Navigation – Plan du site

Emmanuelle Santinelli, Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Emmanuelle Santinelli, Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2003, 414 p.

Texte intégral

1De Sara à sainte Anne, les destins de la femme semblent se figer à jamais. Si Sara, celle qui un jour a ri, incarne l’image de l’épouse idéale (cf. I Pierre 3, 6), Anne, elle, est le modèle de la veuve idéale (cf. Luc, 2, 36-37 ; 1 Tim, 5, 5). Le mari est donc perçu comme la figure fondatrice du statut de la femme. Par le mari et par le mariage, la femme acquiert, en tant qu’épouse, une reconnaissance de droit ; par sa mort, l’épouse devenue veuve semble désormais appartenir à une catégorie socio-juridique toute particulière. Ainsi le veuvage féminin se différencie de son équivalent masculin. Le veuf n’est pas considéré par les autorités, quelles soient religieuses ou laïques, comme différent des autres hommes, alors que la veuve, vidua et relicta, au contraire, forme une catégorie spécifique de femme.

2C’est dans ce décalage que les analyses précises d’ES trouvent leur départ, aboutissant à un livre dense qui invite tout lecteur à s’interroger sur le rôle, la place, la fonction et les visages de l’épouse après le décès de son mari. Après une thèse de doctorat consacrée aux veuves et au veuvage de la Flandre au Poitou du VIe au XIe siècle, après de nombreux articles (signalons au moins « La veuve du prince au tournant de l’an mil : l’exemple de Berthe de Bourgogne », Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), dir. S. Lebecq, Villeneuve d’Ascq, CRHEN-O, 1999, p. 75-89), c’est la même problématique qu’ES continue d’explorer.

3Des choix se sont imposés. D’abord le découpage chronologique, qui limite l’étude à la période du haut Moyen Âge, couvrant dans son ensemble cinq siècles, de la fin du VIe jusqu’aux Xe-XIe siècles. Une chronologie qui permet de mesurer les évolutions ou les continuités du statut de la veuve sur une longue durée, même si c’est sur la période carolingienne que se concentrent les analyses de l’auteur. Le cadre géographique est centré sur la Neustrie, au cœur du royaume de la Francie Occidentale ; la Bretagne, à cause d’un particularisme culturel trop marqué, est absente de l’étude. Enfin le choix d’une catégorie sociale définie, celle de l’aristocratie, oriente les enquêtes historiques. Les limites posées par ces choix ouvrent d’emblée la voie à de nouveaux élargissements et à des pistes de recherche supplémentaires que l’auteur indique en guise d’ouverture dans les moments conclusifs de sa réflexion. Qu’en est-il des veuves dans l’univers paysan (voir note 90, p. 26) ? À ce propos l’exemple italien pourrait fournir une comparaison fertile. Enfin, il faudrait également prendre en considération une autre catégorie toute féminine qui est exclue de cette étude, celle des femmes répudiées.

4Une des grandes qualités des recherches conduites par ES est le croisement de sources typologiquement très variées. Parmi elles, des sources narratives, de nature hagiographique – nombreuses sont les vitae de saints consultées – mais aussi des annales, des chroniques et des biographies. Grégoire de Tours, Guibert de Nogent et Flodoard sont au rendez-vous. Une place importante est donnée aux sources diplomatiques, aux lois et aux décrets conciliaires, aux miroirs et aux œuvres morales ainsi qu’aux correspondances, pensons à Eginhard ou à Gerbert. Viennent enfin les témoignages précieux de la littérature patristique et des pénitentiels, Ambroise et Augustin surtout. C’est le croisement de toutes ces sources qui fait, avec la fine sensibilité historique et épistémologique de l’auteur, la richesse de l’ouvrage.

5L’historiographie récente s’est penchée sur le monde des femmes et notamment sur l’univers des veuves en privilégiant quatre grands angles d’approche. Premièrement l’approche juridique du problème a conduit à s’intéresser davantage au cas de figure du remariage. Deuxièmement l’approche religieuse a souligné le lien veuve/sacré en insistant sur rôle de cette dernière dans les fondations pieuses. Une troisième approche s’est inscrite dans le courant des gender studies, privilégiant l’histoire des femmes, de leurs prérogatives et de leurs rôles au sein des structures familiales au miroir de la complémentarité entre les femmes et les hommes. Cela a permis d’insister sur la spécificité catégorielle des veuves par rapport aux autres femmes. Quatrième et dernière approche, l’approche anthropologique, qui a tenté de replacer la femme et la veuve dans le cadre des échanges familiaux.

