Navigation – Plan du site

Michael Schwarze, Generische Wahrheit. Höfischer Polylog im Werk Jean Froissarts

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Michael Schwarze, Generische Wahrheit. Höfischer Polylog im Werk Jean Froissarts, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (« Text und Kontext. Romanische Literaturen und Allgemeine Literaturwissenchaft » 19), 2003, 342p., 17x24cm, bibliographie, trois tableaux non répertoriés
ISBN 3-515-08244-1

Texte intégral

  • 1  Frederick S. Shears, Froissart: Chronicler and Poet, Londres, Routledge, 1930 et Julia Bastin, Fro (...)
  • 2  Michel Zink, Froissart et le temps, Paris, Presses Universitaires de France (Moyen Âge), 1998.

1L’histoire, la poésie, le roman: ces trois aspects de l’œuvre de Jean Froissart ont le plus souvent inspiré des analyses qui n’ont pris pour objet qu’un seul d’eux. Ils ont été très rarement abordés conjointement dans une même étude. Quand ils l’ont été, à deux ou à trois, ils ont été juxtaposés plutôt que fondus dans une problématique qui, commune à chacun, aurait été également appropriée à tous1. Un ouvrage les a naguère examinés sous un même thème2. Mais celui-ci, le temps, est si général qu’il pourrait convenir à la plupart des auteurs, même si Froissart le soumet à un traitement singulier. L’originalité du livre de Michael Schwarze est de montrer un bel esprit de synthèse et de prouver que le sens des généralisations peut s’accompagner de fines qualités d’analyse. L’auteur traite avec minutie des trois aspects de l’œuvre de Jean Froissart (chapitre 2, la poésie et plus précisément cinq dits: le Paradis d’Amour, l’Espinette amoureuse, le Joli Buisson de Jonece, le Bleu Chevalier et la Prison amoureuse; chapitre 3, Meliador; chapitre 4, les Chroniques). Il établit que chacun d’eux illustre diversement une thématique identique, longuement présentée dans le chapitre 1 et brièvement confirmée dans le chapitre 5, aux termes de l'étude: l’éthique de la curialitas. La familiarité de l’œuvre de Froissart et plus généralement des auteurs des XIIIe-XVe siècles dont Schwarze témoigne, ainsi que sa connaissance des travaux qu’elles ont suscités, provoque l’admiration. Elle est d’autant plus vive que la maîtrise d’un tel savoir ne nuit pas à la nouveauté des analyses ni à leur perspicacité.

2Une objection toutefois: il est regrettable qu’une somme pareille consacrée à un Froissart unifié ne bénéficie pas d’index.

Notes

1  Frederick S. Shears, Froissart: Chronicler and Poet, Londres, Routledge, 1930 et Julia Bastin, Froissart chroniqueur, romancier et poète, Bruxelles, Office de Publicité, 19482. La date même de ces travaux souligne la rareté de l’entreprise.

2  Michel Zink, Froissart et le temps, Paris, Presses Universitaires de France (Moyen Âge), 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Michael Schwarze, Generische Wahrheit. Höfischer Polylog im Werk Jean Froissarts », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/253

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org