Navigation – Plan du site

Glynnis M. Cropp (éd.), Le Livre de Boece de Consolacion

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Le Livre de Boece de Consolacion, édition critique par Glynnis M. Cropp, Genève, Droz (« Textes littéraires français » 580), 2006, 480 p.

Texte intégral

1Avec la présente publication, on dispose enfin d’une édition critique de la traduction française la plus répandue à la fin du Moyen Âge – elle est citée notamment par Christine de Pizan – de la Consolatio Philosophiae de Boèce. En effet, parmi les douze traductions distinctes actuellement recensées – de 1230 environ à 1477 – du prosimètre latin, c’est à n’en pas douter Le Livre de Boece de Consolacion qui a connu la plus importante diffusion, puisqu’elle est conservée dans 65 manuscrits au moins (qu’on trouvera tous minutieusement décrits dans un article de GMC précédemment publié dans la Revue d’histoire des textes, 12-13, 1982-1983, p. 263-352). En outre LLBC présente l’intérêt d’une traduction alternant vers et prose, sur le modèle du texte de Boèce, et d’une traduction pourvue dans la majorité de ses manuscrits (49) de gloses, qui pour la plupart proviennent de la tradition du commentaire latin de Guillaume de Conches – l’adjonction de ces gloses ne constituant toutefois que la dernière étape de la genèse plutôt complexe de ce texte qui emprunte par ailleurs à des traductions antérieures, ce qui permet de dater la traduction en elle-même des environs de 1350. Finalement c’est un texte pourvu de ses gloses que GMC a choisi d’éditer, tout en tenant compte dans l’établissement de son texte de trois de témoins non glosés, ce qui permet en quelque manière de rendre compte du travail de remaniement permanent auquel cette traduction de Boèce a été longuement soumise.

2Pour finir on se permettra seulement de signaler trois références qu’il faudrait éventuellement ajouter à la bibliographie pourtant fournie de GMC : d’abord deux traductions françaises du texte de Boèce lui-même (par C. Lazam, Paris, Rivage, 1989 ; par J.-Y. Guillaumin, Paris, Les Belles Lettres, 2002) ; ensuite une publication récente de l’Université de Rouen (La Consolation de la Philosophie de Boèce dans une traduction attribuée à Jean de Meun d’après le manuscrit Leber 817 de la Bibliothèque municipale de Rouen. Édition critique reproduisant les enluminures sur un CD-Rom, éd. I. Bétemps, M. Guéret-Laferté, N. Lenoir, S. Lacroix, J. Maurice et C. Mira, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 2004), qui propose en fait une édition du même LBC, effectuée ici d’après le manuscrit de Rouen recensé par GMC p. 26 de son ouvrage mais qui n’a pas été utilisé pour les variantes de son édition.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Glynnis M. Cropp (éd.), Le Livre de Boece de Consolacion », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/2712

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org