Navigation – Plan du site

Sarah Baudelle-Michels, Les Avatars d’une chanson de geste. De « Renaut de Montauban » aux « Quatre fils Aymon »

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Sarah Baudelle-Michels, Les Avatars d’une chanson de geste. De « Renaut de Montauban » aux « Quatre fils Aymon », Paris, Champion (« Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 76), 2006, 535 p.

Texte intégral

1Dans ce fort volume, Sarah Baudelle-Michels entreprend la lourde tâche de suivre la foisonnante tradition de l’une des chansons de geste les plus célèbres, Renaut de Montauban. Disons-le tout de suite : nous avons là affaire à un très beau travail et SBM s’est incontestablement livrée à une enquête en profondeur menée avec méthode et minutie. Dans son introduction, l’auteur pose avec la plus grande clarté sa problématique et la méthodologie qu’elle entend suivre. La référence massive est ici H.R. Jauss et sa théorie de la réception, même si SBM adopte quelques nuances (voir « Une question d’esthétique de la réception », p. 51 et suivantes). La question qui sert de point de départ est relative au succès de Renaut. Pourquoi cette chanson plus qu’une autre en effet ? En soulignant la souplesse de l’approche non doctrinaire de Jauss, SBM indique clairement qu’elle reprendra une « armature conceptuelle », tout en s’autorisant à utiliser également des outils de l’histoire littéraire traditionnelle. SBM s’appuie en fait sur trois axes d’analyse et de critique : 1) remise en cause de la hiérarchie esthétique traditionnelle grandes œuvres/œuvres mineures ; 2) facteurs de changement historique d’une œuvre ; 3) critique de la notion d’‘œuvre éternelle’ (chef-d’œuvre). Dans le premier cas, il convient de traiter d’un ensemble complet, ce que Jauss appelle une « famille historique », à savoir de Renaut, sans doute un ‘grand texte’, mais avec toutes les récritures que l’histoire littéraire traditionnelle mettrait de côté, au rang des œuvres mineures. C’est cet ensemble, inscrit dans l’histoire qui forme véritablement la force de l’œuvre. Dans le second cas, il faut être prudent quant à la notion d’« esprit du temps » et donc d’une adéquation trop forte à l’histoire des mouvements littéraires, ce qui va dans le sens d’un regard sur un ensemble d’œuvres diverses à une même époque. Enfin Renaut devrait son succès à se capacité à se prêter à de nouvelles lectures et récritures (l’œuvre ‘ouverte’ de Eco). SBM, avant de se plonger dans la ‘famille historique’ de Renaut, établit son corpus et le lecteur ne peut qu’admirer l’ampleur du travail, telle que le catalogue des œuvres, dressé dans l’introduction (la place est peut-être mal choisie), peut le révéler. Ce catalogue à lui seul est un outil précieux pour le chercheur. L’analyse de SBM va ensuite se dérouler, dans le détail, en considérant aussi bien le texte que les aspects paratextuels, traités surtout dans la première partie « Cadres et structures ». Le premier chapitre s’occupe du titre, en partant du constat que, si « Renaut de Montauban » ne fait pas florès, s’impose en revanche le titre les « Quatre fils Aymon », avec en outre une curieuse longévité du régime génitif sans préposition de l’Ancien français (signalons que bon nombre de villes, comme Orléans, ont encore de nos jours une « rue des quatre fils Aymon » !). Pour SBM, ce serait le témoignage, qui corrobore le succès de la légende, d’un « mythe édifiant et improbable d’une fratrie exemplaire » (p. 80). Le chapitre II est consacré aux textes liminaires, qui sont presque toujours présents dans les éditions imprimées. Ici SBM donne une classification des différentes démarches suivies par les ‘réécriveurs’ décidés à introduire leur translation, souvent dans une démarche où l’on reconnaît aisément l’éternel principe horacien du docere et delectare. On enregistre, dans ce contexte, ce que l’on pourrait appeler un prolongement de la déclaration jongleresque, voulant affirmer souci de sérieux et de vérité. Il me semble que SBM aurait dû insister sur cet aspect d’un prolongement de la rhétorique introductive de beaucoup de nos chansons. Il y a ici une forme de conservatisme artificiel, qui peut aboutir à certaines incohérences, telles celle que SBM met en valeur, avec le contenu annoncé d’un vingtième chapitre qui a complètement changé avec un nouveau découpage des aventures