Navigation – Plan du site

Justin Favrod, Les Burgondes. Un royaume oublié au cœur de l’Europe

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Justin Favrod, Les Burgondes. Un royaume oublié au cœur de l’Europe, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes (« Le savoir suisse » 4), 2002, 144p., 12x18cm
ISBN 2-88074-596-9

Texte intégral

1Les Presses polytechniques et universitaires romandes lance une nouvelle collection encyclopédique au format de poche, Le savoir suisse. Répartie dans un Comité de patronage, un réseau de Conseillers scientifiques, un Comité d’édition et des partenaires médias, une bonne part de la fine fleur intellectuelle et administrative de la Suisse romande encadre le nouveau-né et promet d’en accompagner la croissance. La série Histoire de la collection qui en comporte neuf (Arts et culture, Économie, Figures, Nature et environnement, Opinion, Politique, Sciences et technologies, Société) est inaugurée par un livre consacré aux Burgondes. Il est dû à Justin Favrod qui, à cette occasion, donne une version abrégée de sa thèse, Histoire politique du royaume burgonde (443-534), publiée en 1997.

2Ces quelque cent-cinquante pages utilisent toutes les ressources de la science historique, de l’archéologie à la linguistique, pour faire utilement le point sur les acquis burgondes. Elles suivent les errances de cette « entité fluctuante (p. 17) », au gré des alliances et des inimitiés avec d’autres peuples, depuis la probable Scandinavie. Elle apparaît au Ier siècle aux abords de l’Oder, se déplace vers l’Elbe aux environs de 270, s’installe sur le Main à la fin du IIIe siècle, fait son entrée dans l’Empire romain, vers 409, où elle se fixe sur la rive gauche du Rhin, dans la région de Worms, et y acquiert vers 413 le statut de fédéré. Ses visées expansionnistes sont stoppées en 436 par Aetius, qui, après lui avoir infligé une terrible défaite, installe peu après les survivants en Sapaudia (le territoire de Genève dilaté vers le nord jusqu’au Rhin). Cette « improbable patrie entre un marteau et une enclume, entre la France et l’Italie (p. 122) » va pendant près d’un siècle tirer habilement parti de sa position en se taillant un véritable royaume le long de la vallée du Rhône, jusqu’à la Durance, et de la vallée de la Saône, bien au-delà de Besançon. Pendant ces décennies, les responsables burgondes mènent une politique d’assimilation avec la population locale et opère un passage progressif de l’arianisme au catholicisme. L’expansion franque est fatale au royaume burgonde, dont la dynastie est abattue en 534 et les territoires intégrés au domaine mérovingien.

3L’auteur distingue clairement ce qui est de l’ordre de la certitude de ce qui reste encore hypothétique. Il insiste sur la définition culturelle et non pas génétique des Burgondes, comme des différents peuples qui ont participé aux mouvements des populations des premiers siècles.

4On peut regretter l’absence d’une table qui aurait récapitulé les six cartes et l’arbre généalogique qui accompagnent l’ouvrage et, dans l’arbre généalogique, l’absence de dates, même approximatives. Un index aurait facilité la maîtrise de cette tranche d’histoire qui, en son temps, n’a pas eu ses historiens et dont l’héritage n’est revendiqué par aucune entité nationale contemporaine.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Justin Favrod, Les Burgondes. Un royaume oublié au cœur de l’Europe », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2002, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/265

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org