Navigation – Plan du site

Michelle Szkilnik, Jean de Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Michelle Szkilnik, Jean de Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle, Genève, Droz (« Publications romanes et françaises » 232), 2003, 168 p.ISBN 2-600-00841-1

Texte intégral

  • 1 E. Gaucher, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris, Champion, (...)
  • 2 Y. Foehr-Janssens, La Veuve en majesté. Deuil et savoir féminin dans la littérature médiévale, Genè (...)

1En six chapitres dont le titre reprend une citation du Saintré, M. Szkilnik nous propose un parcours particulièrement captivant dans le ‘roman’ d’Antoine de la Sale. Comme la critique l’a souvent relevé, ce texte est complexe, tenant du roman et de la biographie chevaleresque, semblant reprendre à son compte des modèles anciens du monde arthurien, tout en promouvant un ‘nouveau chevalier’ avide avant tout d’ascension sociale : l’auteur qualifie elle-même le texte d’« inclassable » (p. 14). L’éclairage choisi ici par M. Szkilnik est tout à fait net : « tout en prétendant rendre hommage aux grands chevaliers arthuriens, le roman rejette d’entrée de jeu l’influence de la littérature qu’ils incarnent. C’est du côté de la biographie chevaleresque et de la chronique qu’Antoine de la Sale va chercher de quoi renouveler le genre romanesque » (p. 154). La mise en perspective de biographies chevaleresques est donc un outil d’analyse utilisé tout au long de l’ouvrage ; perspective d’autant plus intéressante pour le chercheur que, dans son étude sur la biographie chevaleresque1, Elisabeth Gaucher avait éliminé Saintré. Si la biographie chevaleresque, et tout particulièrement la vie de Jacques de Lalain (on peut raisonnablement dire que le travail ici présenté est aussi une étude des Fais de monseigneur Jacques de Lalain), sert de fil rouge comparatif, M. Szkilnik convoque aussi quelques chroniques et surtout un ensemble de romans tardifs, parmi lesquels Clériadus et Méliadice, Jehan de Paris, Jean d’Avennes, Charles de Hongrie, etc., dans une mosaïque particulièrement riche qui servira, tout au long de l’étude, d’arrière-fond permettant de mieux faire ressortir les caractéristiques particulières et l’originalité de Saintré. De fait, M. Szkilnik reprend à son compte, en la développant de façon systématique (et convaincante) une remarque faite par J.H. Taylor, proposant un éclairage radicalement différent de la réception coutumière pour aborder Saintré : l’intrigue amoureuse ne serait de fait qu’une parenthèse dans le texte dont l’enjeu premier est identique à celui d’une biographie chevaleresque. Le premier chapitre (« Bealz et notables enseignemns ») s’intéresse au côté le plus didactique de Saintré, c’est-à-dire au fameux chastoiement du jeune Saintré par Belle Cousine. M. Szkilnik rappelle les éléments communs entre Saintré et Lalain en émettant une hypothèse particulièrement intéressante : « on peut se demander si l’enseignement théorique reçu par Saintré et Lalain ne joue pas le rôle dévolu antérieurement à l’adoubement »(p. 24). Je suis pour ma part assez convaincu par ce point de vue, que confirme effectivement l’enseignement prodigué au jeune page, comme le déroulement du récit. De même que l’accent est toujours mis sur les joutes, les « emprises », les « pas », c’est-à-dire sur les représentations (particulièrement réglées et costumées) de la prouesse chevaleresque, c’est plus l’enseignement, dans sa dimension théorique et encyclopédique (et la Sale en profite bien pour montrer son érudition), qui compte que la mise en pratique d’une cérémonie concluant une pratique effective de la chevalerie : la chevalerie du jeune Saintré, destiné à une belle ascension sociale, s’annonce d’abord par le discours et l’ornementation. S’appuyant sur l’enseignement de Belle Cousine, M. Szkilnik propose une étude comparative avec les traités de chevalerie et montre comment Saintré et Lalain offrent finalement une version édulcorée des conseils traditionnels. Je formulerai deux regrets : le premier concerne l’ouvrage de Christine de Pizan, Le Livre des fais de chevalerie, mentionné, mais fort peu mis à contribution. Le second, qui concerne d’ailleurs plus généralement l’ensemble de l’ouvrage, est le manque de citations comparatives. Pour l’agrément de la lecture, il aurait été bon de mettre en parallèle les citations des textes comparés : le lecteur est presque toujours obligé de feuilleter son Saintré pour retrouver les passages que l’auteur de ce travail compare avec d’autres œuvres. Il ressort des analyses de M. Szkilnik que le parfait amant décrit par Belle Cousine à son protégé est finalement un mondain. Cette approche est confirmée par le second chapitre de l’ouvrage qui s’intéresse au « service d’amour ». Continuant d’exploiter les biographies chevaleresques, en particulier Boucicaut, M. Szkilnik montre de façon tout à fait convaincante comment la Sale détourne les modèles. Dans les biographies en effet, le rôle de l’amour est le plus souvent minimisé. Il semble alors que Saintré enseigne tout le contraire, puisque Belle Cousine est à l’origine des exploits de Jean et semble ainsi incarner l’idéal de la femme des romans courtois. Mais une étude fine du personnage de Belle Cousine, en particulier sous son aspect de veuve (élément qui d’ailleurs aurait sans doute pu être davantage développé, en particulier après l’ouvrage récent de Y. Foehr-Janssens sur les veuves2), montre combien la Sale a « installé une distance ironique » (p. 69) : si les personnages prennent des « poses arthuriennes » (p. 70), ils sont surtout de leur temps et la fin’amor est ici un jeu formel plus que tout autre chose. Le travail de M. Szkilnik se poursuit avec l’étude des comportements chevaleresques chez Saintré et Lalain : sont mis à contribution les combats, avec un certains nombres de rappels fort utiles sur la réalité des pas et emprises d’armes et sur les lettres de hérauts réglant ces joutes ; et les croisades, qui doivent marquer le couronnement de la carrière du chevalier. Continuant enquête et analyse avec minutie, avec une méthode rigoureuse de comparaisons et de mises en perspectives, M. Szkilnik continue sa démonstration qui culmine avec le dernier chapitre concernant ce qui était le point de départ : l’avancement du chevalier dans la société de la fin du Moyen Âge. A travers Saintré ou Lalain, apparaît clairement que les œuvres de la fin du Moyen Âge ne sont pas des copies des romans arthuriens, même si elles en empruntent motifs, personnages, discours. Comme le note fort justement M. Szkilnik, elles « reproduisent l’idée que le public s’en fait » (p. 154). C’est pourquoi Saintré est bien un « monument à la gloire de la chevalerie », mais d’une nouvelle chevalerie, celle qui aime à parader en costume, qui rêve de croisade sans vraiment chercher à réaliser cet idéal, qui joue largement au chevalier, selon des codes dont l’enjeu essentiel est la position sociale. La littérature est certes très lente à refléter ces changements profonds, car beaucoup de romans continuent de propager des modèles anciens, de ceux que l’on apprécie largement (mais dans leur représentation) ; Saintré et Lalain quant à eux sont particulièrement modernes, parce que reflétant les nouvelles valeurs, telles qu’elles règnent à la cour de Bourgogne. M. Szkilnik nous livre là un bel ouvrage qui ne peut que passionner ceux qui s’intéressent au Moyen Âge tardif.

Notes

1 E. Gaucher, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris, Champion, 1994.

2 Y. Foehr-Janssens, La Veuve en majesté. Deuil et savoir féminin dans la littérature médiévale, Genève, Droz, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Michelle Szkilnik, Jean de Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/255

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org