Navigation – Plan du site

Béatrice Bakhouche, Frédéric Fauquieret Brigitte Pérez-Jean (éds.), Picatrix. Un traité de magie médiéval

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Picatrix. Un traité de magie médiéval, Traduction, introduction et notes par Béatrice Bakhouche, Frédéric Fauquieret Brigitte Pérez-Jean, Turhout, Brepols (« Miroir du Moyen Âge »), 2003, 386p., 14x21cm, bibliographie
ISBN 2-503-51068-X

Texte intégral

1Ce n’est pas une entreprise facile, pour des philologues classiques, de traduire dans une langue contemporaine la version latine de cette volumineuse compilation de magie astrale qui porte le nom de son auteur, Picatrix – une possible déformation du castillan picatriz censé traduire le surnom arabe Maslama, dont la racine trilitère m-s-l peut signifier piquer comme un serpent. De fait, composée en arabe dans l’al-Andalus du milieu du XIe siècle, elle a été traduite précisément en castillan, et aussitôt du castillan en latin, à la fin des années 1250, dans une Tolède passée sous contrôle chrétien. Son troisième état linguistique, pour renvoyer à la langue de Cicéron, ne manifeste pas un grand respect pour la latinitas à l’honneur aux temps où l’Urbs se pensait caput mundi.

2Par la formation qu’ils ont reçue et par l’enseignement qu’eux-mêmes dispensent, Béatrice Bakhouche, Frédéric Fauquier et Brigitte Pérez-Jean sont des familiers d’une Antiquité gréco-latine quelque peu idéalisée par la tradition humaniste. Ils le sont moins d’un Moyen Âge arabo-latin et de la vision particulière que les clercs avaient alors d’une Antiquité méditerranéenne et de ses prolongements – les califats successifs ayant réalisé un prodigieux brassage culturel. Les trois traducteurs ont été conscients du fossé qui sépare leur tradition culturelle de celle à laquelle le Picatrix appartient. Ils consacrent cinq des trente-huit pages de leur Introduction aux spécificités du texte latin et à la complexité de sa dépendance à l’arabe. Mais une fois passé le cap des préliminaires, ils laissent leurs réflexes d’antiquisant classique prendre le dessus. Pour éclaircir les nombreux termes de technique astrologique qui émaillent le Picatrix, ils s’en tiennent à la fameuse Astrologie grecque de Bouché-Leclercq (Paris, 1899). Ils ne se réfèrent jamais aux traités d’Abû Masar (IXe s.) et d’al-Qabîsî (Xe s.) qui ont pourtant joui d’un exceptionnel prestige tout au long du moyen âge arabe et, grâce aux traductions du XIIe siècle, dans le dernier Moyen Âge latin. Le Picatrix latin se rattache à ce mouvement massif de traduction plus sûrement qu’à Marcus Manilius et à ses Astronomiques (Ier s. av. J.-C.) ou qu’à Firmicus Maternus et à sa Mathesis (IVe s.). Bouché-Leclercq était pour sa part un historien averti ; il avait ciblé son travail clairement : avec son ouvrage, il avait « cherché à tracer une ligne de démarcation entre l’astrologie grecque et l’astrologie arabe (Astr. gr., p. XVII) ». Peu habitués à consulter les traités astrologiques arabo-latins ou simplement les manuels d’astronomie de l’université médiévale – La sphère de Jean de Sacrobosco et Les théories planétaires de Gérard – Bakhouche, Fauquier et Pérez-Jean commettent des erreurs de traduction dès que le texte du Picatrix devient un tant soit peu technique en s’éloignant du latin classique. Je donne ici quelques exemples de leurs errements.

3Ils traduisent equacio planetarum (I, iv, 1 et II, xii, 39) par les rapports ou la relation des planètes, alors qu’il s’agit dans les deux cas de faire des calculs, à partir des informations chiffrées fournies par des tables astronomiques, pour trouver la longitude des planètes à un moment donné. Ils voient dans la circumferencia celi (I, iii, 13), la voûte céleste, c’est-à-dire une calotte sphérique, alors qu’il est question d’un cercle céleste et plus précisément, étant donné le contexte, de l’écliptique. Ils comprennent, par quadratura (de la lune, II, iii, 1) le quartier et traduisent prima quadratura, par le premier quartier, ce qui est à la rigueur admissible, et secunda quadratura, par le deuxième quartier, ce qui ne l’est plus puisqu’ils sont obligés de préciser en note : « C’est-à-dire le dernier quartier. » En fait, l’équivalent du mot latin est la quadrature. Il désigne les deux angles de 90 degrés de longitude que deux corps célestes (ici le soleil et la lune) forment successivement au cours de leurs révolutions synodiques. Le premier quartier de la lune correspond à la première quadrature et le dernier à la seconde. Les erreurs proviennent plus rarement d’une méconnaissance de la magie et notamment des images qui accompagnent l’acte magique. Pour mettre à profil les influences de Saturne, les adeptes doivent notamment avoir avec eux : « forma hominis senis super altam cathedram sedentis erecti (II, x, 12) », ce qui nous vaut : « la forme [= l’image] d’un homme âgé, assis bien droit sur un trône élevé. » Je ne vois pas trop d’où sort l’adverbe bien qui nuance le sens de droit. Il est plus correct de prendre sedens au sens large et de traduire « … se tenant debout … ». La position en cause ne sied guère à la majesté associée aux idées de trône et de vieillesse. Des manuscrits du Picatrix contiennent des illustrations, dont certaines ont été reproduites dans l’édition latine de David Pingree, que suivent les traducteurs. La planche III réservée au formae Saturni d’un manuscrit de Cracovie, montre effectivement un homme, barbu et légèrement voûté, debout sur un trône. Il est étonnant que le Thoos du texte latin (I, v, 40) soit compris comme une allusion au Timée. C’est une référence à Toz Graecus qu’il faut voir là, un Toz dont l’édition des cinq traités est prévue dans l’excellente collection Hermes Latinus publiée par le Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis.

4Dans l’Introduction, les traducteurs insistent sur la dimension philosophique du Picatrix, qui illustrerait une vision néoplatonicienne du monde. L’écart dont témoignent les propos tenus respectivement dans ses parties théoriques et pratiques me paraît plus significatif de la portée de l’œuvre. La noble inspiration qui préside aux élaborations théoriques cède vite la place à des préoccupations terre-à-terre quand Picatrix aborde ses tours de passe-passe. Il n’est question que de vaincre un adversaire, de conquérir le cœur d’une belle ou de s’enrichir à moindres frais, avec tout de même le soucis bien légitime de conserver la santé. Curieusement, il n’est jamais envisagé le cas où l’adversaire aurait recours aux mêmes pratiques magiques et où la femme convoitée se défendrait contre les assauts importuns en utilisant des outils de nature identiques à ceux du soupirant. La naïveté s’associe au prosaïsme pour dresser un tableau d’une humanité où chacun se replie sur soi en méconnaissant les droits de son prochain. S’agit-il vraiment de néoplatonisme ?

5La traduction proposée n’est pas une œuvre aboutie. Elle peut rendre service aux médiévistes qui la liront en conservant à portée de main l’édition latine de Pingree (Londres, 1986) et, dans certains cas, l’édition arabe de Hans Ritter (Leipzig/Berlin, 1933 ; il ne reste malheureusement que des bribes de la version castillane).

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Béatrice Bakhouche, Frédéric Fauquieret Brigitte Pérez-Jean (éds.), Picatrix. Un traité de magie médiéval », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/244

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org