des Aymonides (p. 105). Au chapitre III sont analysées les modifications de structure, dans les versions romanesques : division en chapitres, modifications de langue, de style, etc. L’étude de la langue montre comment les auteurs jouent avec archaïsme ou modernisation de la langue, du lexique surtout, la tendance la plus générale allant vers la modernisation, une modernisation faite parfois, dans les collections populaires en particulier, à ‘l’emporte-pièce’. La deuxième partie se penche sur les contenus des textes et, en premier lieu, sur l’épisode ‘fondateur’, la célèbre partie d’échec, qui visiblement a fasciné auteurs et public, comme peut en témoigner en particulier la richesse de l’iconographie, dont SBM donne un (trop) bref aperçu. La scène, déjà mentionnée dans l’encyclopédie d’Alexandre Neckam, le De naturis rerum, est systématiquement exploitée, avec un éclairage particulier sur Bertholet (devenu Berthelot), victime de Renaud et neveu de l’empereur. Je me demande si cette insistance sur le lien de famille avec Charlemagne ne serait pas motivée par un implicite rapprochement avec un autre neveu, fort présent dans l’inconscient culturel et, en quelque sorte, à l’opposé de Bertholet, à savoir Roland. Il semble que cette scène a frappé les esprits par son caractère ‘définitif’, par le fait qu’elle entraîne de façon inexorable l’enchaînement des violences. La tendance des remanieurs est de trouver des circonstances atténuantes : l’esprit épique est perdu, au profit d’un regard vers une violence qu’il faut à tout prix expliquer et, si possible, excuser. La personnalité de Charlemagne, dont on connaît bien l’ambiguïté dans le cycle des barons révoltés en général, a retenu l’attention des remanieurs. Il est difficile de caractériser le Charlemagne de ces derniers, tant cette figure devient mouvante, entre sublime et grotesque, imperator et fantoche, guerrier farouche (Castilhon) et souverain arbitraire, personnage de douleur, humanisé devant la mort de son neveu (Castilhon, Le Garec, ou Roudié), et colérique invétéré. Support et représentation du pouvoir (« un rôle fixe »), il est un personnage à la psychologie complexe (« un personnage mouvant ») qui permet, à différentes époques, de cristalliser les opinions de l’auteur sur la question de la monarchie et du pouvoir. Face à lui, se dresse la grandeur de la révolte, moulée dans l’union des quatre frères et qui, elle aussi, peut être le réceptacle de toutes les idéologies. La suite de l’ouvrage analyse cette fratrie et ses évolutions chez les auteurs, les personnages féminins, le fameux Bayart… Il apparaît que les récritures se font autour d’un noyau fixe, « trésor narratif », selon l’expression de F. Suard, qui autorise les différents élargissements, les interprétations variées. Dans une conclusion qui frappe par sa fermeté, SBM boucle sa boucle en revenant à Jauss et à la « plasticité des Quatre fils Aymon », qui assure le succès durable de la légende, parce qu’elle permet une inscription dans l’humain. Elle est, en quelque sorte, la réalisation de l’un des pôles qui animent la littérature dans la longue durée : le sublime d’un côté, l’humain de l’autre. Et le très beau mot de la fin de SBM résume bien cette dualité : « Et si Roland était surhumain, le fils d’Aymon de Dordonne nous apparaît, en définitive, comme profondément humain ».

2Une bibliographie fournie, un index nominum et un index rerum terminent l’ouvrage. Il est bien difficile, dans ce si bref aperçu, de donner toute la richesse de ce travail et de montrer le plaisir que l’on a à le lire, avec ce sentiment d’apprendre beaucoup. Ce ne sera pas formule que de dire que je recommande fortement la lecture de ce livre, non seulement aux spécialistes de la chanson de geste, mais encore aux comparatistes qui, toujours plus nombreux, s’intéressent à la réception du Moyen Âge et, plus largement, à tout amateur de bonne histoire littéraire. Cet ouvrage me paraît en outre excellent – c’est l’enseignant qui parle – pour bien montrer la richesse des approches reposant sur la réception des œuvres.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Sarah Baudelle-Michels, Les Avatars d’une chanson de geste. De « Renaut de Montauban » aux « Quatre fils Aymon » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/2705

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org