Navigation – Plan du site

Catherine Rollier-Paulian, L’Esthétique de Jean Maillart. De la courtoisie au souci de l’humaine condition dans Le Roman du Comte d’Anjou

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Catherine Rollier-Paulian, L’Esthétique de Jean Maillart. De la courtoisie au souci de l’humaine condition dans Le Roman du Comte d’Anjou. Orléans, Paradigme (Medievalia 33), 2007, 370 p.

Texte intégral

1C’est la première monographie consacrée au Roman du Comte d’Anjou de Jean Maillart, un texte finalement assez peu étudié en dépit de l’édition déjà ancienne de M. Roques (Champion, 1931) et des deux traductions récentes dont il a bénéficié, celle de F. Mora (Gallimard, 1998) et celle de J.-C. Aubailly (dans Récits d’amour et de chevalerie, Laffont, 2000). Envisageant d’une façon que l’on croit pouvoir dire exhaustive l’ensemble des aspects caractéristiques de cette œuvre achevée en 1316, CRP propose non seulement, étayées sur une lecture extrêmement minutieuse du texte, nombre de vues intéressantes sur Le Roman du Comte d’Anjou lui-même, et en particulier sur sa dimension morale et religieuse ; mais aussi sur sa filiation et son contexte littéraires, donnant ainsi bonne mesure des multiples phénomènes d’intertextualité à l’œuvre chez Jean Maillart ; et plus largement sur le roman dit réaliste du XIIIe siècle, sans pour autant faire double emploi avec la somme publiée sur le sujet par L. Louison (De Jean Renart à Jean Maillart. Les romans de style gothique, Champion, 2004), d’ailleurs de parution trop récente pour avoir pu être exploitée par CRP.

2L’étude m’a paru dans l’ensemble bien documentée et se lit très agréablement, en dépit d’une attention parfois trop portée à certains détails, d’où des développements excessivement pointilleux – mais c’est un risque peut-être inévitablement encouru par ce type d’entreprise monographique. Dans une première partie, CRP s’intéresse à la filiation littéraire du Roman du Comte d’Anjou et met surtout en évidence ses liens étroits avec La Manekine de Philippe de Rémi (on peut toutefois, comme souvent, rester dubitatif pour ce qui concerne « les reprises de vers »), mais aussi un certain nombre de différences qui ouvrent autant de pistes pour dégager les traits spécifiques à l’œuvre de Jean Maillart, CRP concluant qu’avec un « espace social plus étendu, [un] être humain compris dans ses ambivalences, [un] aspect miraculeux estompé, Le Roman du Comte d’Anjou marque bien par rapport à La Manekine un degré supérieur de rationalisation, de réflexion sur l’homme et de respect de la vraisemblance » (p. 107).

3La deuxième partie de l’étude discute le réalisme du roman, en s’appuyant notamment sur l’étude pionnière sur le sujet de R. Lejeune et sur certains travaux théoriques de P. Hamon ; à ce sujet d’ailleurs, les références de CRP mériteraient peut-être d’être complétées, avec Le Personnel du roman ou bien Texte et idéologie du même P. Hamon, ou encore avec l’article de M. Accarie, « Vérité du récit ou récit de la vérité. Le problème du réalisme dans la littérature médiévale » (Razo, 15, 1998, p. 5-34), et le numéro spécial de la Revue des langues romanes (104, 1, 2000) sur Le Roman médiéval. La Fiction réaliste au XIIIe siècle. Quoi qu’il en soit, CRP élargit ici sa perspective en essayant de resituer Le Roman du Comte d’Anjou par rapport aux autres romans du XIIIe siècle plus ou moins traditionnellement considérés comme réalistes, de Jean Renart au Roman du Castelain de Couci et de la Dame de Fayel de Jakemes. Sans dénier leur intérêt aux développements qu’à cette occasion elle consacre au cadre spatio-temporel ou bien à « l’écriture réaliste » du Roman du Comte d’Anjou, je me demande néanmoins si la position de CRP concernant le réalisme (comme celle d’ailleurs de L. Louison dans son ouvrage ci-dessus cité) ne souffre pas en quelque sorte d’un excès de timidité. S’il est évident en effet, comme CRP le dit elle-même, que ni Le Roman du Comte d’Anjou ni ses collègues ne peuvent être considérés comme des romans réalistes à la mode XIXe siècle, il n’en reste pas moins qu’ils sont, à leur époque et avec les moyens qui leur sont propres, des œuvres que l’on peut qualifier de réalistes, dans la mesure où elles constituent une étape de « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », pour paraphraser E. Auerbach – et à cela je ne vois pas bien ce qu’une nouvelle étiquette (par exemple celle de « roman gothique », proposée par L. Louison) peut apporter de plus. Deuxième point : le corpus de ces romans qu’il faudrait une fois pour toute accepter de qualifier de réalistes a-t-il été si bien défini naguère par R. Lejeune qu’il ne mérite pas d’être discuté, augmenté, diminué, voire ouvert à d’autres genres ? Sur ce point toutefois CRP va plus loin que L. Louison, puisqu’elle propose dans le cinquième chapitre de cette partie une intéressante mise en perspective du Roman du Comte d’Anjou avec le fabliau, l’exemplum ou encore la nouvelle (mais on attendrait qu’il soit question de textes comme Le Vair palefroi ou La Châtelaine de Vergy, qui participent pourtant au premier chef d’un certain réalisme). Cette mise en perspective générique se poursuit d’ailleurs au chapitre suivant, où CRP montre notamment que la désignation de dit appliquée par Jean Maillart à son propre texte est révélatrice des intentions d’abord morales et religieuses de l’auteur.

4C’est à ces intentions qu’en vient enfin la troisième partie, où CRP, en poursuivant sa comparaison avec les autres romans du corpus réaliste, montre de façon convaincante – en s’attachant notamment au statut de « fonctionnaire-écrivain » de Jean Maillart, au « portrait du narrateur en prédicateur » ou au personnel ecclésiastique, spécialement fourni et valorisé, du roman – ce qui fait la particularité du Roman du Comte d’Anjou, à savoir une visée ouvertement didactique et religieuse et la volonté de prêcher aux laïcs, et particulièrement aux femmes, une morale chrétienne exaltant « des valeurs d’ordre, de hiérarchie et de justice dans le domaine social, de piété et d’humilité dans le domaine spirituel » (p. 299) – morale qui n’est certainement pas sans rapport avec les ordres mendiants, mais qui représente aussi, d’après la conclusion de CRP, le signe d’une « mutation vers un certain humanisme » (p. 352).

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Catherine Rollier-Paulian, L’Esthétique de Jean Maillart. De la courtoisie au souci de l’humaine condition dans Le Roman du Comte d’Anjou », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 27 mai 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/2699

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org