Navigation – Plan du site

Luca Pierdominici, La Bouche et le corps. Images littéraires du quinzième siècle français

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Luca Pierdominici, La Bouche et le corps. Images littéraires du quinzième siècle français, avec une préface de Jean Dufournet, Paris, Champion (« Bibliothèque du XVe siècle » 65), 2003, 285 p.ISBN 2-7453-0682-0

Texte intégral

1Cet ouvrage est un recueil d’articles, qui propose un parcours dans quelques œuvres de la fin du Moyen Âge : La Salade et La Salle d’Antoine de la Sale, les Cent nouvelles nouvelles, les Arrêts d’Amour de Martial d’Auvergne, les Quinze joies de mariage et le Testament de Villon. Des études thématiques alternent avec des textes plus orientés par une recherche sur le langage, sur cette langue mouvante et complexe de la fin du Moyen Âge (p. ex. les études sur les Cent nouvelles nouvelles, style direct et indirect, verbes introducteurs, verbes en incise, etc.). Nous présenterons ici, pour exemple, la partie consacrée à Antoine de la Sale qui, comme le note J. Dufournet dans sa préface, « revient » (v. ci-dessous cr de l’ouvrage de M. Szkilnik). Deux contributions sont proposées par L Pierdominici, l’une sur l’« esprit pédagogique » de la Sale, l’autre sur Saintré. L’auteur présente rapidement les circonstances de l’écriture de La Salade et de La Salle, puis s’intéresse aux dédicaces, afin de mettre en lumière l’évolution consciente d’un auteur qui se « tourne avec insistance vers la réaffirmation des valeurs du passé » (p. 29), y compris le sien propre, avec ce désir de dire sa jeunesse. Se pose, de façon cruciale pour la Sale, la question de la vérité : l’affirmation constante de la vérité est un lieu commun de la littérature médiévale, mais, à la fin du Moyen Âge, la conscience de plus en plus aiguë que la parole peut être mensongère engendre une crise des valeurs de l’écriture, à laquelle la Sale est particulièrement sensible et L. Pierdominici relève avec justesse cette quasi-obsession de la Sale d’affirmer la vérité, sans s’apercevoir véritablement qu’il demeure prisonnier de jeux formels (p. 31). Ainsi, dans La Salade, Antoine met en évidence les aspects d’un monde qu’il dénoncera encore dans Saintré, roman justement qualifié de « pédagogique et narratif » (p. 39), monde des apparences que le pédagogue tient à dénoncer, allant toujours creusant le thème de la vanité du monde, mais pour cela, il joue lui aussi sur les artifices du langage. Ce thème, comme chez Christine de Pizan, est associé à l’expérience personnelle dont le malheur s’exprime à travers le mythe de Fortune dont la Sale reste aussi prisonnier, comme ses nombreux prédécesseurs. Il dénonce son temps de ‘bouche et de corps’, au fil d’une morale topique, avec laquelle il joue en association avec son expérience personnelle. Citons la conclusion du premier chapitre, tout à fait éclairante et qui formule bien la place de la Sale et les questionnements de son œuvre : « la Sale est un homme qui embrasse, pour des raisons qu’influence la subjectivité de son rapport à un contexte socio-historique changeant, tout le savoir du Moyen Âge. Il oppose la fragilité de son approche des écritures au savoir des pères anciens, dans un souci d’objectivation apparente qui varie avec les fluctuations de sa pensée. L’individualité de cette démarche se traduit par des positions où sa mémoire personnelle alterne avec une mémoire littéraire. En tout cas, la confusion dans laquelle baignent les esprits de l’époque se manifeste dans le besoin fortement ressenti de vérité que notre auteur éprouve aussi. Certes, il cherche encore cette vérité dans les vieux livres, mais aussi dans l’expérience d’un moi qui se raconte, qui se donne en exemple selon des techniques narratives souvent analogues » (p. 38).

2La question qui demeure et que, me semble-t-il, l’auteur ne pose pas avec suffisamment de soin, est de quelle vérité il s’agit : vérité, valeur absolue ou bien vérité du temps ? Il est vrai que, comme L. Pierdominici le relève à plusieurs reprises, la Sale est ambigu au devant des valeurs du temps. Mais ne joue-t-il pas surtout avec une rhétorique de la vérité, à la façon dont il joue avec les modèles chevaleresques du passé, pour montrer une nouvelle vérité, celle du chevalier courtisan dont jean de Saintré est finalement un modèle, qui plus est inscrit dans la réussite ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Luca Pierdominici, La Bouche et le corps. Images littéraires du quinzième siècle français », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://crm.revues.org/245

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes