Navigation – Plan du site

Françoise Michaud-Fréjaville, Noëlle Dauphin et Jean-Pierre Guilhembet (dir.), Entrer en ville

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Entrer en ville. Colloque de l’Université d’Orléans, 26-27 octobre 2001, textes réunis par Françoise Michaud-Fréjaville, Noëlle Dauphin et Jean-Pierre Guilhembet, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 328 p.

Texte intégral

1La ville, écrit le romancier italien Italo Calvino, pour celui qui y passe sans y entrer est une chose, elle en est une autre pour celui qui s’y trouve pris et n’en sort pas. Le colloque qui s’est tenu à Orléans en 2001 a choisi comme thème de réflexion commune la question des « expériences de la ville » à la fois du point de vue des symboles, de la perception et de l’imaginaire mais aussi du point de vue de la matérialité des confins et des frontières qui définissent la cité.

2L’historiographie du fait urbain depuis les travaux pionniers d’Henri Pirenne [Les Villes et les institutions urbaines, 1939], depuis ceux conduits par Jacques Heers sur Gênes dans les années 1960, et depuis la monumentale entreprise d’une Histoire de la France urbaine des années 1980, et les études sur le paysage urbain promus par la Société des médiévistes de l’enseignement supérieur en 1981 [Le Paysage urbain au Moyen Âge, 1981, Actes du XIe Congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur], se porte bien : les travaux se sont multipliés, entre monographies ou analyses comparatives et transversales ; les études du fait urbain ont su se renouveler, adoptant des approches méthodologiques et épistémologiques nouvelles. Cependant, qu’il s’agisse de l’époque antique, du Moyen Âge ou des temps plus récents, la question « qu’est-ce une ville » reste posée, est toujours d’actualité, car la ville ne cesse d’interroger le regard historien. Réalité politique, sociale et économique, la ville est aussi une image qui se construit, qui change, une image, reflet d’espaces et d’hommes, de bruits et de silences, d’ordre et de désordre. De l’étude du cadre urbain à celui des enjeux et des structures sociales, de l’étude de l’environnement politique, administratif et économique, de l’étude de la population, de ces minorités, de ses exclus, de ses morts et de ses saints, les discours aujourd’hui privilégient une écoute sensible à l’idéologie, à l’imaginaire urbain. On s’intéresse donc de plus en plus à la notion d’espace et aux usages sociaux qui se mettent en place. Espace politiques, espaces sociaux, espaces sacrés : l’image est celle d’un jeu de frontières, d’un emboîtement des concepts, d’une dialectique de tension entre promotion et contrôle. Ville de pierre mais aussi ville vivante, ville d’hommes, c’est ici, au croisement des pierres et de la chair, que la cité respire, prend forme, la ville devenant alors un « état d’âme ». Une des plus belles illustrations, au-delà de la littérature médiévale des laudes civitatum, en est la fresque peinte dans la salle du Conseil à Sienne par Ambrogio Lorenzetti, le Bon Gouvernement. Nous sommes dans les années 1337-1340. C’est dans le jeu de miroir entre les effets du bon gouvernement et ceux du mauvais gouvernement que les éléments principaux de la conscience civique, à travers laquelle la civitas trouve son sens dans le périmètre de l’urbs, se trouvent magistralement illustrés. Un parcours se dessine. Premièrement, l’image de la ville avec ses murailles, les monuments, la cathédrale, l’activité édile foisonnante ; deuxièmement, la dialectique ville-contado par le biais de la porte ; troisièmement, la fête, le plaisir, mais aussi le commerce et l’activité de production ; enfin, la sécurité et la justice, l’image juge, punit et châtie, où la ville incarnée dans les pouvoirs communaux est la seule garante de l’ordre indispensable à l’harmonie et à la paix civique.

3Plus d’une vingtaine de contributions réunies dans ce volume tentent donc de répondre à l’épineuse question de l’identité urbaine, de la mobilité et des frontières. Juristes, historiens, urbanistes confrontent leurs approches et leurs intuitions sur la très longue durée, car le lecteur passe de l’Antiquité romaine au Paris du XIXe siècle.

4Approcher la ville par son entrée, qui est la première séquence visuelle du parcours urbain (p. 13), engage d’emblée un double point de vue, celui de l’extérieur et de l’intérieur. Il est donc question à la fois de lieux, les lieux de passages, de mobilité, d’ouverture et de fermeture de l’espace urbain, entre contrôle, souci de l’ordre et frémissements de désordre à travers lesquels se construit l’identité spatiale et sociale des citadins. L’entrée en ville apparaît donc comme un espace de contact, de spectacle, de circulation et de communication. Les lieux et le temps constituent les données essentielles de toutes les communications ici présentées. Elles s’organisent, en brouillant ainsi la chronologie, autour de quatre grands chapitres : le seuil de la ville ; contrôles et discrimination, médiateurs et territoires ; entrées cérémonielles et passages ritualisés ; et enfin, transgressions et mutations des limites.

