Navigation – Plan du site

E. Doss-Quinby et S.N. Rosenberg (éds), The Old French Ballette. Oxford, Bodleian Library, MS Douce 308

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

The Old French Ballette. Oxford, Bodleian Library, MS Douce 308, éd. et trad. par Eglal Doss-Quinby et Samuel N. Rosenberg, musique éd. par Elizabeth Aubrey, Genève, Droz (« Publications romanes et françaises », 239), 2006, clxii-546 p.

Texte intégral

1Il n’est plus guère besoin de présenter le manuscrit Douce 308 de la Bibliothèque d’Oxford, qui a déjà fait l’objet de nombreuses attentions, et auquel un colloque a d’ailleurs été en partie consacré tout dernièrement à Metz (« Lettres et musiques en Lorraine du XIIIe au XVe siècle. Autour du Tournoi de Chauvency », 27 février-1er mars 2007). Particulièrement intéressant, ce manuscrit, outre notamment le Tournoi de Chauvency de Jacques Bretel, comprend une importante collection de chansons lyriques, qui ont la particularité d’être classées par genre : grant chant, estampies, jeus partis, pastorelles, etc., et ballettes, ce qui va d’autant moins de soi que le terme ne se retrouve nulle part ailleurs.

2Un certain nombre de chansons se trouvant dans le manuscrit Douce 308 ont déjà été éditées (notamment les pastourelles, par J.-C. Rivière), et l’ensemble de la section lyrique a même donné lieu tout récemment à une édition diplomatique intégrale par Mary Atchison (The Chansonnier of Oxford Bodleian MS Douce 308. Essays and Complete Edition of Texts, Aldershot, Ashgate, 2005) ; néanmoins jamais les ballettes n’avaient fait l’objet d’une édition critique intégrale ni été véritablement considérées en elles-mêmes, en dépit ou à cause des difficultés que la définition d’un tel genre – si c’en est bien un – peut poser. En effet, des 188 ballettes que nous a transmis le Douce 308, le plus grand nombre sont des unica, dont la musique a parfois été conservée dans d’autres manuscrits ; la définition du genre ne peut donc procéder que d’une analyse interne. Au terme d’une vingtaine de pages consacrées à cette question, les éditeurs arrivent à la conclusion que la ballette, dont l’aire de diffusion s’est probablement limitée à la Lorraine (région d’origine du manuscrit, daté des alentours de 1310), ne se caractérise pas tant prosodiquement (les formes utilisées sont variées, mais peu sophistiquées) ou thématiquement (en dépit d’un registre plutôt « popularisant ») que par son lien au moins étymologique avec la danse et surtout par la présence, à une place variable, d’un refrain, qui fait de la ballette l’ancêtre de formes appelées à un grand succès à la fin du Moyen Âge comme le virelai ou la ballade.

3Après cette mise au point sur la question du genre, l’introduction s’arrête longuement sur le manuscrit Douce 308, sur la place du chansonnier dans le manuscrit et la place de la section ballettes dans le chansonnier, avant d’en venir à l’étude linguistique, à la question de la musique (accompagnant 26 de ces pièces, mais dans d’autres manuscrits) et aux principes adoptés par les éditeurs, le tout étant complété par de très nombreux tableaux (concernant surtout la prosodie). Suivent les 188 pièces du recueil, accompagnées de tout l’apparat nécessaire, ainsi que d’une traduction intégrale en anglais – ce qui à première vue peut sembler un peu superflu, mais peut se justifier par la volonté de toucher un public plus large, et aussi de proposer, tout en suppléant l’absence de glossaire, une interprétation de ces textes qui ne sont pas toujours aussi faciles d’accès qu’ils en ont l’air.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « E. Doss-Quinby et S.N. Rosenberg (éds), The Old French Ballette. Oxford, Bodleian Library, MS Douce 308 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/2703

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org