Navigation – Plan du site

Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik (dir.), Conter de Troie et d’Alexandre

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Conter de Troie et d’Alexandre, études recueillies par Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2006, 308 p.

Texte intégral

1Ce recueil interroge, à partir de textes pris dans la période médiévale (XIIe-XVe siècles), les lectures multiples, dans leurs répétitions, leurs variations et leurs contradictions, qui sont faites de la ville mythique et prestigieuse de Troie, cité originelle par excellence ; ainsi que du conquérant Alexandre, souvent modèle du grand homme, mais qui n’échappe pas non plus à une vision négative, à cause en particulier de son orgueil et de sa démesure. Dans une préface construite à partir des propos de la très regrettée Emmanuèle Baumgartner, est rappelée la tradition de la matière de Troie et de celle d’Alexandre. Cette synthèse est complétée, pour la matière alexandrine, par la contribution de Laurence Harf qui montre bien comment les textes dévolus à Alexandre forment « un massif à part ». Celui-ci est constitué, au-dessus du corpus gréco-latin, des romans en vers du XIIe siècle, véritable « laboratoire de recherche littéraire » entre geste et roman, et du roman en prose, « à la frontière entre deux conceptions de la littérature, celle du XIIe siècle et celle des romans bourguignons de la fin du Moyen Âge », la Bourgogne voyant un véritable épanouissement du mythe alexandrin. Le recueil d’articles va alors proposer un large parcours dont l’arrière-fond est constitué par les romans d’Alexandre, en gravitant autour du conquérant, à travers divers textes, français, latin ou italien. D’autre part, Troie, la ville mythique, la ville des origines de la royauté française, sera le deuxième centre d’intérêt de ces études. Je choisirai ici de présenter quelques articles ‘alexandrins’ d’abord, ‘troyens’ ensuite. Maud Perez-Simon se penche sur un manuscrit particulier de l’Alexandre en prose (Condé 651) – dont une description historique est proposée – avec une analyse de l’iconographie révélant un usage de l’illustration dans un but de moralisation politique. Le miniaturiste joue en particulier sur des effets de contraires, pour souligner les conséquences du bon gouvernement en contraste du mauvais. Pour ce faire, il a tendance à « coller » au texte et à opérer un tri qui lui permet de porter la focalisation sur les éléments politiques et moraux. C’est bien encore de morale qu’il s’agit dans les propos de Godefroid d’Admont, dont Christiane Veyrard-Cosme analyse une homélie (la seizième) pour montrer comment le personnage d’Alexandre peut être utilisé de façon exemplaire. Après avoir rappelé rapidement quelques éléments généraux concernant le genre de l’homélie (vs. le sermon et le commentaire), C.V.-C. montre combien l’homélie XVI de Godefroid (donnée en traduction en annexe), typique d’une production bénédictine, s’inscrit dans un « espace polémique ». Dans cet univers fortement découpé de façon binaire, Alexandre – identifié négativement par l’étymologie de son nom – est clairement dans le domaine du mal, véritable adversaire du Christ, serpent, diable, etc. Un tableau des qualificatifs donnés au conquérant (p. 79) est tout à fait éclairant de cette polarité. Est repris dans ce recueil un article d’Emmanuèle Baumgartner originairement publié en italien et offert ici dans une version française : « La formation du mythe d’Alexandre au XIIe siècle : le Roman d’Alexandre et l’exotisme ». Dans une ‘première partie’, E.B. offre une remarquable synthèse de la formation de la tradition des romans d’Alexandre ; puis, dans une ‘seconde partie’, E.B. se penche davantage sur le contenu des textes et leurs modes d’écriture (anachronisme, dimension, guerrière…), avec quelques remarques sur des intentions politiques et l’aspect ‘miroir du prince’ que peut revêtir la légende médiévalisée (au conquérant se juxtapose le bâtisseur, celui qui sait suivre les conseils d’Aristote). La ‘troisième partie’ enfin est plus particulièrement dévolue à l’Orient et à ses merveilles. L’Orient est pour Alexandre un des lieux (le désert en particulier) de