Navigation – Plan du site

Frédérique Le Nan, Le Secret dans la littérature narrative arthurienne (1150-1250). Du lexique au motif

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Frédérique Le Nan, Le Secret dans la littérature narrative arthurienne (1150-1250). Du lexique au motif, Paris, Champion (« Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge » 62), 2002, 463 p.
ISBN 2-7453-0611-1

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend la version abrégée d’une thèse soutenue en 1996, sous la direction de F. Dubost. L’étude part du constat que la plupart des récits arthuriens développent une situation impliquant un secret : naissance, amour, signe particulier, etc. Le travail se développe en trois parties ; dans la première, L’auteur propose une étude lexicographique sur le champ sémantique du secret : étymologie, lexique médiéval, sa polysémie, ses nuances, ses fréquences (tableau pp. 33-4). « Celer » l’emporte de très loin, avec derrière « privé », « conseil », puis, nettement distanciés, « secré » et « repostailles ». F. Le Nan étudie les champs d’application de ces différents termes et montrent que le champ de « secré », dans le corpus étudié (qui exclut donc les textes à caractère encyclopédique et médicaux – signalés toutefois par l’auteur) renvoie de façon plu sprivilégiée au sacré, au divin, alors que « celer », « conseil » et « repostailles » s’appliquent davantage au domaine humain et terrestre. Dans un cas, le secret est positif, marque de la grandeur divine et de l’inaccessibilité de certains ensembles, de certains mystères à l’homme, surtout au pécheur. Dans l’autre cas, le secret est bien souvent marquè d’une polarité négative, en particulier dans son attachement à la femme, à la fois secrète et dangereuse (y compris sur le plan sexuel, physique et médical) et incapable de garder un secret, tant elle est volage, instable et bavarde. Autre personnage fortement attaché à un secret négatif, le roi Arthur lui-même : ce dernier en effet se dérobe souvent devant l’assemblée des chevaliers, ce qui lui est reproché et son retrait correspond souvent à une fracture dans l’harmonie, la coutume. Ajoutons qu ele personnage lui-même possède le secret inscrit dans sa propre histoire : naissance illégitime, inceste, sans parler des infidélités de Guenièvre tracent aussi une silhouette particulière d’Arthur. Dans le roman arturien, il existe donc une « chaîne du secret », véritable structure actancielle du texte qui joue aussi sur la mobilité, au moin spotentieles des actants principaux : le destinataire et le dépositaire du secret. Le roman arturien offre donc un champ d’accuei privilégié à cette ‘communication du secret’ dans la mesure où, en particulier, la quête est une interrogation sur le sens (sous entendu caché, celui du Graal par exemple) qui favorise l’expansion du secret, à partir d’un secret initial qui en est aussi la source (fontaine de Calogrenant, énigme de l’identité de Perceval, défilé au château du roi pêcheur, etc.). Dans la seconde partie, « Secret et savoir » (d’ailleurs intitulé autrement dans la table des matières), F. Le Nan se penche en particulier sur les secrets du Graal. Plus le texte évolue vers un contexte christianisé et plus le terme « secret » prend d’importance. Le secret apparaît comme « le lieu textuel où la quête d’un savoir achoppe ou se résout » (p. 221). Au centre du processus, la question, que l’on ne pose en général pas (Perceval) : chez Chrétien, le graal est un objet merveilleux, mais son secret se cristallise dans le silence. Les continuateurs de Chrétien changeront la perspective : là où il s’agissait de susciter la parole pour accéder, finalement, au procès de symbolisation (qui ne s’opère pas véritablement chez Chrétien), les continuateurs se détacheront de la valeur de la question pour se ocaliser sur la réponse et sur le signe d’une rálité cachée et probablement supérieure (celle du Graal) : d’où la facilité de passage à un symbolisme religieux (objet du chap. 7). Quant à la connaissance, elle n’est jamais vraiment dévoilée (sous peine de fin des aventures et donc du texte) sauf, souvent partiellement, en des lieux frappés d’altérité qui, de ce point de vue aussi, sont des emblèmes ou des centres d’accumulation du secret. Le chapitre sur les secrets du Graal dans son contexte sacré et religieux me paraît peut-être un peu plus faible que les pages qui le précèdent, dans la mesure où il s’articule sur des choses plus connues (théologie apophatique, mystique cistercienne, etc.). Des digressions qui restent bien trop somaires (le néoplatonisme d’Érigène – où l’on sent bien que l’auteur ne maîtrise pas ces questions et ne connaît absolument pas les travaux récents et les dernières éditions ; la théorie du signe du De doctrina christiana) auraient pu être évitées. La partie consacrée à la lumière me laisse un peu sur ma faim. Il était tout à fait pertinent d’évoquer la lumière du Graal, finalement dans une symbolique contradictoire entre secret et révélation : un Dieu impossible à voir qui se donne à voir d’une certaine façon, justement par la quête du secret. N’aurait-il pas fallu ici se placer du point de vue croisé de la théologie de la lumière, si importante pour cette époque, de l’esthétique et de l’optique ? (voir à ce sujet les remarques synthétiques de E. Grant, God and Reason in the Middle Ages, Cambridge, 2001). La troisième et dernière partie de la thèse est dévolue aux « secrets de quelques hommes », avec trois volets, offrant une quasi-typologie du secret arthurien individuel : tares secrètes (naturelles ou faées), naissances illégitimes, amours secrètes. Notons dans le premier chapitre un retour sur la lycanthropie et le « secret d’une double nature », avec un certain nombres de perspectives différentes de celles de l’ouvrage d’A. Pairet commenté dans ce même numéro : un débat en perspective ! Comme le titre de l’ouvrage l’avait laissé sous-entendre, ce travail aboutit au constat de la cristallisation de motifs du secret dans la littérature arthurienne. Certains fanatiques de l’abstraction reprocheront à F. Le Nan de ne pas avoir utilisé certains outils sémiotiques pour traiter de la question et d’avoir mené son analyse avec des moyens traditionnels, voire un certain empirisme. Je ne ferai pas un tel reproche à ce travail qui, au contraire de certains autres, amène le lecteur dans la clarté (de la méthode et de l’écriture) à la reconnaissance du motif, par une lecture des œuvres, minutieuse et gardant sans cesse comme fil directeur les termes employés par les différents auteurs médiévaux. Il n’existait pas de travail d’ampleur sur le secret au Moyen Âge. Un vide a été comblé par ce travail, qui donnera matière à réfléchir aux spécialistes du roman arthurien. Aux autres chercheurs aussi : F. Le Nan mentionne effectivement quelques chansons de geste, limitées au cycle de Guillaume d’Orange. Il serait intéressant de se pencher aussi sur le secret épique et de le comparer, en profondeur, au secret arthurien, justement sur la base du travail de F. Le Nan.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Frédérique Le Nan, Le Secret dans la littérature narrative arthurienne (1150-1250). Du lexique au motif », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/269

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org