Navigation – Plan du site

Pierre Riché et Jacques Verger, Des nains sur des épaules de géants. Maîtres et élèves au Moyen Âge

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Pierre Riché et Jacques Verger, Des nains sur des épaules de géants. Maîtres et élèves au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2006, 351 p.

Texte intégral

1« Nous sommes comme des nains sur des épaules de géants. Nous voyons mieux et plus loin qu’eux, non que notre vue soit plus perçante ou notre taille plus élevée, mais parce que nous sommes portés et soulevés par leur stature gigantesque ». Nous sommes en 1120. La phrase que Bernard de Chartes aimait répéter à ses élèves est bien connue. C’est d’ailleurs, au-delà du titre de l’ouvrage qui reprend son début, par elle que commence ce livre écrit à quatre mains et dédié à la longue et complexe histoire de l’enseignement au Moyen Âge et au rapport entre maîtres et élèves. Cette histoire est centrée sur l’ambiguïté contenue dans l’expression de Bernard, ambiguïté entre un héritage antique que le Moyen Âge n’a jamais oublié – la découverte du savoir antique n’est donc pas l’apanage des humanistes de la Renaissance italienne – mais qu’il a souvent, notamment à travers la scolastique, mis au service de la Révélation chrétienne ou alors écarté lorsque ce savoir rentrait trop en contradiction avec la vérité révélée.

2Les analyses suivent bien évidemment une chronologie précise qui s’inscrit sur la très longue durée, couvrant ainsi une période allant du VIe siècle au XVe siècle. Cependant, l’organisation chronologique de l’ouvrage n’aplatit aucunement la finesse des analyses qui y sont proposées et qui sont particulièrement attentives à mettre en exergue des thématiques et des problématiques phares. Parmi elles, les lieux du savoir et de sa transmission, les conditions matérielles de l’apprentissage ainsi que l’organisation structurelle et épistémologique de la pédagogie. C’est donc une longue histoire qui est racontée, histoire qui s’intéresse de près, en s’appuyant sur de nombreux témoignages, à ces innovations modestes et à ces progrès tâtonnants qui, ajoutés les uns aux autres, comme le soulignent les auteurs, font l’originalité et le dynamisme de l’éducation médiévale. Deux grands spécialistes de la question se sont donc associés, animés par le désir d’offrir à un large public – mais les spécialistes y trouveront aussi leur compte – le récit complet d’une longue histoire, tout au long de laquelle triomphe l’amour des lettres, des connaissances et de l’apprentissage. De Pierre Riché on connaît les multiples travaux sur le Haut Moyen Âge et notamment sur l’époque carolingienne à laquelle il a consacré des études sur l’éducation, sur les écoles, mais aussi sur la vie quotidienne et la vie spirituelle de cette première renaissance que l’Occident a connue. A lui revient donc le premier chapitre de l’ouvrage dédié à ce qu’il appelle le temps des écoles, entre le VIe siècle et le XIIe siècle. C’est l’époque du triomphe des écoles monastiques et des écoles cathédrales. De Jacques Verger on connaît les travaux fondateurs sur les universités du Moyen Âge et sur les gens de savoir comme Abélard et Héloïse, protagonistes de la Renaissance du XIIe siècle. A lui revient donc, naturellement, le deuxième chapitre du livre consacré à l’essor des institutions universitaires ainsi qu’aux écoles humanistes dans l’Italie de la fin du Moyen Âge.

3Pierre Riché, après avoir sondé avec souci du détail les différentes étapes de la mise en place des écoles carolingiennes, s’intéresse tout particulièrement aux programmes scolaires axés sur l’apprentissage des arts libéraux dans l’enseignement secondaire où l’étude de la grammaire s’accompagnait de la lecture des classiques de l’Antiquité comme Virgile et Horace ou encore des auteurs chrétiens comme Prudence. Les sept arts libéraux constituent les bases de l’enseignement, divisés en trivium et quadrivium. Le trivium comprend la grammaire, la rhétorique (art du langage) et la dialectique (art de la pensée). Le quadrivium réunit quant à lui l’arithmétique, la géométrie, la musique et l’astronomie. Même si les sources sont souvent « maigres », il est parfois possible de se représenter l’espace d’une classe, notamment grâce au plan de l’abbaye de Saint-Gall : petites salles au mobilier modeste où on pratique la lecture et l’écriture sous l’égide d’un maître qui doit susciter l’admiration auprès de ses jeunes apprentis.

4La Renaissance du XIIe siècle tient une large place dans les analyses de l’auteur. De grandes figures de maîtres et de leurs écoles sont passées en revue : Abélard et les écoles parisiennes, l’école de Saint-Victor, l’école d’Orléans mais aussi les écoles des autres pays voisins, les écoles anglaises, italiennes et allemandes. La floraison de tous ces centres de savoir au XIIe siècle conduit Riché à prendre en compte les méthodes de travail et l’ensemble des disciplines enseignées. L’étude du monde des étudiants, de leurs logements, de leurs disponibilités financières, ainsi que de leurs rapports aux maîtres permet de tisser une histoire vivante de l’éducation au Moyen Âge central, une histoire de lieux, de personnes et de livres.

