Navigation – Plan du site

Claudio Galderisi et Jean Maurice (dir.), « Qui tant savoit d’engin et d’art ». Mélanges de philologie médiévale offerts à Gabriel Bianciotto

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

« Qui tant savoit d’engin et d’art ». Mélanges de philologie médiévale offerts à Gabriel Bianciotto, textes réunis et publiés par Claudio Galderisi et Jean Maurice, Poitiers, Université de Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, 2006, 592 p.

Texte intégral

1Ce beau volume – qui a bénéficié, soit dit en passant, d’un excellent travail éditorial – réunit une collection de 47 articles offerts en hommage à Gabriel Bianciotto à l’occasion de ses soixante-dix ans. En accord avec les intérêts du récipiendaire, l’ensemble des contributeurs, issus de tous les horizons de la médiévistique française et internationale, a choisi principalement de s’intéresser (1) au domaine franco-italien (de Bertolomé Zorzi à Thomas de Saluces, en passant par La Guerra d’Attila et L’Entrée d’Espagne) ; (2) à la littérature animalière (corpus renardien et bestiaires) ; (3) à des questions de langue et de lexicographie ; enfin (4) à des problèmes d’édition touchant des textes variés, des diverses versions de l’histoire d’Apollonius de Tyr à la traduction française du voyage d’Odoric de Pordenone en passant par les Fables de Marie de France.

2L’ensemble des contributions est classé en différentes sections, dont voici le contenu :

3(1) M. Bideaux, « ‘Il y a’, ‘celle est la forme’ : le voyage en Italie de Charles de Neuville de Villeroy (1583-1585) » ; K. Busby, « La bibliothèque de Tommaso di Saluzzo » ; J.H. Grisward, « Sur un schème narratif commun aux Enfances du Cid et à une variante italienne des Narbonnais » ; J. Lacroix, « Une nouvelle sans l’être au cœur du Décaméron (Madame Oretta et le cavalier, VI, 1) » ; C. Roussel, « La fée Gardene dans La Guerra d’Attila » ; S. Sturm-Maddox, « Roland et la fille du Sultan » dans L’Entrée d’Espagne ; M.-N. Toury, « A propos de deux chansons de Bertolomé Zorzi ».

4(2) R. Bellon, « ‘Renart et son cheval’ : complément d’enquête », fait écho à l’article de Gabriel Bianciotto publié en 1973 ; D. Boutet, « L’imaginaire renardien et le mélange des genres quelques branches épigonales du Roman de Renart » ; A. Corbellari, « ‘Un dous peliçon dont les geules estoient d’os’. Les rêves dans Le Roman de Renart » ; J. Dufournet, « Renert de Michel Rodange (1872) » ; N. Fukumoto, « ‘Gariz est qui ses manches tient’. Le Roman de Renart, éd. F-H-S, 10-508 » ; G. Gros, « Autour de l’Essart novel : étude sur temps et lieux dans la branche X du Roman de Renart » ; N. Harano, « De Renart à renard » ; S. Lefèvre, « Le limaçon et le déploiement de l’imaginaire : du contre emploi héroï-comique au grotesque fatrasique. Textes et images » ; D. Maddox, « Le Miracle de saint Alexis et les trois états de la tourterelle », sur le dernier des Miracles de Nostre Dame par personnages ; J. Maurice, « Le bestiaire de La Queste del Saint Graal et les Bestiaires : un rendez-vous manqué » ; J.-M. Pastré, « L’adversaire triple : romans de chevalerie et récit renardien aux XIIe et XIIIe siècles » ; B. Roy, « Un nouveau manuscrit du Bestiaire d’amours » ; J. Subrenat, « Le roi Connin, un étrange compère de Renart » ; P. Wackers, « La tradition des bestiaires en moyen néerlandais ».

5(3) N. Andrieux-Reix, « Consignes et pratiques scripturaires au Moyen Age ; confrontations, enseignements » ; P.-Y. Badel, « Jouer aux rois et aux reines – jouer à tintin (d’Adam de la Halle à Charles d’Orléans) » ; G. Di Stefano, « L’acception démologique : notes pour un Bestiaire » ; J. Flori, « Lexicologie et société : baron, chevalier, bacheler, meschin, quelques dénominations aristocratiques chez Graindor de Douai et Ambroise » ; J.-C. Herbin, « Un ‘notable clerc’ et la médecine médiévale », à propos d’un épisode d’Anseïs de Gascogne ou de Metz (J.-C. Herbin préférant le premier titre au second, pourtant traditionnel) ; T. Hunt, « L’art d’élever les moutons. Le lexique médico-botanique du Bon Berger de Jean de Brie » ; P. Kunstmann, « Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes (DECT) » ; G. Mombello, « Quelques remarques sur le lexique des Ditz des sages hommes de Guillaume Tardif » ; Y. Otaka, « Conjonctions de subordination dans le Curial d’Alain Chartier » ; M. Perret, « Ponctuation et discours rapporté » ; C. Pignatelli, « Italianismes, provençalismes et autres régionalismes chez Jean d’Antioche traducteur des Otia imperialia » ; A. Smets, « L’oiseau rapace au Moyen Age : enquête terminologique ».

6(4) K. Bate, « L’Excidium Troie » ; C. Connochie-Bourgne, « Un fragment inédit du Livre de Sydrach : sept feuillets d’une collection privée » ; C. Galderisi, « La tradition médiévale de la devinette d’Antiochus dans les versions latines et vernaculaires de l’Apollonius de Tyr : textes, variantes, classification typologique, essai d’interprétation » ; T. Holden, « L’édition des textes à la lumière de l’anglo-normand » ; P.-M. Joris, « Un manuscrit trouvé à Poitiers. Eléments pour une chronique » (sur une transcription accompagnée d’une traduction-adaptation de Partonopeu de Blois dans sa version du ms. L) ; C. Lachet, « Variantes et esthétique : à propos de plusieurs scènes comiques du Charroi de Nîmes » ; Y.G. Lepage, « La leçon des manuscrits. L’élu du Graal : Perceval ou Galaad ? » ; P. Ménard, « Les manuscrits de la version française d’Odoric de Pordenone » (l’auteur annonce une nouvelle édition en préparation de la traduction de Jean Le Long) ; S. Morrison, « Faut-il corriger les fautes scribales ? » ; R. Trachsler, « Du bres au leus : remarques sur les variantes concernant les animaux dans les Fables de Marie de France » ; J.-J. Vincensini, « La Cronicque et Hystoire de Appollin, roy de Thir, Nantes, Musée Dobrée, impr. 538. Introduction, édition critique et perspectives ».

7Trois articles de varia complètent le volume : J. Batany, « Du ‘chevalier’ au ‘noble’ dans le schéma des ‘trois ordres’ (XIVe-XVe siècles) » ; D. Hüe, « Un chien dans le cycle du Roi : le lévrier d’Auberi et les enjeux symboliques du pouvoir dans l’imaginaire carolingien » (sur la chanson de Macaire) ; F. Suard, « L’espace et le temps dans la Chanson de Roland : fragmentation et totalisation ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Claudio Galderisi et Jean Maurice (dir.), « Qui tant savoit d’engin et d’art ». Mélanges de philologie médiévale offerts à Gabriel Bianciotto », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 12 septembre 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/2710

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org