Navigation – Plan du site

Graham A. Runnalls, Les mystères dans les provinces françaises (en Savoie et en Poitou, à Amiens et à Reims)

Philippe Faure
Référence(s) :

Graham A. Runnalls, Les mystères dans les provinces françaises (en Savoie et en Poitou, à Amiens et à Reims), Champion, 2003, 309 p.
ISBN 2-7453-0726-6

Texte intégral

1Spécialiste internationalement reconnu du théâtre médiéval français, l’auteur livre dans ce volume une série de nouvelles et importantes contributions, même s’il ne vise qu’à décrire, transcrire et commenter un ensemble de documents tombés dans l’oubli au XXe siècle et redécouverts en 1985 à l’occasion de l’exhumation du fonds de l’érudit savoyard Florimond Truchet. Il s’agit de quatre manuscrits du Mystère de l’Antéchrist et du Jugement de Dieu, de La Dioclétiane, du Mystère de saint Sébastien, du Mystère de la Passion de Jésus en deux journées (1541), du Mystère de la Passion de Jésus (fragment de la troisième journée) et du registre des affaires concernant la représentation du Mystère de la Passion à Saint-Jean de Maurienne en 1573. Les sources sont donc diverses, et fournissent à l’auteur l’occasion d’insister sur la nécessaire prise en considération des archives locales (registres, livres de comptes, mémoires, contrats, poèmes, épitaphes…) pour faire progresser la connaissance du théâtre français médiéval et développer des analyses qui ne soient plus seulement littéraires mais historiques. C’est ainsi que le registre de la Passion jouée à Saint-Jean de Maurienne fournit des renseignements précieux sur l’organisation des mystères, leur financement, le choix du texte, les répétitions, les contrats pour les acteurs et pour les constructions théâtrales, etc.

2La variété des régions concernées par la documentation, même si la Savoie se taille la meilleure part, permet à G. Runnalls de tirer quelques conclusions, en dépit de la modestie déclarée de la démarche initiale. Les études témoignent de l’uniformité de la pratique théâtrale dans l’espace français. Aux XVe et XVIe siècles, on observe partout les mêmes types de représentation de mystères, avec les mêmes entrepreneurs, la même organisation, les mêmes théâtres. La diffusion des textes des mystères par l’imprimerie après 1490, des mystères bibliques en général et de la Passion de Jean Michel en particulier, a eu un impact majeur mais n’a pas fait disparaître la « culture du manuscrit » : les éditions imprimées des mystères bibliques ou hagiographiques, fort nombreuses entre 1490 et 1545, ont déterminé le choix du sujet et de la version à jouer, mais c’est toujours un texte plus ou moins remanié qui est mis en scène, et non le texte exact de l’édition retenue. On continue de rédiger un ou deux exemplaires du texte pour les meneurs de jeu et un rôle pour chacun des acteurs. En ce qui concerne la disposition scénique, G. Runnalls considère comme étant la plus probable la forme du cercle ouvert, en croissant ou en fer à cheval. Pour terminer, il souligne combien le mystère est un événement séculier, festif, qui montre la cohésion de la société urbaine. L’aspect religieux ne lui semble pas primordial, bien que l’approbation du texte du mystère par l’autorité ecclésiastique soit recherchée. Sur ce point un historien des pratiques religieuses pourrait cependant mettre l’accent sur le fait que les mystères, au même titre que la prédication, ont joué pleinement leur rôle dans la diffusion du message chrétien, l’orientation et l’expression de la piété des XVe et XVIe siècles.

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Faure, « Graham A. Runnalls, Les mystères dans les provinces françaises (en Savoie et en Poitou, à Amiens et à Reims) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/248

Haut de page

Auteur

Philippe Faure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org