Navigation – Plan du site

Catherine Bel et Herman Braet (dir.), De la Rose. Texte, image, fortune

Bernard Ribémont
Référence(s) :

De la Rose. Texte, image, fortune, études publiées par Catherine Bel et Herman Braet, Louvain-Paris-Dudley, Peeters (« Synthema » 3), 2006, xiii-589 p.

Texte intégral

1Ce fort volume, en l’honneur du regretté Éric Hicks, dont l’édition des documents de la « Querelle du Roman de la Rose » a fait date, est le rassemblement de vingt contributions, à l’origine desquelles se trouve un colloque s’étant tenu à Anvers. Deux parties principales apparaissent : un centre important sur l’iconographie d’une part, sur la réception de l’œuvre d’autre part.

2Cinq contributions portent sur l’étude des images : M. Meuwese, « Iconographic relationships between the Roman de la Rose and Arthurian Literature » ; G. Weyer, « The Roman de la Rose manuscript in Düsseldorf » ; H. Ost, « The ‘Mythographical Images’ in the Roman de la Rose of Valencia » ; D.M. Gonzalez Doreste, « Du Roman de la Rose à La Dame à la Licorne : à propos de certains détails iconographiques du ms. 387 de la B.U. de Valence » ; L. Walters, « Marian Devotion in the Tournai Rose : From the Monastery to the Household ». La partie sur la réception peut apparaître dans la perspective des travaux de Pierre-Yves Badel et porte essentiellement sur la fin du Moyen Âge : Digulleville, Deschamps, Molinet (trois articles sur son Roman de la Rose moralisé), Christine de Pizan, Martin le Franc. On pourra regretter qu’aucune place ne soit faite ici à Evrart de Conti. Un seul article, celui de Yvan Lepage, porte sur la modernité, avec une enquête sur la place du RdR dans les manuels scolaires et les anthologies. Bel article de Luciano Rossi « De Jean Chopinel à Durante : la série Roman de la Rose – Fiore », bien que le titre en soit un peu trompeur, car il est assez peu question de la Fiore. Cet article complète celui, très important, que l’auteur avait publié dans la Romania (121, 2003, p. 430-460), montrant que Jean de Meun avait fait un séjour à Bologne, ce qui montre sa compétence en matière de droit que, à juste titre, L.R. retrouve dans les vers 9557-9602 du RdR. La partie principale de l’article porte sur la ‘philosophie’ de Jean et, au passage, contribue, de façon à mon sens convaincante, à la démonstration de l’unicité de l’auteur de l’ensemble du RdR. L.R., avec une fine analyse portant sur les sources, sur les jeux sur les noms (« Guillaume », « Chopinel »), montre qu’il faut lire le RdR selon trois niveaux, qui, en fait se juxtaposent en un seul, dans ce que j’appellerais volontiers un ‘feuilletage’ : une tradition littéraire érotique, une réalité de la pensée théologique et philosophique et leur réinscription dans la fiction selon le procédé du songe. Ne pourrait-on d’ailleurs pas ici rajouter un autre niveau qui sans doute mériterait étude approfondie, comme le suggère d’ailleurs les travaux de L.R. : celui du droit ? Fabienne Pomel, dont on connaît bien les excellents travaux sur les Voies de Paradis, se livre à une étude comparative du RdR avec cette tradition et montre la présence du modèle qui travaille le texte du RdR (je regrette de n’avoir pu suivre intégralement la démonstration, l’exemplaire fourni par l’éditeur comportant des pages blanches dans cet article). Le travail de F.P. entre en écho de celui de Peter de Wilde qui s’intéresse aux relations entre le RdR et le Pèlerinage de vie humaine. Malheureusement, cet article déçoit, reprenant largement des choses connues, en particulier par la thèse de F.P. J’ai apprécié l’article de Virginie Minet-Mahy, auteur d’une thèse sur le Miroir de Mariage, qui étudie en détail la filiation – d’ailleurs revendiquée par Deschamps – du Miroir avec le RdR : étude précise et minutieuse, portant en particulier sur la réinscription des mythes et qui montre bien comment Deschamps biaise en quelque sorte sa source pour s’orienter vers un discours à caractère politique. Je terminerai cette note de lecture avec l’article de Heather Hardens sur Christine de Pizan, « Le Duc des vrais amans ? Christine de Pizan réécrit le Roman de la Rose ». Cet travail pose des questions intéressantes : en particulier, en se référant à d’autres œuvres de Christine, H.H. pose trois axes de réflexion, issus de la problématique de Christine elle-même sur l’écriture : l’utilité de l’écriture ; le langage convenable pour parler de l’amour ; la dénonciation de la tromperie. Ces trois éléments sont mis à l’initiale d’une interrogation sur la dénonciation par Christine de la « folle amour » dans le Duc des vrais amans. En particulier, pourquoi Christine tient-elle à dépeindre la séduction et la fin malheureuse de la dame, alors qu’elle marque bien, dans ses épîtres qu’il est vain de décrire le vice pour exhorter à la vertu, alors qu’elle est – par son propre exemple – un défenseur du mariage ? En bref, pourquoi Christine n’a-t-elle pas su, voulu, pu mettre en place une femme capable de résister jusqu’au bout à la séduction, comme a pu le faire Chartier ? H.H. pose donc une problématique tout à fait passionnante. Mais j’avoue qu’il me semble que, ceci fait, elle reste en chemin et ne réussit pas à véritablement répondre, et la conclusion sur l’optimisme du Duc des vrais amans me semble faible et peu convaincante. Tout d’abord, H.H. part du principe que Christine, avec ce texte, ‘réécrit’ le RdR.Elle le pose (p. 413) et, deux lignes plus bas, considère que c’est devenu un point de départ. Mais la reprise par Christine de poncifs de la littérature courtoise (maladie d’amour, flèches d’Amour, etc.) ne constitue en rien une démonstration d’une récriture du RdR. Même si l’on ne peut nier que ce texte travaille l’écriture de cette œuvre – j’ai d’ailleurs envie de dire toute l’œuvre de Christine, par un phénomène d’attirance-répulsion (où il y a peut-être bien plus d’attirance que de répulsion d’ailleurs) qu’il conviendrait d’étudier en profondeur, en marge de tout a priori à caractère féministe –, on ne peut ici sérieusement parler de réécriture. H.H. au demeurant, fait plusieurs remarques intéressantes : la capacité de Christine à donner les sentiments de la dame à travers les propos de l’amant, par exemple. Mais elle n’insiste pas sur le côté détournement qui existe dans ce texte, comme dans les Cent ballades d’amant et de dame, qui peut être mis en parallèle pour certains aspects. Il me semble que dire que Christine souligne les qualités féminines de pitié, de douceur, etc. ne suffit pas à répondre à la question posée à l’initiale de l’article. Il me paraît en fait que H.H. a voulu peut-être trop s’arrêter à une position psychologique d’une part, à une Christine défendant les femmes d’autre part. Beaucoup de réponses aux questions posées par l’écriture christinienne sont à trouver davantage dans les mécanismes de cette écriture, en elle-même, c’est-à-dire selon sa modernité et par rapport à Christine elle-même, dans sa conscience d’écrivain plus que de femme en tant que telle.

3Pour finir, remercions les éditeurs de ce recueil pour un ensemble d’études qui intéresseront les spécialistes du RdR et, bien plus largement, les médiévistes étudiant l’écriture des XIVe et XVe siècles. Notons en outre que la maison d’édition Peeters livre là un ouvrage d’excellente qualité de réalisation.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Catherine Bel et Herman Braet (dir.), De la Rose. Texte, image, fortune », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/2709

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org