Navigation – Plan du site

Frédéric Duval (dir.), Pratiques philologiques en Europe

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Pratiques philologiques en Europe, études réunies par Frédéric Duval, Paris, École des chartes (« Études et rencontres », 21), 2006

Texte intégral

1L’idée de cette journée est de faire le point sur l’édition des textes médiévaux en diverses langues : allemand (T. Bein), anglais (L. Carruthers), moyen néerlandais (L. Jongen), italiens (F. Zinelli), français (F. Duval) et latin (D. Poirel).

2Je me pencherai ici plus particulièrement sur la contribution, parfois polémique, de Frédéric Duval, « La philologie française, pragmatique avant tout ? L’édition des textes médiévaux français en France » (p. 115-150). J’avertis en préambule que ce que je vais dire ici va choquer certains lecteurs et me vaudra bien évidemment une avalanche de bois vert, mais peu importe…

3Selon FD, les Français semblent quelque peu en marge de leurs collègues étrangers et, entre méthode lachmanienne – généralement adoptée chez les latinistes, à cause en particulier de la stabilité de la langue (cf. article de D. Poirel) – et bédiérisme, semblent opter pour le pragamatisme. FD déroule donc son propos suivant le plan qui avait été imposé à chaque contributeur – très bonne idée qui produit non seulement une unité des approches, mais permet au volume, dans cette unité, de prendre une dimension de guide à perpective comparée. La première partie rappelle donc l’histoire bien connue de la philologie française, avec en particulier l’opposition Bédier/Lachmann. Cet historique inclut les tendances contemporaines et donne un très bon aperçu des positions de philologues bien connus des médiévistes (F. Lecoy, Ph. Ménard, G. Roques ; je regrette que R. Trachsler ne soit pas cité, dont le travail en la matière est remarquable). Un paragraphe est dévolu à la fameuse querelle de la soi-disant « nouvelle philologie » et aux positions de B. Cerquiglini avec son célèbre « éloge de la variante » qui déclencha de nombreux débats. Suit un « panorama éditorial » qui présente les éditeurs et les collections dévolues aux textes du Moyen Âge. L’article se termine avec une présentation des plans généralement adoptés pour éditer une œuvre médiévale. Entre temps, à propos de la question de la fidélité au texte, FD discute des principales approches de relation de l’éditeur au manuscrit, ce qui est bien entendu le cœur du problème. Derrière la présentation historique et objective, transperce l’opinion de FD qui, s’il constate le « pragmatisme » des éditeurs français, semble ne pas être en parfait accord avec cette position. FD insiste bien, au long de son article, sur la nécessité de fournir des éditions d’une érudition impeccable et semble parfois douter de la valeur de l’application stricte de la méthode la plus utilisée en France, celle du manuscrit de base, tout en reconnaissant que cette dernière est la seule possible en certains cas. FD note, avec raison, que la plupart des textes sont édités par des littéraires, qui se penchent donc plus particulièrement sur le contenu du texte et proposent souvent des préfaces linguistiques stéréotypées, sans grand intérêt, superficielles et surtout ne tenant guère compte des progrès des sciences du langage. La position de FD me paraît tout à fait légitime et ce qu’il propose ne peut qu’être encouragé.

4Mais je pense aussi qu’il convient de nuancer les choses. Comme FD le remarque fort justement, il y a toutes sortes de collections accueillant des textes français du Moyen Âge ; les publics visés par ces collections sont différents et l’attente de ces publics n’est pas la même suivant l’ouvrage choisi par le lecteur. Je voudrais tout d’abord dire que l’édition impeccable, parfaite, suivant des règles scientifiques rigoureuses et définitives, est un mythe. On refait aujourd’hui les très honorables éditions publiées au début du siècle par la non moins honorable SATF parce qu’elles « ne satisfont plus aux règles de l’édition moderne ». On fera de même dans cinquante ans avec les éditions jugées aujourd’hui les plus parfaites par les censeurs les plus sévères… à condition qu’il y ait encore, dans cinquante ans, des médiévistes – et des médiévistes éditeurs de textes. Certes, FD a raison, dans sa perspective, de demander au médiéviste d’être un parfait linguiste, au sens des sciences du langage contemporaines. Mais peut-on demander à un littéraire, déjà débordé de travail et de lectures, de trouver le temps et le goût pour se plonger dans ces théories très spécialisées ? Par ailleurs, où sont les nombreux linguistes ultra spécialisés qui veulent bien user leur temps et leurs yeux à faire des éditions critiques de manuscrits médiévaux ? À vouloir trop de perfection, on raréfie encore l’ensemble des volontaires, déjà peu nombreux… et je ne peux pas ici ne pas penser à ces professionnels de la critique, à ces très éminents philologues (certain cité par FD) dont nul ne doute de la très haute compétence, mais qui n’ont jamais pris le risque d’éditer un seul texte de leur vie ou, au mieux qui en ont édité très peu (et pas chez Champion ou aux TLF !). La communauté des médiévistes aurait sans doute plus à gagner à ce que ces philologues de très haut vol, au lieu de passer leur temps à chercher les erreurs des autres, mettent leur science au service de tous en éditant eux-mêmes des textes, dont on pourrait être sûr qu’ils sont excellents ! Et la lecture de certaines de leurs sanglantes recensions n’auraient peut-être plus pour effet de décourager certains jeunes chercheurs ayant quelques velléités de se lancer dans l’aventure éditoriale.

5Il y a en effet plusieurs perspectives qu’il faut, me semble-t-il, accepter de prendre en compte. À côté de la production d’une édition que l’on jugera absolument impeccable, assortie d’un travail en profondeur à caractère linguistique, existe aussi la nécessité de publier des textes, de les faire connaître, les étudier et contribuer à leur diffusion avec, au passage, la volonté de mieux éclairer la littérature du Moyen Âge. Je note au passage qu’il faut aussi mesurer ce qui se passe dans les universités et constater la diminution progressive du nombre d’étudiants choisissant de faire leur mémoire de master en littérature du Moyen Âge, préférant les attraits de la littérature contemporaine ou de la comparée. Il faut aussi accepter l’idée de publier des textes littéraires, munie d’une bonne introduction historique et littéraire, de notes explicatives, permettant une approche du texte par des littéraires ou des historiens que l’histoire de la langue n’intéresse pas. FD a raison de souligner le caractère formel, stéréotypé de ces introductions ‘philologiques’ que presque personne ne lit et qui sont quasiment devenues un ornement, une caution obligée pour l’image de marque de telle ou telle collection. J’irai plus loin que FD : autant ne pas faire la moindre étude de langue si elle ne doit pas être très approfondie et le fait d’un spécialiste médiéviste des sciences du langage.

6On en arrive alors naturellement à la question de l’archétype, du manuscrit de base et de la fidélité. Il me semble que les différentes approches sont légitimes et que la querelle, nouvel avatar des anciens contre les modernes est, comme tous ces types de querelles, un faux débat tendu essentiellement par des positions académiques et de pouvoir, pour ne pas dire de clocher. On peut, dans certains cas, comme le fait fort bien FD, justifier la recherche stemmatique, l’archétype et la fidélité à l’archétype. On peut aussi bien justifier le choix du manuscrit de base et adopter la méthode ‘moyenne’ préconisée par Philippe Ménard, en considérant que l’auteur est meilleur que le scribe. Mais on peut aussi justifier la fidélité à un manuscrit, en considérant, ce que ne fait pas FD, la question de la réception. Pour ma part, je pense que c’est la seule façon raisonnable d’envisager une édition d’un texte pour lequel nous n’avons qu’un ou deux manuscrits. Car c’est ce texte qui a été lu, ce texte qui a eu une certaine diffusion. Et je pense qu’alors il ne faut pas par exemple, corriger les vers hyper ou hypométriques, qu’il ne faut pas intervenir sur le texte parce que l’on pense que le scribe a mal rendu telle partie, n’a pas su mettre en valeur telle originalité ou tel effet de style. Il peut être tout à fait envisageable d’éditer, en plusieurs tomes, les différents manuscrits, en leur étant fidèle. Une telle façon de faire serait particulièrement précieuse dans le cas de versions courtes, longues… (Roman de Thèbes par ex.).

7Il y a enfin un aspect que FD n’aborde pas du tout et qui me paraît pourtant corrélé, surtout à notre époque : c’est celui de la traduction. La traduction impose un engagement de l’éditeur par rapport à son texte et, bien évidemment, permet une bien meilleure et nécessaire diffusion des textes médiévaux. On ne peut donc que saluer les initiatives des collections bilingues et, tout récemment, l’engagement de la maison Champion dans cette voie.

8Pour conclure, je voudrais à l’occasion de cette recension, défendre l’idée de la plus grande tolérance. Il y a, dans le domaine de la recherche, des champs très variés d’utilisation d’un texte (les textes édités, je le rappelle, ne s’adressent pas uniquement aux ultra-spécialistes de la philologie). Nos découpages académiques, que l’on peut regretter, mais qui sont ainsi, éloignent souvent les historiens des textes littéraires. Or, la confrontation des documents d’archive avec ces textes apporte de précieux éléments. Pour l’historien, il est important d’avoir des textes accessibles, en plus grand nombre possible, avec une traduction qui aide à aller plus vite de l’avant (et je dirais exactement de même pour les textes latins). Il faut aussi penser aux étudiants qu’il faut encourager dans la connaissance la plus large possible de la littérature médiévale.

9On peut donc, sans débats, sans critiques réciproques plus ou moins acerbes, accepter la légitimité des différentes approches. On peut fournir sur le ‘marché’ des éditions très complètes, ayant pris des années de travail – qui fournissent donc peu de textes disponibles –, mais aussi des éditions plus ‘littéraires’ dont l’objet est de diffuser un texte, à travers un manuscrit, accompagné d’une analyse permettant au lecteur de comprendre les enjeux de l’écriture, du genre, etc.

10La solution optimale existe : allier le souci de diffuser le plus de textes possibles, avec une érudition philologique impeccable, des introductions linguistiques au meilleur niveau et des analyses littéraires spécialisées. Il faut pour cela travailler à plusieurs, chacun apportant ses compétences qui d’historien de la littérature, qui de linguiste. Il faudrait alors ‘bouger un peu’, regarder aussi du côté des scientifiques chez qui soutenir une thèse à deux n’est pas une insulte à la science. Il faudrait être un peu moins académique, peut-être – on y revient – un peu plus pragmatique, c’est-à-dire ouvert, comprendre que l’érudition d’un maître de la Sorbonne du XIXe siècle n’est plus possible pour la plupart des chercheurs d’aujourd’hui et qu’il faut apprendre à travailler ensemble, de plus en plus. On ne verrait alors plus cette moue méprisante et soupçonneuse (qui a vraiment travaillé ?) que certains affichent dans les commissions de spécialistes lorsque leur tombe sous les yeux un dossier où un jeune chercheur a mentionné ses travaux « en collaboration avec… ». Il est permis de rêver.

11Pour terminer sur l’initiative de FD, je voudrais saluer cette entreprise, son souci de comparaison et de mise au point. Dans sa propre contribution, FD fait un bilan certes, mais il s’engage aussi (comme le fait également D. Poirel) et permet ainsi de soulever d’importantes questions qui pourraient aussi aboutir à des remises en cause, peut-être salutaires et, comme je le souhaiterais, à la recherche de solutions passant par un travail collectif réellement interdisciplinaire.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Frédéric Duval (dir.), Pratiques philologiques en Europe », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 16 septembre 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/2740

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org