Navigation – Plan du site

Alban Georges, Tristan de Nanteuil. Écriture et imaginaire épiques au XIVe siècle

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Alban Georges, Tristan de Nanteuil. Écriture et imaginaire épiques au XIVe siècle, Paris, Champion (« Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 80), 2006, 752 p.

Texte intégral

1Tristan de Nanteuil est la première épopée tardive à avoir bénéficié d’une édition critique moderne. C’est que ces textes de la fin du Moyen Âge ont été boudés par la critique traditionnelle, surtout la positiviste. Si l’on excepte quelques travaux, comme l’étude de Georges Doutrepont sur les mises en prose, les épopées tardives avaient surtout été considérées, comme le rappelle Alban Georges à travers quelques citations piquantes, comme décadentes, embrouillées, trop romanesques, etc. Elles avaient donc bénéficié de peu d’éditions critiques, encore moins d’études et de monographies. Heureusement, bien que lentement, les temps changent et, entre autres, les travaux de François Suard sur Guillaume d’Orange, de Claude Roussel sur la Belle Hélène de Constantinople furent le reflet, le moteur d’un mouvement plus important en faveur de ces textes tardifs : vinrent ainsi de bonnes éditions de La Belle Hélène de Constantinople (anonyme et Jean Wauquelin), de Florent et Octavien, du Jourdain de Blaye en alexandrins, de Lion de Bourges, Dieudonné de Hongrie, de Tristan de Nanteuil, très récemment de Baudoin de Sebourc, etc. La volumineuse thèse d’Alban Georges, soutenue en 2004 à l’université de Lyon-III, dont le présent volume est issu, est la preuve que la matière épique tardive, cette ‘épopée romanesque’ ou ce ‘roman épique’, loin d’être morte, suscite un regain d’intérêt de la part de chercheurs qui, sans se laisser rebuter par l’ampleur des textes, ont à cœur d’en montrer l’intérêt. Et cet intérêt est bien réel, si l’on songe seulement à la postérité de ces textes qui furent largement – et bien plus que la littérature arthurienne – à l’origine du roman d’aventures et du roman populaire (voir, entre autres, l’étude à paraître des suites de Huon de Bordeaux par Caroline Cazanave).

2L’auteur a ici choisi une démarche ‘classique’ pour mener son étude. Après avoir rappelé les précédents, A.G. propose une analyse de Tristan de Nanteuil. Comme il le dit lui-même, il n’entend pas proposer quelque chose de fondamentalement neuf, mais donner un ensemble de repères au lecteur ; ce qui, au vu de l’écheveau de la chanson, est tout à fait utile. Utile également la généalogie de la geste de Nanteuil donnée en pages 63-64, qui clôt le panorama des interrelations entre les chansons du cycle (personnages du lignage, traîtres dont la famille est bien désordonnée et incohérente, Charlemagne, Sarrasins). Il est dommage que l’auteur ne se soit pas plus interrogé sur le désordre du lignage des traîtres, s’opposant à une certaine rigueur pour la famille de Nanteuil. On pourrait faire un parallèle avec le désordre habituellement prêté aux païens. Par ailleurs, un lignage incohérent n’est-il pas la marque d’une certaine illégitimité du sang ? La suite du volume est réservée à une étude traditionnelle, espace, temps, structures narratives, art de la laisse, motifs, etc. Ce plan ne brille pas par son originalité, mais il peut être justifié par l’ensemble de la démarche de l’auteur qui entend, de façon légitime, inscrire Tristan dans le genre épique à part entière, en montrant que les techniques des jongleurs évoluent certes, mais s’appuient, encore au XIVe siècle, sur une tradition très vivante.

3Dans le cadre forcément restreint de cette recension, je soulignerai l’intérêt particulier des chapitres 10 et 12 de la troisième partie. Le premier est dévolu au travestissement et à la transsexualité, avec un centrage sur le personnage de Blanchandine. Comme le montre bien A.G., les aventures de Blanchandine sont en miroir, avec un reflet développé, de celles d’Aye, déguisée en chevalier et prenant l’identité de Gaudion. A.G. inscrit (peut-être un peu trop rapidement) cette transformation dans un ensemble (Silence, Ide, etc.) et dans le contexte de la femme guerrière des textes épiques. Cette piste, déjà inaugurée par K. Cigaar, mérite sans doute d’être approfondie dans le sens des relations entre la femme guerrière et l’homme. Je pense par exemple au problème de la stérilité du couple Guillaume/Guibourc. Il y a aussi la question, seulement effleurée ici, de la transformation d’une femme dans la perspective du viol d’une autre femme (Ide et Olive par ex.). Ce chapitre en tout cas est fort intéressant dans son étude des modes de changement d’identité, où A.G. montre bien qu’il s’agit aussi d’un piège, lié à l’inévitable concupiscence des hommes, que la femme déguisée ne peut assumer. Une analyse précise des mythes qui jalonnent le personnage de Blanchandine, véritable cristallisateur et catalyseur en ce domaine, est tout à fait convaincante, dans le cadre du mythe général de l’androgyne, dont A.G. souligne bien l’importance énigmatique dans la mentalité médiévale. Le chapitre 12 peut être vu comme un élargissement de cette étude sur l’androgyne, avec la question des schémas oedipiens, bien évidemment essentiels dans le cadre de cette chanson. En conclusion de cette note de lecture, je saluerai l’imposant travail d’A.G., qui révèle une maîtrise des chansons tardives et qui contribue à démontrer, une fois encore, leur intérêt dans la transformation de la construction d’un héros, à la fois tributaire de motifs traditionnels et sujet d’une mise en récit quasiment ‘pragmatique’, selon un itinéraire fuyant toute linéarité, parfois fuyant tout cours, et fait par accroissement et intuitions successives. Ouvrage indispensable à tout chercheur s’intéressant à l’épique tardif et, plus largement, à l’épopée médiévale, le travail d’A.G. est aussi important pour les spécialistes de textes plus tardifs liés au ‘roman d’aventures’ et à la ‘littérature populaire’.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Alban Georges, Tristan de Nanteuil. Écriture et imaginaire épiques au XIVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/2731

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org