quête de la sagesse. Mais si l’Orient représente la face lumineuse d’une conquête du savoir, il a également sa part d’ombre, celle des fantasmes, la part du diable. De ce diable qui permet à Alexandre de sortir du Val périlleux. Alexandre demeurera toujours, en finale, un héros païen qui à ce titre a ses limites, limites que lui impose aussi l’Orient exotique. Francine Mora met ici en parallèle la tradition médiolatine, avec l’Iliade de Joseph d’Exeter, et le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, comparaison justifiée par les sources communes aux deux auteurs. Cette comparaison est effectuée à propos de la parole féminine. Après avoir rapidement présenté Joseph d’Exeter et son œuvre, F.M., en notant que Joseph est peu enclin à s’intéresser aux théories courtoises, se pose la question de l’entrée des femmes dans ce texte, en relation avec la présence féminine marquée qu’enregistrent les romans antiques, en particulier à l’occasion de la féminisation du planctus. La comparaison permet d’arriver à un constat de divergence, les deux auteurs ne portant pas le même regard sur les femmes, dont la parole est beaucoup plus effacée chez Joseph. Ils ont cependant en commun de mettre en scène la parole pathétique féminine, contribution à la diffusion d’un certain romanesque. Par ailleurs, F.M. conclut de manière fort astucieuse sur la relation qu’il y a, dans un esprit de clerc persuadé de la perversité des femmes, entre construction langagière où la rhétorique est mise au service d’une imposture et discours féminin. Marie-Madeleine Castellani, qui poursuit son travail de grande envergure sur Athis et Prophilias – qui a ceci de particulier dans la matière antique qu’il ne se présente pas comme une translation –, propose ici une comparaison, à propos de matière troyenne, entre les deux versions, courte et longue, du roman et l’œuvre de Benoît de Sainte-Maure, comparaison qui trouve une justification dans les thèmes abordés dans les deux textes, mais aussi dans la réception et la tradition manuscrite (par ex. BnF fr. 375 ou 794). La contribution de M.-M. C. montre bien combien, en dépit de sa singularité, Athis, dans ses différentes versions, s’inscrit bien dans la tradition des romans antiques ; la version brève avec un accent particulier sur la violence guerrière, la version longue mettant au premier plan des valeurs de culture. Nouvelle contribution de Liliane Dulac aux études christiniennes, avec un bel article sur la matière troyenne. Deux directions, qui correspondent aux différents propos de Christine, ont été choisies : la ‘matière historique’, qui renvoie à l’histoire de la ville ; Troie attachée à la légende des origines de la royauté française, thème récurrent chez Christine. L.D. propose une typologie en trois parties pour cerner la matière troyenne chez Christine : historique, exemplaire et mythique, étant donné en outre que ces approches sont étroitement liées. Dans une première partie, L.D. se penche sur la légende des origines que Christine rappelle souvent, ce en quoi L.D. voit une marque personnelle supplémentaire de la femme-écrivain. Un certain nombre d’images (animales en particulier, comme dans l’Advision) concourent à retravailler le mythe, bien éculé à l’époque ou Christine écrit. La deuxième partie de l’article est plus particulièrement consacrée à la Mutacion, avec une mise en perspective de deux personnages essentiels en la matière : Achille, vu négativement (il a même peur d’Hector), opposé au très positif Hector dont le portrait physique est absent, pour mieux encore l’« héroïser » : sorte d’« icône » trouvant son prolongement dans le tombeau hérité du Roman de Troie. Enfin, la troisième partie est dévolue à Othea, texte qui, selon L.D. reflète le mieux l’utilisation des trois catégories définies en début d’article appliquées à la matière troyenne. En définitive, cette dernière n’est-elle pas surtout – on n’en sera pas surpris – exemplaire, servant à dénoncer les erreurs des hommes ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik (dir.), Conter de Troie et d’Alexandre », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/2747

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org