Navigation – Plan du site
Regard sur une œuvre : Girart d’Amiens

Escanor dans son roman

Damien de Carné
p. 153-175

Texte intégral

  • 1  Dans l’Introduction du texte de référence (Girart d’Amiens, Escanor, éd. Richard Trachsler, Genève (...)
  • 2  C’est là un des pôles de la maigre bibliographie critique consacrée à Escanor : sur le rôle de Gau (...)

1Le roman d’Escanor, offert par Girart d’Amiens à la reine d’Angleterre vers 1280, arrive tard dans la tradition arthurienne. Sous sa forme versifiée, cette littérature s’essouffle inexorablement1. Le monde arthurien représenté dans ce long texte de 26 000 vers est tributaire, tant dans la représentation de la société que dans les modalités narratives, d’un héritage très solidement constitué qui intègre les apports nombreux des précédents romans en vers mais aussi des récits en prose. De cet héritage, Girart n’a pas souhaité se défaire. Il apparaît au contraire qu’il y avait de l’amusement, pour lui, à laisser ressentir le poids du genre. C’est d’ailleurs dans cette perspective que les gauchissements infligés à la caractérisation habituelle des personnages prennent sens : ainsi des succès chevaleresques et des tentatives amoureuses de Keu, et du trouble relatif jeté sur la figure de Gauvain2. Pour le reste, le personnel arthurien est semblable à lui-même : Agravain, Mordret, Dynadan, Perceval, sont conformes à l’image que le roman arthurien en a généralement laissé. Dans ces conditions, le soin qu’a pris Girart de mettre en relief des acteurs étrangers à la tradition, ou du moins qui n’appartiennent pas à la nomenclature standardisée de la chevalerie arthurienne, mérite une attention particulière.

  • 3  Signalons l’exception du Chevalier à l’épée. D’habitude, le titre désigne le héros (Erec et Enide, (...)

2Escanor le Bel, ou Escanor de la Blanche Montagne, est un personnage soigné, un « méchant » subtil, ni vil ni monstrueux. Il fournit au roman son titre, quoiqu’il puisse moins que Gauvain ou Keu prétendre au statut de protagoniste, et alors qu’il est fort rare, dans le récit arthurien, que celui qui s’oppose à Arthur et à ses chevaliers donne son nom au texte auquel il prend part3. L’importance manifeste que Girart a accordée à Escanor encourage à examiner selon quels procédés le récit parvient à caractériser efficacement le personnage et à le revêtir de traits spécifiques.

  • 4  Sur le titre du roman, voir l’Introduction de l’édition, p. 26.

3Plus que son portrait, qui ne nous retiendra guère, ce qui nous intéresse est l’implication d’Escanor au sein du système des personnages non seulement de ce roman, mais également de certains qui l’ont précédé. Nombre d’aspects de son rôle dans le roman de Girart s’éclairent si l’on considère l’histoire d’Escanor au fil de différents romans aussi bien que la diversité de ses avatars au sein de ce roman précis qui, le titre l’atteste, devait être le sien, et dont il modèle en profondeur l’organisation4.

Le bel Escanor et son oncle

4Escanor le Bel avait tout pour plaire. Personnage parfaitement recommandable, il ne lui manque aucune qualité. Brillant combattant (il met Gauvain en péril lors de leur duel, v. 21114-21166), précieux homme de guerre (v. 20408-20414), fins amant et mari sans reproche (v. 3310-3314) d’une femme à la beauté superlative (v. 8391-8476), souverain fortuné et adoré par ses sujets (il est décrit par les gens de sa suite comme leur douz seingnour, gentil, sage et soutil, ou encore preudome, v. 8185-8205), capable enfin de la hauteur morale qui autorise les héros à se retirer du monde et à finir saintement, il apparaît comme un rival accompli des plus grande figures du royaume de Logres, sur les trois plans de la chevalerie, de la courtoisie et de la politique.

5Pourtant, quelques étrangetés écaillent la surface polie du personnage. Sa généalogie, peu indispensable de prime abord au déroulement de l’action, confère à Escanor une dimension inquiétante.

  • 5  On aura reconnu deux des modalités du « fantastique » médiéval désignées par le travail fondateur (...)

6Dans le roman arthurien, celui qui vient à la cour semer le désordre finit souvent par s’avérer un être de l’Ailleurs. Escanor, que son nom relie à une « Montagne », qui plus est « Blanche », présente cette altérité potentiellement fantastique5. Il possède un oncle qui révèle cette anormalité du personnage : par le père de cet oncle, Escanor le Bel appartient à une lignée de géants. L’oncle, en effet, Escanor le Grand, ou Escanor de la Montagne,

[…] fu fix d’un roy,
Un jaiant qui ainc ne mist roi
Qu’en cruauté et en mal faire. (v. 13497-134999)

Autre fait inquiétant, il hait farouchement Gauvain :

Mais s’il veïst que par droiture
Pourchacier venjance en peüst,
De rienz si grant joie n’eüst. (v. 13640-13642)

  • 6  Éd. cit., Introduction, p. 77.
  • 7 Ibid.

7La consubstantialité génétique de l’oncle et du neveu est considérablement soulignée par leur homonymie. Ce redoublement d’Escanor est un des faits les plus mystérieux de l’ensemble de l’œuvre. Il permet sans doute, comme l’écrit Richard Trachsler, de voir « la taille de géant habilement déléguée à l’oncle »6. Cependant, dénuée de développements complémentaires, cette explication n’en est pas vraiment une. Pourquoi Escanor devrait-il avoir une taille de géant et une ascendance gigantesque, lui qui est représenté comme un être totalement soumis aux exigences chevaleresques et courtoises ? Et pourquoi lui avoir donné un nom – « cette Blanche Montagne située dans le lointain nord de l’île » – qui, tout comme la taille de géant, « évoqu[e] la sauvagerie »7 ? Ces éléments inexpliqués sont selon nous la marque des exigences intertextuelles auxquelles l’auteur a dû, ou voulu, se plier. L’observation du passé littéraire d’Escanor fournit sur ce point des indices probants qui aident à comprendre comment s’est construit le duo oncle/neveu.

Un lourd passé arthurien

  • 8 Ibid., p. 76.
  • 9  Il ne figure dans aucun des armoriaux présentés par Richard Trachsler en annexe de son ouvrage, Cl (...)

8Richard Trachsler rappelle les occurrences antérieures d’Escanor dans la littérature arthurienne : la Troisième Continuation du Conte du Graal, de Gerbert de Montreuil, L’Âtre périlleux, Guiron le Courtois et la Compilation de Rusticien de Pise8. Bien qu’il n’ait jamais bénéficié d’une intégration complète, d’une place propre au sein de la littérature arthurienne9, Escanor n’est donc pas un personnage sans passé littéraire. Les apparitions successives d’« Escanor » disposent progressivement un ensemble de données dont Girart s’est habilement servi.

  • 10  Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, t. 3, éd. Marguerite Oswald, Paris, Champion, c (...)

9Escanor apparaît pour la première fois chez Gerbert de Montreuil10. Son rôle y est extrêmement limité, puisqu’il se contente de participer à un tournoi et ne sert, renversé par Tristan comme d’autres chevaliers malchanceux, qu’à faire ressortir le prestige du héros de Cornouailles. Il faut signaler néanmoins que le nom figure déjà dans son entier : Tristan

  • 11  Et ce en dépit d’une certaine variance du nom : Eschanor (v. 4172) ne pose pas de problème, mais M (...)

Sor l’escu d’or al lïoncel
Fiert Escanor de le Montaigne,
Jus l’abat del cheval d’Espaigne. (v. 4254-4256)11

  • 12  Les références à L’Âtre périlleux sont faites à partir de l’édition Woledge, L’Âtre périlleux, Par (...)

10Escanor est encore un chevalier normal. Ce n’est plus le cas lors de ses apparitions ultérieures. Il est difficile de déterminer dans quel ordre s’enchaînent les occurrences suivantes du personnage, si L’Âtre périlleux précède ou non Guiron le Courtois12. Dans les deux cas, pourtant, les auteurs ont imprimé au chevalier une notable dimension maléfique.

11L’Escanor que représente L’Âtre périlleux est un géant. Plus exactement, il est ce modèle déguisé de géant que Francis Dubost a désigné, comme les textes médiévaux, du nom de grant chevalier :

  • 13  Francis Dubost, op. cit., p. 578.

Le géant relève d’une altérité projetée très loin à l’extérieur de la classe chevaleresque, tandis que le grant chevalier relève d’une altérité plus proche et donc plus troublante. Il peut provoquer un malaise comparable à cette inquiétante étrangeté que l’on découvre parfois avec horreur dans les choses les plus familières.13

  • 14  Dans l’étude qui précédait son édition (L’« Âtre périlleux », études sur les manuscrits, la langue (...)
  • 15  Francis Dubost considère qu’il « appartient à la catégorie des “Orgueilleux” » (op. cit., t. 2, p. (...)

12Malgré cette nuance, l’Escanor de L’Âtre périlleux, créature grande, maléfique et étrangère, correspond au type du géant. La taille du chevalier est évoquée à plusieurs reprises14. Cet Escanor se manifeste dès son entrée en scène par sa violence et son mépris des règles sociales élémentaires15 :

Tant fu orgellox le vassal
Qu’ainques ne retint son ceval
Tant que il vint devant le roi,
Et se vint par itel desroi
Que son frain hurta a le table. (v. 155-159)

  • 16  Tout comme le versant maléfique du chevalier insolent envers Arthur, dévoré de haine jalouse pour (...)

13Ces deux points de description du personnage étaient absents du chevalier si banal de la Continuation de Gerbert16. Ils donnent à Escanor le trait gigantesque qui a perduré dans le roman de Girart d’Amiens. Pourquoi l’auteur de L’Âtre a-t-il choisi ce personnage, ou du moins ce nom (« C’est Escanors de la Montaigne », révèle à Gauvain, au vers 1598, la demoiselle qu’il a sauvée du cimetière diabolique) ? Sans doute la connotation fantastique portée par le nom de Montaigne est-elle à l’origine de cette évolution :

  • 17  Francis Dubost, op. cit., p. 605.

