Navigation – Plan du site

Chantal Liaroutzos et Anne Paupert (dir.), La Discorde des deux langages. Représentations des discours masculins et féminins du Moyen Âge à l’Âge classique

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Chantal Liaroutzos et Anne Paupert (dir.), La Discorde des deux langages. Représentations des discours masculins et féminins du Moyen Âge à l’Âge classique, actes du colloque organisé à Paris 7–Denis Diderot, UFR Lettres, art, cinéma, groupe de recherche T.A.M. (Traditions antiques et modernités), les 13 et 14 mai 2005, Textuel, 49, 2006, 323 p.

Texte intégral

1Je saluerai en premier lieu une initiative visant à faire dialoguer des chercheurs sur la période Moyen Âge-aube des Lumières, autrement dit sur le ‘long Moyen Âge’ que déjà évoquait Ernst Robert Curtius et que Jacques Le Goff a défendu. On le sait de plus en plus, la coupure Moyen Âge/Renaissance est artificielle ; il faut donc se pencher sur la longue durée pour mesurer les continuités et les changements (voir le programme publié par les CRM, Entre Moyen Âge et Renaissance, n° 11 spé, 13 spé, 14 spé). L’angle d’attaque ici choisi est celui de la rencontre, conflictuelle ou consensuelle, entre parole masculine (dominante) et parole féminine (dominée), selon différents points de vue : parole d’auteur au féminin, parole féminine inscrite dans celle d’un auteur masculin, personnage féminin s’exprimant dans le silence de sa parole, etc. Trois axes structurent l’analyse proposée : 1) l’altérité de la parole féminine ; 2) formes typiques du discours féminin, en tant qu’éléments constitutifs d’un discours littéraire ; 3) textes de femme/textes d’homme où la femme prend la parole. En particulier, le ‘déplacement’ offre un champ d’analyse intéressant : c’est le cas de textes écrit par des femmes reprenant des formes codifiées par des hommes – on pense aux trobairitz par exemple. C’est d’ailleurs la matière provençale qui inaugure le volume, avec la contribution de Franck Bauer consacrée à l’étude des albas ou chansons d’aube. FB prend d’abord soin de bien délimiter son corpus d’études aux albas « proprement dites », selon la définition de Martin de Riquer. Définition thématique, qui isole le motif le plus traditionnel, celui de la séparation des amants lorsque la nuit s’achève. Cette délimitation pose un problème que FB ne cache pas d’ailleurs, car le statut générique de ces textes est complexe, en particulier si l’on reprend les catégories définies par Pierre Bec selon les registres ‘popularisant’ et ‘aristocratisant’, l’alba pouvant tenir des deux à la fois ou tantôt de l’un, tantôt de l’autre. La question du lyrisme de ces chansons est également difficile à saisir, dans la mesure où l’identification du je chantant ne se fait pas nécessairement avec le je aimant (cf. la parole du veilleur). La proposition de FB, qui ne prétend pas résoudre l’épineuse question générique, est de mettre en parallèle l’alba et la canço selon la confrontation dialectique entre discours féminin et discours masculin. Cette problématique, bien en accord avec le sujet du volume, est séduisante ; elle laisse cependant un vide, qui est celui de la prise de chant, dans le cadre de la canço en particulier, des femmes troubadours. Ceci étant posé, FB se livre à une analyse minutieuse des aubes de son corpus en partant d’un constat très convaincant : l’alba, contrairement à la canço, n’est pas le produit de la tension du désir vers une jouissance cherchée, vue, dans l’instant de la parole (mâle), comme impossible, mais elle chante la mélancolie du désir assouvi. C’est pourquoi, selon FB, la parole de femme peut s’y faire entendre. Une telle perspective pourrait paraître laisser un vide : celui des albas où la femme est muette. Conscient du ‘danger’, FB analyse d’entrée de jeu cette situation. Dans le cas de l’urgence (séparation des amants), la femme est muette certes, mais elle est, dans la fiction, statutairement présente ; elle n’est pas simple virtualité comme dans la canço. J’avoue ne pas être très convaincu par cette ‘excuse’. Je suis d’accord avec FB sur la différence, au demeurant essentielle, de statut dans la fiction. Mais il me semble que son argument est une pirouette qui fait passer de ce statut à la parole (à son absence) et que donc l’on sort ici du sujet, car il n’est dès lors plus possible de déterminer un rapport à la parole de l’homme. La suite de l’article propose une analyse tout à fait intéressante du vrai discours au féminin, celui qui s’énonce. L’idée est que le discours féminin est moins conventionnel par rapport aux codes courtois, totalement acceptés et pris en charge par le discours mâle. cela fait penser, encore une fois, aux chants des trobairitz et aux détournements qu’elles opèrent. Mais, plus loin, quelques siècles plus tard, on ne peut qu’évoquer Christine de Pizan – en particulier les Cent ballades d’amant et de dame ou Le Livre du duc des vrais amants – où la parole féminine, cette fois-ci, révèle la faillite et le vide des discours courtois de