Navigation – Plan du site

Croisade contre les Boesmes, ou guerre et paix chez Jean Régnier

(Sur un passage du Livre de la Prison)1
Gérard Gros
p. 105-127

Texte intégral

  • 1  Edition employée : Les Fortunes et Adversitez de Jean Régnier, texte publié par E. Droz. Paris, Ch (...)

1En rupture d’office et réduit au loisir, sinon au silence, pour cause de circonstances défortunées, le malheureux prisonnier de la tour de Beauvisage, à Beauvais, croit devoir, en sa qualité d’écrivain, donner son avis sur la paix et sur la guerre. Ainsi livre-t-il à la fois son sentiment et son opinion sur une question qui – la littérature des années 1430 en témoigne – agite inévitablement son temps. Il le fait dans une longue partie, identifiée et isolée comme telle dans l’édition du Livre de la Prison. Comme à l’accoutumée chez les poètes de l’époque et chez Jean Régnier en particulier, il s’agit d’un ensemble complexe et d’une construction qui joue savamment sur l’agencement des formes. Par ces temps troublés de la Guerre de Cent ans, la participation à un tel débat pourrait bien ne pas être autre chose que la concession à un thème obligé. Cependant le bailli d’Auxerre, loin de s’en tenir aux généralités, qu’elles relèvent des convictions chrétiennes ou des opinions convenues, est certainement conscient d’apporter au débat contemporain et même à la réflexion sur l’actualité sa contribution d’intellectuel (ainsi que nous dirions de nos jours) et de poète. Le lecteur d’aujourd’hui peut alors à bon droit s’étonner de le voir opposer, au conflit déraisonnable et fou qu’il rejette de toutes ses forces, un projet de guerre soi-disant honorable et juste. C’est ainsi que l’idée de croisade n’en finit pas de hanter le Moyen Âge finissant, avec lequel, d’ailleurs, elle ne va pas s’éteindre.

Projet littéraire et construction formelle

  • 2  Vers 1457 ; édition citée, p. 55 (au-dessus d’une gravure sur bois).
  • 3  Vers 2123 ; ibid., p. 77.
  • 4  Le texte, qui semble ne s’être pas conservé manuscrit, est paru imprimé la première fois le 25 jui (...)

2Ce développement s’ouvre et se clôt par des rubriques : Comme ledit prisonnier se complaint des pays estranges ou il a esté bien ayse, et ou pays dont il est natif il a grant fortune et se lamente des maulx qu’il voit venir en France2. – Comment après ce que le prisonnier a parlé des faitz de la guerre il parle d’autres matieres en continuant son œuvre3. On ne sait quoi de vague et d’incomplet dans la forulation de ces rubriques, on ne sait quoi de relâché dans le style de leur expression donne à penser que ces titres, commis à résumer et ordonner la matière du livre à l’intention du lecteur, sont plutôt du cru du premier éditeur que de Jean Régnier lui-même4. Ainsi de telles rubriques, à défaut de traduire l’improbable souci classificateur du poète, prépareraient-elles – la surimpression de texte n’en est pas pour autant insignifiante – la réception de l’œuvre par le public français du temps de François Ier.

  • 5  Voir G. Gros, « Souvenir de lointains pays, ou : les allusions au voyage d’Orient dans le Livre de (...)
  • 6  Vers 1507-1540.

3La cohérence de tout le passage est assurée par une forte nécessité, qui relève de l’expérience de la captivité pour fait de guerre. Une fois achevée la complainte sur l’ayse autrefois goûtée, aux heures des promesses juvéniles, en d’estranges pays au climat pourtant peu tempéré5, l’autonomie de ces pages est soulignée par le motif de la « dépréciation de l’acteur », que le bailli prisonnier adapte aux circonstances6 : le moraliste qui a entrepris de parler de Guerre et Paix au royaume de France, où Fortune a endommagé tous états, craint de trop dire, et s’amuse à formuler la solution qu’il adopte dans un style pour le moins « tempéré » :

  • 7  Vers 1513-1518 : c’est la seconde moitié d’un court Lay de douze vers.

Mais la gent est de tel maniere
Si tres fiere,
Quë il convient que je m’en passe,
Ainsi que fait la chamberiere*   *servante
En sa saziere*   *panier
Qui farine par gros sas sasse*7.   *tamise

4Bluter au sas à gros trous, ne pas trop regarder à passer au crible, se résigner à ne pas séparer du son la farine, c’est à quoi se résoudrait, de son aveu, le poète. Sans doute convient-il de ne point penser trop pertinemment, lorsque vous passez le temps à écrire sous les yeux d’un geôlier : Jean Régnier, prudent, regretterait de s’astreindre à ne pas tout dire, sur sa propre situation comme des secrets dont un bailli pouvait être dépositaire. Le sujet qu’il aborde, cependant, est original et ambitieux par rapport au dessein narratif du Livre de la Prison : réticences, précautions, hésitations s’expliquent aussi par la conscience artisanale de l’écrivain :

  • 8  Vers 1523-1526.

Il convient que trestout j’assemble
Se bien je vueil tout compasser*,   *ordonner
Encor fauldra il que j’en emble
Pour la doubte de rapasser*8.   *rabâcher

5Ainsi en va-t-il de ressasser, dans notre langue : c’est repasser au crible, pour plus de finesse, et c’est aussi, fastidieusement, remâcher. L’excusatio quasi liminaire de cette partie porterait par conséquent sur la valeur esthétique de l’œuvre non moins que sur la nature morale du propos, compte tenu, dans les deux perspectives, des conditions difficiles et aléatoires qu’impose à la composition poétique, élevée au-dessus de l’expression subjective, l’incarcération.

  • 9  Vers 1479-1480.
  • 10  Vers 1470-1471.
  • 11  Vers 1473.

6Voilà comment un opuscule sur Guerre et Paix prend place, comme en abîme, au Livre de la Prison. La nécessité qui préside à sa cohérence comporte plusieurs aspects : le motif personnel, la pensée politique et religieuse, la portée quasi philosophique. Jean Régnier a fait partout « chiere lye » sous le soleil de l’Orient méditerranéen pour s’inquiéter maintenant de son sort à venir dans une France « qui a nourrie /S/a personne »9 mais investie par Fortune, et déboussolée. Deuxième motif, d’ordre politique et religieux : de part et d’autre de la longue méditation affleure l’image et s’esquisse l’attrait de la croisade. Au commencement est citée, dans une théorie de toponymes propres à solliciter la mémoire et l’imaginaire du voyage oriental, entre Hierusalem et Cyppre, la Surie10 : l’allusion, deux strophes plus loin, est reprise, puisque c’est là que le poète affirme avoir vu armer chevalier Salisbury ; mais à propos de ces parages, pourquoi jugerait-il utile de préciser qu'« En ce pays fait grant chaleur »11, si ce n’est qu’outre la peine à souffrir l’intolérance du soleil, les passions pourraient s’échauffer à l’intempérance météorologique ? À la fin du long développement, Jean Régnier croit devoir justifier l’idée d’une guerre en Europe Centrale par une allégation qui tisse une correspondance avec le souvenir du Moyen Orient :

  • 12  Vers 2073-2074.

Car Boesmes sont heresiens
Et vallent pis que Surïens12.

  • 13 Ainsi peut être résumée la méditation qui suit, à partir du vers 2123, le long développement sur Gu (...)

7Ainsi le projet d’une expédition militaire est-il soutenu par le sens de la mission religieuse. Enfin ces longues pages ne sont pas dénuées d’une réflexion quasi philosophique. L’expérience dément les vues de l’adolescence, l’existence même contredit les années de formation, ce qui, en raccourci, implique un jugement à la fois sur l’idéologie de l’époque et sur l’imaginaire du roman : à l’idéal de conquête en « Terre Foraine » (pour reprendre un terme appartenant à la toponomastique arthurienne), le déchirement franco-français s’oppose avec dérision ; la prouesse chevaleresque et l’exaltation de la grandeur ont pour pendant la misère quotidienne et le honteux spectacle de la Guerre de Cent Ans13.

8Telle est cette partie du livre, comme on eût dit dans un conte appartenant au cycle du Lancelot-Graal. Pour en résumer la forme d’un mot, c’est un dit fourré de pièces lyriques : une chaîne de huitains où viennent s’insérer des lais. En fait, la strophe à forme fixe n’est guère l’instrument d’un parti pris narratif, tandis que le lai n’est plus tout à fait lyrique.

  • 14  L’un d’entre eux, aux vers 1893-1904, n’est pas identifié comme tel – ce qui serait de nature à co (...)
  • 15  Exactement, à partir du vers 1507 : lai / 8 huitains / 3 lais / huitain / 5 lais / 3 huitains / la (...)

9Entre le vers 1507 et le vers 2122, on compte 25 lays14séparés, ou reliés, par 22 huitains15 : on mesure, aux proportions révélées par ce seul inventaire, l’effort de Jean Régnier quant à la fabrication des poèmes lyriques, dont la taille excède toujours celle du huitain, exigeant par là pour leur apprêt musical un surcroît de ciselure.

10À considérer la fonction de ces pièces dans la structure de l’ensemble, impossible d’assimiler ces lais à des haltes lyriques dans un cheminement narratif. Le lai doit être un exercice de virtuosité poétique, ou d’habileté rhétorique à tout le moins : la réussite esthétique y relève de la diversité formelle et de l’artifice musical. À cet égard, la recherche de Jean Régnier sur les rimes est assez étonnante.

  • 16  C’est un beau « Lay de Paix », vers 1905-1924, qui sera commenté dans la deuxième partie de cette (...)
  • 17  Le schéma de disposition des rimes n’est autre, alors, que celui du douzain d’Hélinant, devenu dan (...)

11Dans le jeu de la disposition alternée des timbres, on rencontre des effets de rime pour ainsi dire métathétique, vers 1881-1892 : rime a, -(d)roit, b, -erre (soit -rè /-èr) ; de rime consonantique, vers 1893-1904 : a, -ure, b, -aire ; de rime sémantique, vers 1925-1945 : -faicte, -faire, -fait, -face. Dans la collection de ces lais, une pièce est monorime – et hétérométrique16 – ; la plupart, hétérométriques ou non, jouent sur la disposition spéculaire des rimes17.

  • 18  On pense inévitablement, ici, à l’héritage de la fameuse rime « équivoque » mise à l’honneur par G (...)
  • 19  Remarquer, pour l’effet produit par la rime, la succession de ces deux derniers couplets.