On a déjà montré que le géant occupait souvent la fonction dévolue par ailleurs à « la bête de la montagne ». Le roman va cristalliser sur ce personnage l’expression de la brutalité sauvage, la hantise du retour à la barbarie où prévaut la loi du plus fort, l’obsession de la violence sexuelle et plus généralement tous les périls que l’éthique courtoise s’efforçait de conjurer.17

  • 18  Brian Woledge, op. cit., p. 96. Signalons toutefois que Gaston Paris avait émis l’idée que le seco (...)
  • 19  Le lien organique qui relie L’Âtre périlleux à Escanor est confirmé également par l’aventure de l’ (...)

14L’influence de L’Âtre périlleux sur Escanor ne doit pas faire de doute. Elle a été relevée il y a longtemps par Gaston Paris et admise sans réserves par Brian Woledge : « l’auteur [du roman d’Escanor] semble y avoir pris son principal personnage et l’idée de sa rivalité avec Gauvain »18. Sur cette rivalité, qui montre avec une plus grande exactitude encore la filiation, nous reviendrons dans quelques pages19.

  • 20  Voir les remarques de Richard Trachsler, éd. cit., Introduction, p. 81-85 et 94. Aux noms relevés, (...)
  • 21  La liste des quêteurs de Girflet mentionne li cortois Pellesvaus (v. 14390), alors même que Percev (...)
  • 22  Si le nom d’Andrivete vient du nom de l’amie de Keu dans le Conte du Mantel (R. Trachsler, éd. cit (...)

15Le rapport d’Escanor avec Guiron le Courtois est moins visible. Tout au plus peut-on rappeler que Girart connaissait fort bien les textes en prose ; non seulement le Lancelot dans son ensemble et le Tristan20, mais aussi le Perlesvaus21, et probablement le Perceval en prose22 : on ne voit pas pourquoi, dans ces conditions, il aurait ignoré Guiron le Courtois. Or, l’Escanor de Guiron le Courtois est revêtu à son tour des caractéristiques qui intéressent l’histoire du personnage, et qui ne sont pas sans rapport avec le roman de Girart.

  • 23 Op. cit., p. 117.
  • 24  Op. cit., p. 118 : « Peut-être, dans le meilleur des cas, le scribe avait-il à sa disposition un t (...)

16Le nom du personnage, en premier lieu, pose problème. L’Escanor de Guiron est appelé Escanor le Grand (§ 4, § 53…). On remarque avec intérêt qu’il répond également au nom d’Escanor de la Montagne, comme l’oncle d’Escanor le Bel dans le roman de Girart, qui porte aussi bien les deux noms. Malheureusement, le nom d’Escanor de la Montagne est localisé dans deux passages isolés de Guiron (§ 155 et 198 n. 2) dont l’authenticité est fort douteuse. Dans le premier cas, il s’agit de la version divergente de 338, que Roger Lathuillère estime avoir été « écrite après coup, par un arrangeur, pour masquer une déficience du texte »23 et pour laquelle il suggère une datation très tardive24 ; la deuxième occurrence de ce nom se trouve dans la version particulière qui correspond au manuscrit 3325 de la Bibliothèque de l’Arsenal, mais au cours d’un épisode qu’ont intercalé sous cette forme les trois seuls témoins F, 358 et R, manuscrits composites et datant du XIVe (F et R) ou du XVe siècle (358). Il semble que l’assimilation d’Escanor le Grand à Escanor de la Montagne dans Guiron soit réservée à des épisodes refaits récemment. Dans ces conditions, elle serait originellement le fait de Girart d’Amiens dans Escanor.

17Quoi qu’il en soit d’Escanor de la Montagne, l’idée qu’a eue Girart de donner à l’oncle d’Escanor le Bel le nom d’Escanor le Grand lui vient nécessairement de Guiron, à la version de base duquel il est largement postérieur.

18Escanor le Grand, dans Guiron, a beau être désormais un chevalier de la Table Ronde, il fait partie des fauteurs de désordre du monde arthurien, puisqu’il est le premier à transgresser la loi de courtoisie guerrière de merci accordée à un vaincu :

Et bien estoit a celui tens la coustume del roialme de Logres que nul chevalier ne meïst l’autre a mort puis qu’il l’eust asseuré ; et dura ceste costume dusqu’a tant que Escanor le grant, qui compaingnon fu de la Table Reonde, encommencha les felonnies del roialme de Logres. (§ 4)

19Gauvain, Lac et Meliadus, libérés du château d’Escanor où ils ont été emprisonnés et maltraités, craignent qu’il ne continue à faire grant anui as chevaliers errant (§ 53).

  • 25  Ces indications sont issues de l’édition partielle que Venceslas Bubenicek a donnée de ce manuscri (...)
  • 26 Op. cit., p. 123-124.

20La version particulière du manuscrit 3325 de l’Arsenal conforte le personnage dans son statut de nuisible, acquis dans la version de base. La date de cette version est mystérieuse. Le manuscrit remonte, selon Roger Lathuillère, à 1250-1275, et plutôt au début de cette période. Venceslas Bubenicek est moins « optimiste » : fin XIIIe ou début XIVe siècle, mais le manuscrit ressemble beaucoup, matériellement, à un groupe de témoins que l’on peut précisément dater de 1274 à 129825. Roger Lathuillère considérait cependant que, dans la mesure où ce manuscrit était (et demeure, même avec les dates proposées par V. Bubenicek) un des plus anciens témoins, la version qu’il contient devrait être assez peu postérieure à la version de base26. Girart a très bien pu connaître cette rédaction dans laquelle le géant Escanor le Grand informe beaucoup plus précisément l’oncle d’Escanor le Bel que ne le fait l’Escanor de la version de base de Guiron.

  • 27  Transcription du ms Ars. 3325, folio 185, verso, col. a : « Ge demandai a celui qi ce me dist se i (...)

21En effet, Escanor le Grand, dans ce manuscrit, descend de géants. Il est d’une force gigantesque27, il est un personnage maléfique (parent de Caradoc de la Douloureuse Tour), comme nous l’apprend ce passage consacré à Guiron et Danain :

  • 28  Ars 3325, folio 185, verso, col. a, lettre ornée. Cette aventure correspond au § 198 de l’analyse (...)

Endementiers qe il aloient andui parlant de Escanor le Grant qi segnor estoit de celui chastel qe il veoient devant eaus (et a la verité a dire celui Escanor qe ge vos di n’estoit mie moins grant d’un jaianz, et se il estoit grant, n’estoit mie grant merveille, qar sanz faille il estoit estret de par som pere e de par sa mere dou lingnage de [ja]ianz, et parant estoit il prochains de Carados le Grant, le segnor de la Doloreuse Tor dont vos parlerom en nostre livre auqune foiz qant il en sera le lix e tens).28

22Danain et Guiron approchent du Hombre, et, spectacle désolant, près de la rive

  • 29  Ars 3325, folio 185, verso, col. b.

avoit une damoisele toute nue, en chemise en tel guise que nulle robe dou monde n’avoit fors que sa chemise, et estoit en l’eve dusqe de sa ceinture, e si estoit l’eve si froide estrangemant come cele qi pres de toute estoit engelee fors qe la ou ele estoit, dont ce estoit une grant merveille que la damoisele n’estoit morte del grant froit qe ele enduroit dedenz l’eve.
E le damoisele dont ge vos cont estoit en l’eve en tel maniere e plouroit mout angoisseusemant. Et se ne fust ce que la grant poine dou grant froit qu’ele avoit a celui point, qi la color li toloit, bien la peust l’en tenir seuremant por bele damoisele e por avenant, qar ele estoit de toutz membres mout bien fete e covenable.29

23C’est bien sûr Escanor le Grand qui retient la demoiselle de cette sauvage façon.

24Avant de considérer le traitement par Girart de ces données qu’il avait à sa disposition pour façonner son propre Escanor, il convient d’ouvrir une parenthèse sur les rapports entre L’Âtre périlleux et le Guiron le Courtois de la version de l’Arsenal. Le motif de la demoiselle tenue dans l’eau froide est assez peu attesté : outre le Perlesvaus et le postérieur Claris et Laris, on le trouve seulement dans deux romans qui sont, justement, L’Âtre périlleux et la Continuation de Gerbert de Montreuil.

  • 30  Il existe une petite bibliographie consacrée à ce motif, au premier rang de laquelle on placera Je (...)
  • 31  C’est le nom de Perceval que donne la demoiselle chez Gerbert (v. 15057) ; dans L’Âtre, la demoise (...)
  • 32  L’Âtre périlleux, Appendice, v. 20 sqq., et ci-dessus n. 26 pour Guiron.
  • 33  L’Âtre périlleux, Appendice, v. 98-101 (Lors a veüe la fontaine,/Qui sist mout pres de le chité,/E (...)

25Il est étonnant de rencontrer à nouveau ce même trio de textes qui font figurer Escanor. Cela rend plus plausible l’influence des uns sur les autres. L’aventure30 racontée chez Gerbert (éd. cit., v. 14999 sqq.) ressemble de près à la version qu’en donne L’Âtre périlleux. Élément constitutif du motif, les raisons du châtiment de la demoiselle sont les mêmes : la malheureuse a affirmé à celui qui la maltraite que l’on pouvait trouver meilleur chevalier que lui31. Dans le Guiron, cette donnée n’apparaît pas. Mais on perçoit dans ce dernier texte des points communs avec la version de L’Âtre, relatifs à la construction de l’épisode : un récit relatif au chevalier-bourreau précède l’aventure elle-même32, et le panorama offert à Gauvain ou Danain et Guiron commence par le chevalier armé, avant la demoiselle dans l’eau33.

