Navigation – Plan du site

Pierre Nobel (éd.), La Bible d’Acre. Genèse et Exode

Mattia Cavagna
Référence(s) :

La Bible d’Acre. Genèse et Exode, éd. par Pierre Nobel, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (« Annales littéraires »), 2006, 265 p.

Texte intégral

1La dénomination « Bible d’Acre » désigne une traduction française de la Bible conservée principalement dans deux manuscrits richement décorés, A (Paris, Ars 5211) et N (Paris, BNF n.a.fr. 1404), réalisés en Terre Sainte, à Acre, respectivement vers 1250 et 1280. Le texte intégral est conservé également dans les manuscrits C (Chantilly, Musée Condé 3, anc. 724), daté du XIVe siècle et, en traduction provençale, dans le manuscrit N2(Paris, BNFm fr. 2426) daté du XVe siècle. D’autres manuscrits conservent seulement quelques livres, notamment le Livre des Juges et les Livres des Rois (Paris, BNF, fr. 6447, daté autour de 1275) ; les Livres des Rois (Paris, Bibliothèque Mazarine, 54, daté de la seconde moitié du XIIe siècle). L’exemplaire le plus ancien, daté aux alentours de 1200, n’est constitué que par un fragment découvert dans la reliure des œuvres de saint Ambroise.

2Dans sa préface, P. N. insiste sur le fait que pendant la période d’occupation franque, de 1099 à 1291, Jérusalem et Acre ont connu une production artistique éblouissante, « preuve que la rencontre des cultures peut avoir des effets positifs ». Les ateliers de copistes et d’enlumineurs en Terre Sainte ont confectionné une série de manuscrits d’une valeur extraordinaire, production que P. N. met en relation, entre autres, avec la présence de Louis IX à Acre de 1250 à 1254. Le roi est en effet le destinataire du manuscrit de l’Arsenal. L’autre témoin, le manuscrit de la BNF, a été probablement réalisé pour un Templier : cette hypothèse est basée sur des indices assez marginaux mais concrets, comme par exemple le prologue aux Livres des Juges indiquant les noms de deux maîtres du Temple, noms que le manuscrit de l’Arsenal a omis (cf. p. xiv et xv).

3Quant à la datation de la traduction, le seul indice qui a été retenu porte sur l’apparat des gloses, qui se retrouve dans les manuscrits N et N2, gloses dont P. N. s’attache à souligner l’authenticité (cf. son excellente argumentation p. xxv-xxvi). Puisque certaines des gloses s’inspirent de l’Historia Scholastica de Pierre le Mangeur, les années autour de 1170, date de composition de cet ouvrage, constituent un terminus post quem.

4La riche introduction comprend également une étude des rapports entre les témoins, une analyse de la traduction, qui a été effectuée sur la base de la Vulgate, et une étude linguistique. Pour l’analyse de la langue et de la graphie, fortement caractérisée, du copiste, l’auteur renvoie à son article « Écrire dans le Royaume franc : la scripta de deux manuscrits copiés à Acre au XIIIe siècle » paru dans les actes du colloque de Besançon (« Variations linguistiques : koinè, dialectes, français régionaux », 2003), qui constitue une intégration importante et qui permet d’apprécier pleinement la richesse linguistique de ce texte. L’étude des abréviations est également très complète et structurée selon la distinction traditionnelle entre abréviations par suscription, par contraction et par signes conventionnels.

5Quant à la présentation du texte, le lecteur appréciera la qualité excellente de la mise en page : le texte est accompagné d’un riche apparat critique, situé en bas de page, et d’un apparat de gloses, situé en marge du texte, ce qui reproduit graphiquement la structure du manuscrit de base (le manuscrit N). L’apparat critique est présenté selon des critères assez inusuels, mais qui ne se révèlent tout à fait cohérents et efficaces, qui sont exposés dans l’introduction à la p. xcvi : le sigle C, suivi d’un crochet rentrant ( C] ) indique une leçon qui a été corrigée (d’après le manuscrit de l’Arsenal) et est donc suivi de la leçon du manuscrit de base qui a été rejetée ; le sigle V, toujours suivi d’un crochet rentrant ( V] ) indique une variante et est suivi par la leçon du manuscrit de l’Arsenal. Ces indications sont liées au texte par un système de renvoi de notes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Pierre Nobel (éd.), La Bible d’Acre. Genèse et Exode », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 12 septembre 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/2711

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org