12Rien d’étonnant dès lors à ce que, par une sorte de contagion du style, les huitains intermédiaires adoptent eux-mêmes une disposition spéculaire des rimes : ce sont des couplets construits sur le schéma ababbaba. Ces huitains font aussi l’objet, à l’instar des lais, d’une recherche musicale fort appliquée pour le timbre de la rime. On relève ici encore des effets de rime consonantique : vers 1527-1534, -(d)ire /-aire, parfois combinés à un effet de métathèse : vers 1986-1993, -(as)sé I -ices -, des effets de rime sémantique : vers 1978-1985, -corde /-corder18 ; enfin, plus d’une fois, des effets de rime monophonique : vers 1621-1628, -aire /-ere, ou, en version masculine : vers 1549-1556, -(f)ait /-oient, et surtout : vers 1737-1744 : -oir /-(l)er, et vers 1745-1752 : -ment / -mens.19

13L’unité musicale, entre lais et huitains à deux rimes, sert l’analogie de thème et de ton. La parenté de structure des pièces lyriques et des couplets à forme fixe aboutit au même résultat. On a vu que la plupart des lais, comme les huitains, se construisent sur la disposition spéculaire des rimes ; tous ces gabarits s’ordonnent suivant le principe d’un retour, d’une réflexion, d’une spéculation. Nul besoin d’une démonstration longue pour saisir combien ces formes sont propres au discours poétique de la méditation.

  • 20  « Helas, n’est ce pas grant dommage De veoir tout ce que vous devise ? » (vers 1505-1506, terminau (...)
  • 21  « Ainsi que fait la chamberiere […] Qui farine par gros sas sasse » (vers 1516-1518, terminant le (...)
  • 22  « Bien voy que seul pas je ne suis Tresmal gouverné par Fortune… » (vers 1573-1574, commençant un (...)

14Dans ces conditions, comment se réorganise le partage entre strophes à forme fixe et poèmes ? Pour amener un lai à partir du huitain, Jean Régnier recourt à la commodité de l’enchaînement de termes ou de notions. On le voit succomber à la tentation de concaténer par exemple en inaugurant un lai par la reprise de l’interjection « Helas » qui, faisant partie des accessoires de la complainte, permet la transition du général au particulier, du constat objectif à l’observation subjective20. Ou bien, c’est la notion de crible qui, par le truchement du verbe sasser21,assure l’essor d’un nouveau huitain après l’achèvement du lai. Fortune, enfin, démasquée dans les tribulations qu’enregistrent les huitains, se prête à l’apostrophe dès le commencement d’un lai22.

  • 23  « Quant g’y pense, le cueur me serre, Voulez vous que vous en devise ? » (vers 1591-1592, assurant (...)
  • 24  Vers 1593-1620 (deux lais, autonomes par la facture, mais indissociables quant au sujet).
  • 25  Vers 1629-1648 : « Bien est de mauvaise nature La creature Qui voit la guerre si tres dure Que Fra (...)
  • 26  Vers 1829-1848. C’est une morale chrétienne : « Helas, pour Dieu, vueillez entendre A nous amender (...)
  • 27  Vers 1797-1816 : « Pensons, pensons que dirons Ne ferons Quant yrons Devant Dieu et compterons… »

15Jean Régnier, toutefois, n’abuse pas de ce procédé, dont le caractère mécanique finirait par donner un tour factice à la technique de l’insertion. En fait, on perçoit que les lais ont pour valeur de briser la narration par le changement de discours : on parle à autrui, ou l’on rentre en soi-même. Mais, une fois appelée l’attention du public supposé, ils sont voués surtout à formuler la parole qu’on attendait23, ce qui revient à peu près à les assujettir à des thèmes convenus. Ainsi le bailli prisonnier, endossant la responsabilité du moraliste, considère-t-il les effets de la guerre suivant les catégories des états24,ou condamne-t-il la créature insensible aux méfaits du conflit25, il enseigne autre part une morale26 ou s’enhardit à parler en prédicateur27.

16Ces lais sont peut-être, en définitive, les discours en forme où doit s’épanouir l’autorité du poète.

Guerre et Paix : témoignage et représentation

  • 28  Edition : André Du Chesne, Les Œuvres de maistre Alain Chartier…, Paris, 1617, pp. 537-549.
  • 29  Soit dit en passant, dans une perspective purement géographique, Alain Chartier avait reçu en béné (...)
  • 30  Pierre Champion date ce Lay d’octobre 1424. Voir Histoire poétique du XVesiècle, Paris, 1923, tome (...)
  • 31  Malgré les promesses de son titre, le poème auquel on va faire allusion n’est en réalité qu’un dit (...)
  • 32  A. Piaget et E. Droz datent ce Lay de Guerre du début de 1429. Voir : Pierre de Nesson et ses oeuv (...)
  • 33  Edition : A. Piaget et E. Droz, op. cit.., pp. 47-69.

17Au chapitre de Guerre et Paix, Jean Régnier compose plusieurs lais non insignifiants. Le fin bailli prisonnier, en mal de distractions assez exigeantes pour détourner le désespoir et tromper l’ennui, s’y exerce à la variété formelle. Comme le poète n’écrit certainement pas sans avoir lu, on ne peut moins faire que de penser à l’audience du Lay de Paix28 d’Alain Chartier29, antérieur de sept à huit années seulement à l’incarcération du bailli d’Auxerre à Beauvais30, et encore (excepté pour la forme)31 à l’exercice à front renversé, antérieur de seulement trois années au Livre de la Prison32, exécuté par Pierre de Nessonce, bailli d’Aigueperse au service du duc de Bourbon prisonnier : le Lay de Guerre33.

  • 34  Suivant que la totalité du lai reproduit la disposition des rimes du premier quartier, ou que la s (...)
  • 35  « Autre couleur de rethorique nommée simple lay est assez usité en oroisons, requestes et loenges  (...)

18Les lais en question, de Jean Régnier, maintiennent, pour caractère formel encore prépondérant du genre, la structure esquartelee — c’est-à-dire : formée de quartiers –ordonnant le poème suivant le principe du parallélisme ou le partageant en deux moitiés visant à l’effet de symétrie34 ; ils appliquent encore la découpe, dite précisément layee (à savoir : hétérométrique) des vers, quant ils ne présentent pas à la fois, bien entendu, ces deux caractères écartelé et layé. Par ailleurs le lai – les Arts poétiques, bientôt, vont l’attester rétrospectivement35 – se prêtait à la louange. Pour faire pendant, Jean Régnier l’applique éventuellement à son envers, l’invective, sans négliger le regret qui adopte le ton de la complainte.

  • 36  Vers 1592.
  • 37  Vers 1593-1608 et 1609-1620.
  • 38  Vers 1593, 1597, 1601 et 1605, puis 1609 et 1612.
  • 39  Vers 1605-1608.
  • 40  Voir G. Gros, Martial d’Auvergne et les « Matines de la Vierge », Besançon, 1994, pp. 156-159.

19Le bailli prisonnier s’essaie à deviser36 des maux de la guerre suivant les états, dans deux lais successifs37. Pour conventionnel qu’il soit, ce schéma d’analyse – d’une incontestable commodité – permet néanmoins d’apprécier l’originalité de sa réflexion. Le poète évoque successivement : « Mainte eglisë », « Noblesse », « Dames », « Maintes femmes », puis, dans la seconde pièce, « Marchans » et « Laboureux »38. On y enregistre une sensibilité particulière au malheur des femmes39 exposées à la détresse, à la violence, à l’avortement : la guerre outrage la faiblesse du statut féminin. Martial d’Auvergne, cinquante ans plus tard, va se montrer préoccupé lui-même par ce thème, dans une Leçon de ses Matines de la Vierge40.

20Un autre aspect de cette revue des états en temps de guerre est plus intéressant encore. Si le malheur des dames, damoyselles et femmes occupe à lui seul la moitié du premier lai (soit huit vers), dans le second poème, les difficultés des laboureurs en tiennent les trois quarts (neuf vers) :

Laboureux ont du mal foison
Car ilz n’ont borde* ne maison   *chaumière
Ou ilz se sachent maintenir,
Ilz ne scevent que devenir,
Në ou aller, në eulx tenir.
Guerre si est toute prison
Dont ce quë aux champs peult venir
Guerre si veult tout detenir
Et tout happer, c’est venoison.

  • 41  Ici encore, on pourrait se référer à l’exemple postérieur de Martial d’Auvergne. Voir G. Gros, op. (...)

21Insécurité de l’existence, impossible enracinement. Le laboureur en temps de guerre est le contraire du paysan. Son labour, la moisson de ses efforts est perdu. La guerre tue l’enfant à naître comme elle confisque le produit des champs : la fructification, la grâce de la vie lui sont intolérables41.

  • 42  Vers 1661-1692 et 1693-1716.
  • 43  Voir E. Langlois, Recueil d’Arts de seconde rhétorique, par exemple p. 268.

22Au cœur de cette partie se succèdent, formant un diptyque, deux Lays sur Paix et sur Guerre42, complétés d’une pièce brève, encore baptisée Lay, un poème charmant et triste, adressé à France la malheureuse. Précisément, il s’agit d’un lai composé sur Paix et d’un lai apostrophant Guerre. Par la forme, les deux poèmes sont des faux jumeaux. Les rimes en sont entièrement féminines : la qualité imparfaite de leur timbre (comme on disait alors43) est censée convenir, sans doute, au genre de l’entité à laquelle on s’adresse ou dont on parle. D’autre part, pour l’œil, ces pièces se ressemblent par leur découpe layée justement, leur empilement de vers courts à l’intérieur des quartiers. À les regarder de plus près, ces pièces répondent à la composition suivante : pour la première,

4 x a a a a a b b a

a = -ee

7 3 3 3 7 7 7 7

b = -esse

23pour le lai à Guerre,

4 x a a a a a b

a = -euse

7 3 3 3 7 7

b = -yre

24La forme est fidèle à la définition écartelée du lai traditionnel (dont le maintien ne manque pas d’intérêt, pour l’histoire du genre, vu la date à laquelle Jean Régnier compose). La seconde pièce, par rapport à la première, réduit de deux heptasyllabes la taille du quartier.

  • 44  Vers 1675 (« Mais… »), puis vers 1705.
  • 45  Vers 1680, puis vers 1705 (« Chasseë a Paix l’heureuse… »).

25La structure procède à un renversement pareil à mi-chemin de chacun des poèmes44, pour montrer la malfaisance de Guerre qui, de France, a chassé45 Paix.

  • 46  « Honnoree, Bien prisee Et aymee » ; « Attrempee, Amassee, Entassee »/«Et ostee, Par emblee, Et ch (...)

26La découpe layée sert parfaitement l’intention du poète, partagée entre louange et invective, éloge et protestation. Les vers trisyllabes, dont la succession en triade suggère une impression d’équilibre, appliquent la figure de la frequentatio. Ils commencent, au premier lai, à dresser en l’honneur de Paix une liste de qualités composée d’adjectifs d’origine participiale, lesquels redeviennent participes passés régis par les auxiliaires avoir (dès que Guerre a pris l’initiative) puis être (pour constater le résultat)46. S’impose ainsi la conviction que l’état de la France est désormais déplorable.

  • 47  Il s’agit, au masculin, d’adjectifs dont le suffixe en -eux est une variante de -eur. Chargeuse si (...)
  • 48  E. Droz propose ici la lecture : Venimeuse.