  • 34  Cette addition est impossible à dater avec précision. Brian Woledge ne peut que constater que le m (...)

26L’existence d’un lien entre les textes est plausible. Le texte de Gerbert est le premier. Au vu de la proximité des versions d’une part de Gerbert et L’Âtre périlleux, d’autre part de celui-ci et Guiron, il est tentant de considérer que L’Âtre s’est d’abord servi de Gerbert, et ensuite Guiron de L’Âtre. Il est vrai pourtant que, comme dans le cas de Guiron, cet épisode de L’Âtre périlleux est donné seulement par une version particulière, ajoutée postérieurement à l’original34. On hésitera donc sur l’ordre ; il reste néanmoins que la figure d’Escanor relie fortement L’Âtre périlleux et le Guiron le Courtois de l’Arsenal.

  • 35  Folio 185, col. b. Pour réfléchir aux rapports entre Guiron et L’Âtre périlleux, il est dommage de (...)

27Certes, dans L’Âtre périlleux, Escanor est déjà mort au moment où Gauvain rencontre la demoiselle. Mais celui qui a interpolé cet épisode a tout fait pour que le Roi de la Rouge Cité, qui tient la demoiselle dans l’eau, apparaisse comme un Escanor de substitution : la mention de la couleur rouge et l’équipement rouge du malfaisant (Appendice, v. 111-112, Il n’i ot seur li point de blanc,/Ains iert plus rouge que nul sanc ; l’épée est rouge, v. 116 ; le heaume également, v. 399) équivalent aux armes vermeilles d’Escanor (v. 1517) ; le Roi de la Rouge Cité est un orgueilleux (Appendice, v. 21, mout outrequidiés et fier), qui met à mort avec sauvagerie tous ceux qu’il vainc ; enfin, et ce détail n’est pas sans importance, son « repaire » se situe à proximité d’une montagne (Appendice, v. 96-99, Tant esperonne le destrier/Qu’il ot passee le montagne ;/Lors a veüe le fontaine,/Qui sist mout pres de le chité). Dans Guiron le courtois, l’aventure de Danain et Guiron se déroule, comme dans L’Âtre, dans la montagne : il neige, le Hombre prend sa source tout près, les chevaliers ont logé, la veille, dans un château de Léodagan situé « au pied d’une montagne » (Lathuillère, § 197) et ils aperçoivent le château d’Escanor qui estoit fermez ou pié d’une montaigne35.

Escanor et Gauvain

  • 36  Il n’y a, d’après l’analyse d’Eilhart Löseth, rien à dire de particulier sur l’Escanor de Rusticie (...)

28Qu’a fait Girart d’Amiens de ces données, dans l’établissement de son personnage36 ? On comprend mieux le redoublement d’Escanor, la « délégation » de la taille de géant, et l’organisation générale de la généalogie.

  • 37  L’Escanor de Guiron a des démêlés avec Gauvain, dont il serait néanmoins hasardeux de tirer des co (...)
  • 38  Pour les traits de chevalier faé du ravisseur de L’Âtre périlleux, voir Huguette Legros, « Le Chev (...)

29Girart a pris à L’Âtre périlleux le nom d’Escanor « de la Montagne », son hostilité fondamentale à Gauvain, beaucoup moins caractéristique dans le Guiron37, l’opposition à l’autorité d’Arthur et des éléments de surnaturel. Il y a vu sans doute aussi le caractère faé du neveu38 et d’encombrants indices de gigantisme. Il a trouvé dans Guiron l’autre nom du personnage (le Grant) et la confirmation des aspects turbulents d’Escanor : un gigantisme affirmé, une marginalité assumée au sein du monde d’Arthur, une connotation générale de maléfice beaucoup plus appuyée. Le passé de géant d’« Escanor » et son rôle nuisible étaient si prégnants que Girart ne pouvait laisser de côté purement et simplement cette donnée. Il a en quelque sorte coupé le personnage en deux : à l’oncle, le gigantisme et les traits qui s’y rattachent, au neveu la tâche de normaliser son lignage et de véhiculer un merveilleux plus discret et de bon aloi.

30Escanor le Grand est donc le fils d’un jaiant peu aimable et, pour compléter son appartenance surnaturelle, d’une enchanteresse qui ne se distingue pas, elle non plus, par sa grandeur d’âme :

Une fenme ot malicieuse,
Cil rois, selonc c’on percevoit,
Et cele roïne savoit
Tot le pooir d’enchantement
Et tant qu’il n’estoit nulement
Adonques si male sorchiere
Ne qui honor eüst mains chiere. (v. 13502-13508)

31Il est lui-même un orgueilleux, comme son modèle de L’Âtre périlleux :

  • 39  Voir aussi v. 13611, 13589 et 13630.

Escanor le Grant, qui monta
En grant orgueil de sorquidance. (v. 13510-13511)39

32En bon fils de géant, il a hérité de la force physique sans équivalent de ses ancêtres, tant biologiques qu’intertextuels, lui qui fu de si grant puissance/Que nus hom n’estoit de sa force (v. 13512-13513), ainsi que de leur propension au mal :

Et d’Escanor revit bien l’estre
Qu’il seroit grans et fors sor toz,
Mais il seroit fel et estouz
Et de mal faire adez engranz. (v. 13532-13535)

33La manière dont est présenté son neveu est destinée à infléchir cet héritage trop sombre. Tout dans cet enfant civilise son lignage. Il n’est pas le fils d’Escanor : il a pour mère la sœur de ce dernier, qui n’est pas une jaiande, mais

[…] une douce jovencele,
Une petite damoisele
Que l’on clamoit Alïenor. (v. 13545-13547)

  • 40  Brunz est l’équivalent de Brehus, et l’on trouve aussi bien Brunz sans Pitié que Brehus sanz Pitié(...)

34Et même si le nom de son père, Brunz, signifie une certaine démesure40, il est adouci par l’épithète civilisatrice de Prophés ; rien, d’ailleurs, dans son évocation en tant que riches rois n’engage à y voir plus qu’un humain normal (v. 13563-13564). Le gigantisme est de la sorte mis à distance, d’autant que c’est par la famille de sa compagne que le neveu d’Escanor le Grand recevra son chasement (v. 13700-13701). La narration prend soin de mentionner le baptême du jeune garçon (v. 13576). Sont mis en relief son excellent naturel et la différence de tempérament entre lui et son oncle :

Mais Dix ot tant en cestui mis
De bienz c’ainc si biax ne fu nez
Ne pluz tost se fust adonez
A quanques bonz enfes doit faire.
Enfes fu de si douce afaire
Que de chascuns estoit amez. (v. 13570-13575)

35Ce transfert de la sauvagerie initiale à l’intégration courtoise se traduit très explicitement dans les nuances apportées aux noms du neveu : le Grant, où se lisaient la démesure et la force physique de l’oncle et sa nature de géant, est remplacé par le Bel, qui substitue à la force de la nature une qualité sociale et culturelle. Quant à la Montagne, préciser qu’elle est Blanche, dans le cas du neveu, n’en supprime pas les connotations merveilleuses mais en atténue largement la dimension inquiétante.

36La différenciation lisible des deux Escanor permet d’éradiquer les souvenirs déplaisants attachés au nom du personnage tout en donnant plus d’ampleur à ce qui est sa caractéristique fondamentale : sa rivalité avec Gauvain.

37Ce trait historique, que nous avions laissé en sommeil, continue d’unir l’oncle et le neveu, malgré leurs différences, et constitue un prolongement de leur modèle principal : l’Escanor de L’Âtre périlleux. Dans tous les cas, en effet, il s’agit d’une relation d’hostilité issue du sentiment, exprimé par Escanor, que la suprématie chevaleresque de Gauvain l’empêche d’accomplir sa propre identité héroïque. Il se trouve que ces deux romans sont aussi des textes qui déconstruisent plus ou moins violemment l’image de Gauvain, qui pourra redevenir le héros qu’il était à partir seulement du moment où la concurrence avec Escanor aura été surmontée.

  • 41  Nous avons déjà proposé, dans un article précédent, des exemples et des outils d’analyse de ce typ (...)

38C’est dans la mesure où cette rivalité met en cause l’identité même des personnages, la légitimité de leur rôle respectif dans le récit, et les fait s’opposer sur la possession d’un trait que chacun revendique comme exclusif et définitoire de lui-même, que nous parlerons de la relation de concurrence qui les oppose41.

39Pour qu’il y ait concurrence, il faut tout d’abord que le texte montre entre les concurrents une forme de duplication, et donc des manifestations d’assimilation ou, éventuellement, de dissimilation. Il faut également que les personnages concernés ne se contentent pas de cette situation instable, expriment leur insatisfaction devant la place qu’occupe l’autre dans le récit, ou qu’ils occupent eux-mêmes à cause de l’autre : qu’ainsi, ils tentent, à défaut d’éliminer le rival, de mettre tout au moins un terme chez lui à la prétention qu’ils nourrissent en commun.

40Dans L’Âtre périlleux, la concurrence entre les deux personnages est facile à identifier. L’entreprise d’Escanor a été sans ambages – quoiqu’en secret au début du roman – dirigée contre Gauvain. Les atermoiements de la demoiselle traîtresse, qui ne désigne pas nommément à Arthur le protecteur qu’elle souhaite, n’empêchent pas de deviner qu’à Gauvain échoira la tâche : Escanor n’en doutait pas (voir l’aveu d’Escanor à Gauvain cité plus haut). Alors qu’il est parti en emmenant la demoiselle, le ravisseur, suivi par Keu, se retourne et demande :

[…] « Est ce Gavain
Qui ci me suit si derreés ?
[Puis, apprenant que ce n’est pas le cas :]
Ore, fait cil, a mal eür,
Que vous ne demandoie mie ». (v. 266-271),

41Il trahit ainsi son appétit de combattre le neveu d’Arthur. Et les lamentations de son amie, après la mort du grant chevalier, jetteront une lumière définitive sur les motivations concurrentielles de l’orgueilleux :

« Il cuidoit bien estre certains,
Se il Gavain vaintre peüst,
Que en tout le siecle n’eüst
Chevalier qui l’osast atendre ». (v. 2402-2405)

  • 42  Voir les v. 1594-1598 : « Et si vous dist et devisa/Qu’il n’avoit si fel chevalier,/Si outrequidié (...)

