Navigation – Plan du site

Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France (« Le nœud gordien »), 2006, 310 p.

Texte intégral

1Dans la fourchette chronologique traitée, qui va en gros de 1350 à 1535, l’ouvrage présente ce que sont dans le royaume de France le vol et le brigandage : les mots, les objets des vols et « détrousses », les rares femmes et les hommes qui se laissent aller à ces délits, seuls ou en groupes, occasionnels ou professionnels (en particulier les gens d’armes « cassés »), enfin les réactions institutionnelles devant les méfaits. Alors, pardonner ou punir ? Ou les deux et comment ? C’est sans doute dans l’étude de ces derniers aspects que ce travail intelligent et nourri d’exemples pertinents apporte une réflexion originale, enrichie par une bibliographie abondante et judicieuse. Les vols perpétrés par des individus (mal insérés le plus souvent) rejoignent dans la dangerosité la grande délinquance des bandes (les célèbres Coquillards entre autres) et des vide-goussets quand ils sont le fait de récidivistes, d’incorrigibles. Pour tous ceux-là la fin du Moyen Âge marque le recul du pardon. L’insécurité est de moins en moins bien supportée par le peuple au fur et à mesure que les formes de la justice passent des usages coutumiers arbitraux à ceux des cours princières ou royales et insistent de plus en plus sur le besoin voir régner la paix publique et le respect des choses saintes, de mettre au pas les soldats perdus. Cette conjonction a amené à moins bien accepter l’excuse de nécessité suivie de peines de compensations et à accumuler les sanctions : pilori, flétrissure, bannissement, galères à la fin de la période, enfin, mais plutôt rarement, la mort, par pendaison le plus souvent et bientôt le supplice de la roue. La recherche de la sécurité (qui provoqua, on le sait, les premiers enfermements en hôpital aux portes de villes) a fait apparaître d’abord pour les soldats puis sur les routes du royaume une maréchaussée destinée à veiller sur la paix et la sécurité des chemins. On voit que des sujets forts actuels sont ici en filigrane, ce qu’avec sagesse l’auteur se garde de mettre en parallèle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/2746

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org