement du tropisme de Jérusalem, on voit comment la littérature s’appuie sur l’histoire ou s’en affranchit, surtout à mesure qu’elle se retire en quelque sorte du Proche-Orient ; ou encore comment la littérature construit l’histoire, par exemple en fixant des lieux de mémoire, et comment elle est construite par elle, ainsi que le démontre le fonctionnement du tropisme, suscitant une littérature qui avec sa « rhétorique de croisade » ne fait que le favoriser à son tour.

4Au chapitre des critiques, on regrettera d’abord qu’AW n’ait pas pris la peine de se situer vis-à-vis de son devancier D.A. Trotter, si bien que l’on ne sait pas d’emblée ce qu’une nouvelle étude pourra apporter au sujet (en dehors du fait qu’elle ne tient pas seulement compte des textes français, mais aussi latins). Ensuite, en dépit des longs développements, par ailleurs intéressants, consacrés dans la première partie à la définition du corpus, les limites que lui impose AW – pour ne pas être particulièrement étroites, bien au contraire – m’ont semblé insuffisamment justifiées : ainsi les critères énumérés p. 53 ne sont pas explicités, et on se demande par ailleurs pourquoi les récits de voyage et de pèlerinage apparaissent seulement mentionnés de loin en loin (notamment p. 372-382) et n’ont pas été inclus dans le corpus. Enfin, mais la faute en incombe certainement à une relecture un peu rapide, on est pour le moins surpris d’entendre parler p. 120 de « chanson de la Fille du comte de Pontieu » ou de « chanson de Sone de Nansay » (sans compter que l’édition citée dans la bibliographie au n° I. 102 n’existe pas ; autre erreur à corriger au n° II. 74 et p. 48-49). Ces quelques défauts n’ont toutefois que peu d’importance et n’enlèvent rien finalement à l’intérêt que l’on peut trouver à la lecture de cet ouvrage qui constitue un bel exemple de l’étude à la fois d’une littérature, dans ses formes diverses, et d’un imaginaire hiérosolymitain qui a occupé une place si importante dans la culture médiévale occidentale.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Alexandre Winkler, Le Tropisme de Jérusalem dans la prose et la poésie (XIIe-XIVe siècle). Essai sur la littérature des croisades », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/2750

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org