27Au second lai, le poète préfère, toujours dans le petit vers impair, pour décrire la façon d’être de Guerre ou de Paix, le paradigme de l’adjectif qualificatif en -euse. Celui-ci est forgé sur le nom exprimant la fonction d’agent (« Et chargeuse, Dommageuse, Fourrageuse »)47 ou désignant une qualité, bonne ou mauvaise (« Dangereuse, Angoisseuse, Et doubteuse »/«La piteuse, Gracieuse, Doulcereuse »/«Ennuyeuse, Furieuse, Ennimeuse48»).

28Cet effet de contraste dans la qualification, et surtout l’inversion de la structure à mi-chemin de chacun des poèmes, sont propres à imposer, en somme immédiatement, la notion du désordre, du renversement (justement imputable à Fortune !), de la mise à l’envers, sens dessus dessous qui résultent de la guerre.

  • 49  Vers 1717-1718.
  • 50  Vers 1634-1638.
  • 51  « Guerre n’est pas sa nourriture », vers 1634.
  • 52  A propos de Guerre : « Chasseë a Paix l’heureuse, La piteuse, Gracieuse, Doulcereuse Et qui tant e (...)
  • 53  « Car plaine est de richesse Et de tout bien paree », vers 1667-1668.
  • 54  La voleuse ; vers 1675. 55Vers 1584-1586.

29France (entité féminine encore) est courtoyse autant que Guerre est mauvaise – ces deux adjectifs49 riment au début du Lay dédié au pays, juste après le « lai de Guerre ». C’est que la méditation sur guerre et paix jamais ne s’abstrait de l’état de la France, à laquelle elle conduit toujours. France est douée pour pratiquer la mesure et raison garder50 – et par conséquent désireuse de s’épanouir dans la paix51dispensatrice d’amour, de douceurs, de plaisirs52, de prospérité53 – d’aise à vivre ; mais par là même aussi, France est vulnérable, sitôt que par aventure Fortune jette sur ses terres « Guerre la larronnesse »54.

30Et Jean Régnier, accusant Fortune d’avoir précipité le royaume en guerre, de déplorer à propos de France :

  • 55  Vers 1584-1586.

Destruis en sont tous ses amys,
Et gastee toute sa terre
Que je vis en si bon point mise55.

Et d’ajouter, dans la seconde partie du lai composé sur la paix :

  • 56  Vers 1684-1685.

France en est deshonnoree,
Et en friche demeuree56

Il avait précisé, dans un lai précédent :

  • 57  Vers 1639-1648.

France prent le nom de servage,
C’est grant dommage.
[…]
Car destruit en est maint lignage
De grant parage,
Villes, chasteaulx et maint village,
Et maint passage,
Et le surplus en adventure57.

  • 58  Verbe transitif ; régionalisme phonétique, à partir de silvaticus. Il s’applique à des personnes ( (...)

31Excuserait-on quelque subtilité philologique à propos de cette France en somme débaptisée par la notion de servage ? On entend bien l’oxymore (une trouvaille !) – et que liberté, franchises, noblesse, la fleur de l’idée française, sont annihilées par la guerre. Mais la métaphore terrienne, sans doute, n’est pas assez loin pour se refuser la polysémie. Enservager, dans les patois du Dauphiné, c’est rendre sauvage58 ; même en emploi figuré, le mot laisse transparaître la selve, à quoi tend la friche nommée au vers 1685 : servage à l’oreille n’est donc pas si loin de sauvage. Ce que confirme a contrario, dans un lai ultérieur, l’évocation nostalgique de l’activité paysanne :

  • 59  Vers 2032-2036.

Les laboureux labouroient,
Ilz couppoient,
Et rompoient,
Acertoient
Les boys et les arrachoient59

Acerter, c’est, par métathèse, essarter, c’est-à-dire gagner, sur l’espace boisé, des terres arables. Ce qui n’empêche pas les dictionnaires de la bonne langue médiévale de donner à juste titre, pour acerter : rendre certain, assurer. On peut entendre, pour la terre, c’est-à-dire en conservant le sens concret du verbe : améliorer sa sécurité tout en civilisant le paysage. Pendant cette interminable Guerre de Cent ans, voilà qu’elle est loin, la « Terre Certaine » de la Chanson de Roland, dont les chevaliers français guerroyant en Espagne gardaient l’image au cœur. Voilà comment la guerre est régression, et comment cette notion de servage insinue malgré tout le sentiment d’exil en son propre pays. Le poète est bailli. Politiquement, cette malheureuse tutelle de Fortune avec ses séquelles donne à déplorer un immense gâchis. Raison de plus pour chanter la paix à défaut de la vivre.

  • 60  Vers 1905-1924.

32Plus loin60, Paix est révérée, en effet, dans l’unicité de sa perfection. Quel merveilleux lai, d’intention pure, et d’honnête ouvrage sans contention ni quête ostentatoire de virtuosité ! Un hymne à la paix. Le poème est tout d’une rime, féminine comme il se doit. Chacune des stophes, ou, pour sacrifier à la définition obsolète déjà du genre, chaque quartier comporte un quatrain d’octosyllabes prolongé, coué pour ainsi dire, d’un petit vers quadrisyllabique :

  • 61  Vers 1905-1909.

Paix est de tous biens tresoriere,
Paix est de joye la portiere,
Paix est de doulceur grenetiere,
Paix est de gracë aulmosniere
Non usuriere61

  • 62  « Paix n’a riens que bien n’y affiere Par grant maniere », vers 1918-1919.
  • 63  « Paix est pure, nectë et clere Comme verriere », vers 1913-1914.
  • 64  « Paix est de gracë aulmosniere Non usuriere », v. 1908-1909 ; « Paix a aucun n’est torsionniere ( (...)

33L’effet paraît évidemment facile, de cette mise en liste d’épithètes aux suffixes homophones, même si le petit vers vient varier et relever l’énumération par le recours au complément de manière62, au comparant63 ou à l’antonyme64.

34Mais il existe un bonheur à colliger, pour les inscrire, ces titres dont la consonance pareille équilibre à la finale du vers l’anaphore nominale de son commencement.

35Pérennité des vertus de la frequentatio : il ressort une régularité justement apaisante de cet ordre d’enchaînement au parallélisme parfait. Le rythme en volutes met la diction de l’éloge sur le seuil de l’incantation.

36Au demeurant, cette nomenclature des noms féminins d’agent paraît se présenter spontanément dans la poésie dès qu’il s’agit de louer un être ou une entité féminins dont on escompte la bienveillance.

37Plus avant dans le Livre de la Prison, Réconfort le conteur emploie des épithètes semblables pour peindre la Vierge pardonnant à Théophile :

  • 65  Vers 3283-3294.

Neantmoins, il s’advisa arriere
En soy repentant par maniere
De la faulte qu’il avoit faicte,
Et fist doulcement sa priere
Envers la Vierge tresoriere
Qui de secours est tant parfaicte.
Mais celle doulcë aulmosniere
Si n’en fut pas rude ne fiere,
Mais fist tant que sa paix fut faicte
Par la doulce Vierge tres chiere,
L’ennemy si fist laide chiere,
Car la lettre si fut deffaicte65.

  • 66  C’est-à-dire, rappelons-le : construit par quartiers.
  • 67  Cette pièce mériterait de porter dans l’œuvre le titre de Lay.
  • 68  Ces remarques de structure s’appliqueraient tout aussi bien au douzain d’Hélinant, de grand usage (...)
  • 69  Prière, vers 3286, ne figure pas dans le « Lai de Paix ».
  • 70  Vers 1925-1945.

38Ce récit de la repentance et du retour en grâce (spirituel) du clerc fait l’objet d’un douzain esquartelé66 sur deux rimes, en octosyllabes67, de structure au reste fort typique, puisque la strophe se partage également entre la décision du repentir (premier sixain) et le bénéfice de la réconciliation (« Mais celle doulcë aulmosniere… », vers 3289)68. Les rimes de cette pièce sont féminines. La rime a, en -iere (arriere/maniere/tresoriere/aulmosniere/fiere (adjectif) /chiere (adjectif) /chiere (substantif), reprend des termes qui, à l’exception d’un seul69, figurent à la rime du « Lai de Paix », comme pour venir confirmer les limites de l’invention musicale et sémantique de ce poète mineur de Jean Régnier. Mieux, la rime b, en -faicte, reprend celle du lai d’exhortation qui suit immédiatement le « Lai de Paix »70 : faicte, parfaicte, deffaicte procèdent du réemploi.

  • 71  Vers 3291.
  • 72  Vers 1938-1940.

39Reprise n’est pourtant pas faiblesse. C’est que le recours de Théophile à la Vierge a pour fin le recouvrement de la paix. La paix politique est affaire de volonté, d’aspiration à la vérité, comme la paix spirituelle. De Théophile, Jean Régnier dit d’ailleurs : « Mais fist tant que sa paix fut faicte »71, comme il prône, à propos de la paix en France : « Faisons que par nous se reface Et que plus ne soit contrefaicte (= factice) Ne imparfaicte »72. Faut-il poursuivre ce réseau des correspondances qui confondent la Paix et la Vierge dans les qualités de tresoriere, d’aulmosniere, et continuer de reconstituer cette perception toute médiévale d’analogies pressenties entre la représentation de Marie et la conception de la paix ?

  • 73  Voir G. Gros, Le Poète, la Vierge et le Prince du Puy, Paris, Klincksieck, 1992, pp. 79-97.

40Le « Lai de Paix » de Jean Régnier, apprécié vers à vers, fait aussi penser à la formulation des devises mariales préparées au dernier siècle du Moyen Âge pour les concours de chants royaux du Puy d’Amiens : ces devises en décasyllabes, leur style de définition s’élabore en vue d’un ajustement à des fonctions d’apposition, d’attribut ou de complément direct, à la fin de la phrase. Par exemple (d’Andrieu Clavel, 1405) : « Porte du ciel, du Fils de Dieu huissiere » ; de Jean Demay (1412) : « Port de salut et de grace homosniere » ; de Jean Haguet (1415) : « Tente de paix, de grace thresoriere » ; de Pierre Daust (1426) : « Du paradis discrette chanceliere » ; de Jean Rosel (1430) : « Chandelier d’or au chierge de lumiere » ; de Guy de Tallemas (1462) : « Lampe rendant en tenebres lumiere »73

  • 74  Voir G. Gros, « La passion de la Bourgogne selon Jean Régnier », Provinces, régions, terroirs au M (...)

41Chaque vers du « Lai de Paix », cependant, affirme façon d’être ou qualité, tandis qu’au Puy picard, la pièce entière se devait de fonder en vérité la sentence préparée pour servir de palinod, c’est-à-dire de refrain au chant royal. Richesse et densité n’en caractérisent pas moins l’énumération du bailli d’Auxerre, dont chaque vers, d’ailleurs, pourrait fructifier en inaugurant un poème autonome, suivant une méthode de développement que Jean Régnier ignorait d’autant moins qu’on aimait à la pratiquer en terroir picard, par exemple pour tourner le fatras possible74.