6Le point de départ de l’ouvrage d’ES est la mort du mari. Proportionnellement, à cause de la guerre surtout, il y a plus de veuves que de veufs. La femme a un rôle de premier plan dans la dramatisation des cérémoniels funéraires, mais aussi dans le renforcement de la cohésion du groupe familial. La mort du mari constitue pour l’épouse un moment de transition fragile et dangereux. La perte du protecteur la rend miserabilis personae, comme disent les textes. La veuve est alors mise sous la protection, notamment à l’époque carolingienne, du roi et de l’Église. Àla mort du mari se déploie un temps double : à la fois un temps de vulnérabilité, d’humiliation et de difficultés matérielles, surtout si la veuve est en charge d’enfants, mais aussi un temps de réintégration différente au sein de la société, où elle semble jouir d’une liberté toute nouvelle, notamment dans son rôle de transmission en tant que mère. Enfin la mort du mari la consacre à la gestion du temps du deuil, temps de transition, d’attente, de passage. Imposé par les autorités, alors que le veuf en est exempté, ce temps est variable : de trente jours selon l’Église carolingienne à un an, ou à une durée illimitée si la veuve entre en religion.

7Les interrogations d’ES portent ensuite sur le destin de la femme après la mort du mari. Ici la réalité ne semble pas suivre les modèles préconisés notamment par les pouvoirs ecclésiastiques. La plupart des femmes semblent d’emblée choisir de vivre dans le siècle, sans engagement particulier (70 %). Nombreuses sont celles qui décident de se remarier, surtout si elles sont encore jeunes et sans enfant (20 %). Si les autorités ont souvent légiféré sur le cas du remariage, ce n’est pas tant, souligne l’auteur, pour l’interdire que pour le contrôler. Enfin, quelques-unes suivent le modèle du veuvage chaste et pieux – calqué sur le modèle hagiographique – en entrant dans une communauté religieuse (10 %). Leur expérience et leurs aptitudes dans la gestion de la maison et de la famille furent particulièrement appréciées et valorisées au sein des communautés monastiques.

8Le troisième et dernier volet de l’étude vise à souligner le rôle socio-économique des veuves au sein de la société aristocratique du haut Moyen Âge. Elles tiennent surtout une place fondamentale dans la gestion et l’organisation de la mémoire du défunt. Ce sont elles qui prient pour les morts et le feu mari, ce sont elles qui entretiennent ces liens indissociables entre la communauté des vivants et celle des morts. Guibert de Nogent à ce propos offre un témoignage des plus précieux. Prières, donations pro anima mariti, mais aussi fondations pieuses par lesquelles de véritables lieux de mémoire voient le jour, ce sont les instruments qui font triompher la mémoire sur l’oubli. La veuve se voit aussi, au sein de l’échiquier familial, au centre de la question parfois épineuse de la transmission du patrimoine aux enfants. Cela amène à poser la question du pouvoir effectif de la mère. La femme trouve dans ses enfants sa seule possibilité pour assurer une autorité publique. Son pouvoir, au-delà des cadres familiaux et domestiques, est alors un pouvoir de mère.

9La réflexion d’ES apparaît finalement élaborée, profonde et richement documentée. Elle s’est construite autour d’un double objectif : étudier la place et le rôle des veuves au cœur de la famille et de la société médiévales ; comprendre et mesurer les transformations qui les concernent. L’auteur offre ainsi au public une vision magistrale – parfois encore alourdie par les contraintes pédagogiques de la rédaction d’une thèse (transitions, conclusions) – de la figure de la veuve dans la société du haut Moyen Âge. Un petit dossier iconographique (illustrant notamment le rituel du deuil dans le sacramentaire de Warmundus d’Ivrée, vers l’an 1000) et de nombreux tableaux qui permettent de synthétiser et clarifier un certain nombre de données viennent enrichir ce beau livre.

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Emmanuelle Santinelli, Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/249

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org