Navigation – Plan du site

Francis Gingras, Érotisme et merveilles dans le récit français des XIIe et XIIIe siècles

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Francis Gingras, Érotisme et merveilles dans le récit français des XIIe et XIIIe siècles, Paris, Champion (« Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge », 63), 2002, 524 p.
ISBN 2-7453-0655-3

Texte intégral

1Les deux termes-clé de l’ouvrage, érotisme et merveille,sont traités avec une rigueur philologique tout à fait remarquable, faisant l’objet, tout d’abord, d’une définition et d’un encadrement historique et critique. Le but principal de l’ouvrage est de souligner le rôle central joué par ces deux principes qui, dans la littérature française de l’époque, se trouvent immanquablement entrelacés, jusqu’à devenir complémentaires. L’auteur souligne, d’un côté, les éléments de continuité avec la littérature classique (dans la mythologie, l’amour est toujours provoqué par la femme à travers un art magique ou divin) et, de l’autre, la place tout à fait nouvelle occupée par la figure de l’amant (Tristan in primis) dans l’espace narratif courtois.

2L’union de l’amour et du surnaturel, incarnée par la figure de la fée, donne lieu à un répertoire de topoï, de situations, d’interdits, de lieux et d’objets symboliques pratiquement inépuisables que l’auteur analyse en les répartissant dans les cinq sections de l’ouvrage : 1. Les aventures surnaturelles des amants courtois principaux (Tristan, Lancelot, Gauvain). 2. Les personnages fantastiques marginaux (nains, géants, amazones), toujours associés à une distorsion de la sexualité. 3. Les lieux topiques de l’amour, (locus amoenus, forêt, chambre de la dame). 4. Les chronotopes de l’amour (l’orient, l’exotique, la symbolique temporelle de la nuit). 5. Les interdits, les philtres et les « auxiliaires magiques » des fées amoureuses.

3L’analyse, conduite à partir des deux catégories amour et merveille, se révèle d’une grande efficacité dans la redéfinition et dans la compréhension de quelques personnages particuliers, même parmi les plus célèbres. C’est le cas de Gauvain, auquel l’auteur consacre l’un des chapitres les plus subtils et stimulants de l’ouvrage, qu’il intitule : « Splendeurs et misères d’un héros romanesque ». Non sans une certaine ironie, l’auteur définit le personnage de Gauvain comme le représentant d’un désir sexuel trop mondain, d’une forme d’érotisme qui, contrairement à celle de Tristan et de Lancelot, ne se trouve jamais associée au merveilleux. C’est dans cette perspective qu’on doit comprendre sa position à l’intérieur des romans, une position qui le voit très rarement comme le protagoniste des récits.

4Un autre chapitre tout aussi intéressant porte le titre de « Lieux de plaisir et lieux d’effroi » et concerne l’espace de la rencontre amoureuse, notamment le jardin clos et la forêt. Loin d’instituer des oppositions faciles, l’auteur montre le caractère ambivalent de ces lieux, un caractère qui est un reflet direct de celui de la dame, tantôt désirable, tantôt inquiétante. Particulièrement convaincante est la lecture du motif traditionnel de la chasse merveilleuse (qui a lieu justement dans la forêt), selon laquelle le rôle de l’animal chassé ne se limite pas à la simple médiation, mais symbolise l’acceptation de la partie « sauvage » du désir amoureux.

5Amour et merveille sont, en définitive, les thèmes fondateurs du roman courtois, les thèmes à travers lesquels il parvient à s’affranchir de la matière classique et à se redéfinir par rapport à la lyrique des troubadours : source d’inspiration des poètes, l’amour, nimbé d’un voile surnaturel, fait l’objet de la narration et devient le moteur principal de l’action, si bien que « l’empire des dames est éclipsé par le règne des fées ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Francis Gingras, Érotisme et merveilles dans le récit français des XIIe et XIIIe siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://crm.revues.org/266

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org