42L’analogie de termes, de tour et de ton, finit par filer une relation ténue, ni factice ni fragile toutefois, entre Paix et la Vierge. À certains égards, Paix fournit l’image profane de la bonté de la Vierge et d’une certaine grâce de vivre – comme, à l’opposé, Guerre agit pour ainsi dire en âme damnée de la France.

43Voilà comment, sous la plume de ce bailli, bourgeois d’administration formé puis exerçant comme un clerc, rompu au pragmatisme et probable adepte du réalisme dans la conduite des affaires, l’idéal courtois, à bien des égards confondu encore avec l’idée nationale, n’est plus exalté en termes de volonté de prouesse, mais ressenti plutôt comme un bien perdu, à tout le moins menacé. La sincérité du poète ne tolère pas le doute : l’espérance collective coïncide avec l’espoir intime du prisonnier, comme les affres de son infortune répercutent le déchirement de la guerre. Cet idéal courtois continue de s’exprimer, vivace, mais en termes de nostalgie de l’harmonie sociale et pour ainsi dire de mystique d’une paix à recouvrer, tout intérieure à la personne et circonscrite aux frontières du pays. Dans ce chapitre de « Guerre et Paix », Jean Régnier n’entend au reste garder pour lui ni sa théorie morale de la société, ni sa conception chrétienne du patriotisme, ni l’issue religieuse qu’il envisage pour le conflit politique.

Morale chrétienne et conseil politique

44L’état de paix est d’abord affaire de souvenir, et la conscience du bonheur, de nostalgie. Le sentiment de l’harmonie se réfugie dans le passé. Ce souvenir nostalgique, ce regret moral se fonde sur le constat du déclin d’une certaine sagesse chrétienne et sur la conviction d’une décadence de la France. Autrefois, c’est-à-dire tout au plus un demi-siècle auparavant (mais comme le temps passe vite, au temps de la Guerre de Cent Ans), France était, pour les souverains de l’Europe, un modèle, incomparable à hauteur de sa générosité :

  • 75  Vers 1541-1548.

On a veu que ceulx d’Alemaigne
En Francë au conseil venoient,
Ceulx d’Arragon et ceulx d’Espaigne
De tous pays y acouroient
Et si bon conseil y trouvoient
Qu’on nommoit France la montaigne
Ou tous bons consaulx si estoient,
Et de tous biens estoit compaigne75.

  • 76  Comparer : « On a veu que ceulx… venoient » (vers 1541-1542) avec : « On a veu les gens… Venir » ( (...)

45Ici encore la structure est éloquente – renforcée par la disposition des rimes : au centre la venue massive et profitable, à partir des horizons mentionnés par les premiers vers, vient justifier à la fin du huitain le prestige acquis par la France. La foi dans la gloire passée du pays et dans la pertinence de ses conseils dévie le propos de la preuve historique à l’argument dialectique. Le souvenir, par l’affirmation irrécusable du témoignage, sert et prépare l’affirmation péremptoire : « On a veu » prend le sens de « On a constaté que »76.

46Comprenons le mécanisme syntaxique : le verbe de sensation dont on attendait qu’il régît une proposition infinitive commande une proposition complétive : dans les deux cas, la fonction grammaticale de la subordonnée est la même – complément d’objet direct – mais c’est ce verbe voir qui, profitant de la nuance d’accompli que lui donne le temps du passé composé, vient déborder la catégorie de la perception pour prendre un sens de constat objectif, de spéculation abstraite, alors même que son sujet, le pronom indéfini on, passe de l’emploi collectif à la valeur générale. La véracité du rappel historique devient ainsi, par la grâce du style, vérité d’évidence.

  • 77  Voir les notes d’E. Droz, éd. citée, p. 230.
  • 78  Pour justifier quelque peu le tour habituel que Jean Régnier donne à ces rencontres, précisons que (...)
  • 79  Voir Françoise Autrand, « Mémoire et cérémonial : la visite de l’empereur Charles IV à Paris en 13 (...)
  • 80  Ed. R. Delachenal, Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, 4 vol., Paris, 1910-1920 (SHF)
  • 81  Rappelons que l’empereur Charles IV était le frère de la reine Bonne de Luxembourg, mère de Charle (...)
  • 82  Paris, Bibl. Nat., ms. fr. 6465.
  • 83  François Avril, Marie-Thérèse Gousset, Bernard Guenée, Les Grandes Chroniques de France, Reproduct (...)
  • 84  Fol. 444v° ; op. cit., p. 264.
  • 85  L’expression est de Marie-Thérèse Gousset ; op. cit., p. 264.
  • 86  On les voit représentés dans un autre manuscrit des Grandes Chroniques de France : Paris, Bibl. Na (...)
  • 87  C’est lui qui, le matin, a célébré solennellement la messe de l’Épiphanie dans la Sainte-Chapelle. (...)
  • 88  Pour un résumé de cette présentation dramatique : « Le spectacle fit donc apparaître successivemen (...)

47La recherche historique permet de restituer les faits ou de fixer certains moments forts de ces relations77, qui sont l’entrevue, à Aigues-Mortes en 1367, du duc d’Anjou et du comte de Trastamara, puis la visite au roi de France de l’empereur Charles IV de Bohême en janvier 137878. Ce dernier événement fut assez mémorable pour s’inscrire dans la légende dorée du pays à la recherche du sentiment national, et pour figurer aussi comme un modèle de protocole. La mise en mémoire allait justifier la mise en scène79. Les Grandes Chroniques de France80 commentent avec précision, et pour ainsi dire heure par heure, la réception fastueuse, dont le roi de France honora l’empereur du Saint Empire, son oncle maternel81, accompagné de son jeune fils Wenceslas de Luxembourg, roi des Romains. Dans l’exemplaire commandé probablement par le roi Charles VII82, Jean Fouquet compose, vers 1469, une magnifique série d’enluminures pour illustrer l’épisode83. La dernière des huit miniatures84 de ce cycle représente le banquet offert par le roi de France à ses invités, le 6 janvier 1378, en la fête de l’Épiphanie, dans la Grand-salle du Palais de la Cité. L’artiste, en raison de « la conception naturaliste qu/’il/ a de l’espace »85, n’a pas relaté les « Grands entremets » qui avaient agrémenté le repas86 : devant les convives, dont l’archevêque de Reims87 assis en bout de table à la droite de l’empereur, des acteurs avaient mimé la Prise de Jérusalem par Godefroy de Bouillon88.

  • 89  La Violence au Moyen Âge, XIIIe-XVe siècle, d’après les livres d’histoire en français. Le Léopard (...)
  • 90  Op.cit, p. 323.
  • 91  Lettre de Chr. Raynaud à l’auteur de cet article, février 1996.

48Tout le cérémonial de cette rencontre a évidemment une signification. Les « Grands entremets » en particulier, qui sont le clou du banquet, appelleraient-ils à la croisade ? Christiane Raynaud89 a étudié avec précision l’image du manuscrit de Paris, Bibl. nat., fr. 2813: « […] le temps réel du banquet et le temps du mime se juxtaposent… Le départ de Pierre l’Ermite et la prise de la ville sont célébrés pour rappeler que lors des croisades les rois de France et leurs barons se sont illustrés dans la défense de l’Église90. » En somme la cause des croisades faisait dans le passé l’union nationale. Mais il y a plus important, dans les compléments que Christiane Raynaud apporte au commentaire de cette miniature : on y voit (par anticipation ou pour traduire la confiance dans le dessein de Dieu ?) un Godefroi de Bouillon déjà couronné ; on y remarque aussi le roi d’Angleterre (or Guillaume II le Roux, fils et successeur de Guillaume Ier le Conquérant, n’a pas participé à la prise de Jérusalem, si son frère, Robert de Normandie, était de l’expédition)91. Les « Grands entremets » et l’image de ce manuscrit suggèrent par conséquent, dix-huit ans après le traité de Brétigny et face à l’empereur d’Allemagne, l’entente franco-anglaise sur la cause de la croisade.

  • 92  Pour reprendre l’image et l’avertissement de Jean Régnier, au commencement de cette partie sur Gue (...)
  • 93  Sans commentaire, et pour préparer le développement ultérieur sur la croisade, deux indications. D (...)
  • 94  Le mot apparaît trois fois dans la strophe : vers 1542, 1545 et 1547 (cette fois au pluriel).

49En outre, on voit qu’il existe une subtile correspondance – peut-être pas tout à fait fortuite, s’il faut vraiment que cette allusion historique soit passée au crible92 – entre la visite impériale de 1378 et l’appel ultérieur de Jean Régnier à la croisade franco-anglaise contre les « Boesmiens »93. Mais, dans ce huitain si riche qui récrit une page prestigieuse du passé national, récurrente est la notion de conseil94. La France, autorité morale incontestée, y apparaît comme le phare et le sommet de l’Europe, une sorte de Monjoie politique : France la sage. Aussi bien ce lumineux souvenir porte-t-il sur le règne de Charles V, dit justement le Sage. Nous ne sommes peut-être pas loin des convictions que formulait Christine de Pizan dans son Livre des Fais et bonnes meurs du sage roi Charles V.

  • 95  Vers 1994-2038.
  • 96  Relevons malgré tout une redite de rime : conteniez, dans un emploi réfléchi, vers 2000 et 2026.

50Alors France la sage était aussi la douce France. Jean Régnier le montre bien, dans un Lay95 réussi96, de facture complexe, sur les états paisibles d’autrefois. Clergié (vers 1995), Princes (vers 2009), Marchons (vers 2025) et Les laboureux (vers 2032) y sont alternativement invoqués et évoqués, de sorte que les formes verbales de la deuxième et de la troisième personne du pluriel amorcent le jeu phonique des deux rimes en -iez et -oient. Les petits vers (trisyllabes – les autres sont des heptasyllabes) construisent le rappel du passé en s’appliquant à l’énumération. Leur effet de variété suggère, dans le cas de l’énumération verbale, la liberté d’aller, de travailler ou se distraire, en un mot d’entreprendre à sa guise ; nominale, cette accumulation, par la diversité, traduit l’opulence et le raffinement d’une vie facile éprise de plaisir et de beauté. Ainsi :

  • 97  Vers 1994-2000. Voir aussi : « Marchans, bien vous mainteniez, Quant en paix vous conteniez, Vous (...)

Quant en France paix aviez,
Clergié, moult aysë estiez,
Car parmy ses beaulx monstiers
Vous alliez,
Et disiez
Voz psaultiers,
Sagement vous conteniez…97

Ou encore :

  • 98  Lire, certainement : laniers. Le lanier est un oiseau rapace diurne, faucon femelle. Nous sommes e (...)
  • 99  Vers 2017-2022.