5À la fin du XIIe siècle, on assiste à une mutation importante dans l’histoire de l’éducation. Les écoles sont de plus en plus nombreuses, l’enseignement toujours plus varié et les maîtres relativement plus libres. Mais l’emprise de l’Église sur le système des écoles est toujours là. Elle se voit toutefois progressivement remise en cause. De ces luttes naissent les Universités, sous le patronage notamment du pouvoir royal qui leur donnait une garantie d’autonomie. Entre Paris, Bologne, Montpellier et Palerme, Jacques Verger suit avec finesse la constitution des Universités en soulignant les similitudes mais aussi les divergences de nature et de fonctionnement entre toutes ces nouvelles créations qui marquent, aux dires de l’auteur, une véritable mutation institutionnelle, intellectuelle et sociale. En 1300, on compte en Europe treize universités. Une des grandes nouveautés introduites par le système universitaire, qui sur le fond reprend les disciplines des arts libéraux, est le fait d’imposer à l’enseignement un cadre réglementaire précis : des programmes et un cursus obligatoire assez long – cinq à sept ans, et jusqu’à quinze ans pour la théologie – ainsi que des examens et des diplômes officiels. Les analyses de Verger ne se limitent pas à rappeler le fonctionnement des universités et le contenu de l’enseignement qui y était dispensé. On découvre aussi l’organisation d’une journée à l’université, les livres en circulation et les instruments dont se servaient les étudiant pour étudier. On découvre aussi la culture vestimentaire des maîtres ainsi que les rituels, les fêtes, les tensions et les violences qui caractérisaient l’expérience universitaire ; en outre un regard attentif est porté à ce qui se passe en marge des universités : la survie des écoles traditionnelles est rappelée, une étude des écoles juives proposée ainsi qu’une lecture des systèmes pédagogiques mis en place dans les écoles humanistes de l’Italie de la Renaissance.

6Des grands pans de cette histoire doivent être soulignés : entre la fin de l’Antiquité et le Moyen Âge se produit une cléricalisation de l’éducation centrée sur l’apprentissage de la Bible et sur le latin qui s’impose, pendant tout le Moyen Âge, comme la langue de l’école. On assiste alors à une multiplication progressive des écoles et à un élargissement du public scolarisé. De nouvelles disciplines sont aussi introduites dans les programmes scolaires. L’apparition en Occident des premières universités au XIIIe siècle, Bologne et Paris en premier lieu, constitue un profond tournant dans la dynamique de la production et de la transmission des savoirs. Certes, et Jacques Verger n’a de cesse de le rappeler, les universités ne supplantent pas les anciennes écoles, ni le studia des couvents mendiants, ni les écoles laïques urbaines. Mais l’institutionnalisation de l’apprentissage et du savoir marque une rupture importante. Leur autonomie, la qualité de leur enseignement, des programmes établis et un système de mise à l’épreuve des connaissances assuraient ainsi aux étudiants universitaires un prestige social nouveau et reconnu.

7Cet ouvrage offre, dans son effort de synthèse, une vision complète et claire des dynamiques d’enseignement et des écoles au Moyen Âge. Un riche dossier iconographique, particulièrement soigné, ajoute à ses nombreuses qualités. De grandes cartes géographiques permettent, entre autre, de visualiser l’emplacement des différents centres d’études en Occident : à l’époque de l’Antiquité tardive (p. 23) ; à l’époque carolingienne (p. 40-41), au milieu du Xe siècle (p. 64-65), en 1500 (p. 231). Mais ce sont surtout les multiples extraits de textes jalonnant les analyses qui constituent un des atouts majeurs de l’ouvrage : ainsi, nous avons l’occasion de lire ou de relire des extraits de l’Admonition générale de 789 ; du Métalogicon de Jean de Salisbury ; du Cartulaire de l’Université de Paris ; de la condamnation parisienne de 1277 d’Étienne Tempier ; de la Mémoire sur la réforme de l’enseignement de la théologie de Jean Gerson ; ou encore le contenu d’un inventaire d’après décès d’un étudiant du collège Saint-Nicolas d’Annecy à Avignon de 1435 ; et un passage qui dresse le portrait d’un étudiant sérieux de la fin du XIVe siècle, tiré de Geoffrey Chaucer.

8On regrettera parfois l’absence, surtout dans la première partie du livre, de références précises des textes cités. On regrettera aussi, mais c’est un choix assumé et adopté par les auteurs, à l’heure d’une Europe sans frontières, la présence d’une bibliographie essentiellement en langue française. Il n’en demeure pas moins que cet ouvrage permet de prendre toute la mesure, sur la longue durée, de l’évolution du système éducatif médiéval. Le couple maîtres-élèves apparaît comme un couple indissociable mais complexe dont on trouvera d’autres clés de lecture plus contemporaines dans un récent livre de George Steiner, Maîtres et disciples (Paris, Gallimard, 2003).

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Pierre Riché et Jacques Verger, Des nains sur des épaules de géants. Maîtres et élèves au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 17 septembre 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/2742

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org