Navigation – Plan du site

François Favory (dir.), Métrologie agraire antique et médiévale

Max Lejbowicz
Référence(s) :

François Favory (dir.), Métrologie agraire antique et médiévale. Actes de la Table ronde d’Avignon, 8-9 décembre 1998, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises (Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, vol. 757; Série « Environnement, sociétés et archéologie » 4), 2003, 190 p., 21x29cm, nombreux tableaux et figures non paginés en continu, bibliographie. Diffusion Les Belles Lettres
ISBN 3-913322-78-6

Texte intégral

1Un des plus sûrs acquis des études historiques de ces dernières décennies porte sur la caractérisation des objets de la métrologie médiévale: les poids et les mesures dont elle s’occupe dépendent moins d’étalons abstraitement conçus que d’usages qui diffèrent selon les lieux et selon les activités. L’empirisme congénital de sa matière transforme la discipline en cause en un jeu de piste. Mais que dire de l’une des espèces de la métrologie médiévale, la métrologie agraire? Elle voit dans les paysages un gigantesque palimpseste où se déchiffre l’intervention des sociétés successives qui les ont occupés. Les unes sont conservatrices, les autres novatrices; les unes sont figées, les autres sont animées d’un puissant dynamisme. Toutes laissent des traces, plus ou moins profondes mais toujours susceptibles d’évaluations quantitatives.

2Sur les treize communications réunies dans le volume, huit se rapportent plus précisément au moyen âge; parmi elles, six traitent du sud de la France et deux de l’Italie. Je m’en tiendrai ici à ce sous-ensemble médiéval.

3Jean-Claude Hocquet analyse la genèse de deux fondamenti de salines à Chioggia, au XIIe s., en s’appuyant surtout sur des textes. Il en suit l’évolution jusqu’au XVe s., tout en évaluant leur rentabilité. Rita Compatangelo-Soussignan mêle le témoignage des textes à celui des fouilles archéologiques pour évaluer les systèmes métrologiques qui ont présidé au découpage de la Campanie, des Abruzzes et des Pouilles. Elle appelle de ses vœux des fouilles complémentaires afin de pousser l’analyse jusqu’au niveau du parcellaire et d’arrêter un jugement sur la valeur des renseignements fournis par les agronomes antiques.

4Cécile Jung soumet le relevé photographique de certaines zones du cadastre B d’Orange au traitement automatisé du calcul des périodicités grâce aux ressources du logiciel APER. Elle compare les résultats qu’elle a obtenus à ceux qui l’ont été en Languedoc et en Tunisie avec la même méthode. Le découpage du parcellaire antique est d’une remarquable stabilité en dépit des processus d’alluvionnement. Cédric Lavigne consacre sa communication à l’arpent et au journal en usage en Gascogne, en exploitant le même logiciel. Entre les années 1250 et 1350, les paysages gascons sont soumis à un phénomène de division normée, qui se double d’une harmonisation des systèmes de mesures. Pierre Portet procède par va-et-vient entre le traité de Bertrand Boysset et les relevés cadastraux arlésiens. Il aboutit à des résultats complexes. Deux systèmes métriques coexistent: l’un de base 16 pour les mesures de la terre et des gens de métiers, l’autre de base 13 pour la vigne; tandis que les unités de mesure de la région subissent des évolutions divergentes: le pan et la canne restent stables du XVe au XVIIIe s., alors que, sur la même période, le destre et la sétérée s’accroissent et la cartérée diminue fortement. Les trois autres études suivent des méthodes plus classiques, en recourant seulement aux textes. Carole Puig axe son travail sur la mesure du sol en Roussillon entre le XIe s. et le milieu du XIVes. Elle observe un changement dans les systèmes de mesure au cours du XIIIe s. Pierre Albert Clément construit une typologie des mesures de surface, tandis que Magdeleine Motte retrouve dans les unités en usage à la fin du XVIIIe s. les unités linéaires et agraires protohistoriques qui prévalaient dans les espaces occitan et catalan.

5Le livre refermé, l’attention se tourne vers ceux pour qui les temps modernes commencent avec l’usage de la mesure. Au mieux, ils ont la berlue; au pire, ce sont des analphabètes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « François Favory (dir.), Métrologie agraire antique et médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/242

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org