42Si ce chevalier souhaitait se défaire de Gauvain, c’est donc parce que, désireux d’occuper la première place chevaleresque, et ayant peut-être les moyens de conquérir et d’assumer cette position42, il voyait Gauvain, au lieu de lui-même, revêtu de l’impartageable qualité de premier chevalier du monde.

43Il existe un facteur d’assimilation très remarquable, entre les deux chevaliers, qui rend particulièrement voyante la dimension d’accomplissement identitaire de cette relation de concurrence. Escanor jouit d’un privilège solaire :

« Il a dusqu’a none de jor
La force de trois chevaliers,
Les plus hardis et les plus fiers
Que on puist en nul liu trover ;
Qant le solel doit decliner,
Des qu’il est none et en avant,
Va un petit afebloiant.
Petit et petit afoiblie
Desi a l’ore de complie ». (v. 1560-1568)

Or ce privilège fait partie des pouvoirs spécifiques de Gauvain. Cette duplication du personnage, qui signifie une dépossession des qualités propres de Gauvain, a été commentée à plusieurs reprises. Selon Huguette Legros,

  • 43  Huguette Legros, « Le Chevalier-faé… »,art. cit., p. 246.

L’Âtre périlleux ne dit rien de ce trait particulier, mais le lecteur le sait et comprend qu’Escanor est le double de Gauvain, un double-faé et capable de le déposséder de son statut.43

Francis Dubost interprète ce phénomène de façon analogue. Mutatis mutandis, Escanor est un double de Gauvain :

  • 44  Francis Dubost, op. cit., t. 2, p. 947, n. 23.

C’est aussi, d’une certaine manière, un double de Gauvain, puisqu’il est dit de lui que ses forces vont déclinant quand le soleil commence à décliner. Il représente le versant décadent du chevalier solaire, alors que la position de Gauvain se situe sur le versant ascendant.44

Et il en est de même pour Annie Combes :

  • 45  Annie Combes, « L’Âtre périlleux. Cénotaphe d’un héros retrouvé », Romania, 113, 1992-1995, p. 140 (...)

Comme on le sait, il est une caractéristique de Gauvain qui correspond à celle-ci. Elle est passée sous silence dans L’Âtre périlleux mais le Lancelot, par exemple, la répète à loisir […]. Cette différence que dispose le texte sans pour autant la souligner relie les deux personnages pour mieux les opposer. Comme l’avers et le revers d’une médaille, ils dessinent, si on les assemble, l’image d’un chevalier avec ses vertus et ses vices. L’enjeu de l’affrontement est le renom de Gauvain, un renom que dénaturerait, s’il l’acquérait, le prétentieux Escanor.45

  • 46  On trouvera dans Annie Combes, art. cit. n. précédente, article auquel nous reprenons ces éléments (...)

44Le fait est que Gauvain est rapidement dépossédé de son rang, voire de lui-même. L’irruption d’Escanor dans le récit a provoqué une dégradation profonde de l’image admise du neveu d’Arthur. Son hésitation coupable lui fait perdre d’un coup tout ce qui était admis du personnage. Keu tout d’abord, Arthur ensuite, ne s’y trompent pas ; le jeu du narrateur avec le surnom (le Bon Chevalier, vers 3, nié par Keu au vers 241) et le nom du personnage, sa mort supposée qu’il apprend dès qu’il part de la cour, le démembrement du pseudo-Gauvain, tout cela montre également combien le personnage voit s’estomper tous ses traits définitoires46.

45Il se passe exactement la même chose dans Escanor, que l’on considère l’oncle ou le neveu – qui, à cet égard, ont des fonctions absolument similaires et sont des doubles parfaits.

46L’oncle est motivé, et en grande partie défini, par une rivalité fondamentale et originelle avec le neveu d’Arthur. Peu avant l’accouchement, la mère d’Escanor le Grand fait regarder dans les étoiles le destin de son fils :

Quant sot que traveillier devoit,
Une cousine qu’ele avoit,
Qui adez ot usé d’enfance
D’astrenomie et nigremance,
Fist regarder en l’air adonques.
Et sachiez, li airs en fu onques
Si biauz qu’il estoit par parance,
Si que cele vit la naissance
De Gavain tot premierement
Et li sambla tot vraiement
Qu’il devoit fiers et puissanz estre.
Et d’Escanor revit bien l’estre. (v. 13522-13532)

  • 47  La demoiselle que Gauvain a sauvée du cimetière diabolique lui rappelle que sa mère avait envisagé (...)

47Dès ce moment, Escanor voit apparaître Gauvain en travers de son chemin. Celui-ci a, dans le ciel, littéralement pris la place qui était prévue pour celui-là : en cherchant Escanor, la cousine a trouvé Gauvain. Escanor passe en seconde position (revit) ; Gauvain est en lieu de lui. Escanor est destiné, à l’origine de son existence, à la concurrence avec Gauvain – cette destination originelle, issue d’une prédiction, rappelle d’ailleurs tout à fait la prédiction de la mère de Gauvain relative à Escanor dans L’Âtre périlleux47.

48Dans des faits évoqués par le texte en guise d’explication rétrospective, le géant a effectivement consacré une part de son existence à accomplir cette rivalité et à surpasser Gauvain :

« Car jamais ne serai estanz
En une vile c’une nuit,
Conment que vouz ne autre anuit,
Tant que j’aie Gavain trové
Et mon cors vers lui esprouvé ».
S’il le dist, point ne s’en meffist ;
Ainz traveilla tant et tant fist
Que monseingnor Gauvain trouva
Et fist tant qu’a lui s’esprova. (v. 13616-13624)

49Conformément au fonctionnement de la concurrence, la défaite qu’il subit met en grave péril l’intégrité du personnage :

Mais l’orgueil Escanor plaissa
Dont il fu si mors et honis
Qu’il s’en tint a avilonis
Si durement en son corage
Qu’il s’en dona si grande rage
Et tel anuit et tel ahan
Qu’il en jut au lit plus d’un an. (v. 13630-13636),

50Et lorsqu’il a finalement surmonté cette crise, il réapparaît soulagé de l’ambition concurrentielle, amèrement convaincu de la supériorité réelle de son rival :

Mais ne pooit sanz lui meffaire
Envers monseignor Gavain faire
Chose qui fust desavenant,
Tant i ot trouvé d’avenant,
De courtoisie et de raison. (v. 13643-13647)

51Mais la futilité du motif de cette hostilité, le seul souci d’orgueil personnel sur lequel elle reposait (v. 13604 sqq.), montraient déjà la dimension proprement concurrentielle de cet antagonisme, tout comme dans L’Âtre périlleux.

52L’identité du moment de conception des deux personnages, induite par le cafouillage de la prédiction astrologique, est un facteur d’assimilation important, le signe d’une communauté de nature. Il n’est pas impossible que transparaisse par ce biais un autre point commun, tout aussi éloquent.

  • 48  C’est le cas aussi dans Escanor : des fées penchées sur son berceau lui accordent ce privilège (v. (...)
  • 49  La Mort le roi Artu, éd. Jean Frappier, Genève, Droz, coll. Textes Littéraires Français n° 58, 3e (...)
  • 50  Il faut reconnaître que le récit du baptême de Gauvain dans la Mort Artu ne donne aucune indicatio (...)

53Le pouvoir solaire de Gauvain, que rappelle notre texte (v. 21282-21283), est attesté dans plusieurs récits. Peu d’entre eux proposent d’en expliquer l’origine. Dans La Mort le roi Artu48, sur l’intervention miraculeuse de l’ermite qui a baptisé Gauvain à midi, le chevalier verra croître sa force à l’heure de son baptême49. Le pouvoir de Gauvain est mis en relation avec une heure qui marque en quelque sorte son entrée dans l’existence. Quoique l’imprécision du rapprochement50 nous condamne à ne présenter que très prudemment et sous forme d’hypothèse cette interprétation, peut-être doit-on lire en filigrane, dans la conception simultanée des deux personnages, une indication du partage de ce pouvoir entre Gauvain et Escanor le Grand.

54Escanor le Bel ne jouit pas de ce pouvoir, dont il est même la victime. Mais ce personnage se définit lui aussi par une rivalité d’ordre identitaire avec Gauvain. Tout comme la rivalité de son oncle avec le neveu d’Arthur, celle qu’il nourrit est gratuite, et repose sur des raisons identiques à celles qui avaient motivé l’ambition concurrentielle de l’oncle : il a juré, au cours de son mariage, que

  • 51  Son oncle, qui a souhaité le détourner de ce projet, a avivé l’orgueil d’Escanor et précipité l’op (...)

Fust en au meillor ou au pire,
Il feroit tant et chaceroit
C’au meilleur se combateroit
Tant c’outrez en seroit li unz
Et que le verroit li conmunz.
Et sachiez, por rienz pluz n’ala
A la court quant il apela
Monseingnor Gavain de lait fait. (v. 13726-13733)51

  • 52  Sur cet épisode, voir Richard Trachsler, « Qui a donné le Gringalet à Gauvain ? À propos d’un épis (...)

55Une nouvelle fois la qualité sans partage de meilleur chevalier, définitoire de Gauvain selon sa réputation admise, est l’objet auquel prétend le concurrent. Ce n’est pas le seul trait que le personnage ait en commun avec Gauvain. L’épisode du Gringalet52, pour se présenter comme une explication étiologique de la possession par Gauvain de ce merveilleux cheval, n’en attribue pas moins à Escanor le Bel un élément habituel de définition du neveu d’Arthur : Escanor est, comme Gauvain dans les autres textes, |le chevalier qui possède le Gringalet.

