Navigation – Plan du site

Alain Schärling, Compter avec des jetons. Tables à calculer et tables de compte du Moyen Âge à la Révolution

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Alain Schärling, Compter avec des jetons. Tables à calculer et tables de compte du Moyen Âge à la Révolution, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2003, 288 p., 16x24cm, 220 photos et dessins
ISBN2-88074-6542-X

Texte intégral

1Alain Schärling aime les dispositifs calculatoires qui sont tombés en désuétudes après des siècles de bons et loyaux services. Il en avait donné la preuve dans un précédent ouvrage consacré à l’abaque chez les Grecs, dont celui-ci se veut la continuation (voir les Cahiers de recherches médiévales, VIII, 2001, p. 289). Aime-t-il l’histoire qui tente de donner une seconde et honorable vie à des techniques d’un autre âge ?

  • 1  La récente édition d’A. M. Peden, Abbo of Fleury and Ramsey : Commentary on the Calculus of Victor (...)
  • 2  Je cite, pour le plaisir de leur rendre l’hommage qu’ils méritent : André Allard, Muhammad ibn Mūs (...)
  • 3  Mon information est issue de Jochen Hoock/Pierre Jeannin (eds.), Ars Mercatoria. Handbücher und Tr (...)

2Une assurance se forge à la lecture de l’ouvrage sous examen. L’auteur s’est entiché des tables à calculer et des tables à compter que des collectionneurs privés et les musées européens offrent à la curiosité et à l’admiration de leurs visiteurs. Et, fort de son engouement, il est parti à l’assaut du mode d’emploi de ces anciens outils disséminé dans des livres qui leur sont contemporains. Dans sa quête, il mêle aux certitudes du mathématicien à qui rien de ce qui relève des nombres n’est étranger, la candeur du bibliophile qui ignore à peu près tout de la bibliologie. Il postule une continuité entre l’abaque antique et l’abaque médiéval, sans rien savoir du Calculus de Victorius d’Aquitaine1, qui la rend pour le moins problématique ; et il écarte d’un revers de main le calcul digital (p. 21), dont la diffusion haute médiévale est pourtant bien attestée, ne serait-ce que par un maître du comput, Bède le Vénérable, qu’il ignore tout autant : Est-ce qu’un tel procédé n’aurait pas son mot à dire sur les techniques de calcul qui étaient en usage lors du passage de l’Antiquité au Moyen Âge ? Il fait siens les bobards de Georges Ifrah : Gerbert aurait eu connaissance du zéro mais aurait dissimulé son savoir pour ne pas être suspecté de magie (p. 41) ! Il ignore la filière espagnole du XIIe siècle des chiffres arabes, pourtant à l’origine du poème d’Alexandre de Villedieu et du traité de Jean de Sacrobosco, qu’il cite mais à les rattachant à Fibonacci (p. 42)2 ! La table à calculer a besoin pour fonctionner de jetons ; les plus anciens qui ont été retrouvés datent du milieu du XIIIe siècle et les premiers témoignages des tables leur sont à peu près contemporains : Alain Schärling maintient ses certitudes sur la continuité des abaques, à défaut d’exhiber ses preuves. Que dire des dates qu’il attribue aux traités qu’il utilise ? Il n’en cite jamais qu’une, celle de l’exemplaire qu’il a consulté. Un seul exemple. L’arithmétique de Jean Trenchant serait de 1578. En fait, elle a été éditée pour la première fois près exactement vingt ans plus tôt et elle le sera pour la vingtième et dernière fois près de cent ans plus tard, en 1675 ; l’édition qu’il cite est la quatrième3. Comment peut-on faire un honnête travail d’historien en ignorant ces phénomènes élémentaires ?

3Souhaitons à Alain Schärling que sa passion des vestiges soit assez forte pour qu’il reprenne la totalité de son présent travail et en propose une version digne d’un éditeur universitaire !

Notes

1  La récente édition d’A. M. Peden, Abbo of Fleury and Ramsey : Commentary on the Calculus of Victorius of Aquitaine, Oxford, Oxford University Press (Auctores Britannici Medii Aevi, XV), 2003, pp. 1-62, remplace celle de G. Friedelein de 1871.

2  Je cite, pour le plaisir de leur rendre l’hommage qu’ils méritent : André Allard, Muhammad ibn Mūsā al-Khārizmī. Le Calcul Indien (Algorismus). Histoire des textes, édition critique, traduction et commentaire des plus anciennes versions latines remaniées du XIIe siècle, préface de Roshdi Rashed, Paris/Namur, Librairie Albert Blanchard/Société des Études Classiques, 1992 et Menso Folkerts unter Mitarbeit von Paul Kunitzsch, Die älteste lateinische Schrift über das indische Rechnen nach al-Hwārismī. Edition, Übersetzung und Kommentar, Munich, C. H. Beck’schen Verlagsbuchhandlung (Bayerische Akademie der Wissenschaften, Philos.-Hist. Kl. Abhandl., Neue Folge, 113), 1997.

3  Mon information est issue de Jochen Hoock/Pierre Jeannin (eds.), Ars Mercatoria. Handbücher und Traktate für den Gebrauch des Kaufmanns, 1470-1820. Eine analytische Bibliographie, Paderborn, Ferdinand Schöningh, en 2 t., t.  1, pp. 253-258, remarquable instrument de travail que Schärling ignore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Alain Schärling, Compter avec des jetons. Tables à calculer et tables de compte du Moyen Âge à la Révolution », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/251

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org