Navigation – Plan du site

Hélène Tétrel, La « Chanson des Saxons » et sa réception norroise. Avatars de la matière épique

Gabrielle Lafitte
Référence(s) :

Hélène Tétrel, La « Chanson des Saxons » et sa réception norroise. Avatars de la matière épique, Orléans, Paradigme (« Medievalia », 53), 2006, 410 p.

Texte intégral

1Motif récurrent de l’épopée française médiévale, souvent évoquée dans les chansons de geste, la guerre de Charlemagne contre les Saxons ne constitue pourtant le récit principal que de la Chanson des Saisnes composée par Jean Bodel à la fin du XIIe siècle, mais aussi des branches I et V de la Karlamagnússaga, la saga de Charlemagne, un texte norrois daté du XIIIe siècle. Hélène Tétrel considère que les modifications que la saga fait subir aux textes qu’elle compile (issus de sources très diverses allant des récits épiques aux chroniques aussi bien en roman qu’en latin) sont comparables à celles que subissent certains récits épiques pour être intégrés aux cycles auxquels leurs remanieurs/copistes (l’auteur montrera que la différence n’est pas toujours évidente) souhaitent les rattacher. Dans la première partie de son ouvrage, « La composition cyclique : un effort commun à tout le Moyen Âge », l’auteur commence par poser quelques définitions nécessaires (celles de la geste, du cycle et de la compilation) avant d’explorer le « caractère cyclique » de l’épopée française (p. 43) : même dans le cas d’une chanson qui ne revendique explicitement aucune appartenance à un cycle, le texte possède des affinités avec un contexte global et des « virtualités combinatoires » (l’auteur cite alors F. Suard) qui permettent de le relier à un contexte narratif, de la situer par rapport à d’autres chansons ou surtout à d’autres textes de se situer par rapport à lui. HT étudie alors les modalités de (re)construction « sous influence » des textes, étayant sa réflexion par de nombreuses références au cycle de Guillaume et présentant une intéressante ouverture par une comparaison avec certains procédés du roman, notamment entre l’incidence épique et l’entrelacement romanesque. Par comparaison, les sagas norroises, dont l’ouvrage rappelle le classement générique (sagas royales, des Islandais, légendaires…), fournissant ainsi une présentation des thèmes et une étude des modes de production bien utiles au profane, ne sont pas toutes aussi facilement rattachées à un cycle, car elles semblent plus éclectiques. Mais la Karlamagnussaga est elle-même une compilation, elle a donc un caractère cyclique en ce sens qu’elle exige des modifications des textes traduits et remaniés pour permettre la production d’un ensemble tant soit peu cohérent. On peut donc concevoir des processus d’altération comparables dans les deux milieux culturels romans et norrois, bien logiques puisque dans les deux cultures les cadres du milieu littéraire et savant ont été formés à la même école. L’auteur souligne d’ailleurs la communauté de « l’habitude mentale » qui pousse les auteurs médiévaux à compiler et ordonner les savoirs, dans tous les domaines. Pourtant, l’étude plus détaillée qu’elle fournit du cycle du roi auquel on rattache La Chanson des Saisnes et de la Karlamagnussaga montre que ces deux « cycles » sont d’un caractère plutôt disparate malgré les tentatives d’organisation. HT conclut donc cette première partie sur le caractère irréductible du récit épique malgré les remaniements, parallèlement au constat de ce que « le récit épique n’a jamais connu une existence indépendante, il s’est toujours défini par rapport à un contexte, qui est celui de la geste ». Ce paradoxe explique aussi pourquoi les sources des textes semblent perceptibles mais restent toujours inatteignables : « Plus on remonte le cours de la légende et plus celle-ci résiste. Tout ce qui la définit révèle au contraire la construction progressive par l’écriture […] » (p. 113).

2La seconde partie de l’ouvrage est consacrée aux sources et à l’histoire des textes concernant la légende épique de la guerre de Saxe : La Chanson des Saisnes nous est parvenue dans deux versions, dites « version longue » et « version courte », mais il est difficile de dire laquelle est l’œuvre de Bodel et laquelle est la plus proche de la source. L’ouvrage présente également la tradition manuscrite et un résumé détaillé du récit, fort utile à ceux qui ne sont pas familiers du texte, surtout dans le cadre de la comparaison avec les textes norrois qui intervient plus loin (et pour lesquels le même résumé précis et détaillé est fourni). Dans la Karlamagnussaga, les récits des guerres contre les Saxons apparaissent dans les branches I et V, pour le premier sous une forme très courte et nettement plus développée quant au second. Les versions française et norroise semblent différer clairement, d’abord quant à la place du récit dans le cycle – avant Roncevaux pour la Karlamagnussaga, après pour La Chanson des Saisnes – et aux principaux héros, mais l’on relève également des divergences entre les deux branches de la saga (dites Chanson de Guitechin et Saga af Witakind Saxa). L’étude des sources des textes norrois, dans lesquels on trouve deux citations en roman, prouve qu’ils suivent une tradition française, peut-être pas unique d’ailleurs, différant de celle de Bodel (sans que l’on puisse exclure que l’auteur de la saga en ait eu connaissance) mais dont on trouve trace dans d’autres chansons de geste. Les sources utilisées par les trois textes sont donc multiples, se recoupant parfois mais ne concordant pas. C’est pourquoi, renonçant finalement à la quête forcément aporique de la source, l’auteur préfère dans une troisième partie intitulée « Transposition et renouvellement des motifs de l’épopée » s’intéresser à la « mouvance », aux différents « états d’être » de la légende, dont toutes les versions connues apparaissent liées et pourtant différentes. Cette constatation, et les considérations premièrement établies sur l’écriture cyclique, se rejoignent pour éliminer l’idée fausse que les textes norrois seraient une fidèle adaptation d’une source française : les remanieurs norrois exercent sur le texte leur propre autorité, tout aussi bien que les remanieurs du domaine français, et l’imprécision des sources pose l’ambiguïté de la frontière entre remaniement et création. L’attachement revendiqué du texte médiéval à une « tradition » ne saurait définir comme norme finalement que les textes eux-mêmes, puisque la source originelle est inatteignable et peut-être inexistante, chaque texte représentant une incarnation de la légende épique. C’est ce que souligne HT dans sa conclusion : « Le chanteur de geste s’inscrit d’emblée dans un contexte qui limite, encadre son inspiration. Le thème est traditionnel, la forme est traditionnelle, les motifs le sont aussi : l’existence de la chanson de geste est conditionnée par la tradition, et c’est pourquoi elle n’existe pas hors du cycle. C’est aussi la raison pour laquelle on peut étudier les remaniements de la Karlamagnússaga sur le même plan que les inventions de Jean Bodel » (p. 376). En annexe est présenté un relevé des titres de chapitres de la branche V de la Karlamagnússaga, lesquels ne figurent pas dans l’édition Unger. Le lecteur trouvera également un résumé en anglais, un index et une bibliographie d’une vingtaine de pages. La Karlamagnússaga a été traduite en 2000 par Daniel Lacroix dans la collection des « Lettres Gothiques », sous le titre La Saga de Charlemagne. Malgré tout, les ouvrages en français abordant cette tradition restent peu nombreux. La contribution apportée par l’ouvrage d’HT et par ses articles sur les adaptations norroises des chansons de geste françaises permettent une approche originale de certaines questions sur le genre épique, et une précieuse étude de la partie nordique de ce qui reste malgré tout « matière de France ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Lafitte, « Hélène Tétrel, La « Chanson des Saxons » et sa réception norroise. Avatars de la matière épique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/2744

Haut de page

Auteur

Gabrielle Lafitte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org