  • 53  Dans le duel entre Gauvain et Escanor de L’Âtre périlleux, le rôle du combat concurrentiel, mais q (...)

56Parmi les deux concurrents qui ambitionnent la même position dans le roman, l’un est surnuméraire, et leur coprésence dans le récit est problématique. Cette incompatibilité concurrentielle pousse chacun des rivaux à annihiler l’autre de la façon la plus complète (il ne peut exister pleinement si l’autre est encore là) et engage en outre le récit à empêcher ou retarder autant que possible la mise en présence des personnages concernés. Ce phénomène est constatable dans Escanor : Gauvain, à cause de ses blessures, ne peut se rendre au tournoi organisé en Northumberland, auquel Escanor, accompagné de son oncle, devait participer – et dont il sera en fin de compte absent, comme si représenter Escanor dans ce tournoi n’avait dès lors plus d’intérêt. Puis la rencontre qui devait avoir lieu à la cour est reportée du fait de l’attentat de Galantinet. En revanche, lorsque les deux chevaliers vont se battre pour de bon, Gauvain souligne que l’un des deux personnages y perdra la possibilité de demeurer dans le récit53 :

« Il couvient que je le mete mort
Ou il me tramete a la mort,
Autrement ne puet mais remaindre.
Autrement ne porroit estaindre
L’orgueuz granz et la sourquidance
Qui nouz met en tel malvoeillance ». (v. 20479-20484)

57Comme celle de l’oncle, l’ambition concurrentielle entretenue par Escanor le Bel est en partie tributaire de L’Âtre périlleux. Le prétexte à la rencontre des deux concurrents, l’accusation qui vise Gauvain, est un cache-misère mensonger de la tentative concurrentielle, tout comme l’enlèvement de la demoiselle au début de L’Âtre était simulé et n’occultait que pendant un peu plus de deux mille vers les véritables raisons de la provocation.

Escanor au cœur du roman

58La concurrence à laquelle Gauvain doit faire face se déclare avec l’accusation de traîtrise lancée contre lui. L’inauguration en est donc marquée dans le récit par la remise en cause des qualités attachées normalement à Gauvain, qui n’aurait pas pu commettre si vil et orible fait. Or, quoique le narrateur nous rassure sur l’innocence du héros, cette remise en cause rencontre un certain écho tout au long du roman. Étonnée par l’inquiétude de Gauvain, la cour le soupçonne. L’attentat sur la personne d’Escanor, auquel Gauvain est absolument étranger, confirme aux yeux d’Escanor le Grand et du peuple du royaume de la Blanche Montagne la culpabilité de Gauvain, redoublée désormais par sa félonie. Arthur lui-même, devant la difficulté qu’éprouve son neveu à se défaire d’Escanor, le croit coupable :

  • 54  Voir également les v. 21143-21145

Et sachiez qu’il cuidoit du tot
Que de ceste grant traïson
C’on lui metoit sus sanz raison,
Fust encombrez et eüst fait
Envers Dieu si vilain meffait,
Qu’il en fust a lui coureciez. (v. 21152-21157)54

  • 55  Certes, « tout au long d’Escanor, le comportement de Gauvain est irréprochable » (R. Trachsler, éd (...)
  • 56  Cette amitié est peut-être une allusion au Perlesvaus.

59Cette mise en cause générale de Gauvain55 semble le fait principal du roman, celui autour duquel s’organise le mouvement du récit. La promotion même de Keu le sénéchal dans Escanor nous paraît souligner la déchéance de Gauvain, toute relative et temporaire qu’elle soit. Keu, lui, peut participer au tournoi, remporte l’amour d’Andrivete alors qu’il craignait que cette victoire revienne à Gauvain (v. 286-287), bénéficie de l’amitié sincère de Brian des Îles56

60Ce dernier personnage, ce curieux Brian des Îles, ne joue pas un rôle anodin dans le chemin de croix de Gauvain. Lui aussi son ennemi, il le poursuit de son animosité depuis le début du roman. Il est à l’origine de l’aventure de l’autour enchanté (v. 2513 sqq). Plus tard, alors que la cour en quête de Girflet s’apprête à loger dans son château, il provoque anonymement Gauvain en duel et livre bataille contre lui. Cette aventure est au premier abord peu explicable. Brian disparaît dès qu’il se rend compte qu’il va perdre, personne ne le reconnaîtra, et nul ne fera plus allusion à cette aventure.

61Il n’est pas difficile d’identifier dans cette péripétie un raccourci de l’affaire qui oppose Escanor le Bel à Gauvain : le même schéma y est à l’œuvre, dont on retrouve à l’identique les éléments successifs. Tout d’abord le thème de la rivalité avec Gauvain pour la seule suprématie chevaleresque :

Ne por autre chose n’aloit
Voeillent mal monseingor Gavain,
Fors pour ce que la fee[Esclarmonde, son amie] un main
Li dist qu’ele avoit oï dire
C’on ne savoit el monde ellire
Nul chevalier pluz couvenable
Ne pluz cortois ne mix metable
Que mesire Gavainz estoit,
Selonc ce que l’on en contoit
Et qu’en couroit le renomee,
Et qu’estre devoit bien blasmee
Toute dame qu’il deingneroit
Amer c’aussi ne l’ameroit,
Car nuz n’avoit vers lui vaillance.
Brianz, qui mout ot grant pesance
De ce qu’ele ot dit et envie,
[…] Pour ce eut il la volenté
De monseingnor Gavain trouver
Pour son cors a lui esprouver. (v. 15780-15800)

62Puis la fausse accusation de traîtrise, lancée à Gauvain devant la cour, absolument identique à celle d’Escanor :

« Gavain, tu az mauvaisement
Erré, ce ne pués tu desdire,
De mon cosin germain ocirre,
Car tu l’as mort en traïson ». (v. 15252-15255)

« On l’apele, dist il, Gavain,
Celui qui mon cosin germain
M’a mort fausement, sanz raison ». (v. 6973-6975)

63Ensuite le combat, difficile comme contre Escanor, qui fait craindre la défaite à l’entourage d’Arthur. Enfin, la victoire de Gauvain. Brian est, de même qu’Escanor de la Montagne, un double d’Escanor le Bel, double fonctionnel (il est lui aussi un parent d’Escanor, v. 17147 ; il provoque une péripétie qui est l’équivalent d’une péripétie provoquée par Escanor le Bel) et double intertextuel.

  • 57  Les références sont faites à l’édition de W. Foerster, Li Chevaliers as deus espees, Halle, Niemey (...)

64Car ce Brian des Îles est encore un souvenir littéraire de Girart. Plus que du Perlesvaus, il a été extrait sans grande transformation de Mériadeuc, ou Le Chevalier aux deux épées57. Il jouait alors le rôle d’un jeune homme désireux de combattre Gauvain pour des raisons qu’il explique lui-même à ce dernier. Il est en effet un chevalier du roiaume des Illes (v. 2798) qui a demandé la main de sa reine ; comme elle lui répond qu’elle prendra le mellor/Et le plus biel ki el mont soit, et que Brian s’étonne, elle précise le nom de l’élu et engage son soupirant à l’affrontement. Il est impossible de ne pas rapprocher ce passage de sa reprise très proche, par Girart, citée plus haut :

« Mes sire Gauvains ki au roi
Artu est niés, assés miex vaut
N’a grignor biauté pas ne faut
Ke la vostre, ains le passe assés ;
Et por ce ke il a passés
Tous cels que je onques connui
[…] N’ert ja par moi autres amés ».
« Vous dirés ce que vous vaurés,
Dame, ce respondi je lors,
Mais je sui plus biax et plus fors
Et mieldres de chevalerie ».
[…] « Ne je ne quit mais herbregier
En un ostel plus d’une nuit,
Con bien ke li travaus m’anuit,
Por tant k’en ma poesté soie,
Devant ce que le truise et voie
Et ke l’aie d’armes outrés ». (v. 2852-2889)

  • 58  Le rapport entre L’Âtre et Mériadeuc est indiqué par Foerster, éd. cit., p. LXIII. En revanche, no (...)

65Dans Mériadeuc, Brian attaque lâchement Gauvain et le laisse pour mort. Il répand la fausse nouvelle partout autour de lui. Gauvain apprend qu’il est censé avoir péri et devra défaire Brian par les armes pour retrouver publiquement l’existence. Mériadeuc est, comme L’Âtre périlleux quoique dans une moindre mesure (cette aventure est un peu marginale), un roman de la mort réputée de Gauvain. Le lecteur médiéval devait reconnaître dans Escanor son homonyme de L’Âtre périlleux ; dans Brian des Îles, son homonyme du Chevalier aux deux épées ; dans le rapprochement obligé de ces deux hypotextes58, une insistance particulière sur la menace de déconstruction qui pèse sur l’illustre parangon de la chevalerie au sein du récit de Girart.

  • 59  La même structure était d’ailleurs à l’œuvre dans L’Âtre périlleux : voir Annie Combes, art. cit., (...)

66Cela nous explique-t-il ce que vient faire ce personnage dans le roman de Girart ? Dans la mesure où Brian est l’occasion de redoubler les modalités dramatiques de la rivalité entre Escanor et Gauvain, mais même de susciter le souvenir de tentatives d’expulsion de Gauvain menées dans des romans précédents, tout porte à considérer le combat entre Brian et Gauvain comme la répétition de celui qui opposera Gauvain à Escanor. Simulacre d’Escanor, Brian est pour Gauvain une sorte de test, destiné à évaluer comment il se comportera face à son véritable et principal concurrent. Il s’agit tout simplement, avec cette homothétie de l’aventure principale, miniaturisée et enchâssée dans le déroulement de celle-ci, d’une épreuve qualifiante : avant de représenter l’affrontement le plus attendu, le récit éprouve la capacité de Gauvain à le surmonter59. La victoire de Gauvain sur Brian des Îles, alors que la cour est en route pour Traverses, est donc une charnière du récit : elle démontre l’inanité des accusations portées contre Gauvain, l’échec des manœuvres conçues pour le perdre, elle marque la reprise en main de son sort par le personnage.

