Navigation – Plan du site

Sophie Albert (dir.), Laver, monder, blanchir. Discours et usages de la toilette dans l’Occident médiéval

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Sophie Albert (dir.), Laver, monder, blanchir. Discours et usages de la toilette dans l’Occident médiéval, Paris, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (« Cultures et civilisations médiévales », 37), 2006, 186 p.

Texte intégral

1Ce livre « tout à la fois savant et séduisant », pour reprendre les termes d’É. Crouzet-Pavan dans sa postface, recueille les actes de la deuxième journée d’étude organisée par le groupe Questes à l’Université de Paris IV-Sorbonne en mai 2005. Sous le patronage de spécialistes reconnus, qui introduisent et concluent le recueil, de jeunes médiévistes historiens et littéraires croisent ici avec bonheur leurs analyses pour examiner les « discours et usages de la toilette » dans la littérature et plus largement dans la société médiévale françaises.

2Après avoir souligné l’originalité d’un tel sujet, J.-J. Vincensini commence dans son introduction par dresser le cadre où s’inscrivent les contributions, esquissant le réseau complexe de relations unissant et opposant à la fois propreté et saleté, pur et impur, inclusion et exclusion, ordre et désordre dans la société, la spiritualité et la symbolique médiévales. En ouverture, donc, une large mise en perspective, que vient compléter in fine la conclusion de P. L’Hermite-Leclercq, en proposant un utile contrepoint hagiographique et religieux aux textes romanesques plus volontiers mis à contribution par les auteurs du recueil.

3Viennent ensuite, dans une première partie, trois études consacrées à la dimension thérapeutique de la toilette, sur un plan à la fois médical, en considérant la place des « Bains et soins du corps dans les textes médicaux (XIIe-XIVe siècles) » (A.-L. Lalouette) ; psychologique et psychiatrique, si l’on peut dire, avec « La clinique cosmétique, ou comment laver la mélancolie », où P. Levron s’intéresse notamment à des textes comme Le Chevalier au Lion, Amadas et Ydoine, Partonopeu de Blois, etc. et met en évidence la double mission de stabilisation psychique et de réintégration sociale du bain pour le sujet mélancolique ; enfin spirituel, A. Sulpice envisageant de son côté « La toilette de l’âme dans le monde monastique cartusien (XIe-XVe siècle) » à travers des traités tant latins que français.

4La deuxième partie s’intéresse quant à elle aux « séductions et dangers du bain », d’abord sous un angle d’approche bien spécifique qui est celui de l’association, dans les scènes de toilette, entre l’eau et le sang, configuration que l’on retrouve, avec des significations variées, dans un certain nombre de textes narratifs des XIIe et XIIIe siècles (M. Grodet) ; ensuite dans une œuvre particulière, l’Histoire de Jason de Raoul Lefèvre (vers 1460), avec ses trois scènes de bain, amoureux, rajeunissant et meurtrier (N. Bercea-Bocksai).

5Enfin la dernière partie interroge les liens entre toilette et travestissement. Ainsi D. de Carné s’intéresse, dans les chansons de geste et romans des XIIe et XIIIe siècles, au motif du « dégrimage », l’acte qui fait pièce au noircissement volontaire du visage à l’origine de beaucoup de travestissements fictionnels, et montre finalement que ce « dégrimage » ne sert pas tant à la reconnaissance en elle-même qu’elle n’a valeur de clôture de l’épisode de déguisement et permet de rétablir le personnage dans son identité antérieure. Contribution prolongée par celle de S. Albert, qui analyse précisément la scène de bain aboutissant au dévoilement du sexe réel de la belle Néronès dans le Roman de Perceforest, ainsi qu’à ses diverses résonances dans le reste de l’œuvre.

6En somme le recueil, quoique relativement court, est riche et ouvre de nombreuses perspectives sur un sujet qui reste certainement à exploiter. Il a bénéficié en outre d’un bon travail éditorial, assurant suffisamment d’échos entre les contributions, sans compter la bibliographie indicative et les deux index très complets qui en facilitent la lecture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Sophie Albert (dir.), Laver, monder, blanchir. Discours et usages de la toilette dans l’Occident médiéval », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/2700

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org