l’amant. Didier Lechat, d’ailleurs, ne manque pas de montrer, dans le cadre de ce recueil, l’importance d’un texte comme Le Livre du duc des vrais amants. DL constate que la distance affichée par Christine par rapport à sa matière, un topos de la femme écrivain, est un moyen d’exprimer une critique de l’idéologie courtoise. On regrettera ici que ne soit pas prise en compte l’analyse de J. Cerquiglini sur cette figure de l’étrangère, de l’absente, un des éléments, parmi d’autres, de la signature de la Christine-poète (RLR, 92, 2, 1988, p. 239-52). DL s’arrête essentiellement sur les pièces lyriques insérées, dans le souci de montrer que Christine propose ici un véritable art poétique, compensation de l’absence d’inspiration qu’elle prétend avoir en la matière. L’hypothèse de DL, qui demande à être encore vérifiée plus avant à l’appui d’autres textes lyriques de Christine (ses recueils de ballades en particulier), ouvre une perspective intéressante, au moins à débattre : la gêne déclarée de Christine à l’initiale de ces œuvres ne serait pas seulement une figure de style, mais bien le reflet d’une difficulté à écrire à partir de l’expérience d’une autre personne. C’est encore de Christine qu’il est question sous la plume (dorée ?) de Margarete Zimmermann, qui s’intéresse à l’écho de la poétesse du XVe siècle chez quelques écrivains de la Renaissance. Après avoir rapidement rappelé la façon dont Christine construit elle-même sa mémoire et sa réputation à venir (on aurait aimé ici une référence au travail de Thelma Fenster), MZ montre comment Christine peut servir de référence, en particulier dans la fameuse « Querelle des femmes ». Celle-ci assure une continuité de réputation de Christine au XVIe siècle, qui tend à s’effacer le siècle suivant. Puis MZ se penche sur la lecture de Christine par Gabrielle de Bourbon et Catherine d’Amboise. C’est une pièce de plus au dossier de l’influence de Christine au XVIe siècle, influence qui va décroître au tournant du siècle, une figure majeure venant succéder à l’auteur de la Cité des dames, Marguerite de Navarre. On connaît bien les travaux de Catherine Müller sur les femmes écrivains ‘au seuil de la modernité’. Dans son article, CM se penche sur différents points de vue contemporains sur la création littéraire des femmes, partant de cette expérience particulièrement intéressante (et bien avant les sœurs Groult !) que sont les Secondes Œuvres des Dames de la Roche (Madeleine et Catherine). Cet article montre bien comment le rapport des discours sur la création littéraire est contradictoire, sur le modèle, choisi par CM, de la coïncidentia oppositorum. Les humanistes, en quelque sorte, biaisent, en s’intéressant non à la création féminine en elle-même, mais au rôle éducatif du discours, alors que la femme pose sa revendication à l’écriture. Et les exemples donnés par CM, en particulier de Ronsard, montrent bien ici la discorde des langages. La concorde, chez les admirateurs des poétesses, serait-elle le fruit d’un malentendu sur l’écriture elle-même ou, plus simplement encore la résultante des devoirs dus à un mécène au féminin ? Je citerai encore, sans pouvoir ici les détailler, quelques articles qui ont attiré l’attention du médiéviste que je suis : celui de Romaine Wolf-Bonvin qui, par une analyse du contenu, mais aussi des ‘structures’, montre comment le désordre des Quinze joies de mariage est un effet rhétorique, conscient ou pas, qui correspond à des sentiments misogynes, mais peut-être retournés ; l’auteur promène son lecteur dans la nasse à laquelle il identifie le mariage : parole incohérente, parole de femme, qui se retourne contre celui qui, trop fort de sa parole masculine, est condamné à errer en zigzags, mari autoritaire transformé en mouton, mari garant de l’argent du ménage poussé à se faire le défenseur de la dépense, etc. Bel article de Jean Vignes également sur la prolongation de procédés pétrarquistes dans la poésie de la Renaissance, à propos du dialogue entre l’amoureux et l’être aimé qui se dérobe. Regard appuyé sur Baïf, qui joue avec subtilité, voire modernité, sur un échange de paroles intimes disant la réciprocité du désir. La parole féminine, et c’est le cas chez le Ronsard des Sonnets pour Hélène, n’est plus la simple réciproque de la parole masculine : au-delà du fantasme partagé, se livre le sentiment individualisé de la femme. J’ai choisi, comme le veut l’exercice, de n’évoquer que quelques articles, certains bien trop brièvement ; j’espère que ce petit aperçu donnera envie au lecteur, et à la lectrice, de lire ce recueil et ainsi d’en savoir plus sur l’« accordance discordante », lieu éternel de tension, donc de richesse, dans le dialogue des femmes et des hommes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Chantal Liaroutzos et Anne Paupert (dir.), La Discorde des deux langages. Représentations des discours masculins et féminins du Moyen Âge à l’Âge classique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/2726

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org