Et dessus ses grans coursiers
Faulcons avoient faulconniers,
Espreviers,
Et lamiers98,
Et levriers,
Chiens courans et gros limiers99

  • 100  « beaulx monstiers », « belle court », vers 1996 et 2009.
  • 101  Vers 2024.
  • 102  Ainsi comprenons-nous, moyennant une construction parataxique, les vers 2037-2038 : « Tant laboura (...)

51Si clercs et princes se distinguaient par un environnement raffiné100, chacun vivait à sa place, aisément, festivement, sûrement, les clercs occupés aux lectures et services pieux ou adonnés à l’étude, les princes régalant de loisirs plaisants les étrangers, mais exerçant aussi, par le divertissement de la chasse, « Chevaliers et escuyers »101, les marchands, dans leurs allées et venues, voyant affluer la clientèle, les laboureurs enfin mettant d’autant plus de cœur à l’ouvrage qu’ils ne disposaient pas d’un gain suffisant102. La stabilité des états sociaux, dans le mirage du passé, donne l’image d’un ordre harmonieux. Ainsi la restauration de la paix passe-t-elle par l’avenir d’un souvenir, comme le confirment sans ambage les premiers vers du Lay qui suit ce poème sur le pays d’autrefois :

  • 103  Vers 2039-2040.

Pensons a faire revenir
Le temps dont vous faiz souvenir…103

  • 104  « Les maulxfaiz passez oublions », « Laissons toutes divisions », « L’ung a l’autre si nous fions  (...)
  • 105  « Faisons que par nous se reface Et que plus ne soit contrefaicte Ne imparfaicte… », vers 1938-194 (...)

52Mais ces vers montrent aussi, par l’impératif d’exhortation qui les inaugure, que le retour et le maintien de la paix sont encore affaire de vigilance et de volonté. Le soin nécessaire est le rebours de la noise. C’est une entreprise collective, exigeant le pardon, la concorde, et répondant comme telle au dessein de Dieu104. Un peu plus haut, Jean Régnier a montré qu’au fait des hommes de bonne volonté pour le rétablissement de la paix correspond le don divin transmis par les anges105. L’action hic et nunc pour le bien public reçoit la caution de l’Évangile. Telle est la leçon morale inspirée par la loi chrétienne de l’amour.

  • 106  « O clergié plain de sapience… », vers 1966.
  • 107  Vers 1994 et suivants.
  • 108  Vers 2039-2066, puis 2067-2086.
  • 109  Vers 2087-2106.
  • 110  Vers 2107-2122 : « Prions trestous, jeunes et vieulx, Prions Jesus de bien en mieulx, Prions ce do (...)

53L’exhortation à la paix comporte aussi le conseil politique : la réflexion s’assortit de solutions pratiques. En raffinant un peu, on trouverait même les domaines intérieur et extérieur de la politique, ou, si l’on veut, suivant un schéma concentrique, la réconciliation franco-française, la paix franco-anglaise, enfin la question européenne. Le dernier mouvement de cette partie sur Guerre et Paix procède ainsi d’un élargissement, si ce n’est d’une élévation. La caution évangélique amène le poète à rappeler au clergé ses devoirs106. Le mot de clergié assure l’enchaînement du propos avec le Lay sur les états d’autrefois107. Puis la nature du conflit suscite l’idée d’une conciliation des partis opposés, sous le regard de Dieu et par conséquent sous l’égide de la chrétienté, moyennant une union sacrée qui détournerait éventuellement les énergies vers la croisade108. Le chapitre se termine sur une exhortation générale à la paix109, puis, dans un lai anaphorique, sur une invitation à la prière110.

  • 111  Vers 1966-1977 puis 1978-1993.
  • 112  Le poète recommande de prêcher « Sans donner au peuple audience Et sans mouvoir commun de ville, C (...)

54C’est au clergé, en effet, que Jean Régnier fait le plus opiniâtrement la leçon, dans un Lay douzain suivi de deux huitains sur deux rimes111. Aurait-il tant à dire sur la déficience des clercs d’Église ? Il rappelle aux pasteurs la responsabilité qui leur incombe conformément au talent qu’ils ont reçu, à la science qu’ils ont acquise : prêcher suivant la doctrine de l’Évangile112, réparer la discorde entre les princes, se garder enfin de l’avidité, qu’elle prenne les formes de l’ambition ou de la richesse.

55En l’occurrence les troubles actuels débordent la question de la paix civile ; Jean Régnier propose roidement une solution pour en finir avec les conflits incessants qui trament ce que nous nommons de nos jours la Guerre de Cent ans :

  • 113  Vers 2055-2062.

La voye seroit la premiere
De trouver, par bonne maniere,
Par requestë ou par priere,
Que de trois pars les gens on mande,
A qui la paix on recommande.
Si fera chascun sa demande,
Et qui aura tort, qu’il l’amende,
Sans point tirer le cul arriere113.

  • 114  Voir E. Droz, note du vers 2058, p. 231.

56Ainsi faudrait-il, suivant Jean Régnier, trouver le moyen de convoquer les trois partis, à qui l’on fît valoir la paix, et dont on pût examiner les exigences : le fautif n’aurait qu’à réparer son tort – sans se dérober (telle est la signification du dernier vers). Les trois partis ? On comprend : ceux du roi d’Angleterre, du roi de France et du duc de Bourgogne114. Quant à cette instance supranationale dominant la royauté dans une entité qu’unifie malgré tout le christianisme, on ne voit pas qu’elle puisse être autre que la papauté – et peut-être est-ce le pape que désigne ce pronom personnel indéfini de la troisième personne : on, par une sorte d’euphémisme de déférence.

  • 115  Vers 2067-2078.

57Alors, au Livre de la Prison, Jean Régnier insère un nouveau Lay115qui fait lucidement la part du feu : l’humeur belliqueuse que le poète enregistre sans la condamner, après tant de justifications évangéliques de la paix, s’habillait sans doute à l’époque d’un reste d’emphase chevaleresque :

Ceulx qui vouldront faire la guerre,
Soient de France ou d’Angleterre,
Aillent sur les Boesmïens.
La pourront ilz conquester terre,
Et leur salvatïon acquerre,
Et y faire beaucoup de biens ;
Car Boesmes sont heresiens
Et vallent pis que Surïens.
L’empereur si fait gens requerre
Par tous royaulmes chrestïens,
Le pape en absoult tous les siens
Et la doit on aller grant erre.

L’analyse de sa forme fait mieux entendre comment le douzain d’Hélinant ici employé se prête à l’expression définitive d’une solution ou d’une résolution. Le premier sixain se compose de deux tercets proposant successivement un projet et ses avantages. Quand au second sixain, il justifie le projet en trois distiques dont les deux derniers confirment la constatation du premier.

  • 116  Henry Murger, Scènes de la vie de bohème (1848).
  • 117  Roland Dorgelès, Bouquet de bohème.

58Dans ces vers de Jean Régnier, nous serait-il donné de surprendre la préhistoire d’un mythe littéraire ? Bohême, Bohémiens et bohème : quels rêves, quels phantasmes évoque ordinairement l’usage de ces noms ? La bohème… À s’en tenir à l’espace littéraire éveilleur de mythes, éventuellement élargi aux conditions de l’éclosion de l’art et d’apprentissage de l’artiste, cette bohème se situe dans la seconde moitié du XIXesiècle, non sans déborder sur notre époque jusqu’à la brisure de 1914, entre des Scènes de Henry Murger116 et tel Bouquet de nostalgie montmartroise chère à Dorgelès117.

59La Bohême suscite un repérage autrement précis, toutefois sublimé par la magie spéciale qui relève de l’attrait de l’étranger. C’est le centre de l’Europe, exactement la partie occidentale de la République tchèque, à l’est de l’Allemagne et au nord de l’Autriche : un terroir d’une superficie de 52 766 kilomètres carrés, soit un peu moins de deux fois celle de la Normandie.

  • 118  Quant aux Petits Châteaux de Bohème, que Nerval publie à la fin de 1852 (l’édition, chez Didier, p (...)

60Région dont l’amateur lointain peut s’émerveiller du cristal, contrée dite des mille châteaux, grands et petits, en marge desquels on peut rêver118 sur fond de paysages romantiques ; au centre Prague s’impose, l’ancienne capitale du royaume de Bohême, ville natale de Kafka, l’auteur du Château.

  • 119  Trésor de la langue française, tome 4, pp. 626b-627a ; Robert, Dictionnaire historique, tome I, p. (...)
  • 120  Trésor de la langue française, tome IX, pp. 1096-1099.

61L’onomastique, dans ce passage de Jean Régnier, ne suscite aucune rêverie géographique, non plus qu’elle n’esquisse aucun mythe dans l’ordre de la typologie humaine. Boesmiens et Boesmes, cités dans cet ordre, désignent avant tout les habitants de la Bohême. Toutefois le poète commence par Boesmiens, ce qui donne à supposer que ce nom, dès le premier tiers du XVesiècle, était connu. Les lexicographes119 font remonter la première attestation du mot à 1467, au sens de « membre de tribus vagabondes ou nomades (Tziganes, Romanis) que l’on croyait originaires de Bohême » ; on reconnaît dans ce mot un dérivé de Bohême par adjonction du suffixe -ien formateur d’adjectifs ethniques à partir d’un nom de pays120. C’est donc au commencement du troisième tiers du XVesiècle que naît en France le mythe du bohémien – alors que les tribus errantes en question étaient apparues sur notre sol depuis plusieurs décennies.

  • 121  Voir F. Feugère, dans Défense de la Langue française, 1968, n° 45, p. 26.
  • 122  Voir M.-A. Lajaunie, dans Vie et Langage, 1969, p. 9. Compléter avec Ethnonymus, Vie et Langage, 1 (...)
  • 123  Voir R. Arveiller, Mélanges E. Gamillscheg, Munchen, 1968, p. 28. Pour désigner l’individu menant (...)

62Cependant Boesmes, que Jean Régnier cite en second lieu, était usité dans la langue depuis plus d’un demi-siècle. La première attestation du mot remonterait au Livre des propriétés des choses (1372)121, où Jean Corbechon traduisait par Boesme le mot ethnique du latin médiéval Bohemus, en lui conservant le sens d'« habitant de la Bohême ». Dès la première moitié du XVesiècle, Boesme désigne le membre de tribus vagabondes – comme Boesmien à partir de 1467 : acception qui repose sur « un contresens de géographie linguistique », puisque la Bohême, pour ces nomades « venus de la zone entre l’Inde et l’Iran », « ne fut probablement qu’une étape dans leur marche vers l’Ouest »122. Bientôt, Bohème, qui ne désigne plus ni le Tchèque ni (supplanté par Bohémien) le vagabond, s’applique à l’individu menant une vie déréglée : on le trouve en ce sens dès 1659 dans les Historiettes de Tallemant des Réaux123.

