Navigation – Plan du site

Keith Busby & Christopher Kleinhenz (dir.), Courtly Arts and the Art of Courtliness

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Keith Busby & Christopher Kleinhenz (dir.), Courtly Arts and the Art of Courtliness. Selected Papers from the Eleventh Triennial Congress of the International Courtly Literature Society, University of Wisconsin-Madison, 29 July-4 August 2004, Cambridge, Brewer, 2006, xiv-788 p.

Texte intégral

1Étant donné la vastitude du champ potentiellement couvert par la « littérature courtoise » au Moyen Âge, on ne saurait s’étonner de la variété des 48 contributions recueillies dans ce fort volume de presque huit cents pages, à l’occasion du onzième congrès triennal de l’International Courtly Literature Society qui s’est tenu à l’Université du Wisconsin en août 2004. Aussi, peut-être pour lutter contre une éventuelle impression d’éparpillement, quatre conférences plénières, proposées par des spécialistes de renommée internationale, se trouvent-elles judicieusement placées en tête du volume, chacune d’entre elles posant ses propres questions de façon assez large, qu’il s’agisse de l’educating force propre au roman courtois (« ideal figures in fantasy world seduce readers to believe in and imitate that world and its values », p. 23), qui pourrait expliquer les jugements contradictoires dont il a été l’objet au Moyen Âge, et encore dans la scène d’autodafé livresque de Don Quichotte (C.S. Jaeger) ; de l’origine des liens entre curialitas et musique, dont C. Page montre qu’ils se nouent dès le XIe siècle ; ou de la nécessité de considérer chaque manuscrit dans son contexte de production et de réception, ce qu’illustrent d’abord R. et M. Rouse, avec une analyse très précise des différents témoins d’Athis et Prophilias visant à montrer « how this romance repeatedly served to enhance the chilvaric game-playing of families whose members participated in the late crusades of the thirteenth and fourteenth centuries, and how these families adapted the text to express their specific interests » (p. 50) ; puis à nouveau M. et R. Rouse, en suivant les traces dans des mss. aussi bien latins que français d’une collection de textes réalisée dans l’entourage de Charles IV, toujours dans un contexte de croisade tardive.

2Dans les 44 contributions restantes, souvent plus courtes, il s’agit pour beaucoup somme toute de littérature française, et notamment des Lais de Marie de France (quatre études leur sont spécifiquement consacrées, sans compter deux autres s’intéressant plus largement aux mss. de Marie de France), mais aussi de Wace, de Chrétien de Troyes (dont une étude sur « The Scope and Importance of the Color Palettes Used by the Conte du Graal Miniaturists »), du Roman des fils du roi Constant, du Chevaliers as deus espees, de Galeran de Bretagne, du Roman de Mélusine de Jean d’Arras, ou encore de poésie lyrique, de Jean Bodel, des Fables Pierre Aufors (traduction française de la Disciplina clericalis à distinguer, selon Y. Foehr-Janssens, du Chastoiement d’un père à son fils), de L’Advocacie Nostre Dame, des Miracles de Nostre Dame par personnages (deux contributions, ce qui est appréciable pour ces textes assez peu étudiés), d’Alain Chartier, de l’Histoire d’Olivier de Castille de Philippe Camus.

3Mais le domaine français n’est pas seul abordé ici, loin s’en faut, puisqu’il s’agit aussi dans ce volume de littérature occitane (Bernart de Ventadorn, Matfre Ermengaud, Raimon Vidal de Besalu), anglaise (Chaucer, Malory), allemande (le Tristan de Gottfried de Strasbourg, Titurel, les collections de Minnesang, le Nibelungenlied), italienne (Andrea da Barberino, le Livre du courtisan de Castiglione, le cantare de Ponzela Gaia), espagnole (le roman de chevalerie, les cantigas de amigo), ou encore latine (l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth), et même géorgienne ou yiddish, sans oublier quelques études adoptant une perspective spécifiquement comparatiste, telle celle d’A. Corbellari, qui prend le parti original de s’intéresser aux façons de dire l’amour à la fois dans le De Amore d’André le Chapelain, le Collier de la colombe d’Ali Ibn H’azm et le Kama Sutra.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Keith Busby & Christopher Kleinhenz (dir.), Courtly Arts and the Art of Courtliness », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 12 septembre 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/2719

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org