67Escanor le Bel, le personnage éponyme, irrigue deux délégations de lui-même : son oncle, Escanor le Grand, et son cousin Brian des Îles. Ils sont deux émanations de lui, images plus ou moins affaiblies, concurrents de Gauvain un peu moins actuel pour l’un, un peu moins sérieux pour l’autre, qui relaient malgré cela la concurrence d’Escanor le Bel envers Gauvain. Cette transsubstantiation d’Escanor le Bel est marquée textuellement : si la généalogie du personnage est si confuse à la lecture, c’est que le texte passe sans cesse et sans prévenir du neveu à l’oncle et de l’oncle au neveu ; surtout, l’homonymie rend ambigu le nom d’Escanor (v. 13586, 13737), et le pronom « il » est utilisé avec un remarquable manque de clarté (v. 13668). Plus tard, pendant la guerre contre Arthur, le récit des batailles superposera régulièrement les trois noms d’Escanor le Bel, Escanor le Grand et Brian des Îles, suggérant de cette manière que les trois ennemis de Gauvain sont une même entité tricéphale :

Li Biauz Escanors, qui ala
Ceste besoingne regardant,
Ala de honte vergondant,
Quant vit qu’ensi li mesavint.
Mais Brianz, qui envers lui vint,
Fist tant et Escanors aussi. (v. 19790-19795)

« Li Biauz Escanors a cele heure
Nous ert es visages devant.
De lui me vois bien percevant
Que c’est cil qui pluz nous greva […].
Et sachiez que bien s’i maintint
Ses oncles, Escanors li Granz.
Brianz des Illes mout engranz
Estoit que le champ ne perdissent ». (v. 20408-20417)

  • 60  Voir également les v. 19590-19612, 19802-19816…

« A peu qu’il [Escanor le Bel]n’i fu mors ou pris,
S’Escanors n’i fu acoruz
Et Brianz, par qui secouruz
Fu et jetez fors de nos mainz ». (v. 20458-20461)60

68Cœur de cette conjuration, Escanor est l’acteur ou le modèle de toutes les opérations dirigées contre Gauvain, dans un roman qui, comme L’Âtre périlleux ou Le Chevalier aux deux épées, représente une tentative de déstabilisation du personnage modèle de la chevalerie arthurienne. Par le jeu des équivalences actancielles entre lui et son oncle, ou lui et Brian, il devient le principe directeur qui donne sa cohérence à la longue série d’épreuves que, sans toujours lui garantir un succès facile, le texte impose à Gauvain.

69La fin édifiante d’Escanor s’explique elle aussi par rapport à sa rivalité avec Gauvain : privé de la relation de concurrence qui l’animait, obligé de reconnaître la préséance et le statut de modèle à son rival, Escanor subit la désintégration qu’il avait tenté d’infliger au héros. Il perdra d’abord sa femme, puis, parce que ce monde n’est plus pour lui, ses biens matériel, sa terre, redistribués ; sans avoir et sans lieu, il se fait ermite. Il n’est plus chevalier et perd la possibilité des aventures. Il ne lui reste qu’à mourir en saint : sa place est sans doute au Ciel, désormais, mais non plus dans le roman qui porte son nom.

Conclusion

70Escanor n’est pas un personnage tout à fait neuf, et pourtant il ne manque pas d’originalité. Sa fonction par rapport au véritable héros du livre n’est pas vraiment novatrice, toutefois le texte, recourant à divers moyens d’amplification (duplication de personnages, échos de microrécits ou de péripéties, surimposition de souvenirs intertextuels), la souligne de façon recherchée ; son rôle, à strictement parler, ne prend que peu de place, cependant l’ombre de son action se ressent du début à la fin du roman, dont elle contribue à ordonner le déroulement.

71L’intérêt de l’étude du personnage d’Escanor est multiple. Elle permet de comprendre à partir de quelles références un auteur arrivé au cours d’une tradition arthurienne déjà étouffante pouvait travailler. Elle fournit un aperçu de la culture littéraire de Girart d’Amiens et autorise à apprécier les effets de sens de tel ou tel réinvestissement intertextuel. Elle aide à saisir le dessein d’ensemble du roman et certains aspects de son organisation, relativement aussi bien à l’agencement des épisodes qu’à la caractérisation du personnel impliqué dans l’histoire.

72Le personnage d’Escanor, animé par des ressorts intertextuels d’une remarquable cohérence, organise autour de lui un récit qui, dans la lignée de certains romans en vers, joue à faire vaciller la figure exemplaire de Gauvain. À la fois méchant et modèle, installé au milieu d’un réseau de personnages très dense, et, malgré son opposition fondamentale à Gauvain, distingué avec soin aussi bien de l’archétype du géant qu’est le ravisseur de L’Âtre périlleux (et que rappelle Escanor le Grand), que du type du nouveau chevalier impétueux mis en scène par Mériadeuc (dont Brian des Îles est le descendant), Escanor le Bel est sans doute, de tous ceux qui, dans son roman et hors de son roman, veulent la mort de Gauvain, la figure la plus complexe et la plus subtilement composée.

Notes

1  Dans l’Introduction du texte de référence (Girart d’Amiens, Escanor, éd. Richard Trachsler, Genève, Droz, coll. Textes Littéraires Français n° 449, 1994, 2 vol.), l’éditeur rappelle que ce roman « est, à l’exception du Meliador de Froissart, le dernier roman arthurien en vers qui nous soit parvenu » (p. 55).

2  C’est là un des pôles de la maigre bibliographie critique consacrée à Escanor : sur le rôle de Gauvain, on peut consulter Keith Busby, « Diverging traditions of Gauvain in some of the later French verse romances » (The Legacy of Chrétien de Troyes, éd. N. Lacy, D. Kelly, K. Busby, Amsterdam, Rodopi, 1988, t. 2, p. 93-111), et Élisabeth Schulze-Busacker, « Gauvain li mauparliers » (Lancelot, Yvain et Gauvain, Paris, Nizet, 1984, p. 113-123). Sur Keu, voir les références de Peter S. Noble données dans la bibliographie de l’édition, p. 127.

3  Signalons l’exception du Chevalier à l’épée. D’habitude, le titre désigne le héros (Erec et Enide, Meraugis de Portlesguez, Guinglain…), ou bien l’épreuve cardinale racontée par le roman : Conte du Graal, Âtre périlleux, Merveilles de Rigomer, Mule sans frein, Vengeance Raguidel, Queste del Saint Graal

4  Sur le titre du roman, voir l’Introduction de l’édition, p. 26.

5  On aura reconnu deux des modalités du « fantastique » médiéval désignées par le travail fondateur de Francis Dubost, Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (XIIe-XIIIe siècles). L’Autre, l’Ailleurs, l’Autrefois, Paris, Champion, 1991, 2 vol.

6  Éd. cit., Introduction, p. 77.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 76.

9  Il ne figure dans aucun des armoriaux présentés par Richard Trachsler en annexe de son ouvrage, Clôtures du cycle arthurien. Études et textes (Genève, Droz, coll. Publications romanes et françaises n° 215, 1996, p. 534 sqq.), ni dans celui de Michel Pastoureau, Armorial des chevaliers de la Table Ronde (Paris, Le Léopard d’Or, 1983).

10  Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, t. 3, éd. Marguerite Oswald, Paris, Champion, coll. Classiques Français du Moyen Âge n° 101, 1975.

11  Et ce en dépit d’une certaine variance du nom : Eschanor (v. 4172) ne pose pas de problème, mais Marguerite Oswald, dans l’Index de l’édition, estime que l’Esclador du vers 3958 est une variante d’Escanor. Dans le Lancelot intervient un Esclamor, mais sans rapport visible avec Escanor « de la Montagne ».

12  Les références à L’Âtre périlleux sont faites à partir de l’édition Woledge, L’Âtre périlleux, Paris, Champion, Classiques Français du Moyen Âge n° 76, 1936. Le problème des dates respectives des deux romans est inextricable. Guiron devrait dater d’avant 1240 (voir l’analyse de Roger Lathuillère, Guiron le Courtois. Étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, coll. Publications Romanes et Françaises n° 86, 1966,p. 31-34, et ci-après n. 33) et L’Âtre périlleux, selon son éditeur, du « milieu du XIIIe siècle », en tout cas d’avant 1268 (éd. cit., p. IX). Ni Alexandre Micha (art. « Âtre périlleux » du Dictionnaire des Lettres Françaises. Le Moyen âge, Paris, Fayard et Librairie Générale Française, coll. La Pochothèque, 1994, p. 108), ni Marie-Louise Ollier (qui a traduit le roman dans La Légende arthurienne, ouvrage publié sous la direction de D. Régnier-Bohler, Paris, Laffont, coll. Bouquins, 1989, p. 607 sqq.), n’ont de raisons de donner une date plus précise. Mais les arguments de Brian Woledge laissent une marge étendue : « Le caractère conventionnel du poème accuse une forte influence d’autres romans de la Table Ronde et par conséquent nous interdit de trop le rapprocher de 1200 » (loc. cit.). Ils pourraient tout aussi bien justifier, nous semble-t-il, une date comme 1230 – en gardant à l’esprit que le texte de Gerbert, référence la plus neutre à Escanor, est daté de 1226-1230. Quant à Guiron, une grande partie des apparitions d’Escanor qu’on y relève à l’aide de l’analyse de Lathuillère est issue de témoins tardifs ou de la version particulière du manuscrit 3325 de l’Arsenal, ce qui ne garantit en rien leur antériorité par rapport à L’Âtre périlleux.

