Navigation – Plan du site

Camillo Leonardi, Les pierres talismaniques « Speculum lapidum », livre III

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Camillo Leonardi, Les pierres talismaniques « Speculum lapidum », livre III, éd. et trad. par Claude Lecouteux et Anne Monfort, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (« Traditions & croyances »), 2002, 276 p., 14,5x24cm, index, illustrations en noir et blanc non numérotées, bibliographie
ISBN 2-84050-237-2

Texte intégral

  • 1  Voir notamment, pour m’en tenir à deux auteurs qui incarnent des conceptions diamétralement opposé (...)

1Connu aujourd’hui de quelques rares spécialistes de l’histoire de la magie1, le Speculum lapidum de Camille Léonard rencontra en son temps un honorable succès (quatre éditions en un siècle: Venise, 1502 et 1516; Augsbourg, 1533; Paris 1610; sans compter en 1519 la traduction suédoise de ses deux premiers livres). Claude Lecouteux et Anne Monfort délaissent la partie du Speculum lapidum qui avaient jadis attiré l’attention de Peder Månsson; ils concentrent la leur sur le troisième et dernier livre, le plus proprement magique. Ils reprennent sur les pages paires le texte des premières éditions et en proposent sur les pages impaires une traduction (pp. 44-129). Ils font précéder ce travail de remarques sur la tradition médiévale de ce qu’ils appellent préférentiellement des lapidaires, en essayant de relever les textes qui ont pu être utilisés par Léonard (pp. 1-42). Leur édition-traduction est suivie par un commentaire (pp.130-248) et des notes (pp.249-261) qui précisent et systématisent les aperçus précédents.

2Concentrés sur le corpus médiéval des lapidaires, ses évolutions, ses ruptures et ses reprises, Lecouteux et Monfort négligent de faire un sort aux caractéristiques qui font du livre de Léonard un témoin inattendu de son temps. Le Speculum lapidum est dédié à César Borgia. Simple hommage rhétorique à un puissant dont l’auteur cherche à obtenir la protection? Outravail qui va au devant des penchants  du dédicataire en faisant l’effort de lui présenter, pour son usage personnel, une encyclopédie talismatique ? Le lecteur reste sur sa faim. Le condottiere que Machiavel lui-même a célébré n’est qu’un nom perdu au milieu d’autres. Autre lacune, du moins pour l’historien. Le chapitre II du Speculum, III est une page d’histoire de l’art insolite à souhait. Il évalue les mérites respectifs des sculpteurs et des peintres anciens et modernes. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de traités consacrés aux usages magiques des pierres qui mettent Apelle et Zeuxis sur l’un des plateaux d’une balance dont l’autre est occupé par Piero della Francesca, Mantegna et leurs pairs. Camille Léonard soutient que l’art de la Renaissance a renouvelé celui des lapidaires anciens. Le livre refermé, la démonstration reste à faire… L’Italie des tout débuts du XVIe siècle est pour Lecouteux et Monfort un cadre vide où se déploie une écriture aussi intemporelle que les désirs dont les talismans sont les signes en s’instituant leur antidote.

3Attachés à leur manière à l’histoire des textes, Lecouteux et Monfort ne le sont guère à celle des mots de quelque manière que ce soit. La notion centrale de virtus (lapidum), est le plus souvent traduite par propriété, quelquefois par vertu, plus rarement par pouvoir. On souhaiterait connaître les raisons qui les ont conduit à ce choix différent par un mot latin identique– outre que vertu paraît dans tous les cas mieux rendre compte de cette vision du monde où des objets pour nous inanimés sont dotés d’une force singulière. La relique n’est jamais très loin du talisman. Ce dernier est l’envers d’un monde dont la relique a pendant longtemps été l’endroit. La virtus assure commodément le passage de l’un à l’autre.

4Je ne suis pas sûr que la prudence méthodologique est au fondement de l’attitude de Lecouteux et Monfort quand ils bornent si strictement leurs travaux.

Notes

1  Voir notamment, pour m’en tenir à deux auteurs qui incarnent des conceptions diamétralement opposées en histoire de la magie: Grillot de Givry, Le musée des sorciers, mages et alchimistes, Paris, Tchou, 1966 (1e ed.: 1929), p. 367; David Pingree, « The Diffusion of Arabic Magical Texts in Western Europe », dans La Diffusione delle Scienze islamiche nel Medio Evo Europeo, Rome, Accademia Nazionale dei Lincei (Fondazione Leone Caetini), 1987, pp. 57-102 (65, n. 24).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Camillo Leonardi, Les pierres talismaniques « Speculum lapidum », livre III », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/270

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org