  • 124  Ce terme est rare au XVesiècle. Ici, il rime opportunément à Boesmiens.
  • 125  Vaillant, c’est-à-dire Pierre Chastellain, dit Vaillant, au dernier couplet d’un rondeau composé s (...)

63Dans ces vers de Jean Régnier, à défaut de surprendre la préhistoire d’un mythe littéraire, peut-être apercevons-nous la naissance d’une connotation péjorative. Si Boesmiens et Boesmes y désignent bien les habitants de la Bohême, ils n’en évoquent pas moins, contextuellement, les Tchèques hérétiques, précisément hussites : heresiens124, au vers 2072, est l’attribut de Boesmes. Communauté jugée dangereuse non point quant à ses mœurs, autant qu’on sache, mais par rapport à la norme religieuse, le nom qui la désigne géographiquement s’infléchit dans le sens du jugement de valeur125.

  • 126  Sigismond (1368-1437) est le second fils de l’empereur Charles IV. Il devient roi de Bohême après (...)
  • 127  Pour une présentation moins succincte et plus circonstanciée des faits et de leurs conséquences, v (...)

64Cependant le propos du poète porte sur les troubles qui agitaient le territoire bohême depuis que Jean Hus, condamné par le concile de Constance et livré au bras séculier, avait été brûlé vif le 6 juillet 1415 : l’émotion soulevée en Bohême par le martyre du recteur de Prague allait compromettre la paix civile durant presque deux décennies, et la crise qui s’ouvrait serait l’une des plus importantes de l’Europe médiévale et de la Chrétienté. L’empereur Sigismond126, qui voulait mettre un terme à l’agitation en Bohême, obtint du pape Martin V qu’il frappât d’anathème le royaume et publiât à son encontre une bulle de croisade. Une armée tchèque, rassemblée parmi toutes les classes de la société, stationnée à Tabor puis conduite par Zizka de Trocnov, résiste victorieusement à la première croisade, en 1420. De même allaient échouer les croisades de 1426, 1427 et 1431. Ce n’est qu’au concile de Bâle, après l’échec de la cinquième croisade, qu’une solution de compromis préparerait le retour à la paix par la concession religieuse (aux utraquistes, qui tenaient à la communion sous les deux espèces – sub utraque specie) et la réconciliation politique. Cependant cette longue épreuve, qui devait affermir la conscience nationale de la nation tchèque, pouvait être vue, à l’extérieur de la Bohême et de l’Empire, comme un danger politique et religieux dont la propagation risquait d’ébranler les valeurs et l’unité de l’Europe entière127.

  • 128  À cet égard, la strophe qui suit ce Lay (vers 2079-2086) est on ne peut plus éclairante : « La gue (...)
  • 129  Biens, au sens matériel, s’affirme dans la langue dès la seconde moitié du XIIIesiècle : voir Le R (...)
  • 130  « Quiconque prenait part à l’expédition avait le droit de s’emparer des biens des hérétiques et un (...)
  • 131  E. Droz précise (note du vers 2069, p. 231) qu’en 1428, Guillebert de Lannoy avait rédigé un avis (...)
  • 132  Dans ce douzain où figurent, à la rime, des composés préfixaux de querre (acquerre et requerre, ve (...)

65Le douzain qu’on a lu précédemment est à cet égard éloquent. Envisagée à bonne distance par la lecture, surtout plus de cinq cents ans après, la guerre extérieure en Europe centrale apparaît comme une solution différée, un compromis entre l’humeur belliqueuse de quelques-uns et la nécessité pour tous de la paix en deçà. Jean Régnier n’use pas du mot de croisade, mais la définition s’y en trouve, celle d’une expédition militaire au service d’une politique justifiée par la foi128. De prime abord, on ne saurait trop décider si le bailli prisonnier, et chrétien, proclame sincèrement un idéal chevaleresque, propose loyalement un programme politique, ou s’il présente cyniquement l’intérêt matériel d’une aventure militaire. La relative indétermination du pronom démonstratif qui ouvre la séquence (« Ceulx qui… », vers 2067), et le sens à donner à ce terme pluriel de biens (vers 2072) – profits à réaliser129, semble-t-il, plus que bienfaits à dispenser (et a fortiori hauts faits à tenter) – feraient plutôt pencher pour la dernière hypothèse. Dans ce cas, l’affirmation du gain promis ferait l’objet d’une formulation presque vulgaire en sa brutalité (« … y faire beaucoup de biens », vers 2072). Il n’est d’ailleurs pas impossible que Jean Régnier éprouve quelque mépris pour le réalisme robuste, un peu court, du conquérant drapé dans l’étendard de la religion. À moins qu’il ne se contente tout simplement de reproduire les stipulations de quelque bulle papale de croisade, sans trop en discuter la teneur130. En somme la pensée politique du bailli bourguignon sur l’Europe centrale ne brillerait pas par sa singularité131. Quoi qu’il en soit, présentée de cette manière, l’entreprise serait donc tout bénéfice, puisque la salvation, c’est-à-dire le salut éternel, se trouve dans ces vers enchâssée comme une certitude entre la promesse de conquête territoriale132 et son cortège d’acquêts.

  • 133  Voir par exemple, au recueil déjà cité Une femme de Lettres au Moyen Âge. Études autour de Christi (...)
  • 134  Au XVIesiècle encore, Ronsard, dans son Exhortation pour la paix (1558), mais vers l’Orient médite (...)

66Jean Régnier prisonnier ne se détourne pas, comme on voit, des graves questions qui agitent l’actualité. Son journal poétique comporte l’esquisse d’un Discours sur les misères de ce temps, complétée d’un traité sur Guerre et Paix. Le bailli ne cesse d’y exercer son talent d’écrivain, par la recherche d’une forme où la rhétorique « seconde », en vers, serve au mieux la pertinence du propos. Le retour à la subjectivité, qu’impose l’épreuve de l’incarcération et de la mise à rançon, avec la hantise de la souffrance et la crainte permanente de l’avenir, n’empêche pas le recours à cette parole d’autorité qui authentifie l’engagement politique. Jean Régnier s’inclut par là dans une lignée qui, à partir de Guillaume de Machaut, comprend entre autres les grands exemples d’Eustache Deschamps et de Christine de Pizan133. Peut-être n’allait-il pas de soi, sans un certain courage, d’oser en prison, de toute façon sous surveillance, s’inquiéter de ces problèmes. Faut-il imaginer discussions et entretiens dans la tour beauvaisienne de Beauvisage ? et comment mesurer l’audience de l’œuvre dans cette phase de son élaboration ? Toujours est-il qu’une voix rejoint le choeur des écrivains engagés, pour prôner, entre autres, la croisade134 : elle est sensible à la décadence des choses, au rêve déchu d’une France qui fût restée sage et douce. C’est probablement dans cet avis désabusé, ce désenchantement du regard sur le temps comme il va qu’il faut chercher la nécessité qui relie cette partie sur Guerre et Paix à la cohérence d’ensemble du Livre de la Prison.

Notes

1  Edition employée : Les Fortunes et Adversitez de Jean Régnier, texte publié par E. Droz. Paris, Champion, 1923. S. A. T. F.

2  Vers 1457 ; édition citée, p. 55 (au-dessus d’une gravure sur bois).

3  Vers 2123 ; ibid., p. 77.

4  Le texte, qui semble ne s’être pas conservé manuscrit, est paru imprimé la première fois le 25 juin 1526 à Paris, pour le libraire parisien Jean de la Garde (éd. citée, pp. VII-VIII). La révision analytique du texte ancien qu’on imprime pourrait bien être une habitude éditoriale de ce premier tiers du XVe siècle. Qu’on se souvienne de Clément Marot publiant en 1533, à Paris, chez Galiot du Pré, Les Œuvres de Françoys Villon de Paris, revues et remises en leur entier, et pourvoyant de titres les pièces lyriques insérées dans le dit. Voir M. Lazard, « Clément Marot éditeur et lecteur de Villon », Cahiers de l’A. I. E. F., mai 1980, n° 32, pp. 7-20.

5  Voir G. Gros, « Souvenir de lointains pays, ou : les allusions au voyage d’Orient dans le Livre de la Prison de Jean Régnier », Le Mythe de Jérusalem, du Moyen Âge à la Renaissance, Études réunies par E. Berriot-Salvadore, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1995, pp. 209-226.

6  Vers 1507-1540.

7  Vers 1513-1518 : c’est la seconde moitié d’un court Lay de douze vers.

8  Vers 1523-1526.

9  Vers 1479-1480.

10  Vers 1470-1471.

11  Vers 1473.

12  Vers 2073-2074.

13 Ainsi peut être résumée la méditation qui suit, à partir du vers 2123, le long développement sur Guerre et Paix.

14  L’un d’entre eux, aux vers 1893-1904, n’est pas identifié comme tel – ce qui serait de nature à confirmer l’attribution des rubriques et titres de poèmes à l’éditeur du Livre de la Prison.. Mais il s’agit bien d’un Lay, conformément à l’une des définitions contemporaines de cette forme : douzain isométrique où la disposition des rimes obéit au schéma : aab aab bba bba, autrement dit douzain d’Hélinant, en octosyllabes (la structure est pareille à celle de la pièce précédente, vers 1881-1892).

15  Exactement, à partir du vers 1507 : lai / 8 huitains / 3 lais / huitain / 5 lais / 3 huitains / lai / 2 huitains / 3 lais / 4 huitains / lai + lai non identifié comme tel + 3 lais / huitain / lai / 2 huitains / 4 lais / huitain / 2 lais.

16  C’est un beau « Lay de Paix », vers 1905-1924, qui sera commenté dans la deuxième partie de cette étude.

17  Le schéma de disposition des rimes n’est autre, alors, que celui du douzain d’Hélinant, devenu dans la pratique, répétons-le, le gabarit du « petit lai ».

18  On pense inévitablement, ici, à l’héritage de la fameuse rime « équivoque » mise à l’honneur par Gautier de Coinci. Ajoutons que le huitain suivant, vers 1986-1993, s’il déplore un fait – le désir d’être et la volonté d’avoir – qui depuis longtemps donnait lieu à la satire anticléricale, n’en livre pas moins le sujet même de l’histoire de Théophile, contée par Gautier de Coinci dans son recueil de Miracles…

19  Remarquer, pour l’effet produit par la rime, la succession de ces deux derniers couplets.

20  « Helas, n’est ce pas grant dommage De veoir tout ce que vous devise ? » (vers 1505-1506, terminaux d’un huitain), et « Helas, par ma foy, se je osasse… » (vers 1507, premier d’un lai).

21  « Ainsi que fait la chamberiere […] Qui farine par gros sas sasse » (vers 1516-1518, terminant le lai qui vient d’être évoqué), et « Or vueil je donc trestout sasser… » (vers 1519, commençant un nouveau huitain).

22  « Bien voy que seul pas je ne suis Tresmal gouverné par Fortune… » (vers 1573-1574, commençant un huitain), et « O Fortune, tu as bien mis Le royaulme de France en guerre… » (vers 1581-1582, commençant le lai qui suit ce huitain). Cette fois l’on passe de la constatation subjective à la mise en cause objective.

