Navigation – Plan du site

Anne Martineau, Le Nain et le chevalier. Essai sur les nains français du Moyen Âge

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Anne Martineau, Le Nain et le chevalier. Essai sur les nains français du Moyen Âge, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003, 286 p.
ISBN 2-84050-274-7

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat d’une enquête portant sur 50 œuvres arthuriennes, échelonnées sur une période allant du XIIe au XVe siècle, depuis Béroul et Chrétien de Troyes jusqu’au roman d’Ysaÿe le Triste. Il vise à identifier l’ensemble des nains arthuriens, à les classer et à étudier un certain nombre de leurs fonctions. L’enquête est rendue plus difficile par le fait que la majorité des nains sont anonymes (27 sont nommés sur 160 relevés). Le livre est donc structuré en deux grandes parties : la première concerne l’analyse littéraire (pp. 14-151, notes de fin comprises) et la seconde (pp. 153-253) propose un catalogue raisonné des nains. L’ouvrage se termine avec plusieurs index des nains selon qu’ils sont nommés (avec le lieu ou l’épisode qui leur est attaché) ou anonymes. Ce catalogue est organisé de façon chronologique et par œuvre. Les nains y apparaissent dans un ordre numéroté, avec leurs occurrences dans le texte et le résumé des épisodes où ils interviennent. Quelques commentaires de sources ou d’intertextualité peuvent être ajoutés. Voici un exemple, qui permet de bien montrer comment ce catalogue est constitué :

2« Roman de Tristan de Béroul. Nain n° 2 : Ségoçon, légendaire nain de l’empereur Constantin. Personnage extérieur au récit (vv. 277-280). Dans un moment de fureur contre Frocin, Marc fait allusion à la légende selon laquelle Constantin aurait surpris ce nain dans les bras de l’impératrice, dont il était l’amant. Il l’aurait fait châtrer. Contrairement à ce qu’on lit trop souvent dans les éditions du Tristan de Béroul, où une note renvoie pour ce passage au Roman de Brut de Wace[…], la plus ancienne attestation que nous ayons de cette légende est celle de Béroul […] ».

3A. M. note deux types d’évolution de la figure du nain dans le cours du Moyen Âge ; s’il n’y a pas de littérature arthurienne sans son nain, la courbe tend, d’un point de vue ‘démographique’ à être croissante, avec cependant des irrégularités : décroissance vers la seconde moitié du XIIIe siècle, puis forte remontée. Du point de vue littéraire, on constate une évolution de l’inquiétant vers l’amusant : en devenant plus drôle, le nain acquiert en outre une autonomie croissante. On enregistre également, au cours du Moyen Âge tardif, une tendance à mettre le caractère surnaturel des nains de plus en plus en lumière, avec une intégration élevée d’éléments du folklore (on se référera à ce sujet à Cl. Lecouteux, Les Nains et les elfes au Moyen Âge, Paris, Imago, 1988). La première partie analytique du travail d’A. M. consiste à faire une présentation des nains, en situation littéraire : situation familiale et sociale, portrait physique, portrait moral. Il s’agit ici encore surtout d’un catalogue qui permet d’obtenir, de façon très détaillée, le portrait-type du nain ; le lecteur saura ainsi comment est le nain, comment il s’habille, quelle est sa façon de se nourrir, quels sont les éléments de son caractère, comment il marche, il court, il crie, il fouette, quels rapports il entretient avec les autres, surtout avec les chevaliers et avec ses maîtres, etc. La seconde partie se penche sur l’origine de ces nains arthuriens. Le premier chapitre est le fruit d’une méthode identique à celle employée dans la première partie, en regardant comment est fait un « petit chevalier », puis en se centrant, à titre d’exemple, sur un cas particulier, la comparaison de Guivret le Petit et du nain d’Yder d’Erec et Enide. La conclusion est qu’Yder et son nain serviteur ne font qu’un ; il s’agit d’un dédoublement. D’un côté, un nain dépouillé de tout, sauf de son agressivité, de l’autre, en complément, un chevalier qui possède lignage et force, mais qui met d’abord son nain en avant, vecteur de violence et de paroles outrancières. On aboutit alors à un véritable motif, du nain-serviteur et de son maître. Le second chapitre traite de la « grande tribu » des lutins ; le mot « lutin » est d’abord défini, par son étymologie, suivi d’un regard sur la tradition populaire. Puis, toujours selon la même méthode, très descriptive donc, A. M. dessine le portrait du lutin : le lutin, serviteur domestique ou génie sauvage, est volontiers ombrageux, il se déplace à grande vitesse, il est plutôt mal habillé, etc. La troisième partie propose une « archéologie du nain français ». A. M. reprend à son compte les hypothèses de Cl. Lecouteux sur les rapports unissant les nains et les lutins au royaume de morts, ce que paraît confirmer l’examen des textes latins. Mais les romans arthuriens ne permettent pas a priori de confirmer cela : il n’y a pas par exemple de nain vivant explicitement sous terre. Cependant, certains indices existent pouvant être interprétés dans ce sens : rencontres nocturnes par exemple. A. M. reprend ensuite l’analyse du Chevalier de la charrette qui, selon elle, confirme ces vues, dans la mesure ou le royaume de Gorre, depuis longtemps identifié à l’Autre-Monde, tient aussi son nom de Gorr ou Korr, qui désigne le nain dans les langues celtiques (on aurait aimé connaître les références). De même, la charrette des morts est nommée Karr an Ankou en Bretagne. La fin de cette partie est consacrée à la mesnie Hellequin, mais ne me semble guère apporter de neuf sur ce sujet et sur la relation entre « Hellequin » et « Arlequin ». L’ouvrage d’A. M. sera utile au médiéviste, surtout la deuxième partie. Mais on peut cependant lui faire un certain nombre de reproches. D’abord, pas d’exposé méthodologique ni théorique. La démarche qui préside à l’ensemble de l’ouvrage est surtout celle du catalogue et l’on reste souvent sur sa faim en matière d’analyse, en retrouvant des éléments déjà connus à la suite des travaux de Cl. Lecouteux, de J. V. Harward et de F. Wohlgemuth, mais, disons-le, qu’A. M. complète largement, les travaux des deux derniers auteurs étant largement insuffisants, par manque de documentation ou par excès de ‘celtisme’. A. M. annonce par exemple une archéologie des nains, mais on aurait aimé plus d’introduction méthodologique, et en particulier une prise de position par rapport à une analyse de type foucaldien. Rien n’indique vraiment la justification du corpus et l’appellation de « nain arthurien » : pourquoi les nains ‘épiques’ (plus exactement ‘épico-romanesques’) Berfuné, Sarragot, (Aubéron seulement cité), etc. ne sont-ils pas convoqués ? Sont-ils si différents de ceux ici inventoriés ? Si oui, il fallait peut-être dire un mot de justification. La méthode employée pour établir le catalogue n’est pas suffisamment explicitée ; pourquoi, par exemple, ne pas avoir choisi de travailler en termes de motifs ? Ces remarques n’entachent cependant pas la qualité générale de l’ouvrage, qui corrige nombres lacunes des travaux précédents de Wohlgemuth et de Harward. Je retiendrai donc un très bon outil de travail fourni par l’auteur, qui encourage en outre à la poursuite et à l’approfondissement de ce champ de recherche.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Anne Martineau, Le Nain et le chevalier. Essai sur les nains français du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/239

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org