13  Francis Dubost, op. cit., p. 578.

14  Dans l’étude qui précédait son édition (L’« Âtre périlleux », études sur les manuscrits, la langue et l’importance littéraire du poème, avec un spécimen du texte, Paris, Droz, 1930), Brian Woledge a relevé (p. 96, n. 1) les vers 148-150 (Et saciés, s’il ne fust si grant,/Sous ciel n’eüst plus bel de lui./Mais trop estoit grant a anui.), 882-883 (Un chevalier qui trop est lonc/(Se ce ne fust, si fust trop bel)) et 947-948 (A le maniere et au sanblant/Del chevalier qui si ert grant).

15  Francis Dubost considère qu’il « appartient à la catégorie des “Orgueilleux” » (op. cit., t. 2, p. 947, n. 23).

16  Tout comme le versant maléfique du chevalier insolent envers Arthur, dévoré de haine jalouse pour Gauvain, et qui enlève des demoiselles.

17  Francis Dubost, op. cit., p. 605.

18  Brian Woledge, op. cit., p. 96. Signalons toutefois que Gaston Paris avait émis l’idée que le second roman était une suite du premier. Brian Woledge fait justice de cette imprécision.

19  Le lien organique qui relie L’Âtre périlleux à Escanor est confirmé également par l’aventure de l’autour maléfique vécue par Gauvain dans le deuxième de ces romans, en Petite-Bretagne (v. 1898-3051) : dans L’Âtre périlleux, Gauvain devait déjà rattraper un épervier, ce qui lui attirait un certain nombre d’ennuis (v. 2654 sqq.). Les deux aventures sont fort différentes, mais la gratuité apparente de celle qui figure dans Escanor et la fréquence relativement limitée du motif qui implique précisément un oiseau (dans l’index d’Anita Guerreau-Jalabert, Index des motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers (XIIe-XIIIe siècles), Genève, Droz, coll. Publications romanes et françaises n° 202, 1992, voir B 151.2 et H 1331.1) laissent croire à un nouvel indice de l’influence directe d’un texte sur l’autre.

20  Voir les remarques de Richard Trachsler, éd. cit., Introduction, p. 81-85 et 94. Aux noms relevés, on peut ajouter celui de Brehus sans Pitié, chevalier quelque peu fantastique introduit dans le Lancelot et très présent dans le Tristan (voir R. Trachsler, « Brehus sans Pitié : portrait-robot du criminel arthurien », La Violence dans le monde médiéval, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA, coll. Senefiance n° 36, 1994, p. 525-542). On peut remarquer que, dans le cas de Dinadan, la mise en scène du personnage reflète une connaissance très précise du Tristan en prose (sur l’emploi de ce personnage, voir R. Trachsler, « De la Prose au Vers. Le cas de Dynadan dans l’Escanor de Girart d’Amiens », Actes du XXe Congrès de la Société Internationale de Linguistique et de Philologie Romane, Université de Zurich (6-11 avril 1992), Tübingen-Bâle, Francke, 1993, t. V, p. 401-412). L’éditeur souligne aussi, à juste titre, la ressemblance entre Escanor le Bel et Galehaut (p. 77).

21  La liste des quêteurs de Girflet mentionne li cortois Pellesvaus (v. 14390), alors même que Perceval a été nommé avant (v. 14367). Le dédoublement a lieu à nouveau dans deux vers consécutifs : Galegaudinz et Percevauz/Et si fu li biax Pellesvauz (v. 18859-18860 ; les références de l’Index à Pellesvaus sont erronées, à cause de deux coquilles). Il s’agit, pour Girart de deux personnages distincts. Cette distinction, dont témoigne la juxtaposition des deux noms, nous apparaît comme une exposition amusée, par Girart, de sa culture arthurienne. En outre, peut-être l’introduction et le rôle de Brian des Îles ne sont-ils pas dénués de lien avec son homonyme du Perlesvaus.

22  Si le nom d’Andrivete vient du nom de l’amie de Keu dans le Conte du Mantel (R. Trachsler, éd. cit. Introduction, p. 72-73), la participation de Keu au tournoi où il doit gagner la main de son élue rappelle de près le Tournoiement du Blanc Chastel du Perceval en prose : il est dit que, avant ce tournoi donné pour la main d’une demoiselle, Keu se vanta voiant tous les barons que il l’en amenroit [le ms Didot donne ici que il amenroit la damoisele] a le cort Artu, et le conquerroit d’armes. Si en risent molt li cevalier, et li atornerent a grant folie, et meïsme li rois Artus l’en blama molt forment et l’en gaba plusors fois (éd. Roach, The Didot Perceval, Philadelphie, Presses de l’Université de Pennsylvanie, 1941, p. 224). Les moqueries de ses pairs et la sévérité d’Arthur rendent l’épisode similaire au déroulement du début d’Escanor (la scène, très drôle, de la dispute entre Keu et les autres chevaliers est une réussite remarquable de Girart, v. 284 sqq.).

23 Op. cit., p. 117.

24  Op. cit., p. 118 : « Peut-être, dans le meilleur des cas, le scribe avait-il à sa disposition un texte plus ancien dont il a repris les éléments ; la date de la version de 338 est inconnue mais on doit remarquer que les manuscrits Ar, 338, 356, 360 et T [qui contiennent le passage incriminé] ne sont pas antérieurs au XVe siècle ».

25  Ces indications sont issues de l’édition partielle que Venceslas Bubenicek a donnée de ce manuscrit : Guiron le Courtois, roman arthurien en prose du XIIIe siècle. Édition critique partielle de la version particulière, contenue dans les manuscrits de Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, n° 3325, et de Florence, Biblioteca Mediceo-Laurenziana, Codici Ashburnhamiani, Fondo Libri, n° 5, thèse dactylographiée, 1984, t. 5, p. 12 – édition qui ne couvre pas les passages auxquels nous ferons référence.

26 Op. cit., p. 123-124.

27  Transcription du ms Ars. 3325, folio 185, verso, col. a : « Ge demandai a celui qi ce me dist se il estoit aussint forz come estoit li rois Meliadus de Lionois, quar ge quidoie bien sainz faille qe li rois Meliadus de Lionois fust le plus fort chevalier dou monde. E cil me dist qe se Dex li donast bone avanture, il quidoit bien tout certainemant qe cist eust bien les deus forces dou roi Melyadus de Lionois […], et il me redist : ‘Or sachiez q’enqor n’a pas un mois qe ge voloie joster a Escanor le Grant – einsint est il apelez par son droit non. Qant ge oi sor li brisié mon glaive, il n’i fist autre chose, ainz gieta les mains e me prist as flains e me leva tuit des arçons aussint come se ge fusse un enfant e me gieta a tere les piez contremont […]’ » (voir note suivante pour des précisions sur la transcription).

28  Ars 3325, folio 185, verso, col. a, lettre ornée. Cette aventure correspond au § 198 de l’analyse de Lathuillère. Pour la transcription, nous avons suivi les indications données par Venceslas Bubenicek dans son édition, op. cit., p. 15. Les passages suppléés sont entre crochets. La ponctuation est la nôtre.

29  Ars 3325, folio 185, verso, col. b.

30  Il existe une petite bibliographie consacrée à ce motif, au premier rang de laquelle on placera Jean-Jacques Vincensini, « Comprendre, décrire, interpréter un motif narratif. L’exemple de la libération d’une femme immergée dans l’eau par un jaloux », Dans l’eau, sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge, éd. D. James-Raoul et Cl. Thomasset, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002, p. 387-411. L’auteur exclut l’occurrence de Guiron le Courtois parce qu’elle ne correspond pas, selon lui, au thème (la démesure de la prétention du jaloux ; cf. le nom qu’il donne au motif) : Escanor n’est pas un compagnon jaloux dans l’épisode de Guiron. Pourtant, les dernières lignes de sa contribution, qui concluent sur l’aspect civilisateur de la libération de la jeune femme, pourraient s’appliquer aisément à cet épisode. Surtout, nous ne considérons ici le motif que dans la succession des figures dont il est constitué : on ne peut nier, comme nous espérons le montrer, la proximité de la version de Guiron avec celle de L’Âtre périlleux. Voir également Mathilde Grodet, « L’eau et le sang. Bains délicieux, bains périlleux dans quelques récits des XIIe et XIIIe siècles » (dans Laver, Monder, Blanchir. Discours et usages de la toilette dans l’Occident médiéval, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2006, p. 85-98) et, pour un éclairage sur l’épisode de Guiron, V. Bubenicek, « Du bûcher à l’exposition au froid : avatar d’un motif hagiographique. Guiron le Courtois et la Suite du Merlin » (dans Lorraine vivante. Hommage à Jean Lanher, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1993, p. 285-299).

31  C’est le nom de Perceval que donne la demoiselle chez Gerbert (v. 15057) ; dans L’Âtre, la demoiselle a simplement affirmé que l’on pouvait toujours trouver meilleur que soi (Appendice, v. 160 sqq.). Le Perlesvaus présente la même donnée de départ mais le déroulement et le dénouement atypiques du syntagme narratif (la demoiselle meurt avant sa libération, tuée par son ami) l’éloignent de nos trois occurrences.

32  L’Âtre périlleux, Appendice, v. 20 sqq., et ci-dessus n. 26 pour Guiron.

33  L’Âtre périlleux, Appendice, v. 98-101 (Lors a veüe la fontaine,/Qui sist mout pres de le chité,/Et vit le chevalier armé/Sor .j. destrier fort et hardis.), Guiron, Ars 3325, loc. cit., col. a-b (il lor avint adonc qe lor chemins les aporta a une rivere qi estoit apelee le Hombre. Ne cele rivere n’estoit pas ilec endroit come en maint autre leu, quar pres d’ilec sordoit li Hombres. Quant il furent venuz a la rivere, il troevent adonc une meison vielle e descheoite, qe la force de l’eve en avoit bien abatu la moitié. Devant cele meison avoit un chevalier armez de toutes armes monté sor un grant destrier, e pres de lui estoient dui escuier.) Ce n’était pas le cas chez Gerbert.