23  « Quant g’y pense, le cueur me serre, Voulez vous que vous en devise ? » (vers 1591-1592, assurant à la fin d’un lai la transition avec le lai suivant) ; « Hors nous serions de tous tourmens, Et vous orrez tantost comment. » (vers 1751-1752, terminant un huitain avant le commencement d’un lai).

24  Vers 1593-1620 (deux lais, autonomes par la facture, mais indissociables quant au sujet).

25  Vers 1629-1648 : « Bien est de mauvaise nature La creature Qui voit la guerre si tres dure Que France endure, Qui n’a pitié en son courage… »

26  Vers 1829-1848. C’est une morale chrétienne : « Helas, pour Dieu, vueillez entendre A nous amender de cueur tendre… »

27  Vers 1797-1816 : « Pensons, pensons que dirons Ne ferons Quant yrons Devant Dieu et compterons… »

28  Edition : André Du Chesne, Les Œuvres de maistre Alain Chartier…, Paris, 1617, pp. 537-549.

29  Soit dit en passant, dans une perspective purement géographique, Alain Chartier avait reçu en bénéfice, avant 1426, la cure de Saint-Lambert-des-Levées, au diocèse d’Auxerre (voir Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, édition… revue… par G. Hasenohr et M. Zink, La Pochothèque, 1992, p. 29a, notice de Sylvie Lefèvre).

30  Pierre Champion date ce Lay d’octobre 1424. Voir Histoire poétique du XVesiècle, Paris, 1923, tome I, p. 184.

31  Malgré les promesses de son titre, le poème auquel on va faire allusion n’est en réalité qu’un dit de décasyllabes à rimes suivies.

32  A. Piaget et E. Droz datent ce Lay de Guerre du début de 1429. Voir : Pierre de Nesson et ses oeuvres, Paris, 1925, p. 16.

33  Edition : A. Piaget et E. Droz, op. cit.., pp. 47-69.

34  Suivant que la totalité du lai reproduit la disposition des rimes du premier quartier, ou que la seconde moitié de ce « lai » inverse la disposition des rimes de la première moitié (en appliquant le schéma de la strophe d’Hélinant).

35  « Autre couleur de rethorique nommée simple lay est assez usité en oroisons, requestes et loenges » : Jean Molinet, L’Art de Rhétorique, § 34, Simple lay ; dans E. Langlois, Recueil d’Arts de seconde rhétorique, Paris, 1902, p. 241.

36  Vers 1592.

37  Vers 1593-1608 et 1609-1620.

38  Vers 1593, 1597, 1601 et 1605, puis 1609 et 1612.

39  Vers 1605-1608.

40  Voir G. Gros, Martial d’Auvergne et les « Matines de la Vierge », Besançon, 1994, pp. 156-159.

41  Ici encore, on pourrait se référer à l’exemple postérieur de Martial d’Auvergne. Voir G. Gros, op. cit., p. 153-156. Christine de Pizan, déjà, se montrait sensible à la notion de fructification de la terre comme salaire du labour (ibid., p. 153). Cultivant le même thème à peu près dans la même période que Jean Régnier, Charles d’Orléans, lui, mentionne les marchans, mais n’a pas un mot pour les laboureurs : son invocation du peuple se situe hiérarchiquement par rapport à la situation des seigneurs (voir G. Gros, Le Poète, la Vierge et le prince, Saint-Étienne, 1994, pp. 79-103). Ainsi est-il possible qu’en fin de compte on ait à distinguer, dans le traitement poétique de ce thème des états, une filière aristocratique et une filière bourgeoise – cette dernière illustrée entre autres par Jean Régnier et par Martial d’Auvergne.

42  Vers 1661-1692 et 1693-1716.

43  Voir E. Langlois, Recueil d’Arts de seconde rhétorique, par exemple p. 268.

44  Vers 1675 (« Mais… »), puis vers 1705.

45  Vers 1680, puis vers 1705 (« Chasseë a Paix l’heureuse… »).

46  « Honnoree, Bien prisee Et aymee » ; « Attrempee, Amassee, Entassee »/«Et ostee, Par emblee, Et chassee » ; « Et gastee, Et pillee, Desrobee ».

47  Il s’agit, au masculin, d’adjectifs dont le suffixe en -eux est une variante de -eur. Chargeuse signifie pesante. Dommageuse renvoie à damageor = qui cause des dégâts, néfaste. Quant à fourrageuse, féminin de fourrageur (adjectif ou nom ?), il peut se traduire par : maraudeuse. Le Trésor de la Langue Française (tome VIII, p. 1173a) fait remonter la première attestation de fourrageur au sens de pillard à 1533 : nous en tenons ici un emploi antérieur d’un siècle.

48  E. Droz propose ici la lecture : Venimeuse.

49  Vers 1717-1718.

50  Vers 1634-1638.

51  « Guerre n’est pas sa nourriture », vers 1634.

52  A propos de Guerre : « Chasseë a Paix l’heureuse, La piteuse, Gracieuse, Doulcereuse Et qui tant est amoureuse », vers 1705-1708.

53  « Car plaine est de richesse Et de tout bien paree », vers 1667-1668.

54  La voleuse ; vers 1675. 55Vers 1584-1586.

55  Vers 1584-1586.

56  Vers 1684-1685.

57  Vers 1639-1648.

58  Verbe transitif ; régionalisme phonétique, à partir de silvaticus. Il s’applique à des personnes (qu’on dit « sauvages » au sens de « farouches, rebelles, fuyant le commerce de leurs semblables »). Voir Les Richesses du français régional, Mots du Nord-Dauphiné recueillis à Meyrieu-les-Etangs, par Jean-Baptiste Martin, Jean Pellet ; Éditions du C. N. R. S. (Centre Régional de Publication de Lyon), 1987, p. 87.

59  Vers 2032-2036.

60  Vers 1905-1924.

61  Vers 1905-1909.

62  « Paix n’a riens que bien n’y affiere Par grant maniere », vers 1918-1919.

63  « Paix est pure, nectë et clere Comme verriere », vers 1913-1914.

64  « Paix est de gracë aulmosniere Non usuriere », v. 1908-1909 ; « Paix a aucun n’est torsionniere (=tortionnaire) Ne forsonniere (= contraignante ? emportée ?) », vers 1923-1924.

65  Vers 3283-3294.

66  C’est-à-dire, rappelons-le : construit par quartiers.

67  Cette pièce mériterait de porter dans l’œuvre le titre de Lay.

68  Ces remarques de structure s’appliqueraient tout aussi bien au douzain d’Hélinant, de grand usage à l’époque, on l’a vu, comme lai, à la nuance près que le renversement de la situation (manifesté dans la syntaxe par cette phrase commençant par Mais) s’y accompagnerait d’un renversement dans la disposition des rimes.

69  Prière, vers 3286, ne figure pas dans le « Lai de Paix ».

70  Vers 1925-1945.

71  Vers 3291.

72  Vers 1938-1940.

73  Voir G. Gros, Le Poète, la Vierge et le Prince du Puy, Paris, Klincksieck, 1992, pp. 79-97.

74  Voir G. Gros, « La passion de la Bourgogne selon Jean Régnier », Provinces, régions, terroirs au Moyen Âge, Presses Universitaires de Nancy, 1993, pp. 153-166.

75  Vers 1541-1548.

76  Comparer : « On a veu que ceulx… venoient » (vers 1541-1542) avec : « On a veu les gens… Venir » (vers 1565-1566). D’un côté, la réflexion politique, de l’autre la chronique.

77  Voir les notes d’E. Droz, éd. citée, p. 230.

78  Pour justifier quelque peu le tour habituel que Jean Régnier donne à ces rencontres, précisons que l’empereur Charles IV est déjà venu en France treize années plus tôt : il est entré solennellement en Avignon le 23 mai 1365, en présence du duc Jean de Berry son neveu, du duc de Bourbon et de plusieurs autres dignitaires du royaume de France. Voir F. Autrand, art. cité (note suivante), p. 93. Pour donner raison à Jean Régnier, les liens de Charles IV avec la France ont d’ailleurs été plus importants qu’on ne croit généralement, dès avant son mariage, puisqu’il a été élevé à la cour de France, et que c’est son parrain le roi Charles IV qui a changé son prénom de Venceslas en celui de Charles.

79  Voir Françoise Autrand, « Mémoire et cérémonial : la visite de l’empereur Charles IV à Paris en 1378 d’après les Grandes Chroniques de France et Christine de Pizan », Une femme de lettres au Moyen Âge, Études autour de Christine de Pizan, Articles inédits réunis par Liliane Dulac et Bernard Ribémont ; Paradigme, Orléans, 1995, pp. 91-103.

80  Ed. R. Delachenal, Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, 4 vol., Paris, 1910-1920 (SHF).

81  Rappelons que l’empereur Charles IV était le frère de la reine Bonne de Luxembourg, mère de Charles V.

82  Paris, Bibl. Nat., ms. fr. 6465.

83  François Avril, Marie-Thérèse Gousset, Bernard Guenée, Les Grandes Chroniques de France, Reproduction intégrale en fac-similé des miniatures de Fouquet. Manuscrit français 6465 de la Bibliothèque nationale de Paris. Philippe Lebaud Editeur, 1987. Pour l’épisode qui nous intéresse, voir plus spécialement pp. 226-227, 234-237, 244-247, 254-257, 264-265 (enluminures et leurs commentaires), 271-273 (texte).

84  Fol. 444v° ; op. cit., p. 264.

85  L’expression est de Marie-Thérèse Gousset ; op. cit., p. 264.

86  On les voit représentés dans un autre manuscrit des Grandes Chroniques de France : Paris, Bibl. Nat., fr. 2813, fol. 473v° ; op. cit., p. 263 (photographie de la miniature).

87  C’est lui qui, le matin, a célébré solennellement la messe de l’Épiphanie dans la Sainte-Chapelle. Voir F. Autrand, art cité, pp. 96-97.

88  Pour un résumé de cette présentation dramatique : « Le spectacle fit donc apparaître successivement le bateau qui portait Pierre l’Ermite et d’où sortirent douze guerriers, reconnaissables à leurs armes, puis « la cité de Jérusalem », avec le Temple et une tour du haut de laquelle un « sarrazin », « en langue arabique crioit la loy ». Les croisés montent à l’assaut de la tour et après avoir bousculé les Sarrasins qui roulent à terre de façon comique, ils plantent la bannière de Godefroi de Bouillon au sommet des murs de Jérusalem. On croit reconnaître dans cette mise en scène la main de Philippe de Mézières ou au moins son inspiration. » F. Autrand, ibid., p. 97.

89  La Violence au Moyen Âge, XIIIe-XVe siècle, d’après les livres d’histoire en français. Le Léopard d’Or, Paris, 1990. In-8°, 355 pages et un cahier iconographique.