5Dans la première partie, c’est donc le lieu d’accès à la ville qui est considéré. La porte bien sûr constitue le lieu monumental par excellence de l’accès à l’espace urbain, notamment médiéval. Des exceptions existent. Londres, et les analyses proposées par Sophie Cassagnes-Brouquet le démontrent avec pertinence, constitue un hapax. En étudiant, entre autres, les archives conservées par la Corporation of London, l’auteur montre à quel point le Old London Brige fut jusqu’en 1750 la seule voie d’accès sur la Tamise permettant de rejoindre Londres. Porte et pont à la fois, il est au donc au cœur de l’expérience de la cité : il permet de faire transiter hommes et marchandises, mais il permet aussi d’organiser et d’orchestrer les entrées royales, devenant ainsi le protagoniste matériel et symbolique de circonstances solennelles. Lieu du rituel d’entrée, ce pont voit se consommer aussi des révoltes et des contestations contre le pouvoir royal. Névralgique, il est donc l’emblème municipal au cœur de la vie et de l’identité urbaines. D’autres structures viennent définir les limites de la ville et accueillent celui qui s’y introduit. C’est le cas notamment dans l’Antiquité romaine, où P. Gros montre que des espaces funéraires et de grands tombeaux étaient indissociables des accès de la cité. Le monde des morts annonçait donc l’entrée dans la ville, établissant une continuité architecturale entre la porte et les tombeaux mêmes. Ch. Lamarre, dans une réflexion sur les portes des villes à la fin du XVIIIe siècle, insiste sur la perte d’importance de leurs fonctions entre crise de l’architecture et crise du symbole. Une longue période de paix finit par enlever à la porte sa fonction de bastion militaire et de nouvelles routes modifient les points d’accès à la ville. De nouvelles portes sont toujours construites, mais pas forcément en rapport à l’enceinte de la ville. Si les portes sont privées de leur fonction et deviennent même embarrassantes lors de l’extension du périmètre urbain et du processus d’agglomération, force est de constater que ces changements ne sont pas brutaux et que la population demeure fortement attachée à la porte et à son symbole, symbole d’identité.

6Dans la deuxième partie, la réflexion se concentre sur le contrôle des points de passage. De l’Antiquité à l’époque moderne, la porte et l’enceinte urbaine cristallisent une grande partie des efforts défensifs conduits pour protéger la ville des menaces venues de l’extérieur. Deux cas exemplaires permettent de le rappeler : le siège d’Orléans par les Anglais en 1429, étudié par F. Michaud-Fréjaville, où les garnisons aux portes constituent un enjeu essentiel de sauvegarde de la ville lors de la guerre de siège ; et les stratégies adoptées à Rome au XVIe siècle pour faire face aux épidémies de pestes qui menaçaient régulièrement la ville, étudiées à partir d’un manuscrit exceptionnel, le manuscrit Barberini, par Ch. Renoux. En temps de peste, les portes étaient fermées et des contrôles accrus empêchaient ceux qui ne disposaient pas de sauf-conduit de bonne santé de pénétrer dans la ville. En temps de maladie ou de guerre, le seuil de la ville apparaît donc – et d’autres analyses le soulignent comme celle de C. Denys pour Lille au XVIIIe siècle – un lieu dangereux à guetter et à fortifier : lieux de repoussoir, mais aussi de pénétration. Fermer les portes conduit à renforcer la protection de la population mais peut également entraîner des résistances, des conflits et des grognes à l’intérieur même de la cité. E. Gojosso et J. Merriman s’intéressent quant à eux à l’octroi, en montrant qu’il participe pleinement à la définition du fait urbain et constitue une véritable frontière fiscale de la ville.

7Dans la troisième partie, la question des entrées cérémonielles et des passages ritualisés est évoquée à la fois pour le Moyen Âge, avec une analyse de l’arrivée en ville d’un nouveau capitaine, Francesco di Tommaso Giovanni, en 1444 à Cortone, par C. Pérol ; celle des voyages des cœurs royaux en val de Loire par A. Bande ; et pour l’époque moderne avec l’étude des entrées des évêques à Orléans aux XVIIe-XVIIIe siècles menée par G. Rideau. Qu’il s’agisse de laïcs, de religieux ou de reliquaires du cœur, l’entrée dans la ville est un rituel remarqué et orchestré dans les moindres détails, un instrument de communication symbolique au service de la communication politique. On regrettera en passant l’absence au sein de ce chapitre d’une étude plus poussée sur l’iconographie de ces entrées.

8Enfin l’ouvrage se termine avec une quatrième partie qui fait de la frontière urbaine moins un lieu de passage et de transition qu’un poste d’observation des évolutions de l’espace. À partir d’autres exemples – l’étude de l’entrée du christianisme à Gaza au Ve siècle de T. Bauzou, l’étude d’I. Backouche sur le bassin de la Villette au XIXe siècle et celle d’A. Borrel sur les films de propagande ministérielle illustrant la construction de logements sociaux dans les années cinquante – les auteurs ont tenté de suivre les métamorphoses des limites urbaines où des processus de perméabilité vont souvent de pair avec des processus d’exclusion et de protection renforcée.

9Adoptant le pari de la longue durée et en multipliant les approches, ce volume a su proposer une nouvelle approche de la ville, dans sa matérialité comme dans sa symbolique. Ce qui ressort, c’est un portrait intéressant de l’expérience urbaine partagé entre une dynamique d’opposition et de relation : ville-campagne, ordre-désordre, guerre-paix, santé-maladie. Comme le souligne pertinemment Jean-Pierre Guilhembet, auteur d’une introduction étoffée, « le franchissement de l’entrée n’est qu’une première étape, parfois fort éloignée dans le temps d’une seconde, celle de l’entrée dans la communauté urbaine (p. 32) ». Au fond, on constate toujours et encore l’extrême actualité de l’ancienne distinction opérée notamment par Isidore de Séville, entre l’urbs, la ville de pierre, et la civitas, la ville des hommes où se construit la communauté urbaine.

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Françoise Michaud-Fréjaville, Noëlle Dauphin et Jean-Pierre Guilhembet (dir.), Entrer en ville », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/2728

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org