34  Cette addition est impossible à dater avec précision. Brian Woledge ne peut que constater que le manuscrit qui la présente date du XIIIe siècle. Elle pourrait donc être postérieure à la version de l’Arsenal de Guiron.

35  Folio 185, col. b. Pour réfléchir aux rapports entre Guiron et L’Âtre périlleux, il est dommage de ne pouvoir accorder sa confiance au récit propre à 338 qui met en scène Escanor « de la Montagne ». Une aventure d’Ariohan ressemble elle aussi à un autre passage de L’Âtre périlleux. La demoiselle qu’Ariohan rencontre au § 155 lui explique que « dernièrement, un chevalier de la Table Ronde occit un oncle d’Escanor de la Montagne ; celui-ci, pour le venger, a résolu de mettre à mort indistinctement tous les chevaliers errants qui passeront dans la contrée. Il les attire dans des embuscades et se sert pour cela de cette demoiselles qui les entraînent à la mort » en simulant des agressions. Ce procédé rappelle exactement celui dont Escanor se servait dans le texte en vers : le grant chevalier, désireux de se mesurer à Gauvain, a organisé et mis en scène le faux enlèvement initial qui a lieu à la cour d’Arthur, comme le coupable le révèle lui-même à Gauvain : « Une cose saciés vous bien,/Que jou tramis de mon païs/La damoisele o le cler vis/Toute seule a la cort le roi,/Puis i alai par grant derroi/Prendre la voiant maint baron,/Por avoir raisnaule ocoison/De conbatre moi contre vous » (v. 2090-2097). Il est très fréquent qu’une demoiselle amène un ou plusieurs chevaliers à leur perte ; en revanche, il est beaucoup plus rare que le piège prenne cette forme particulière, qui implique la simulation d’un crime ou d’un outrage et impose à différents personnages des rôles de comédiens. L’idée d’une relation entre les textes de Guiron et de L’Âtre périlleux s’en trouve encore renforcée.

36  Il n’y a, d’après l’analyse d’Eilhart Löseth, rien à dire de particulier sur l’Escanor de Rusticien de Pise, où il n’apparaît qu’une fois pour se faire renverser par Guiron (Le roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la Compilation de Rusticien de Pise. Analyse critique d’après les manuscrits de Paris, Paris, Bouillon, 1891, § 629, p. 432).

37  L’Escanor de Guiron a des démêlés avec Gauvain, dont il serait néanmoins hasardeux de tirer des conséquences ; voir l’analyse de Lathuillère, § 53, 156, et surtout 200 et 252.

38  Pour les traits de chevalier faé du ravisseur de L’Âtre périlleux, voir Huguette Legros, « Le Chevalier-faé dans quelques romans des XIIe et XIIIe siècles », Le Monde et l’Autre Monde. Actes du colloque arthurien de Rennes (8-9 mars 2001), éd. D. Hüe et Ch. Ferlampin-Acher, Orléans, Paradigme, 2002, p. 239-251, en particulier la p. 242 : on complètera les indications données en précisant que si, certes, Escanor n’est pas roux, ses armes vermeilles y suppléent (pensons au Chevalier Vermeil du Conte du Graal). En outre, l’occurrence de la Continuation de Gerbert assimilait, selon M. Oswald, Escanor à Esclador ; or l’Esclador le plus connu est sans doute celui d’Yvain, dénommé précisément Esclados le Roux…

39  Voir aussi v. 13611, 13589 et 13630.

40  Brunz est l’équivalent de Brehus, et l’on trouve aussi bien Brunz sans Pitié que Brehus sanz Pitié. Brun sans Pitié est d’ailleurs le nom du Roi de la Rouge Cité, dans le passage de L’Âtre périlleux commenté plus haut…

41  Nous avons déjà proposé, dans un article précédent, des exemples et des outils d’analyse de ce type de relations conflictuelles et de coprésences problématiques au sein d’un même récit : « Construction concurrentielle du personnage romanesque : trois exemples tirés du roman médiéval », Façonner son personnage au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, coll. Senefiance n° 53, 2007, p. 87-97. Nous y définissions la concurrence comme la relation par laquelle un personnage tente, « dans la confrontation avec cet autre lui-même qu’est le concurrent, de fonder, de rétablir ou de préciser son identité personnelle, d’arriver à une connaissance éprouvée de soi ».

42  Voir les v. 1594-1598 : « Et si vous dist et devisa/Qu’il n’avoit si fel chevalier,/Si outrequidié ne si fier,/Ne plus fort en toute Bretaigne :/C’est Escanors de la Montaigne ».

43  Huguette Legros, « Le Chevalier-faé… »,art. cit., p. 246.

44  Francis Dubost, op. cit., t. 2, p. 947, n. 23.

45  Annie Combes, « L’Âtre périlleux. Cénotaphe d’un héros retrouvé », Romania, 113, 1992-1995, p. 140-174 (citation p. 161).

46  On trouvera dans Annie Combes, art. cit. n. précédente, article auquel nous reprenons ces éléments, une analyse limpide et particulièrement efficace du processus de désorganisation du héros dans L’Âtre Périlleux. Voir également les pages consacrées à L’Âtre périlleux par Stoyan Atanassov dans L’Idole inconnue : le personnage de Gauvain dans quelques romans du XIIIe siècle, Orléans, Paradigme, 2000, p. 107-126.

47  La demoiselle que Gauvain a sauvée du cimetière diabolique lui rappelle que sa mère avait envisagé l’équivalence de sa valeur et de celle d’Escanor de la Montagne (v. 1599-1602) : « Itant vous dit el de cestui/Que s’il vous couvenoit a lui/Conbatre, qu’ele ne savoit,/ Ains ert en doute, qui vaintroit ».

48  C’est le cas aussi dans Escanor : des fées penchées sur son berceau lui accordent ce privilège (v. 2787 sqq.). Nous remarquerons au passage que cette présence de fées à la naissance de Gauvain, « qui n’apparaît pas ailleurs dans la tradition arthurienne » (R. Trachsler, éd. cit., p. 1009, n. 2790), constitue encore un souvenir possible de L’Âtre périlleux, où l’on apprenait que la mère de Gauvain était faee et capable, comme les fées d’Escanor, de prédire à Gauvain son avenir (v. 1579-1580).

49  La Mort le roi Artu, éd. Jean Frappier, Genève, Droz, coll. Textes Littéraires Français n° 58, 3e édition, 1959, § 154.

50  Il faut reconnaître que le récit du baptême de Gauvain dans la Mort Artu ne donne aucune indication sur sa conception ni sur l’heure de sa naissance, et que, si Girart avait voulu faire écho à cette donnée, il pouvait, lors de son propre résumé de la naissance de Gauvain, accentuer la parenté avec cet épisode de la fin de la Vulgate.

51  Son oncle, qui a souhaité le détourner de ce projet, a avivé l’orgueil d’Escanor et précipité l’opération, v. 13808 sqq.

52  Sur cet épisode, voir Richard Trachsler, « Qui a donné le Gringalet à Gauvain ? À propos d’un épisode d’Escanor de Girart d’Amiens », Le Cheval dans le monde médiéval, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA, coll. Senefiance n° 32, 1992, p. 527-542.

53  Dans le duel entre Gauvain et Escanor de L’Âtre périlleux, le rôle du combat concurrentiel, mais qu’aucune pucelle ici n’interrompra, est souligné par le comportement de Gauvain vainqueur : « Le combat, d’ordre symbolique, doit déboucher sur la mort de l’un des deux combattants. Escanor crie en vain merci. Contrairement à la coutume chevaleresque, Gauvain refuse d’en faire son prisonnier et extermine impitoyablement cette image possible de lui-même », Annie Combes, art. cit., p. 161.

54  Voir également les v. 21143-21145

55  Certes, « tout au long d’Escanor, le comportement de Gauvain est irréprochable » (R. Trachsler, éd. cit., Introduction, p. 75). Pourtant, de la même manière que dans L’Âtre périlleux, la remise en cause du personnage n’engage pas la connaissance du narrateur ou du lecteur, mais le regard des autres au sein de la diégèse. Le lecteur de L’Âtre sait bien, lui, que Gauvain n’est pas mort et qu’il s’appelle Gauvain : L’Âtre périlleux n’en procède pas moins, dans un premier temps, à la destruction complète des caractères visibles de l’identité du héros.

56  Cette amitié est peut-être une allusion au Perlesvaus.

57  Les références sont faites à l’édition de W. Foerster, Li Chevaliers as deus espees, Halle, Niemeyer, 1877. Pour plus de lisibilité, nous avons rétabli les letttres j et v, et placé des accents selon les usages modernes.

58  Le rapport entre L’Âtre et Mériadeuc est indiqué par Foerster, éd. cit., p. LXIII. En revanche, nous n’avons trouvé nulle part la mention de cet emprunt de Girart au Chevalier aux deux épées.

59  La même structure était d’ailleurs à l’œuvre dans L’Âtre périlleux : voir Annie Combes, art. cit., p. 159. Le diable du cimetière, être fantastique mais en semblance de chevalier, présenté lui aussi comme invincible, est le monstre dont la défaite rend Gauvain capable de battre le semi-géant Escanor. Annie Combes, ibid., rappelle la définition de l’épreuve qualifiante selon A. J. Greimas : le héros, « après avoir accepté sa mission, doit d’abord subir une sorte d’examen de passage qui lui permet d’acquérir – ou le confirme comme le détenteur – des qualifications requises pour entreprendre [la] quête ».

60  Voir également les v. 19590-19612, 19802-19816…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien de Carné, « Escanor dans son roman », Cahiers de recherches médiévales, 14 | 2007, 153-175.

Référence électronique

Damien de Carné, « Escanor dans son roman », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/2674 ; DOI : 10.4000/crm.2674

Haut de page

Auteur

Damien de Carné

Université Nancy-II 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org