90  Op.cit, p. 323.

91  Lettre de Chr. Raynaud à l’auteur de cet article, février 1996.

92  Pour reprendre l’image et l’avertissement de Jean Régnier, au commencement de cette partie sur Guerre et Paix (vers 1507-1518)…

93  Sans commentaire, et pour préparer le développement ultérieur sur la croisade, deux indications. D’abord, 1378, l’année de cette visite impériale en France, marque aussi le commencement du Grand Schisme, dont l’autorité politique de l’Église n’allait pas sortir consolidée. Ensuite, cette phrase de Josef Macek (Histoire de la Bohême des origines à 1918, p. 64), à propos de Charles IV : « Il croit à la destinée de l’Empire considéré comme une formation politique supranationale, étroitement liée à l’Église. »

94  Le mot apparaît trois fois dans la strophe : vers 1542, 1545 et 1547 (cette fois au pluriel).

95  Vers 1994-2038.

96  Relevons malgré tout une redite de rime : conteniez, dans un emploi réfléchi, vers 2000 et 2026.

97  Vers 1994-2000. Voir aussi : « Marchans, bien vous mainteniez, Quant en paix vous conteniez, Vous portiez Voz deniers, Et alliez Seurement ou vous vouliez… », vers 2025-2030.

98  Lire, certainement : laniers. Le lanier est un oiseau rapace diurne, faucon femelle. Nous sommes encore au registre de la chasse au vol, avant de passer à celui de la vénerie.

99  Vers 2017-2022.

100  « beaulx monstiers », « belle court », vers 1996 et 2009.

101  Vers 2024.

102  Ainsi comprenons-nous, moyennant une construction parataxique, les vers 2037-2038 : « Tant labouraient voulentiers Certes, pas assez n’avoient. » On aurait beau jeu de reprocher à Jean Régnier d’entériner l’injustice sociale.

103  Vers 2039-2040.

104  « Les maulxfaiz passez oublions », « Laissons toutes divisions », « L’ung a l’autre si nous fions », vers 2041, 2045, 2048.

105  « Faisons que par nous se reface Et que plus ne soit contrefaicte Ne imparfaicte… », vers 1938-1940 ; « Les anges si chantent haultement Et l’eglise pareillement : Gloire es cieulx a la deité Et en terre semblablement, Paix est donnee vrayement A gens de bonne voulenté… », vers 1946-1951. On comprend que l’exclamation de la joie collective, à la fin du Moyen Âge, soit : « Noël ! »

106  « O clergié plain de sapience… », vers 1966.

107  Vers 1994 et suivants.

108  Vers 2039-2066, puis 2067-2086.

109  Vers 2087-2106.

110  Vers 2107-2122 : « Prions trestous, jeunes et vieulx, Prions Jesus de bien en mieulx, Prions ce doulx roy precieulx… »

111  Vers 1966-1977 puis 1978-1993.

112  Le poète recommande de prêcher « Sans donner au peuple audience Et sans mouvoir commun de ville, Car tel chosë est trop subtille Pour faire follë aliance », vers 1974-1977. Eugénie Droz (note du vers 1972, p. 231) suggère de voir dans ces vers une allusion à frère Thomas Couette qui, en 1428, par sa prédication dans les villes de la Bourgogne du Nord et de la Picardie, avait donné au peuple des raisons de se soulever ; à Rome, en 1432, reconnu coupable d’hérésie, il fut brûlé. L’allusion rejoint l’enjeu du Lay suivant, sur les états d’autrefois : cet hymne au passé, revers d’une déploration du présent, s’entend par rapport à un ordre accoutumé, rassurant par là même, que la guerre menace de bouleverser. Mais le propos, certes, prend une acuité majeure au regard du risque contemporain de contagion de l’esprit de réforme, l’allusion des vers 1974-1977 le prouve. L’éventuelle propagation de cet esprit donnait certainement à craindre l’incertitude d’un bouleversement social.

113  Vers 2055-2062.

114  Voir E. Droz, note du vers 2058, p. 231.

115  Vers 2067-2078.

116  Henry Murger, Scènes de la vie de bohème (1848).

117  Roland Dorgelès, Bouquet de bohème.

118  Quant aux Petits Châteaux de Bohème, que Nerval publie à la fin de 1852 (l’édition, chez Didier, porte la date de 1853), ils renvoient à la série de textes que Nerval vient de publier dans L’Artiste en les intitulant La Bohême galante : sous chacun de ces titres affleure le souvenir de la bohème de 1830. Voir Nerval, Œuvres, éd. H. Lemaître, t. I, Garnier, s. d., pp. 3-4.

119  Trésor de la langue française, tome 4, pp. 626b-627a ; Robert, Dictionnaire historique, tome I, p. 239a.

120  Trésor de la langue française, tome IX, pp. 1096-1099.

121  Voir F. Feugère, dans Défense de la Langue française, 1968, n° 45, p. 26.

122  Voir M.-A. Lajaunie, dans Vie et Langage, 1969, p. 9. Compléter avec Ethnonymus, Vie et Langage, 1957, pp. 486-490.

123  Voir R. Arveiller, Mélanges E. Gamillscheg, Munchen, 1968, p. 28. Pour désigner l’individu menant une existence marginale, hors des normes, cet exemple, dans une Lettre de Madame de Sévigné à sa fille, datée de Vitré, 22 juillet 1671 : « Je vous écris, ma fille, avec plaisir… On pensait à Vitré que ce fût des Bohêmes… ».

124  Ce terme est rare au XVesiècle. Ici, il rime opportunément à Boesmiens.

125  Vaillant, c’est-à-dire Pierre Chastellain, dit Vaillant, au dernier couplet d’un rondeau composé sur l’allégorie des « amoureux de l’observance », et pour cette raison conservé parmi les oeuvres de Charles d’Orléans : « Pis suis que Boesme n’Yndien ; L’ordre veil lesser sans doubtance Des amoureux /de l’observance/. » (Charles d’Orléans, Poésies, éd. Pierre Champion, ET, p. 352, Rondeau CVII). Ce poème a été écrit dans les années 1454, soit une bonne vingtaine d’années après le Livre de la Prison de Jean Régnier. Boesme y désigne sans doute le membre de tribus vagabondes, le bohémien moderne, ce que confirmerait en un sens Yndien. Il n’est toutefois pas exclu d’y voir, à cause du jeu sur l’ordre de l’observance, l’hérétique : Pierre Champion l’a bien senti, qui, dans son Index des noms, suggère à propos de Boesme : « paraît avoir le même sens que bougre » (op. cit., p. 612a). Bougre, qui signifie au moins hérétique, est aussi un nom ethnique (de Bulgarum) qui, plus anciennement que Boesme, a été altéré par un jugement de valeur.

126  Sigismond (1368-1437) est le second fils de l’empereur Charles IV. Il devient roi de Bohême après la mort de son frère Venceslas (16 août 1419). Ayant approuvé la condamnation de Jean Hus et fort occupé, de 1421 à 1431, par la lutte contre les Hussites, il ne peut faire son entrée dans Prague qu’en 1436. Le pape ne l’a couronné empereur que le 31 mai 1433. Dans les années 1416-1417, il s’est allié au roi d’Angleterre et a déclaré la guerre à la France, sans suite.

127  Pour une présentation moins succincte et plus circonstanciée des faits et de leurs conséquences, voir : Victor-L. Tapié, Monarchie et peuples du Danube, Fayard, 1969 (L’histoire sans frontières), pp. 32-39 ; importante bibliographie raisonnée sur la question, note 11 pp. 445-446. Voir aussi Josef Macek, Histoire de la Bohême des origines à 1918, Préface de Robert Mandrou, Fayard, 1984, pp. 77-124 ; du même auteur, Jean Hus et les traditions hussites, Paris, Plon, 1971 (Civilisations et mentalités). On trouve des cartes des opérations militaires et un plan de Prague à la fin de l’ouvrage de Jean Boulier, Jean Hus, Éditions Complexe, 1958 (Le Temps et les Hommes).

128  À cet égard, la strophe qui suit ce Lay (vers 2079-2086) est on ne peut plus éclairante : « La guerre si est honnorable A soy combatre pour la foy, Et a l’ame très prouffitable En soustenant la bonne loy De Jesus, qui est nostre roy. Telle guerre est moult notable ; Chascun face paix par arroy Pour faire guerre veritable. »

129  Biens, au sens matériel, s’affirme dans la langue dès la seconde moitié du XIIIesiècle : voir Le Robert, dictionnaire historique, I, p. 217a ; Godefroy, VIII, pp. 322c-323a (exemples).

130  « Quiconque prenait part à l’expédition avait le droit de s’emparer des biens des hérétiques et une rémission exceptionnelle des péchés était accordée à tous par le pape. » J. Macek, R. Mandrou, op. cit., p. 102.

131  E. Droz précise (note du vers 2069, p. 231) qu’en 1428, Guillebert de Lannoy avait rédigé un avis sur la croisade, ce qu’il refit l’année suivante.

132  Dans ce douzain où figurent, à la rime, des composés préfixaux de querre (acquerre et requerre, vers 2071 et 2075), et alors que conquerre était bien entendu connu depuis une date ancienne, et conquerir usité depuis le XIVesiècle (voir Trésor de la Langue Française, 5, p. 1362b), le poète emploie, au vers 2070, l’expression conquester terre. Du point de vue morphologique, conquester, formé sur conqueste, est en somme un déverbal de déverbal, en usage, d’ailleurs, dans la langue, depuis le deuxième tiers du XIIe siècle. Il n’est pas impossible que Jean Régnier sacrifie en l’occurrence au jargon militaire. Mais la formulation choisie traduit de façon redondante pour le moins la notion de conquête territoriale.

133  Voir par exemple, au recueil déjà cité Une femme de Lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, S. Pagot, « Du bon usage de la compilation et du discours didactique : analyse du thème « guerre et paix » chez Christine de Pizan », pp. 39-50 ; Cl. Gauvard, « Christine de Pizan et ses contemporains : l’engagement politique des écrivains dans le royaume de France aux XIVeet XVesiècles », pp. 105-128 ; dans L’Hostellerie de Pensée. Études sur l’art littéraire au Moyen Âge offertes à Daniel Poirion…, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1995 : E. Hicks, « Une femme dans le monde : Christine de Pizan et l’écriture de la politique », pp. 233-243.

134  Au XVIesiècle encore, Ronsard, dans son Exhortation pour la paix (1558), mais vers l’Orient méditerranéen…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Gros, « Croisade contre les Boesmes, ou guerre et paix chez Jean Régnier », Cahiers de recherches médiévales, 1 | 1996, 105-127.

Référence électronique

Gérard Gros, « Croisade contre les Boesmes, ou guerre et paix chez Jean Régnier », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 05 février 2008, consulté le 27 février 2017. URL : http://crm.revues.org/2519 ; DOI : 10.4000/crm.2519

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org